Renseignement / Archives

SpaceX va mettre en orbite un engin espion classé « secret défense »

Une fusée Falcon 9, partiellement réutilisable et développée par la société SpaceX, doit mettre en orbite depuis Cap Canaveral, ce 30 avril, une charge utile appelée NROL-76 pour le compte du National Reconnaissance Office (NRO), une agence du Pentagone qui coordonne la récupération et l’analyse des renseignements obtenus par satellite. Ce lancement est le premier

Un navire de renseignement russe coule en mer Noire après une collision

Un navire de renseignement russe, dont la conception remonte à l’époque soviétique, est entré en collision, ce 27 avril, avec un cargo battant pavillon togolais à environ 40 km au nord-ouest du détroit du Bosphore, en mer Noire. Selon le ministère russe de la Défense, ce navire de « reconnaissance » affecré à la flotte de mer

Le général Jean-Pierre Palasset nommé temporairement à la tête de la DGSE

Le 21 mai 2016, le diplomate Bernard Bajolet aurait dû quitter son fauteuil de directeur général de la sécurité extérieure (DGSE) qu’il occupait alors depuis trois ans pour une raison de limite d’âge. Finalement, il a été maintenu une année de plus à son poste, grâce à amendement adopté presque en catimini quelques semaines plus

La France publie des preuves sur la responsabilité de Damas dans l’attaque chimique de Khan Cheikhoun

Comme le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, l’avait promis, la France vient de publier une « évaluation nationale » de ses services de renseignement prouvant la responsabilité du régime syrien dans l’attaque chimique menée le 4 avril à Khan Cheikhoun, localité de la province d’Idleb. À la différence de celle qui avait été diffusée par le

Après le massacre de Mazar-i-Sharif, le ministre afghan de la Défense démissionne

Une semaine après le général H.R McMaster, le conseiller à la sécurité nationale du président Trump, le chef du Pentagone, James Mattis, s’est rendu à Kaboul, ce 24 avril, pour y rencontrer Abdullah Habibi, son homologue afghan. Seulement, peu de temps avant l’arrivée du responsable américain, ce dernier a remis sa démission au président Ashraf

La France donnera la « preuve » que Damas est responsable de l’attaque chimique de Khan Cheikhoun

Quelques jours après la frappe américaine contre la base syrienne d’al-Shayrat en réponse à l’usage d’armes chimiques à Khan Cheikhoun au petit matin du 4 avril, dans la province d’Idleb, le chef du Pentagone, le général James Mattis, affirma n’avoir « pas de doute » que le régime de Bachar el-Assad » était « responsable de la décision d’attaquer

Le renseignement militaire a des difficultés pour recruter

La Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), la Direction du renseignement militaire (DRM) et la Direction du renseignement et de la sécurité de la Défense (DRSD, ex-DPSD) sont les trois services qui dépendent du ministère de la Défense. La Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 actualisée en juillet 2015 prévoit de renforer significativement leurs

Élysée 2017 : Un rapport se veut très prudent sur les réformes du renseignement proposées par les candidats

Menace terroriste oblige, plusieurs candidats à l’élection présidentielle proposent de donner plus de moyens aux différents services de renseignement, voire de les réorganiser afin de renforcer leur coordination pour mieux exploiter les informations recueillies. Ainsi, Benoît Hamon (Parti socialiste) parle de « renforcer le renseignement grâce à un coordonnateur national directement rattaché au Premier ministre » alors

Le Parlement canadien victime d’espionnage

Le 4 avril, Radio-Canada a révélé avoir découvert, en utilisant un  » CryptoPhone », des appareils de type IMSI, capables d’imiter un relais téléphonique afin d’intercepter d’intercepter des données de téléphones mobiles dans des endroits stratégiques d’Ottawa, en particulier près du Parlement canadien. Cette affaire a immédiatement donné lieu à l’ouverture d’une enquête confiée à la

L’administration Trump a assoupli les règles d’engagement pour les frappes de drones

En 2013, l’administration Obama avait décidé de limiter, au profit des militaires, le rôle de la CIA dans les opérations visant à éliminer des chefs terroristes via des frappes de drones afin d’éviter une dérive paramilitaire de la centrale de renseignement. Cette mesure avait également pour objectif de rendre plus transparent ce programme d’éliminations ciblées,