Pentagone / Archives

Les dépenses militaires des États-Unis s’élèveront à plus de 560 milliards de dollars en 2015

À l’issue de discussions longues et toujours compliquées (l’idée est de trouver un compromis, ce qui n’est jamais simple), le Congrès des États-Unis a adopté une budget fédéral d’un montant de plus de 1.000 milliards de dollars (900 milliards d’euros). Parmi ces dépenses, celles concernant la défense s’élèveront à plus de 565 milliards de dollars

Le prochain chef du Pentagone sera Ashton Carter

Poussé vers la sortie sans trop d’égards, Chuck Hagel, le secrétaire américain à la Défense, n’était pas présent lors de l’annonce officielle faite par le président Obama au sujet du choix de son successeur, le 5 décembre. Ainsi, le prochain patron du Pentagone sera – après sa confirmation par le Sénat – Ashton Carter, qui,

Le président Obama pousse son secrétaire à la Défense vers la sortie

Cela faisait plusieurs jours que la rumeur évoquait un possible départ de Chuck Hagel, le secrétaire américain à la Défense. Notamment après la cuisante défaite électorale subie par le président Obama début novembre. Finalement, le rumeur est devenue une information, ce 24 novembre. En effet, Chuck Hagel, qui avait remplacé Leon Panetta à la tête

Le Pentagone prend des mesures pour remotiver ses forces stratégiques

En général, les forces stratégiques des pays dotés de l’arme nucléaire jouissent d’un certain prestige. Et pour cause, notamment en France, elles représentent « l’assurance-vie » de la Nation. En Russie et en Chine, elles bénéficient d’investissements importants : Moscou est en train de renouveler ses missiles tandis que Pékin disposera, sans tarder, d’une composante océanique crédible.

Les États-Unis vont envoyer 1.500 « conseillers » militaires de plus en Irak

Les effectifs militaires américains en Irak vont pratiquement doubler ces prochains jours. En effet, le président Obama a autorisé, le 7 novembre, le déploiement de 1.500 « conseillers » supplémentaires auprès des forces irakiennes et des troupes kurde (Peshmergas), aux prises avec les jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh). La semaine passée, le général Martin Dempsey,

Des armes chimiques ont bien été retrouvées lors de l’opération américaine Iraqi Freedom

Après les attentats du 11 septembre 2001, l’administration américaine avait justifié une opération militaire contre le régime de Saddam Hussein en avançant que ce dernier disposait d’armes de destruction massive et qu’il comptait en produire davantage. Et le risque mis en avant était de voir tomber cet arsenal aux mains de terroristes liés à al-Qaïda.

L’opération américaine contre l’État islamique a désormais un nom

L’armée américaine effectue des frappes contre les positions tenues par l’État islamique (EI ou Daesh) depuis le 8 août, d’abord en Irak puis en Syrie. Jusqu’à présent, cette nouvelle opération militaire n’avait pas de nom alors que d’autres pays appartenant à la coalition emmenée par les États-Unis en ont baptisé donné à leur mission (Chammal

Selon le Pentagone, d’éventuelles frappes aériennes en Syrie viseront les « sanctuaires » de l’EI

La question de possibles frappes aériennes contre l’État islamique (EI) en Syrie risque de poser des problèmes juridiques, même si le principe du « droit de poursuite » peut être invoqué. En tout cas, les autorités syriennes ont d’ores et déjà fait savoir que la moindre opération aérienne sur leur territoire serait considérée comme une agression. Et

Des avions américains seront basés à Erbil, capitale du Kurdistan irakien

Quand, le 8 août, le président Obama a autorisé les frappes aériennes contre les jihadistes de l’État islamique (EI), ces derniers se trouvaient à une quarantaine d’Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, où se trouve, par ailleurs, un consulat américain. Jusqu’à présent, les chasseurs-bombardiers et les appareils de reconnaissance américains viennent du porte-avions USS George

Visé par une frappe américaine, le sort du chef des jihadistes somaliens reste incertain

On en sait un peu plus sur le raid des forces américaines mené en Somalie dans la nuit du 1er au 2 septembre dans la province de Basse-Shabelle, à une centaine de kilomètres de Mogadiscio. Ainsi, le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby, a indiqué que cette opération a visé une « réunion de hauts