défense / Archives

Général Lecointre : « Aujourd’hui, je n’ai pas de scénario qui permette de faire face à un conflit de masse »

Lors de la dernière audition du chef d’état-major des armées [CEMA], le général François Lecointre, à l’Assemblée nationale, le député Thomas Gassilloud a demandé si un « travail de planification » portant « sur des hypothèses plus noires que celles envisagées, qui nécessiteraient une mobilisation allant bien au-delà du contrat opérationnel de nos armées » était actuellement conduit par

PLFR : Le Sénat dénonce le « coup de rabot » dans le budget des Armées pour financer les OPEX

Les surcoûts des opérations extérieures [OPEX] ayant dépassé, comme l’on pouvait s’y attendre, l’enveloppe de 650 millions d’euros initialement prévue au titre de la mission « Défense », le gouvernement a donc décidé d’annuler 404,2 millions de crédits [mis en réserve en début de gestion, ndlr] dans le budget des Armées via un projet de loi de

Un amendement a été déposé pour rétablir les crédits du ministère des Armées annulés par Bercy

Présenté en Conseil des ministres le 7 novembre, le projet de loi de finances rectifivatives [PLFR] 2018 prévoit donc, afin de financer le surcoût des opérations extérieures [OPEX] et des missions intérieures [MISSINT], de puiser 402,4 millions d’euros dans les crédits du ministère des Armées mis en réserve en début de gestion. Le programme « Équipement

Le président Macron parle d’établir une « vraie armée européenne »

Dans les années 1950, il fut question de créer une « armée européenne » dans le cadre d’une « Communauté européenne de défense » [CED], dotée d’institutions supranationales, supervisées par l’Otan (et donc, par extension, les États-Unis puisque le commandement militaire revient systématiquement à un officier général américain). Ce projet suscita de vives oppositions et le traité instituant cette

Les députés ont adopté le budget des armées pour 2019 par 61 voix contre 3

« La défense! C’est la première raison d’être de l’État. Il n’y peut manquer sans se détruire lui-même », avait lancé le général de Gaulle, lors d’un discours prononcé à Bayeux en 1952. Pour autant, le 2 novembre, à l’Assemblée nationale, beaucoup de députés devaient avoir mieux à faire que d’assister aux débats portant sur les crédits

La Défense italienne annule et reporte des programmes d’armement pour trouver au moins 450 millions d’euros

Le 23 octobre, la Commission de Bruxelles a rejeté le projet de budget 2019 présenté par le gouvernement italien, au motif qu’il n’est pas conforme aux règles du pacte de stabilité et de croissance. Du jamais vu. L’exécutif de l’Union européenne [UE] a ainsi pointé les prévisions de déficit (2,4% au lieu des 0,8% promis

Hostile à l’offre française sur les Rafale, Steven Vandeput, le ministre belge de la Défense, va démissionner

Normalement, en janvier prochain, Steven Vandeput, l’actuel ministre belge de la Défense, devrait s’asseoir dans le fauteuil de « bourmestre » [maire] de Hasselt, ville d’environ 80.000 habitants, chef-lieu de la province de Limbourg, la liste qu’il conduisait, le 14 octobre, lors des élections communales, étant arrivé en tête. En outre, et sauf coup de théâtre, il

Le président Trump évoque le départ possible de James Mattis, l’actuel chef du Pentagone

Depuis que Donald Trump est à la Maison Blanche, plusieurs responsables liés de près ou de loin au renseignement, à la défense et à la diplomatie, ont été remplacés ou mutés. Ainsi, le poste de conseiller à la sécurité a changé quatre fois de titulaire (le général Flynn a été remplacé par le général Kellogg

L’Italie pourrait supprimer au moins 500 millions d’euros de dépenses militaires

Avec un projet de loi de finances qui prévoit une allocation mensuelle de 780 euros par mois pour 6 millions de personnes et une disposition devant permettre un départ à la retraite plus tôt, l’équation budgétaire italienne s’annonce compliquée, d’autant plus que la dette publique du pays a atteint les 2.300 milliards d’euros. Mais l’on

La Défense belge peine à recruter et à retenir ses jeunes soldats

Le plan stratégique pour la Défense belge, approuvé par un comité ministériel restreint en décembre 2015, prévoyait une nouvelle baisse des effectifs militaires, ces derniers devant passer de 32.000 à seulement 25.000 personnels d’ici 2030. Un nombre suffisant « pour mener à bien toutes les missions » tout en permettant, avait-il été expliqué, de dégager des marges