La 3e Escadre de chasse a déployé 26 Mirage 2000D à Cazaux pour sa campagne de tir air-sol annuelle

Afin de se préparer à un éventuel engagement de haute intensité, l’armée de l’Air & de l’Espace expérimente de nouveaux concepts, comme MORANE [Mise en œuvre réactive de l’arme aérienne], lequel vise à déployer des aéronefs avec une empreinte logistique la plus réduite possible, ou encore SAPHIR [Séquence d’activité et de production de haute intensité et de régénération], qui porte sur l’optimisation de la disponibilité des avions de combat d’une escadre de chasse afin d’accroître son volume d’activité sur une période donnée.

Ainsi, en février, la 30e Escadre de chasse a effectué un exercice SAPHIR depuis sa base de Mont-de-Marsan, avec l’objectif d’assurer jusqu’à 200 sorties aériennes en l’espace de 4 jours… Ce qui supposait de faire décoller quotidiennement une vingtaine de Rafale, et donc de consentir un effort particulier en matière de Maintien en condition opérationnelle [MCO].

Implantée à Nancy, la 3e Escadre de chasse, dotée de Mirage 2000D, s’était déjà prêtée à un exercice de type SAPHIR en 2022. Mais dernièrement, elle est allée plus loin en se délocalisant sur la base aérienne 120 de Cazaux pour effectuer sa campagne de tir air-sol annuelle, en mobilisant pas moins de 26 appareils.

« Déployer toute une escadre est un immense défi » et « cette délocalisation a impliqué des enjeux de taille, tant sur le plan humain que logistique », a fait valoir l’AAE.

« Au total, nous avons déployé 800 m³ et 190 tonnes de matériels. À cela s’ajoute des navettes régulières entre Nancy et Cazaux pour régénérer le matériel et éventuellement compléter la mise initiale », a précisé le chef des services techniques et coordinateur logistique [CORLOG] de la 3e Escadre.

En 2023, cette unité, composée par les escadrons 1/3 Navarre, 2/3 Champagne et 3/3 Ardennes, comptait 36 Mirage 2000D RMV [pour Rénové à Mi-Vie], sur un total de 48 prévus par la Loi de programmation militaire [LPM] 2024-30. Seulement, il n’est pas possible de savoir combien elle en aligne actuellement, le ministère des Armées ne communiquant plus ses « chiffres clés », comme il le faisait autrefois.

Lors de cette campagne de tir qui aura duré trois semaines, la 3e Escadre a totalisé 600 heures de vol au cours de 450 sorties. Soit un surcroît d’activité de 20 % par rapport à son rythme ordinaire.

« Chacun de nos personnels navigants doit tirer une à deux munitions type bonne de guerre », a rappelé le chef des opérations de cette unité. « Outre cet entretien des qualifications au tir air-sol, c’est l’ensemble de l’entraînement organique qui occupe majoritairement les équipages », a-t-il continué. Et d’ajouter : « La proximité des espaces aériens maritimes, sur lesquels on peut évoluer à 150 ft [pieds] au-dessus de la mer, des Pyrénées, permettant des vols en montagne différents de ceux dans les Alpes, ou encore de la 30e escadre de chasse, avec laquelle nous montons des missions conjointes, apportent une plus-value incontestable à notre entraînement ».

Le rythme de travail est tout aussi élevé – si ce n’est plus – pour les mécaniciens étant donné qu’il leur revient d’adapter les Mirage 2000D aux missions qu’ils doivent effectuer. « Ces nombreuses activités variées dépendent de notre réussite à mettre en ligne de vol des avions de configurations différentes », a expliqué le chef des opérations.

Après ce déploiement à Cazaux, la 3e Escadre va mener un nouvel exercice de type SAPHIR, avec l’objectif d’effectuer 600 heures de vol en 200 sorties aériennes.

Photo : Anthony Jeuland – AAE

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

61 contributions

  1. 3/12 dit :

    A la fin des années 80, à la fin du Mirage F1 C, nous avions une dotation théorique de plus de 20 avions…par escadron…certes pas tous bons de vol…mais au niveau de l’Escadre ça commençait à faire nombre…

    • Romain dit :

      Le format à la fin des années 80 était de 3 escadrons de chasse à 15 appareils par escadre. Soit environ 45 appareils par escadre. On gambergeait déjà l’époque que le format OTAN des escadrons était de 18 appareils. Et pour info, le retrait du F-1 C s’est étalé entre 1988 et … 2003. 15 ans.

    • Pascal, (l'autre) dit :

      « A la fin des années 80, à la fin du Mirage F1 C, nous avions une dotation théorique de plus de 20 avions…par escadron » Cette dotation escadron est passé effectivement à 20 avions lors de la dissolution des escadres afin de rendre le escadrons plus « autonomes » Auparavant cette dotation était de 15 « théorique ».
      Ps: Ancien de Cambrai?

  2. lecoq dit :

    ca bouge, ca bouge … avec un tel volume de tir de munition, a priori la production a enfin été lancé … encourageant

  3. Omive dit :

    merci à tous nos pilotes et mécaniciens et à tous les millitaires terre, air, mer pour nous protéger de tous ceux qui veulent nous attaquer.

  4. Vins dit :

    Exercice de projection de « masse » je suppose?
    Défense à très court terme d’un pays de l’Est attaqué?
    Moldavie? Pays baltes?

    • Pascal, (l'autre) dit :

      « Exercice de projection de « masse » je suppose? » Non, campagne de tir comme tous les escadrons de chasse qui y sont assujettis! Pareil à Solenzara et ce depuis de nombreuses années! Théoricien du complot?

  5. mich dit :

    Une trentaine d’ avions sur les parkings de Cazaux pendant trois semaines , en voilà une belle campagne de tir et toujours plus sympa que de rester dans les murs de son escadron si cela n ‘ a pas trop changé .

    • Phil dit :

      Surtout qu’on peut profiter de la région en extra-pro (le W.E surtout…)

  6. Phil dit :

    Dans les années 80, notre escadre (33eme de Reco à Strasbourg sur Mirage 3R/RD ) partait 1 mois et demi à Cazaux en campagne de tir canon air/sol + air/air…. avec une relève par escadron toutes les 3 semaines…. Alors là oui ça en faisait des « pelos » de tirés. Chaque escadron partait avec ses 12-13 avions sur 15 alloués. Et le pire c’est que les pilotes trouvaient le temps de faire des photos des maisons ou résidences secondaires pour les diverses autorités du coin….
    Mais c’était une autre époque…!

    • Pascal, (l'autre) dit :

      « avec une relève par escadron toutes les 3 semaines…. Alors là oui ça en faisait des « pelos » de tirés. » Ah la préparation des bandes d’obus « avé » les couleurs* différentes pour reconnaître qui avait « cartonné »!
      * Avec une peinture qui ne séchait pas! Le treillis était bon à jeter à la fin de la campagne maculé qu’il était!

      • Phil dit :

        Exact… Et avec des discutions jusqu’à plus soif pour savoir qui à mis dans le mille, car les couleurs se mélangeant de temps à autre….
        Quelqu’un saurait-il si les « bombinettes » plastique bleues sont toujours utilisées ? A la 33eme, avec le F1CR, se pratiquait le « bombing » avec ces bombinettes , très souvent dans le mille avec les aides au largage…

        • Pascal, (l'autre) dit :

          « Et avec des discutions jusqu’à plus soif pour savoir qui à mis dans le mille, car les couleurs se mélangeant de temps à autre…. » Oh que oui, des discussions de « marchands de tapis » soupoudrées d’une bonne dose de mauvaise foi! Souvenirs, souvenirs!

  7. Bruno dit :

    Les mirages 2000 des Emirats arabes unis sont aussi en train d être retrofités,si on rajoute les mirages qui proviennent du Quatar ça fait plus d une centaine de mirage 2000 qui pourraient aider l Ukraine

  8. Sempre en Davant dit :

    Et l’affiche habituelle : DANGER – MANQUE DE MUNITIONS c’est une 4 par 3 ?

  9. Anonymelol dit :

    Après il faut voir en termes d’efficacité, et d’accomplissement de la mission. Il me semble toujours difficile de comparer des avions de génération différentes. N avions d’aujourd’hui= Z avions d’hier

  10. Félix GARCIA dit :

    « RAFALE SOLO DISPLAY 2024 Démo 1ére des Ambassadeurs 6 Mai 2024 BA 701 SALON DE PROVENCE »
    https://www.youtube.com/watch?v=d4Mfj4sndhA

    • KOUDLANSKI Romain dit :

      J’aurais la chance de voir, le RSD lors d’un meeting à côté de chez moi , d’ici 2 semaines j’ai hâte d’être au meeting pour le voir .

  11. Casimir Gloubiboulga dit :

    Aaah, c’était ça tous les coucous qui passent à très faible altitude pile-poil au-dessus de ma barraque !!?
    Faudra leur dire qu’ils peuvent rouler 😉 au-dessus des champs à l’extérieur du bled, c’est pas la place qui manque !

    Faut croire que c’est leur nouvel aire de jeu car à présent ce sont les Tigre qui font des ronds dans l’eau ; -) au-dessus du village mais au moins ils ont l’amabilité de me laisser sortir l’APN pour les shooter car ceux de l’AA ne respectent pas les limitations de vitesse. 😉

    • Air, aire, ère, erre, haire, hère dit :

      Un nouvel air, une nouvelle aire, une nouvelle ère, une nouvelle erre, une nouvelle haire, un nouveau hère.

  12. Thierry le plus ancien dit :

    — optimisation de la disponibilité des avions de combat
    — surcroît d’activité de 20 %
    — tirer une à deux munitions type bonne de guerre*
    etc.
    —————————————————————
    C’est là une optimisation comptable et non une opération militaire ! clairement à coté de la plaque.

    Quand on veut se préparer à faire la guerre on n’économise pas, ni n’optimise, on produit, on fabrique, on stock, on entraine sans relâche, on augmente nos capacités.

    C’est 20 munitions de guerre et non 2 qu’il faudrait tirer si on parle de haute intensité, la guerre c’est aussi 200% d’activité en plus, jour et nuit, tous les jours, toutes les semaines et mois, donc beaucoup plus de personnel dont la plupart sont novice, et il faut apprendre à les gérer en même temps qu’à combattre, rien de tel ici.

    quand aux avions de combat faut aussi penser à compenser les pertes inévitable très rapidement pour conserver sa puissance de feu, sinon l’escadrille n’existera plus au bout de quelques jours seulement. Cela signifie pouvoir se procurer davantage d’avions prêt au combat très vite, ce qui serait possible si nous avions une garde nationale par exemple comme aux U.S.A, au lieu d’une réserve de bidochons retraités ou juvénile sans équipement ni même un calot sur la tête…

    La guerre c’est pas une startup ni une banque, faudra que l’autre fendu du melon qui gouverne encore plutôt mal que bien le comprenne un jour.

    • Cantatrice dit :

      S’il vous plaît. Quant à, quant au, quant aux. Avec un t. Pas un d.
      Quant à = En ce qui concerne. Quand à = Lorsque à.
      Quant aux avions de combat, faut aussi penser…