Politique de défense/ Archives

Le Sénat veut s’assurer que le financement du Service national universel n’affectera pas le budget des Armées

Lors de l’examen du projet de Loi de programmation militaire [LPM] 2019-2025, la commission des Finances, à l’Assemblée nationale, a rejeta un amendement du député François Cornut-Gentille (LR) visant à préciser que les ressources du ministère des Armées ne seraient pas ponctionnées pour financer le Service national universel (SNU) voulu par le président Macron. L’argument

Comment les Armées ont-elles utilisé les 700 millions d’euros « dégelés » juste avant la clôture de l’exercice 2017?

L’automne dernier, la ministre des Armées, Florence Parly, se devait de gagner deux arbitrages pour boucler le budget 2017 de la mission « Défense ». Le premier était la prise en charge, par un financement interministériel, les 400 millions de surcoûts supplémentaires liés aux opérations extérieures et intérieures tandis que le second consistait à obtenir le déblocage

Marchés publics : Pour le Délégué général de l’armement, les industriels « doivent assumer leurs responsabilités »

La prochaine Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, qui doit encore être approuvée par le Sénat, le ministères des Armées prévoit un effort significatif pour couvrir les besoins relatifs aux équipements, avec 172,8 milliards d’euros de crédits, dont 112,5 milliards pour la période 2019-2023. « Avec une moyenne annuelle de 22,5 Md€ courants entre 2019 et

Général Bosser : Le futur service national « aura sur l’armée de Terre un impact supérieur à ce que l’on imagine »

D’ici la fin du mois d’avril, le groupe de travail dirigé par le général Daniel Ménaouine rendra ses conclusions relatives aux modalités dans lesquelles s’effectuera le Service national universel [SNU] qu’entend mettre en place le président Macron d’ici 2022. Cela étant, à l’antenne de RTL, le 23 mars, la ministre des Armées, Florence Parly, a

Budget : Le report de charges du ministère des Armées reste à un niveau préoccupant

Avant la mise en oeuvre de la Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019, le montant du report de charges du ministère des Armées, c’est à dire la somme des factures dont le paiement est reporté à l’année suivante, dépassait les 3 milliards d’euros. Et cela était déjà considéré « préoccupant », d’autant plus que les marges de

Ex-chef d’état-major des armées, le général de Villiers rejoint le Boston Consulting Group

Après les généraux Denis Favier (Total), Christophe Gomart (Unibail-Rodamco) et Antoine Creux (Société Générale), c’est au tour du général Pierre de Villiers de rejoindre un groupe privé, en l’occurrence le Boston Consulting Group, qui a une antenne à Paris. L’ancien chef d’état-major des armées (CEMA), qui démissionna de ses fonctions en juillet 2017 après s’être

Quand le chef d’état-major des armées critique les « Bisounours » et les politiques de défense menées avant 2015

À la guerre, le premier mort, c’est le plan, dit-on. Qu’adviendra-t-il de celui prévu par le projet de Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, actuellement examiné par le Parlement? Bien sûr, ce dernier, comme les autres avant lui, présente quelques fragilités, comme par exemple un effort budgétaire accru (3 milliards) à partir de 2022 pour

Le général Lecointre sera vigilant sur la réforme des retraites et la rémunération des militaires

Comment s’appliquera aux militaires la prochaine réforme des retraites qu’entend mener le gouvernement? Pour le moment, on ne sait que très peu de chose, si ce n’est qu’il est envisagé un système par points ou un compte notionnel. Dans ces conditions, la retraite à jouissance immédiate sera-t-elle remise en cause? Que deviendrait la bonification pour

Pour le chef d’état-major de l’armée de l’Air, « on ne répare pas 20 ans de sous-investissements en quelques mois »

Pour la première fois depuis la fin des années 1990, un projet de Loi de programmation militaire (LPM), en l’occurrence celui qui va être débattu au Parlement pour les années 2019-2025, ne prévoit pas d’imposer des suppressions de postes et de réduire des moyens. Ces dernières dix dernières années, comme d’ailleurs ses homologues, l’armée de

Mme Parly confirme la création d’une agence dédiée à l’innovation au sein du ministère des Armées

Lors de sa visite au siège de Dassault Aviation, à Saint-Cloud, pour évoquer le Plan d’Étude Amont « Man-Machine-Teaming » destiné à imaginer les technologies de l’intelligence artificielle nécessaires à l’aviation de combat du futur, la ministre des Armées, Florence Parly, a profité de l’occasion pour confirmer la création prochaine d’une agence de l’innovation de défense, inspiré