Pentagone / Archives

Des armes chimiques ont bien été retrouvées lors de l’opération américaine Iraqi Freedom

Après les attentats du 11 septembre 2001, l’administration américaine avait justifié une opération militaire contre le régime de Saddam Hussein en avançant que ce dernier disposait d’armes de destruction massive et qu’il comptait en produire davantage. Et le risque mis en avant était de voir tomber cet arsenal aux mains de terroristes liés à al-Qaïda.

L’opération américaine contre l’État islamique a désormais un nom

L’armée américaine effectue des frappes contre les positions tenues par l’État islamique (EI ou Daesh) depuis le 8 août, d’abord en Irak puis en Syrie. Jusqu’à présent, cette nouvelle opération militaire n’avait pas de nom alors que d’autres pays appartenant à la coalition emmenée par les États-Unis en ont baptisé donné à leur mission (Chammal

Selon le Pentagone, d’éventuelles frappes aériennes en Syrie viseront les « sanctuaires » de l’EI

La question de possibles frappes aériennes contre l’État islamique (EI) en Syrie risque de poser des problèmes juridiques, même si le principe du « droit de poursuite » peut être invoqué. En tout cas, les autorités syriennes ont d’ores et déjà fait savoir que la moindre opération aérienne sur leur territoire serait considérée comme une agression. Et

Des avions américains seront basés à Erbil, capitale du Kurdistan irakien

Quand, le 8 août, le président Obama a autorisé les frappes aériennes contre les jihadistes de l’État islamique (EI), ces derniers se trouvaient à une quarantaine d’Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, où se trouve, par ailleurs, un consulat américain. Jusqu’à présent, les chasseurs-bombardiers et les appareils de reconnaissance américains viennent du porte-avions USS George

Visé par une frappe américaine, le sort du chef des jihadistes somaliens reste incertain

On en sait un peu plus sur le raid des forces américaines mené en Somalie dans la nuit du 1er au 2 septembre dans la province de Basse-Shabelle, à une centaine de kilomètres de Mogadiscio. Ainsi, le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby, a indiqué que cette opération a visé une « réunion de hauts

Frappe américaine et offensive de l’Amisom contre les jihadistes somaliens

S’ils ont été mis sur la défensive par les forces de l’Union africaine en Somalie (AMISOM), les milices shebabs, qui ont fait allégeance à al-Qaïda, n’en restent pas moins dangereuses, avec plusieurs attaques suicides commises au cours de ces derniers mois. Le 31 août encore, l’une d’entre elles a visé le quartier général et une

Selon le Pentagone, il faudra aussi s’attaquer à l’État islamique en Syrie

Pour Chuck Hagel, le secrétaire américain à la Défense, l’État islamique « va au-delà de tout ce que nous avons connu » en matière de terrorisme. Aussi, a-t-il ajouté, lors d’une conférence de presse donnée le 21 août, « nous devons être prêts à tout », sans donner davantage de précisions. L’EI « allie idéologie (et) sophistication de son savoir-faire

Irak : 130 conseillers militaires américains ont été envoyés à Erbil

En juin, alors que les jihadistes de l’État islamique venaient de s’emparer de Mossoul, la deuxième ville d’Irak, le président américain, Barack Obama, avait annoncé le déploiement de 275 soldats du corps des Marines afin de renforcer la protection de l’ambassade des États-Unis à Bagdad. Plus tard, le Pentagone avait indiqué que 300 « conseillers » militaires

Le F-35 de nouveau autorisé à voler

Une semaine après avoir été cloué au sol suite, le F-35, l’avion de combat dit de 5e génération en cours de développement chez Lockheed-Martin, est de nouveau autorisé à voler, selon un communiqué du Pentagone. Cependant, l’origine de l’incident qui avait été la cause de la suspension décidée il y a quelques jours n’a toujours

Des drones américains armés au-dessus de Bagdad

Le Pentagone a confirmé, ce 28 juin, une information donnée selon laquelle des drones armés effectuent des vols au-dessus de Bagdad afin de protéger, si besoin, le personnels diplomatiques et les militaires américains présents dans la capitale irakienne. « Nous avons commencé au cours des dernières 48 heures à effectuer ce type de vols », avait confié,