budget / Archives

Le Sénat veut s’assurer que le financement du Service national universel n’affectera pas le budget des Armées

Lors de l’examen du projet de Loi de programmation militaire [LPM] 2019-2025, la commission des Finances, à l’Assemblée nationale, a rejeta un amendement du député François Cornut-Gentille (LR) visant à préciser que les ressources du ministère des Armées ne seraient pas ponctionnées pour financer le Service national universel (SNU) voulu par le président Macron. L’argument

Comment les Armées ont-elles utilisé les 700 millions d’euros « dégelés » juste avant la clôture de l’exercice 2017?

L’automne dernier, la ministre des Armées, Florence Parly, se devait de gagner deux arbitrages pour boucler le budget 2017 de la mission « Défense ». Le premier était la prise en charge, par un financement interministériel, les 400 millions de surcoûts supplémentaires liés aux opérations extérieures et intérieures tandis que le second consistait à obtenir le déblocage

La Russie critique la « militarisation croissante » de la Pologne

S’agissant des dépenses militaires, la Pologne est un bon élève de l’Otan dans la mesure où cela fait déjà quelques années que son effort de défense est équivalent à 2% de son PIB. Et selon un plan présenté en août 2017, il est question d’aller plus loin encore en portant ce dernier à 2,5% du

Budget : Le report de charges du ministère des Armées reste à un niveau préoccupant

Avant la mise en oeuvre de la Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019, le montant du report de charges du ministère des Armées, c’est à dire la somme des factures dont le paiement est reporté à l’année suivante, dépassait les 3 milliards d’euros. Et cela était déjà considéré « préoccupant », d’autant plus que les marges de

Le président Poutine confirme une baisse des dépenses militaires russes

Cela peut sembler contradictoire. Le 1er mars, lors de son adresse annuelle au Parlement russe, le président Poutine a longuement évoqué l’existence de nouveaux armements (missiles hypersoniques, armes laser, mini-sous-marin à propulsion nucléaire, etc…), censés répondre à l’activité militaire des « États-Unis, qui veulent déployer leurs boucliers antimissiles en Europe de l’Est et Corée du Sud

La France ouvre une ligne de crédit de 400 millions d’euros pour renforcer l’armée libanaise

Lors de la conférence « Rome II », organisée le 15 mars, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a estimé qu’il était « essentiel pour la communauté internationale de montrer une forte solidarité avec le Liban, pilier fondamental de la stabilité de la région » du Proche-Orient. D’autant plus que, ces dernières années, le pays du Cèdre

Les députés de la commission de la Défense s’opposent au gouvernement sur les restes à payer du ministère des armées

L’article 17 de la Loi de programmation des finances publiques (LPFP), laquelle encadre la Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, limite les restes à payer de l’État – c’est à dire la différence entre les autorisations d’engagement (AE) et les crédits de paiement (CP) – à une centaine de milliard d’euros. Sauf que le ministère

LPM 2019-2025 : Vers un nouveau bras de fer sur les « restes à payer » du ministère des Armées?

En matière de finances publiques, les « autorisations d’engagement » (AE) correspondent à un niveau autorisé de dépenses futures dans le cadre de l’exécution de contrats susceptibles de s’étaler sur plusieurs années. Les traites afférentes à ces derniers sont honorées par des crédits de paiement (CP). La différence entre des AE et des CP s’appelle des « restes

La Chine va augmenter officiellement ses dépenses militaires de 8,1%

Pour la troisième année consécutive, les dépenses militaires de la Chine ne dépasseront pas les 10%, alors que, par le passé, une telle progression était la norme. Du moins si l’on se fit aux déclarations officielles, les autorités chinoises étant régulièrement accusées d’entretenir une certaine opacité sur les crédits alloués à l’Armée populaire de libération

Soutien des forces : Le nombre de bases de défense pourrait être réduit d’environ un tiers

La mise en place des bases de défense aura été l’une des mesures emblématiques de la réforme du ministère des Armées conduite entre 2007 et 2012. L’idée était alors de mutualiser le soutien d’unités situées dans un périmètre géographique défini (la norme étant de 1h à 1h30 de route) en regroupant sur un même site