Politique de défense/ Archives

Le projet Source Solde a connu un « taux d’erreurs habituel » lors de ses premiers essais

Après les dysfonctionnements du système Louvois (Logiciel unique à vocation interarmées de la solde), qui ont plongé de nombreux militaires dans d’énormes difficultés financières, le ministère des Armées a confié à la société Sopra-Steria le soin de mettre au point un nouveau calculateur, appelé « Source Solde », sous la responsabilité de la Direction générale de l’armement

Selon un rapport, les services de soutien doivent être placés « au coeur de la prochaine Loi de programmation militaire »

Service de santé des armées (SSA), Direction interarmées des réseaux d’infrastructure et des systèmes d’information de la défense (DIRISI), Service des essences des armées (SEA), Service du commissariat des armées, etc… L’action de ces organismes interarmées (pardon de ne pas pouvoir tous les citer) n’est pas souvent sous le feu des projecteurs. Et pourtant, sans

Soldes : Au minimum, les surcoûts induits par les ratés de Louvois ont atteint 145 millions d’euros

Peu après avoir été mis en service pour le paiement des soldes des militaires de l’armée de Terre et de la Marine nationale, le Logiciel unique à vocation interarmées de la solde (Louvois) fit rapidement parler de lui par ses multiples dysfonctionnements de deux types. Ainsi, soit le militaire ne touchait que partiellement sa solde

Malgré des réticences, le Sénat a voté le budget des Armées pour 2018

Cette semaine, par la voix de son président, Christian Cambon, la commission sénatoriale des Affaires étrangères et des Forces armées, a fait savoir qu’elle s’abstiendrait lors du vote sur le budget 2018 du ministère des Armées, lequel doit augmenter de 1,8 milliard d’euros. En cause : les 700 millions d’euros de crédits du budget en

700 millions d’euros étant toujours gelés dans le budget des Armées, le Sénat s’inquiète

Pour boucler l’exercice 2017 du budget dont elle a la charge, Florence Parly, Mme le ministre des Armées, devait trouver entre 350 à 400 millions d’euros qui lui manquaient pour financer les coûts des opérations extérieures et intérieures et obtenir, si possible au plus vite, le dégel de 700 millions d’euros de crédits, mis de

Le ministère des Armées sera-t-il le dindon de la farce lors de la vente de l’hôpital du Val-de-Grâce?

Décote « Duflot », cessions pour « l’euro symbolique » à titre de compensation aux collectivités locales lors de la fermeture d’une base ou d’une caserne, arbitrages défavorables, comme pour l’îlot Saint-Germain et l’Hôtel de l’Artillerie, à Paris… En matière d’immobilier, le ministère des Armées peine obtenir les recettes sur lesquelles il compte pour mettre un peu de beurre

Les enjeux de la prochaine Loi de programmation militaire : L’armée de l’Air

L’armée de l’Air a dû consentir de gros efforts lors des deux dernières Lois de programmation militaire (LPM). Ce qui s’est traduit par la fermeture de 17 bases aériennes, la suppression de la moitié de ses commandements et de ses directions, une déflation importante de ses effectifs et le décalage de certains programmes majeurs sur

La France va revoir ses dispositifs militaires au Sahel et au Levant

Lors de l’Université d’été de la Défense, en septembre, le chef d’état-major des armées (CEMA), le général François Lecointre, avait prévenu qu’il faudrait « faire des choix entre la régénération nécessaire de nos armées qui sortent d’années très difficiles de contrainte budgétaire accompagnées par le surengagement » ainsi que des « choix de renouvellement et des choix de

Les enjeux de la prochaine Loi de programmation militaire : La Marine nationale

La prochaine Loi de programmation militaire (LPM), en cours d’élaboration, aura des « enjeux déterminants, presque existentiels pour la Marine », selon l’amiral Christophe Prazuck, son chef d’état-major. Or, la trajectoire financière de cette future LPM a déjà été fixée par le projet de loi de programmation des finances publiques (LPFP), lequel prévoit d’augmenter le budget du

« Un militaire n’est ni un surhomme, ni un sous-citoyen »

Dans le cadre d’une série d’auditions sur la condition militaire, la commission de la Défense a accueilli, le 21 novembre, les représentants du Conseil supérieur de la fonction militaire (CSFM). Plusieurs préoccupations ont ainsi été soulevées, comme la réforme à venir des retraites, laquelle prévoit d’instaurer un système « notionnel » et « universel » en lieu et place