Pentagone / Archives

L’administration Trump propose une budget de 639 milliards de dollars pour le Pentagone

En février, le président Donald Trump avait annoncé une « hausse historique » des dépenses militaires américaines, ces dernières devant augmenter de 54 milliards de dollars (+9%). Restait à savoir sur quelle base. En effet, entre le budget initialement prévu par son prédecesseur, Barack Obama, pour l’année 2017, les trajectoires financières annoncées sur plusieurs années et les

Le budget du Pentagone annoncé finalement en hausse de 4,5% par rapport à 2016

Après plusieurs semaines d’âpres discussions, la majorité républicaine et l’opposition démocrate au Congrès ont trouvé un accord sur une sorte de proposition de loi de finances rectificative qui financera le budget fédéral pour les cinq derniers mois de l’année fiscale, laquelle se termine le 30 septembre. L’enjeu est . Le texte, long de 1.665 pages,

SpaceX va mettre en orbite un engin espion classé « secret défense »

Une fusée Falcon 9, partiellement réutilisable et développée par la société SpaceX, doit mettre en orbite depuis Cap Canaveral, ce 30 avril, une charge utile appelée NROL-76 pour le compte du National Reconnaissance Office (NRO), une agence du Pentagone qui coordonne la récupération et l’analyse des renseignements obtenus par satellite. Ce lancement est le premier

Général Mattis : Les Français « ont toujours prouvé qu’ils étaient là quand il fallait faire face »

Sans le soutien des forces américaines dans les domaines du transport aérien et du ravitaillement en vol (voire du renseignement), l’opération anti-terroriste Barkhane, menée par la France dans la bande sahélo-saharienne (BSS), connaîtrait bien des difficultés. Avec l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche, l’on pouvait nourrir quelques inquiétudes au sujet de la poursuite

Pour le chef du Pentagone, il ne fait aucun doute que la Syrie a conservé des armes chimiques

En septembre 2013, et à l’issue d’un accord conclu entre les diplomates russes et américains après l’attaque au gaz sarin commise quelques jours plus tôt à La Ghouta, un faubourg de Damas, la Syrie avait accepté de se débarrasser de son arsenal chimique et de le faire détruire sous le contrôle de l’Organisation pour l’interdiction

Selon le Pentagone, la frappe contre la base d’al-Shayrat a détruit 20% de l’aviation syrienne

Le secrétaire américain à la Défense, l’ex-général James Mattis, a affirmé que la frappe effectuée dans la nuit du 6 au 7 avril contre la base aérienne d’Al-Shayrat (ou Al-Chaayrate) près de la ville d’Homs, a détruit 20% des avions de combat syriens qui étaient alors encore opérationnels. Pour rappel, 59 missiles de croisière BGM-109

Le Pentagone diffuse une image de la base d’Al-Shayrat prise après les frappes

Le ministère russe de la Défense a minimisé le résultat des frappes américaines effectuées dans la nuit du 6 au 7 avril contre la base syrienne d’Al-Shayrat, en réponse à l’usage présumé par le régime syrien d’armes chimiques à Khan Cheikhoun, deux jours plus tôt. Ainsi, à en croire Moscou, 23 missiles de croisière Tomahawk

Les États-Unis accentuent la pression sur les jihadistes au Yémen

Lors de son discours d’investiture, le 20 janvier, le président Donald Trump avait promis « d’éradiquer complètement le terrorisme islamique radical de la surface de la Terre ». Et, durant la campagne qui l’a mené mené à la Maison Blanche, il avait critiqué l’approche jugée trop prudente de Barack Obama en la matière, même si ce dernier

Les États-Unis envisagent de déployer 1.000 soldats de plus en Syrie

Lors d’une audition au Sénat, la semaine passée, le général Joseph Votel, le chef du commandement militaire américain chargé de l’Asie centrale et du Moyen-Orient, avait estimé avoir besoin de plus de troupes « conventionnelles » en Syrie pour appuyer les opérations visant à chasser l’État islamique (EI ou Daesh) de son fief de Raqqa et assurer

M. Trump annonce une hausse « historique » des dépenses militaires américaines

Quand il était en campagne électorale, Donald Trump avait deux slogans : s’occuper de l’Amérique en premier (America First, un slogan utilisé par le président Woodrow Wilson un siècle plus tôt) et rendre sa grandeur à l’Amérique (Make America Great Again, une expression déjà employée par Ronald Reagan et Bill Clinton). Et, pour cela, M.