budget / Archives

Il y a des failles de détection dans la couverture radar de l’espace aérien français

À bien des égards, l’année 2015 sera un tournant qu’il ne faudra pas manquer pour l’armée de l’Air. Comme l’a souligné son chef d’état-major, le général Denis Mercier, lors d’une audition devant les députés de la Commission « Défense », elle sera « majeure pour la construction de » son « plan stratégique ». « Modernisation, ressources humaines, organisation : toutes les

Armée de l’Air : Le projet Cognac 2016 retardé d’au moins un an

Le projet Cognac 2016 est un majeur pour l’armée de l’Air, dans la mesure où il aura un effet structurant. De quoi s’agit-il? L’idée consiste à réunir sur la base aérienne 709 de Cognac la formation et l’entraînement différencié des pilotes de chasse avec l’objectif de permettre aux aviateurs de pouvoir répondre aux exigences opérationelles

Général de Villiers : « Il n’y a plus de gras dans nos armées, on attaque le muscle. C’est mon devoir de vous le dire »

À trop tirer sur la corde, elle finit par casser… Et c’est ce que redoute, le général Pierre de Villiers, le chef d’état-major des armées (CEMA), d’après le compte-rendu de son audition [.pdf] devant les députés de la commission de la Défense, diffusé par la Saint-Cyrienne. Tout d’abord, pour le CEMA, l’actualité internationale de ces

La situation budgétaire de la gendarmerie est meilleure que l’an passé

Fin 2013, la Gendarmerie nationale était dans le rouge au niveau financier. Avec pour conséquences la limitation des déplacements motorisés, des commandes de nouveaux véhicules réduites à zéro, des difficultés pour payer les factures d’énergie, etc… Aussi, son directeur, le général Denis Favier, avait tiré la sonnette d’alarme lors des auditions parlementaires menées dans le

En 2015, 1.000 postes d’officiers seront supprimés et il y a aura beaucoup moins de pécules attribués

Récemment, lors de la présentation du rapport d’information sur le contrôle et l’exécution des crédits de la Défense pour l’exercice 2013 , le député Philippe Vitel a alerté sur le fait que la « réduction drastique » des effectifs des officiers « pose un certain nombre de problèmes aux états-majors des armées, en particulier de l’armée de l’Air

Les pays européens ont réduit leurs budgets militaires pour faire des économies… Mais leurs dépenses publiques ont progressé

Le 3 octobre, le ministre autrichien de la Défense, Gerald Klug, présentait une nouvelle réforme des forces armées de son pays. En fait de réforme, il s’agit plutôt d’un énième plan d’économies… Au point que, en 2018, l’on pourrait se demander si la Bundesheer sera encore une armée… Avec des effectifs réduits de 1.400 de

Le coût de la dissuasion nucléaire ne représente que 0,15% du PIB

L’on entend souvent dire que les crédits de la dissuasion nucléaire sont « sanctuarisés » car il s’agit de « l’assurance-vie » de la Nation. Certains s’en félicitent. D’autres, au contraire, le déplorent, estimant que l’on accorde trop d’importance aux forces stratégiques au détriment des troupes conventionnelles, en particulier terrestres, qui, régulièrement engagées dans les opérations extérieures, ne disposent

Le « dépyramidage » des forces armées va-t-il trop loin?

Entre 2008 et 2011, et avec la suppression de 23.000 postes au cours de cette période, le ministère de la Défense comptait réaliser 1,1 milliard d’euros au total. Pas de chance, sa masse salariale a au contraire augmenté de 1 milliard. En cause, selon la Cour des comptes : un taux d’encadrement trop élevé par

Le surcoût des opérations extérieures estimé à 1,1 milliard d’euros pour 2014

Alors que le surcoût des opérations extérieures a dépassé le milliard d’euros en moyenne au cours de ces trois dernieres années, le budget de la Défense pour 2014 avait prévu une ligne de 450 millions d’euros pour les financer, la différence devant être comblée par la réserve de précaution interministérielle. Pour être clair, l’on parle

Le ministre de la Défense propose de créer des « sociétés de projets » pour financer les matériels des armées

En 2015, et afin de maintenir le montant du budget de la Défense à 31,4 milliards d’euros, il faudra trouver 2,3 milliards de recettes exceptionnelles (REX), soit le tiers de la somme prévue par la Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019. Ces ressources extra-budgétaires devaient être founies par la vente aux enchères de fréquences hertziennes