Le ministère des Armées veut réduire le délai moyen de versement de la solde de ses réservistes de 79 à 65 jours

Le renforcement de la réserve opérationnelle est l’une des priorités de la Loi de programmation militaire [LPM] 2024-30, celle-ci ayant fixé l’objectif de parvenir à un ratio de un réserviste pour deux militaires d’active à l’horizon 2035. Ce qui suppose de recruter et de fidéliser 105’000 volontaires. Pour cela, certains critères ont été revus, comme la limite d’âge, désormais fixée à 72 ans, sous réserve que la condition physique soit adaptée à l’emploi souhaité.

Alors que, actuellement, un réserviste opérationnel sur deux est salarié, le concours des entreprises et des administrations est évidemment crucial. Cela passe par la signature de conventions entre la Garde nationale et les employeurs, à l’image de celle qui a été officialisée le 17 avril dernier par le groupe Renault, lequel s’est engagé à faciliter la disponibilité et la réactivité de ses employés réservistes, en allant au-delà des dispositions prévues par la loi.

« Cette convention accorde en outre une autorisation d’absence de 15 jours ouvrés par année civile au titre de ses activités dans la réserve opérationnelle [soit 5 jours de plus que le minimum légal] », s’est ainsi félicité le ministère des Armées.

Grâce à ce système de conventions, « nous arrivons en moyenne à multiplier par deux le nombre de jours. Autrement dit, au lieu d’effectuer dix jours chaque année dans la réserve comme le prévoit la loi, le salarié-réserviste pourra en réaliser une vingtaine sans avoir à piocher dans ses congés ou ses RTT », a par ailleurs expliqué le général Louis-Mathieu Gaspari, le Secrétaire général de la Garde nationale.

En outre, a-t-il continué, « de plus en plus d’employeurs décident même de maintenir tout ou partie de la rémunération de leurs employés-réservistes. Car dans une entreprise, le soutien apporté aux réserves opérationnelles est de plus en plus perçu comme un outil de fidélisation, voire de recrutement ».

Ces mesures produisent des effets positifs puisque, selon les derniers chiffres, 2000 réservistes opérationnels supplémentaires ont été recrutés depuis septembre 2023 [et donc la promulgation de la LPM 2024-30].

Cela étant, pour les réservistes opérationnels qui ne sont pas salariés [étudiants, travailleurs indépendants, etc.], il est important que les soldes qui leur sont dues soient versées dans des délais raisonnables… Or, ce n’est actuellement pas le cas, comme l’a admis le ministère des Armées, dans une réponse à deux questions écrites posées par les députés Christophe Bentz et Nathalie Da Conceicao Carvalho.

« Depuis le début de l’année 2023, le délai moyen de versement de la solde des réservistes sous contrat d’engagement à servir dans la réserve opérationnelle est de 79 jours. Sur cette période [de janvier à juin 2023], environ 14 % des soldes ont été versées en moins de 45 jours et 51 % en moins de 65 jours », a en effet indiqué le ministère.

Mais ces délais varient en fonction des armées et des grades. Ainsi, en 2023, les militaires du rang réservistes de l’armée de Terre ont attendu, en moyenne, 94 jours pour percevoir leur solde. Leurs camarades de la Marine nationale et de l’armée de l’Air & de l’Espace [AAE] sont à peine mieux lotis puisqu’ils ont dû patienter 90 jours.

Ces délais ont été de 89 jours pour les officiers réservistes du Service de santé des armées [SSA], qui sont souvent des médecins, et de 82 jours pour ceux de la Marine nationale. En revanche, les sous-officiers et les officiers réservistes de l’armée de Terre ont reçu leurs soldes au bout de 70 jours en moyenne.

« Le délai de versement de la solde est fonction du cycle de paiement des soldes mensuelles. D’une manière générale, les activités de réserve sont prises en compte mensuellement pour une mise en paiement le mois suivant, ce qui permet de fixer comme objectif deux mois pour le délai de paiement », a détaillé le ministère des Armées. Visiblement, cet objectif n’est pas atteint… car, a-t-il ajouté, « en fin d’année, les règles propres à la fin de gestion peuvent entraîner un allongement des délais de liquidation ».

Quant à la différence de traitement entre les militaires du rangs, sous-officiers et officiers, le ministère a expliqué qu’elle tenait aux fonctions et affectations des réservistes.

« Les sous-officiers et officiers exercent généralement leur période de réserve de manière isolée au sein d’états-majors », ce qui fait que la « validation de leurs jours d’activité est individuelle et transmise plus rapidement à l’organisme payeur », a-t-il avancé. En revanche, a-t-il poursuivi, « l’activité de réserve des militaires du rang est généralement collective. La transmission de leurs activités de réserve s’effectue de façon groupée pour l’ensemble de l’unité concernée, ce qui peut entraîner un allongement des délais ».

Quoi qu’il en soit, comme cette question peut influer sur la fidélisation des réservistes, le ministère des Armées, qui a reconnu que ces délais constatés restaient encore « trop importants », a dit s’être engagé « dans une démarche » visant à les réduire à moins de 65 jours.

« Fruit des actions entreprises sur certaines causes techniques à l’allongement des délais, entre novembre 2022 et août 2023, ces délais ont diminué de dix jours. Un travail d’harmonisation des processus doit permettre de continuer à les abaisser », a-t-il conclu.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

54 contributions

  1. Rakam dit :

    Ah parceque ils sont payés à 79 jours….oui un effort serait le bienvenu, même si la motivation est ailleurs…et la bonne nouvelle c’est que l’âge soit reculé, une reserve d’Ephad en somme, pas pressé remarquer…

    • Bordonado dit :

      Bien d’accord ! Faut-il que nous soyons tous à la retraite pour être réserviste ? Ça fera des carrières courtes.

  2. Naoned46 dit :

    puisque la situation de toutes les armées sont évoquées en ce qui concerne le règlement des soldes des réservistes peut on avoir le point de la situation sur les réservistes de la gendarmerie qui constituent,proportionnellement à l’effectif d’active des différentes armées ,une part importante du total général
    pour rappel la Gendarmerie est la quatrième armée dans les forces armées même si son emploi est le ministere de l’intérieur comme la Bspp,le bataillon des marins pompiers de Marseille et les quatre régiments de sécurité civile de Nogent le Rotrou,de Brignolles,de Corte et de Libourne

    • Antoine dit :

      Dans mon département, nous sommes payés le mois suivant. J’ai rarement eu du retard dans mes soldes. Les frais (repas et frais kilométrique) mettent parfois un peu plus de temps. Nous sommes donc très loin des 79 jours d’attente.

  3. Keller Jean dit :

    cela paraît encore exagéré. Quel employeur civil pourrait se permettre de payer ses employés à 65 jours?
    Aucun car il serait vite mis aux tribunal des prud’hommes.

  4. ROUQUAND dit :

    Quel défi ! Quand je lis cet article où le ministère des armées veut réduire de quelques jours le délai de paiement de la solde des réservistes sans être sûr d’y parvenir. Je m’interroge sur la capacité de nos armées à relever d’autres défis au combien plus importants comme par exemple multiplier par 3 ou 4 notre production d’obus de 155 mm à destination de l’Ukraine.

    • ji_louis dit :

      Augmenter la production (entre autre), c’est le problème de l’industriel; le ministère est un client, il ne produit pas lui-même.

      • C'est logique dit :

        Entre autres.
        Avec « autres » au pluriel.
        Entre autres choses.

        Il faut nécessairement qu’il y ait plusieurs autres choses pour que ce dont on parle puisse être « entre » ces autres choses.
        S’il n’y avait qu’une seule autre chose, ce dont on parle pourrait être « devant », « à côté de » ou « derrière » cette autre chose, mais pas « entre » cette autre chose.

        Augmenter la production (entre autres), c’est le problème de l’industriel.

    • Pascal, (l'autre) dit :

      « Je m’interroge sur la capacité de nos armées à relever d’autres défis au combien plus importants comme par exemple multiplier par 3 ou 4 notre production d’obus de 155 mm à destination de l’Ukraine. » Ce sont les industriels qui produisent des obus! L’armée, elle les utilise, ne mélangeons pas tout!

    • Roro d'la Colo dit :

      La production d’obus ne relève absolument pas des Armées! Ânerie suivante…?

  5. Thibault Mortier dit :

    A partir du moment où nos stratèges se disent capables d’envoyer un missile sur Moscou, puisque ce sont nos pires ennemis et que Poutine est fou, en moins de quelques minutes, on ne voit pas comment il serait impossible à l’administration d’envoyer une solde en moins de 90 jours (délai de paiement illégal en France…)

    • Pascal, (l'autre) dit :

      « A partir du moment où nos stratèges se disent capables d’envoyer un missile sur Moscou, puisque ce sont nos pires ennemis et que Poutine est fou,  » Arriver à parler de votre « chéri » dans une discussion qui traite d’un problème administratif et comptable (inadmissible) de paiement de solde………………..total raîîîîspet!

    • pib dit :

      commentaire stupide.

  6. Kardaillac dit :

    Les délais extravagants constatés dans le versement des soldes de la réserve sont proprement inadmissibles.
    La première chose à faire est de foutre à la porte les agents-ordonnateurs de la dépense. et de détruire les procédures réglementaires avant de passer tout ça à des cabinets d’experts-comptables civils.
    Lamentable !

  7. dit :

    Que c’est lent !
    Il y a dix ans, on partait en OPINT pour deux mois. Les droits à indemnités étaient arrêtés au retour. Mais si ça ne tombait pas en début de mois, on ne les percevait au mieux que deux mois après être rentré, soit quatre mois après être parti. D’ailleurs, bien souvent, on répartait pour deux mois avant d’avoir été indemnisé pour le mandat précédent.
    Solution mise en place : transmettre des arrêtés partiels tous les mois en début de mois, pour mise en paiement le mois suivant.
    Qu’on fasse pareil pour les réservistes. Et qu’on écarte pour indignité quiconque se plaindra que ça accroît sa charge de travail.

    • Franz dit :

      Dans la fonction publique territoriale, on a la possibilité de faire deux trains de paie par mois, pour que les contractuels qui font de petits remplacements pour un petit salaire soient rapidement payés. Pourquoi est-ce que ce serait impossible de payer à 30 jours dans la fonction publique d’État ?

  8. Bordonado dit :

    Que ce soit 90 ou 45 jours ces délais de paiement sont MAUVAIS. Qui a les moyens de faire de la réserve lorsque votre salaire est réduit au cours d’un mois d’un congé sans solde correspondant à votre période militaire ? Et c’est immédiat, non le mois d’après alors que vos charges fixes, elles, pèsent toujours.
    Trois solutions :
    – être payés immédiatement en cash à l’issue de la période militaire ; c’était le cas il y a quelques décennies. Pourquoi aujourd’hui ne pas régler par virement instantané ? « Ah ce n’est pas possible ». Pourquoi ?
    – prendre sur ses vacances, ce qui a ses limites, mais tous nous y avons recourru.
    – mettre en place comme pour les congés maladie un maintien de la rémunération, l’entreprise étant remboursée par l’armée comme elle l’est par la sécurité sociale.
    Enfin, dans les logiciels de gestion de temps des entreprises, le motif d’absence « période militaire » N’EXISTE PAS.
    Il faut inventer de nouvelles solutions car il s’agit de recruter 100 000 réservistes en 10 ans, autant que l’active. Nous devons être attractifs et se mettre à la place des jeunes recrues : ils préfèrent toucher 70 €/jour chez Macdo payés tout de suite que 50€ par jour à l’armée payés dans deux mois.

  9. civis17 dit :

    A une époque, vu le caractère anecdotique des soldes versées aux OR , je prenais des CP pour répondre à la grosse majorité des convocations y compris le stage de capitaine àl’EAI qui durait 3 semaines en été.

  10. gotoraptor dit :

    Ils sont sérieux là? Ils l’envoient par pigeons voyageurs ou quoi ? Je me demande quel est le pourcentage de pigeons perdus pour chaque distribution…

    • PK dit :

      En théorie, avec une informatique gérée correctement, il serait possible d’indemniser le vacataire le lendemain de la journée travaillée.

      Après, vous voyez… c’est juste du foutage de gueule intégral dans un monde qui ne veut pas regarder la vérité en face. Il y a une chaîne de branleurs qu’il ne faut pas surtout pas modifier…

      • J'abuse à peine... dit :

        Aucun branleurs dans la chaîne…
        L’explication est tt simple…
        La France ne respecte pas la norme de déficit chaque année… comment gratter qq points de déficit..!.?
        C’est tt simple… le reporter à l’année suivante…
        2 mois font 1/6 de l’année… donc appliquer aussi aux fournisseurs…
        Cela fait 1/6 du budget de la défense reporté… donc autant de déficit en moins…
        Évidemment cela ne marche bien… que la première année…
        Mais une fois que c’est fait… que faire… quasi impossible de revenir en arrière
        À part peut-être faire 2 mois de plus… pour gagner encore 1/6… et reporter 1/3 de l’année fiscale…
        Mais ça ferait beaucoup…
        Faut pas pousser mémé quand même…

        • PK dit :

          J’y crois à peine… Faut pas voir de la malice là où ne règne que l’incompétence.

          C’est comme l’EN : un gars qui commence en septembre est (au mieux) payé en… décembre. C’est juste de l’incompétence, comme énormément de services de l’État (à l’exception notable de l’imposition).

    • pib dit :

      ce n’est plus possible de payer aussitôt parce-que la France n’est plus qu’un petit pays du Tiers-Monde au bord de la faillite, parce-que ces abrutis de français ont voté le grosmou responsable de milliers de faillites, parce-que les autres ça ne les dérange pas tout ce qu’on file comme pognon à des immigrés qui ne nous respectent même pas, et parce-que les français sont des feignasses à qui rien que le mot travail donne des boutons !

  11. Angelin dit :

    ça me fait rire d’esperer attirer du monde en réserviste en les payant avec 3 mois de retard.
    les militaires seraient-il des sous-citoyens même à la retraite.

    • rainbowknight dit :

      Promettre les pires tourments, les emmerdes au retour pas forcément au tournant, ce n’est pas encourageant ni enthousiasmant même pour John Rainbow….

  12. Phil dit :

    Sans parler de certaines unités qui ne paient pas les activités aux soldats et détournent l’argent, un RHC notamment…

  13. Thierry le plus ancien dit :

    Et puis faut dire dire que ces pensionnés que sont les réservistes n’ont qu’à faire acte de présence pour toucher une fraction du salaire d’un membre actif de l’armée, un salaire de merde alors bien sûr le problème n’est pas le montant mais la date du chèque bouffé au mites pour que ça coute moins cher à l’Etat avec des troupes exotique de 7 à 77ans pour une soirée disco déguisé…

    Il nous faut des véritable militaire de profession, pas les réservistes qui sont du pipi de chat et d’ailleurs ils sont payés comme tel, preuve que ce gouvernement est au courant de leur faible capacité puisqu’en plus ils sont armés de balais et non de fusils, cela en fait une armée de service d’entretien de nettoyage… tirez un coup de feu en l’air et ils s’égayent dans les fourrés comme une volée de moineaux !!!

    • Bavoir dit :

      On peut comprendre que vous baviez à votre âge, mais vous devriez essayer de garder la bouche fermée, ne serait-ce que pour paraître plus intelligent.

    • Pascal, (l'autre) dit :

      Vos propos sont « lunaires »s surtout venant d’un ex futur pilote de chasse! Remarquez qu’ on l’a échappé belle avec un « warrior » comme vous!

    • TheLB39 dit :

      Dans la RO, la majorité des paxs RO1 ne sont pas pensionnés de l’armée. Ils doivent donc subvenir à leurs besoins par un emploi souvent dans le privé, avec 5 semaines de congés payés consacrés partiellement, ou intégralement au service de leurs UE-R et du drapeau. J’ai plus d’armes que de paxs, du VAB et PVP à disposition, des instructeurs d’actives prêts à nous consacrer un weekend de temps en temps pour nous former sur leurs spécialités. Ils sont souvent impressionnés par nos personnels, j’ai des militaires du rang ingénieurs ou master à la pelle, qui veulent simplement servir, pour 48 € par jour.

      • Thierry le plus ancien dit :

        N’importe qui peut s’inscrire en RO1 sans aucune condition d’expérience ou de compétence ni de motivation, d’âge ou de forme physique, aucune entreprise privé ne vous recrutera si votre CV se présente comme ça.

        Demandez vous pourquoi ils raclent les fonds de tiroir en ramassant tous ce qu’ils trouvent, ceux qui souffrent le plus de l’inflation, si ce n’est d’afficher un nombre théorique d’effectif même s’ils sont inapte à la tache.

        Les VAB sont déclassés et une faible partie seulement est remplacé, pas étonnant qu’ils servent à la réserve, mais de là à dire qu’un VAB avec des militaires professionnels à l’intérieur, autant conducteur que passager, soit au même niveau que ceux servit par les réservistes, là c’est quand même pousser le bouchon un peu loin.

  14. Raskolnik dit :

    J’imagine que, comme dans toutes les administrations françaises, ce retard est dû au fait qu’il y a plus de gens qui font du contrôle de gestion que de gens qui gèrent effectivement. Il est vrai qu’être en position de contrôleur presente moins de risques, est mieux rémunéré pour les « fins de carrière », car j’imagine que la plupart de nos gestionnaires fonctionnaires ont été recrutés dans les annees 80 a l’époque ou notre armée etait deux fois plus importante qu’aujourd’hui.

  15. Raskolnik dit :

    Comme dans toutes les administrations françaises, ce retard est dû au fait qu’il y a plus de gens qui font du contrôle de gestion que de gens qui gèrent effectivement. Il est vrai qu’être en position de contrôleur présente moins de risques, est mieux rémunéré pour les « fins de carrière », car j’imagine que la plupart de nos gestionnaires fonctionnaires ont été recrutés dans les annees 80 a une époque où nos armées etaient deux fois plus importantes qu’aujourd’hui.

  16. Allobroge dit :

    Comme me disaient mes Anciens, on n’est pas là pour la gamelle ! Oui mais quand on a le ventre vide, c’est quand même sympa qu’elle soit pleine et ça incite à en faire plus !…

  17. MAS 36 dit :

    Il me revient en mémoire quand la hiérarchie nous expliquait les bienfaits de l’utilisation des ordinateurs , que tout allait plus vite , que ça soulagerait les hommes de terrain. A l’heure de l’IA ça fait plutôt pitié. Il faut arrêter de se cacher derrière des explications qui n’en sont pas. Saluons au passage la patience des réservistes qui sont motivés par autre chose, mais quand même , un peu de respect pour ceux et celles qui donnent de leur temps à la nation. .

    • Alfred dit :

      Ça me rappelle une expérimentation de CAO grâce à laquelle une seule personne allait en remplacer plusieurs (concepteur, technicien, dessinateur, économiste, etc…) Le logiciel, qui n’était pas dédié à la base à l’utilisation projetée, s’avéra tellement lourd à utiliser malgré les adaptations réalisées a grands frais, que les machines à 2 écrans et grande table à digitaliser finirent sous une bâche au fond d’un couloir à certains endroits. Bien evidemment d’autres logiciels plus légers, de DAO cette fois, furent testés sans apporter d’amélioration reelle en termes d’efficacité et de gain de temps. Mais chacun se devait d’avoir un ordinateur allumé sur le bureau modernisme oblige. Puis vint le temps des formulaires à remplir ( tâche que beaucoup déléguerent à la secrétaire , avec un modèle destiné à être dupliqué repetitivement moyennant quelques modifications pour que la ressemblance ne soit pas flagrante) et des statistiques qu’ils alimentaient.

  18. rimtef dit :

    Autrefois, quand il n’y avait pas d’informatique, ces délais étaient compréhensibles.
    Mais là ? comment expliquer cette latence ? Probablement par des procédures lunaires comme d’habitude !
    C’est juste honteux.

    • rainbowknight dit :

      Armées : outil utile à Bercy en qualité de variable d’ajustement, d’active ou de réserve…. ne jamais se priver de cette opportunité.

  19. Ma'K7 dit :

    Louvoyer ( qui ne vient surtout pas du verbe Louvois ), semble encore être d’actualité chez les comptables de nos armées…… A moins que le mal soit ailleurs ? Retenons aussi, que ce n’est pas avec du vinaigre que l’on attire les mouches et qu’ici il est impératif de mettre sur pied du solide et de l’équitable.

  20. Alfred dit :

    En fin d’année les regles propres à la fin de gestion peuvent entrainer un allongement des delais de liquidation. Comprendre les credits de paiement annuels fixés ne pouvant être dépassés, il faut attendre la gestion suivante pour payer. Ce qui soulève évidemment la question des raisons des dépassements dont l’origine est souvent politique (restrictions budgétaires ou opérations supplémentaires imposées, par exemple)

  21. christophe nicolas dit :

    C’est normal car en cas de conflit avec la Russie, l’espérance de vie du réserviste au front passe en dessous de 65 jours donc c’est comme d’offrir des réductions sur la musique aux sourds, ça mange pas de pain et ça permet d’améliorer son image, c’est de la politique (humour)… 🙂

  22. Elwin dit :

    Faudrait des réservistes à la Paye pour payer les réservistes en armes. 😀

  23. Félix GARCIA dit :

    Gare au terme « ressources humaines » :
    « LA DÉVASTATION DU MONDE PAR « LES DERNIERS DES HOMMES » – Johann Chapoutot »
    Johann CHAPOUTOT est historien et professeur d’histoire contemporaine à la Sorbonne. Spécialiste de l’Allemagne et de la modernité occidentale, il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages dont « La loi du sang » (2014), « Libres d’obéir » (2020) ou encore « Le grand récit » (2021). Dans cette interview réalisée par Olivier Berruyer pour Élucid, Johann Chapoutot met en lumière les dynamiques profondes qui ont permis au nazisme de prendre racine, et qui n’ont hélas pas entièrement disparu. Il y a une continuité historique, des mécanismes structurels, qui aujourd’hui se réalisent à travers le néolibéralisme et ses incarnations politiques comme le macronisme. L’Histoire n’est pas finie, et pour l’anticiper au mieux, nous devons apprendre à lire la réalité sous les récits.
    https://www.youtube.com/watch?v=PAFhiU__lLk

  24. Phil dit :

    Thierry l’ancien est vraiment très ancien, et très c..si la connerie se mesurait il servirait de metre etalon, il serait à Sèvres.