défense / Archives

Vers un changement d’approche pour le soutien des forces?

La réforme du ministère des Armées lancée en 2008 mit en place des « bases de défense », dont l’objectif était de mutualiser le soutien de plusieurs unités dans un périmètre géographique donné [1h à 1h30 de route] en concentrant sur un même site les services d’administration, de gestion, d’habillement, etc. Et cela, pour quelques économies loin

Le président Macron veut définir une « stratégie spatiale de défense »

Le mois dernier, l’entreprise américaine de sécurité informatique Symantec a révélé qu’un groupe de pirates chinois appelé « Thrip » aurait mené une campagne d’espionnage visant des sociétés de télécommunications et d’imagerie géospatiale ainsi que des organismes du secteur de la défense implantés aux États-Unis et en Asie du Sud-Est. Plus précisément, il s’est intéressé aux systèmes

Singapour envisage de lancer une procédure pour remplacer ses avions F-16

En consacrant 22% de son budget à ses dépenses militaires, la prospère République de Singapour entretient des forces armées dont le format peu paraître disproportionné par rapport à sa superficie (720 km2) et au nombre de ses habitants (près de 6 millions). Mais cet investissement tient à plusieurs raisons : la cité-État s’estime isolée dans

Mme Parly : « Chaque manquement » à la Loi de programmation militaire serait une « trahison »

Le 28 juin, le Parlement a définitivement adopté la Loi de programmation militaire 2019-25 qui, pour la première fois depuis fort longtemps, prévoit d’augmenter significativement le budget des armées, avec un effort de 198 milliards d’euros sur la période 2019-2023 [et de 295 milliards sur s’ensemble de la période 2019-25, ndlr]. Sur les cinq prochaines

M. Trump reproche à la Norvège de ne pas faire le nécessaire pour porter ses dépenses militaires à 2% du PIB

Le 19 juin, le président américain, Donald Trump, a envoyé un courrier au Premier ministre canadien, Justin Trudeau, pour lui faire part de la « frustration croissante » des États-Unis causée par le fait que le Canada n’ait « pas augmenté » ses dépenses militaires comme il s’y était engagé lors du sommet de l’Otan, organisé en septembre 2014

Les forces néerlandaises vont se désengager du Mali pour se concentrer sur les missions de l’Otan

Le rapport annuel 2018 du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) souligne qu le nombre de Casques bleus a diminué de 7,6% l’an passé, ce qui risque de rendre illusoire le renforcement de la sécurité des opérations de maintien de la paix conduites par les Nations unies, comme le préconise le rapport du groupe d’experts

Le Parlement aura à adopter une Loi de programmation militaire « bétonnée » par le Sénat

Certains s’interrogent parfois sur l’utilité du Sénat, allant même parfois à réclamer sa suppression parce qu’il coûterait trop cher. En 1998, Lionel Jospin, alors Premier ministre, voyait en lui une « anomalie démocratique ». Plus récemment, Marine Le Pen a dit « ne pas voir exactement à quoi il servait » tandis que Jean-Luc Mélenchon (qui y a siégé

Contre l’avis du Pentagone, M. Trump ordonne la création d’une « force armée de l’espace »

En mars, lors d’une visite à la base aéronavale de Miramar, à San Diego [Californie], le président américain, Donald Trump, avait évoqué l’idée de créer une « armée de l’espace », alors qu’un tel projet venait de faire l’objet d’un débat au Congrès. « Nous faisons un travail extraordinaire dans l’espace. […] J’ai dit peut-être qu’il nous faudrait

Contrôle parlementaire : Le député François Cornut-Gentille critique la « désinvolture » du ministère des Armées

Après le satisfecit que le ministère des Armées s’est adressé au sujet de l’exécution de son budget en 2017, le député (LR) François Cornut-Gentille vient d’y mettre un bémol, dans son rapport sur le règlement du budget et l’approbation des comptes 2017 qu’il vient de remettre au nom de la commission des Finances. Étant donné

Le chef de l’Agence européenne de défense met en garde contre la mainmise américaine sur les équipements militaires

Lors d’une audition à l’Assemblée nationale dans le cadre de l’examen du projet de Loi de programmation militaire [LPM] 2019-25, le Pdg de Dassault Aviation, Éric Trappier, s’était emporté contre la tendance des industriels américains de l’armement à imposer leurs standards technologiques au lieu de rechercher l’interopérabilité avec l’Otan. « Le modèle américain du F-35 casse