budget / Archives

Quels sont les enjeux de la future Loi de programmation militaire pour les forces spéciales?

Lors de l’exécution de la Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019, les forces spéciales françaises ont pu renforcer significativement leurs effectifs (+30%), lesquels comptent désormais 3.900 personnels d’active et 400 réservistes. Pour autant, le nombre de leurs engagements – qui, en plus, s’inscrivent dans la durée – fait que leur contrat opérationnel est dépassé. S’agissant

M. Macron : « J’ai décidé d’arrêter cette lente érosion de nos capacités militaires »

Pour ses premiers voeux aux Armées, le président Macron a prononcé un long discours à bord du Bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude, à Toulon, ce 19 janvier. Dans la première partie de son intervention, au ton plutôt convenu, M. Macron a fait le bilan des actions menées dans le domaine de la

La hausse de 20% des dépenses militaires danoises justifiées par la menace russe

Les relations entre le Danemark et la Russie sont au plus bas depuis maintenant plus de quatre ans. L’affaire de l’annexion de la Crimée y est évidemment pour beaucoup. Mais pas seulement. Dans un rapport publié en octobre 2014, le Forsvarets Efterretningstjeneste, c’est à dire le service de renseignement militaire danois, révéla que l’aviation russe

Le ministère des Armées espère réduire la facture des opérations extérieures

Même s’il augmente de 1,8 milliards d’euros en 2018, puis de 1,7 milliards par an jusqu’en 2022, le budget des Armées restera insuffisant pour financer l’ensemble des besoins exprimés par les chefs d’état-major. Et sauf à accentuer l’effort par la suite, l’objectif d’atteindre les 50 milliards d’euros de crédits (hors pensions, hors opex) d’ici 2025,

50% des Français estiment que les armées n’ont pas les moyens de leurs missions

Peut-on parler d’une prise de conscience au regard des résultats des enquêtes d’opinions conduites depuis deux ans? A priori, de plus en plus de Français estiment que les armées n’ont pas les moyens suffisants pour mener à bien leurs missions. C’est ce que l’on pourrait déduire des « chiffres clés de sondages de la défense », que

Mme Parly : La hausse du budget des Armées s’accompagnera d’un « effort de transformation et d’adaptation »

Après une hausse de 1,8 milliard d’euros en 2018, le budget des Armées devrait ensuite, si tout se passe bien, augmenter de 1,7 milliard d’euros par an jusqu’en 2022, tout en prenant à sa charge une part de plus en plus significative des surcoûts liés aux opérations extérieures. Pour de nombreux observateurs, cet effort ne

Armées : Les 700 millions d’euros de crédits gelés ont finalement été débloqués

Le gel de 700 millions d’euros dans le budget des Armées (précisément dans le programme 146 « Équipement des forces ») avait suscité l’inquiétude des parlementaires, au point que la commission sénatoriale des Affaires étrangères et de la Défense manifesta sa mauvaise humeur en s’abstenant lors du vote sur les crédits alloués aux armées dans le cadre

Une nouvelle épée de Damoclès plane sur le budget des Armées et les ambitions stratégiques de la France

Il y a des sujets autrement plus importants qu’un séjour présidentiel au château de Chambord qui mériteraient de faire l’objet d’une polémique… Ainsi en est-il, par exemple, des 700 millions d’euros du budget des armées encore gelés par le ministère de l’Action et des Comptes publics, ou encore de l’article 14 du projet de loi

Budget des Armées : Les 700 millions d’euros gelés pourraient être débloqués en… 2018

Depuis maintenant des semaines, Mme le ministre des Armées, Florence Parly, réclame le déblocage de 700 millions d’euros de crédits gelés par le ministère de l’Action et des Comptes publics. En vain. Fin novembre, la commission sénatoriale des Affaires étrangères et des Forces armées avait tenté de mettre la pression sur Bercy en s’abstenant lors

Un rapport déplore l’usure avancée de certains équipements de la Gendarmerie nationale

Pour 2018, la Gendarmerie nationale devrait disposer d’une enveloppe de 8,913 milliards d’euros, soit 101 millions de plus (+1,1%) par rapport à l’exercice budgétaire en cours. Mais comme l’on pouvait s’y attendre, cette progression des crédits sera insuffisante pour moderniser certains équipements usés jusqu’à la corde. La situation la moins alarmante concerne le renouvellement des