Le ministère des Armées et EDF vont coopérer pour produire le tritium indispensable à la dissuasion nucléaire

Isotope radioactif de l’hydrogène, le tritium est un gaz difficile à conserver dans la mesure où tout stock se réduit de moitié tous les douze ans et disparaît totalement au bout d’un siècle. Or, les bombes thermonucléaires sont de type tritium-tritium ou tritium-deutérium. D’où la nécessité d’en disposer en quantité suffisante pour garantir la pérennité de la dissuasion française.

Dans les années 1960, la Direction des applications militaires du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies renouvelables [DAM/CEA] fit construire deux réacteurs spécifiques, appelés Célestin I et Célestin II, pour irradier du lithium afin de produire du tritium. Un unité de production dédiée [l’Atelier Tritium de Marcoule] entra en service en 1967.

Comme le rappelle le ministère des Armées, ces installations ont fonctionné jusqu’en 2009, année de leur démantèlement. Aussi, des travaux furent lancés dès la décennie 1990 pour les remplacer. Et l’une des pistes consistait à recourir à des réacteurs nucléaires civils – en l’occurrence ceux d’EDF – pour irradier du lithium afin de produire ensuite du tritium grâce aux moyens de la DAM.

Ce projet a mis du temps pour se concrétiser. En effet, le 18 mars, le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, s’est rendu à la centrale nucléaire de Civaux [Vienne] où un « service d’irradiation » sera installé afin d’irradier le lithium pour les besoins de la dissuasion nucléaire. Une convention avec EDF sera signée à cette fin.

« Les réacteurs de la centrale continueront de produire comme d’habitude de l’électricité […] et cela restera leur activité principale. De manière annexe, la puissance des cœurs de ces réacteurs, les plus récents du parc national, est mise à profit pour y irradier des composés contenant du lithium. Ces matériaux seront embarqués dans le cœur comme passagers, en quelque sorte, pendant le cycle de fonctionnement de la centrale et une fois irradiés, ils seront déchargés comme du combustible en fin de cycle puis transportés vers les installations du CEA et ainsi restitués à la Défense », explique le ministère des Armées.

Cette solution présente plusieurs avantages. D’abord, elle ne change rien à la mission première de la centrale nucléaire de Civaux puisque l’irradiation du lithium se fera dans le cours normal de son fonctionnement. Ensuite, elle permet une redondance avec les moyens d’irradiation du CEA pour un « coût raisonnable » et de s’affranchir des investissements lourds qu’aurait engendré la construction de successeurs aux réacteurs Célestin I et II.

Cependant, il reste une inconnue. La matière à irradier devant être introduite à l’occasion d’un arrêt programmé de la centrale de Civaux en 2025, les paramètres des réacteurs seront légèrement modifiés. « Il faudra donc réaliser une notification de la sûreté et l’Autorité de Sûreté Nucléaire donnera – ou non – l’autorisation de réaliser cette opération », a ainsi confié Étienne Dutheil, le directeur de la production nucléaire d’EDF, au Figaro.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

80 contributions

  1. Lingénieur dit :

    A ma connaissance, jusqu’ici les bombes H Françaises n’avaient pas besoin de tritium : Comme toutes les bombes H elles sont composées d’une bombe A à l’uranium mais entourée de lithium-deutérium au lieu de tritium-deutérium. Comme indiqué dans l’article, l’irradiation du lithium (par la bombe A cette fois) produit in situ le tritium nécessaire à la fusion. C’est changé ou j’ai tout faux depuis le début ?

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      La partie « fusion » est bien a base de Deuterium-Tritium. le lithium sert de modérateur, une sorte de facilitateur a la fusion.

    • Lado dit :

      Désolé mais je crois que la recette n’est pas publique, donc on ne sait pas vraiment..
      On peut tester les diverses recettes et leur amorçages, tres probablement, durant des temps ultracourts dans un laser style Megajoule à Barp ou au NIF à Lawrence Livermore Lab..

      • Tu abuses un peu... dit :

        C’est sûr que c’est pas une recette que tu peux tester dans ta cuisine…

    • Prof de physique dit :

      J’en étais resté là aussi.

  2. Speedbird 101A dit :

    il me semble que c’est le tritium qui est le matériau le plus cher au monde niveau grammage…ce même tritium que l’on retrouve sur les chiffres phosphorescents des montres de poignet…

    • Desty dit :

      A l’ancienne on faisait ça avec du radium qui est naturellement abondant du fait que c’est le descendant de l’uranium et qui a aussi l’avantage d’avoir une demi-vie bien plus longue que 12 ans. Ça évite de souvent aller faire repeindre sa montre.
      Sans doute que depuis on a découvert des façons de faire moins toxiques.
      Les matériaux les plus chers du monde sont les transanuriens ultra-lourd, les nouveaux éléments du tableau périodique qui pour certains n’ont même pas encore de nom. Cela dit ils posent les mêmes problèmes que le tritium: pas de présence naturelle sur terre, installations très complexes pour les produire et durée de vie ultra-courte.

  3. JILI dit :

    Enfin, le nécessaire va être fait pour nous permettre d’assurer normalement notre dissuasion nucléaire, et ceci sans dépendre de l’étranger. Bien sûr et comme toujours, il va y avoir de la paperasse, mais je reste persuadé qu’il n’y aura aucun problème pour obtenir les signatures obligatoires. Il faut quand même avouer qu’apprendre que depuis 2009, nous avions perdu un moyen essentiel pour alimenter régulièrement notre force nucléaire, est un fait inacceptable.

    • Thomas dit :

      Si vous lisiez mieux et pas en diagonale
      Vous auriez compris que le démantèlement des installations de Celestine 1 et 2 étant programmé pour 2009, c’est dès les années 90 que le CEA s’est posé la question de leur remplacement, et qu’un stock a été prévu pour assurer la jonction.
      Cela fait donc 30 ans que les services de l’Etat s’occupe de cette affaire, on ne pas dire qu’il ait été négligent sur cet aspect la.

    • Ingo dit :

      En l’occurrence il semble que le stock était important puisque dimensionné à la base pour plus de 500 bombes. Il y avait donc le temps de planifier une solution alternative nationale pour la suite. Je ne vois pas où est l’inacceptable. Au contraire, la France n’allait pas produire à grand frais une matière dont elle n’avait pas besoin et qui se dégrade avec le temps même si on ne s’en sert pas.

  4. Clavier dit :

    On est rassurés….si on n’a plus d’obus de 155 au moins onaura quelques bombinettes radio-actives à balancer !
    Y’a pas à dire, on est une grande nation pleine de ressources …ce sont les Allemands qui vont être jaloux enfin ceux qui ne sont pas écolos …..

    • Elwin dit :

      Vous êtes déçus qu’on ait l’Arme ? J’essaye de comprendre votre intervention, mais l’aigreur souille tout, comme d’habitude.

    • Marti dit :

      Mais si il y a des obus de 155 et la montée en charge est en route même en Ukraine ou la production commence cet été. Le bitd français est actif mais à chaqu’un de nous de trouver les sites d’informations qui parlent de ça. Bien à vous Christian…

    • Momo dit :

      Vous pouvez effectivement être rassuré parce que ce sont nos bombes nucléaires qui vous permettent de regarder sereinement LCI (plutôt France Infox vraisemblablement).
      Seules les grandes nations ont des armes atomiques, ce n’est pas un hasard.

      • Thomas dit :

        Les pakistanais doivent saluer vos propos, à n’en pas douter

        • Desty dit :

          Est-ce qu’ils maitrisent la fusion au moins ou ils ont simplement des bombes atomiques ? Comme le mot thermonucléaire l’indique, la différence se situe au niveau de la chaleur des explosions, de l’ordre de quelques centaines de millions de °C.

        • Momo dit :

          pour des raisons qui m’échappent mon commentaire a été apparemment censuré? Pourtant…
          Reprenez-vous Mr Lagneau, vraiment.
          Je disais donc à peu près:
          Le Pakistan est effectivement un acteur à considérer de ce fait.
          Même si nous le déplorons avec nos vrais amis Indiens, mais c’est comme ça, trop tard…
          C’est comme la Corée du Nord, détestable mais qui en remontre aux US, et raison pour laquelle les religieux haineux de l’Iran sont prêt à tout pour avoir la bombe.

    • Lothringer dit :

      Envieux, pas jaloux

  5. Lado dit :

    La comprehension à priori, d’un Inge un peu physicien..
    Contrairement à l’U ou au Pu,la demi-vie du tritium est autour de 12 ans..Il « s’use même si on ne s’en sert pas »
    Il faut donc à priori le remplacer de temps en temps car il fait partie des ingredients des armes thermo N….maintenance donc ..mais « signal » tout de même, que l’on prend cela aux sérieux…Je pense que l’on peut s’en procurer plus discrètement ?

    • v_atekor dit :

      Oui, on peut s’en procurer plus discrètement, même sans être vraiment discret, inutile de l’annoncer dans la presse, sauf si justement, on veut que ce soit su.

    • Lothringer dit :

      « Je pense que l’on peut s’en procurer plus discrètement ? »
      Il me semble qu’il y a des normes en matière de rejet de deuterium-tritium dans la nature par les réacteurs nucléaires.
      Il pourrait donc s’agir ici déjà d’une (res)source initiale, si on fait en sorte de le collecter au lieu de le rejeter.

      • Desty dit :

        Le site de la Hague (et les installations similaires) rejette effectivement du tritium dans la mer (et d’ailleurs le tritium est naturellement présent en petite quantité dans l’eau de mer, tout comme le deutérium). Le truc apparemment c’est que c’est très compliquer de le filtrer et de le séparer des autres atomes d’hydrogène.

    • Vevert250 dit :

      A la différence de la pile Wonder qui « ne s’use que si l’on s’en sert »! https://www.youtube.com/watch?v=u7QZkrZSIjQ

    • Pascal, (l'autre) dit :

      @Lado Effectivement la « demi vie » du tritium est effectivement assez courte. Généralement on utilise plutôt un « mélange » deutérium lithium. Ce fut d’ailleurs le lithium qui fit que l’essai nucléaire « Castel Bravo » dont les ingés U.S. avaient initialement calculé la puissance de l’explosion à environ 8 mégatonnes en développa en fait quasiment le double!
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Castle_Bravo
      Pour revenir le Pu 239 il doit malgré sa demi vie de l’ordre de 24000 ans être « régénéré » pour retirer l’isotope Pu 240 qui est beaucoup plus fissile qui pourrait dans l’absolu, atteindre sa criticité et provoquer une sorte de « pétardage » de la masse fissile.
      « https://fr.wikipedia.org/wiki/Plutonium
      Les têtes nucléaires font l’objet de « remises à niveau » dans des centres dont celui de Valduc en Côte d’Or!

  6. Vincent dit :

    C’est bien, on utilise des infrastructures civiles pour faire des armes, c’est en parfaite adéquation avec nos valeurs. On constate aussi un fois de plus la planification efficace de nos dirigeants sur le long terme, bravo.

    • Elwin dit :

      Vous pensiez que l’industrie civile et militaire étaient entièrement séparés, tout azimut ? C’est très entrelacé, de fait.

    • m dit :

      Commentaire incohérent. C’est justement parce que la construction et le maintien d’unités purement militaires est un gouffre financier que c’est une très bonne idée de faire d’une pierre deux coups. C’est quand la chose militaire est soutenable même en temps de paix que la planification est saine. Sinon on désarme comme les allemands pour économiser.

    • Marti dit :

      Pourquoi tellement de naïveté. Se sont depuis toujours les civils majoritairement qui fabriquent des armes. Nous n’avons pas suivi le même cursus scolaire mdr.

      • Correcteur orthographique dit :

        Ce sont… Apparemment quand même hélas, cursus scolaire imparfait.

    • ed dit :

      Ca gène en quoi de faire du tritium avec une centrale d’EDF ? Qu’y a-t-il encore à râler ?

    • Thomas dit :

      Pour le coup, on ne peut pas dire que cela n’ait pas été planifié de longue date !

      Concernant la dissuasion, je ne peux que constater que mon pays fait ce qu’il faut pour rester au niveau, et prévoit les choses en conséquences, sur des décennies.
      Que l’on songe par exemple au laser Megajoule qui suivi la fin des essais, ou encore à la planification de la fabrication des sous-marins, pour ne pas perdre en compétences nucléaires

      On ne que soupirer à l’idée que l’Etat eut été aussi clairvoyant et prévoyant sur d’autres aspect de son régalisme

    • Pascal, (l'autre) dit :

      @Vincent Vous venez de découvrir l’eau chaude? D’&près vous le Pu 239 il vient d’où? Du retraitement du combustible utilisé dans les centrales nucléaires d’une part et de réacteurs de recherche d’autre part! Quant à la « planifications » si vous pouviez préciser votre pensée!

    • Anaxagore dit :

      Question valeurs, ça ne me dérange pas que l’on utilise une infrastructure civile pour notre défense. Il en est de même pour d’autres armes et beaucoup d’outils concourant à notre protection.

      • Rakam dit :

        Durée de vie du tritium 12 ans ..
        Je pense et crois que nos ingénieurs qui évoluent dans notre dissuasion sont à même de prévoir sur le long, voir très long terme, pas d’inquiétude à avoir donc…

    • Jf dit :

      le tritium est aussi nécessaire pour le civil, dont la recherche biologique. en ce moment nos labos l’importent des usa, et ce n’est pas donné. 1 pierre 2 coups. Personnellement où je suis choqué, c’est qu’on n’a pas de remplacement des Célestins si nous décidons un jour d’augmenter nos besoins en uranium militaire. LA chine, l’Inde, le Pakistan, Israël, Corée du nord, et depuis peu la Russie augmentent leurs réserves.

    • Mistral dit :

      Vincent, je crois que vous avez raison.

      Les militaires ne vont quand même pas faire la queue derrière les civils pour pouvoir utiliser du matériel nécessaire à la fabrication des bombes nucléaires. EDF, ce n’est pas le CEA.

      A ce niveau de risque, la culture sécurité et sureté n’est pas la même. Je croix que la centrale de Civaux va finir par ce « militariser » à 100%.

      L’origine des évènements de Tchernobyl est l’intervention imprévisible des contrôleurs du réseau électrique occasionnant une pause dans la mise en condition du réacteur pour une opération inhabituelle.
      Les contrôleurs avaient besoin de la production électrique pendant quelques heures de plus…

      Ce long stand-by, au cours d’une opération délicate, avait occasionné un empoisonnement du coeur du réacteur et l’avait rendu plus difficile à gérer. On a vu comment ça s’est terminé.

      L’Autorité de Sureté Nucléaire pourrait recadrer EDF. Même si ce site, c’est quand même 3.000 emplois.

      • Correcteur orthographique dit :

        Je crois… en la javel La Croix !

        • Mistral dit :

          – Quand l’honorable propriétaire de cet espace se plante aussi en écrivant DLITIUM au lieu de tritium, il a la possibilité de corriger aprés publication.
          – Les autres ne disposent pas de la fonction « modifier ». Bye !

  7. Momo dit :

    Pour ce qui ne sont pas forcément pointus sur le sujet: la lenteur incroyable de ce processus de remplacement n’est pas que liée à la technologie remarquable qui permet de réaliser l’opération dans de bonnes conditions de sécurité.

    Malheureusement le principal facteur responsable est encore le ‘politique’ et en particulier les présidents (petit p) qui se sont succédés depuis Chirac, inclut.
    Les finances dépendant du responsable au ‘meilleur’ niveau, qui est aussi le chef des armées ne pas l’oublier, ce ne sont pas elles pour une fois la cause du problème. Les réticences et ambiguïtés de nos petits présidents accumulées ont fait que ce n’est que maintenant que l’on va enfin commencer à passer aux actes.
    Et c’est sans doute ‘grace’ à poutine sinon il est probable que tout ceci serait reporté encore de quelques années… passe à ton voisin!

    Il est regrettable de constater la dégradation de la société au 21ie siècle et son parfait reflet dans les dirigeants qui suivent exactement la même trajectoire de chute, qui tend à s’accélérer.

  8. Lex dit :

    Si EDF est mis dans la boucle de la fabrication de tritium, c’est peut-être aussi qu’on avance sur la fusion nucléaire civile pour la production électrique

  9. Quaeritetinvenietis dit :

    ceux qui savent ne parlent pas. Ceux qui ne savent pas parlent

    • Nimbus - parfois cumulo dit :

      Confucius ? Non, Lao-tseu le concurrent, qui serait à l’origine du Taoïsme et non du confucianisme…
      C’est souvent vrai, d’autant qu’il y a moins de spécialistes et sachants que de commentateurs tout venant. Il y a tout de même des académiciens dans certains forums ! J’en ai rencontré…

  10. Fralipolipi dit :

    Il est bon de savoir que cette production essentielle va être sécurisée.
    Il est évoqué ici, et aussi par La Tribune,
    https://www.latribune.fr/economie/france/dissuasion-nucleaire-la-centrale-de-civaux-d-edf-requisitionnee-par-l-etat-993257.html
    une « REDONDANCE » avec les moyens actuels de production du CEA.
    .
    Mais, après la fermeture des réacteurs Célestin, quels sont les moyens actuels du CEA de production de Tritium (avant ce renforcement de production via EDF-Civaux) ?
    .
    Je me pose aussi la question au sujet des besoins du UK et des US qu semblent aussi avoir fermé leur réacteurs à eau lourde servant pour production de ce Tritium militaire.
    Certains articles évoquent que leurs stocks leur permettaient de tenir jusqu’à 2010 environ. Comment font-ils depuis ?
    .
    A noter que le projet ITER devrait lui aussi faire usage de Tritium provenant d’irradiation du Lithium, donc tout ne serait pas que 100% militaire sur ce sujet.

    • vrai_chasseur dit :

      @Fra
      Oui le mot important c’est redondance.
      Le tritium peut être produit de plusieurs manières, entre autres
      – à partir d’eau lourde (D2O) pressurisée dans des réacteurs nucléaires : les réacteurs type CANDU, les (désormais éteints) Célestin 1 et 2 du CEA – infrastructures lourdes.
      – en l’extrayant à partir de lithium irradié. Le lithium étant abondant sur la planète, c’est une filière plus sûre.
      Donc en gros :
      Le CEA sait déjà extraire le tritium à partir de la « matière première préparée » qu’est le lithium irradié. Pour la phase amont d’irradiation du lithium, le CEA construit méthodiquement son propre « irradiateur » de lithium et demande en parallèle à EDF d’en irradier. Ce qui fera à terme 2 filières amont (1 civile, 1 militaire) pour fournir du lithium irradié.
      En attendant, le stock de tritium militaire actuel du CEA couvre les besoins de la dissuasion jusqu’au moins la prochaine génération d’armes nucléaires.

      NB : ITER est prévu pour produire son propre tritium « in situ » (par irradiation directe de plaques contenant du lithium depuis le réacteur de fusion). Le réacteur a cependant besoin d’apport initial de tritium externe avant l’atteinte du régime permanent qui permet l’auto-génération de tritium.
      Tout l’enjeu est donc de produire du tritium civil « de démarrage » des futurs réacteurs de fusion. Enjeu important car on compte en kg et pas en grammes comme dans les armes thermonucléaires.
      Des sociétés se sont déjà positionnées, par ex. http://world-nuclear-news.org/Articles/First-Light-teams-up-with-CNL-on-tritium-productio

  11. farragut dit :

    Il n’y a plus qu’à privatiser tout ou partie d’EDF (le plan Hercule de Bercy n’a jamais été abandonné malgré les dires du Ministre des Finances !) pour que les éléments de la dissuasion nucléaire française deviennent dépendants d’intérêts « européens », qu’ils soient ceux des banques allemandes, ou bien mondialisés via des fonds de pension américains. 😉

    C’est une façon habile pour le Chef des Armées « d’étendre » la dissuasion française à d’autres pays en en diluant la « souveraineté ».
    Plus efficace que de recourir en permanence aux prêts des institutions financières ou « du marché »…

    Et pendant ce temps-là, nos politiques refusent de financer les moyens de transmutation des déchets radioactifs (via la LENR) de nos centrales nucléaires !
    A consulter :
    https://www.irsn.fr/sites/default/files/2023-03/IRSN_Debat-Public-Cigeo_Fiche-Transmutation.pdf
    https://www.andra.fr/la-transmutation-de-dechets-radioactifs-par-laser-de-haute-puissance-le-defi-de-gerard-mourou
    https://editions-arqa.com/produit/l-alchimie-est-une-science-experimentale-roberto-monti/
    https://lowenergytransmutations.org/neutroni.htm
    https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/B9780128159446000130
    et video sur YouTube « Nikola Tesla’s Uncovered Discovery: LENR with Carbon? Insights with Bob Greenyer of the @MFMP »:
    https://www.youtube.com/watch?v=Jw09d26IcRU
    et « Cold Fusion Experiments Show Helium | Naval Weapons Center, China Lake M.Miles, B.Bush et.al »
    https://www.youtube.com/watch?v=r0MYyFf4mMI

  12. Templier dit :

    le traité de non prolifération d interdit il pas le mélange des genre civil et militaire ?
    Il me semble que nos ami US avaient déjà voulu le produire de la sorte (après avoir voulu en acheter au Canada) mais que pour un usage militaire pas le droit d utiliser des réacteur civils.
    Pour l l’usage du tritium, ce n est pas à l etage fusion qu il en faut (il y est produit a partir de fission de lithium enrichi) mais sur le premier étage de fission où il sert de booster

    • VinceToto dit :

      Heu… heu.. c’est pas mon domaine(Je suis interdit de physique-chimie.) mais voici des liens informationnels intéressants sur la production US de tritium:
      https://www.armscontrol.org/act/2005-10/us-civilian-reactor-produces-tritium
      https://www.armscontrol.org/act/2010_11/GAOTritium

    • Pascal, (l'autre) dit :

      « mais sur le premier étage de fission où il sert de booster » Oui car pour démarrer la réaction de fission on utilise quelques gramme de deutérium/tritium qui vont servir à optimiser le démarrage de la fission, auparavant c’était une  » pastille » de polonium (Po) qui servait « d’accélérateur », c’est l’énergie dégagée par la fission du premier étage qui va provoquer la fusion du deutérium/tritium où du deutérium/lithium avant que la fusion du au niveau du « deuxième étage » déclenche la fission du « ‘temper » du Pu/U « boostant » l’explosion selon le principe de fonctionnement de la bombe « 3F » Fission, Fusion, Fission selon les travaux de Teller et Ulam. Initialement la bombe dite « H » était une « deux étages », la configuration de Teller/Ulam a été conçu pour augmenter la puissance de l’arme.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Bombe_H
      https://en.wikipedia.org/wiki/History_of_the_Teller%E2%80%93Ulam_design
      A noter que la puissante bombe jamais testée fut la « Tsar Bomba » soviétique dont le ‘temper » initialement en Pu/u a été remplacé par du…………….plomb! Le scientifiques en charge du programme et de l’essai avait expliqué que la puissance dégagé serait colossale (on a parlé d’une puissance de 100 mégatonnes!) à Nikita Khrouchtchev. Ce dernier aurait ordonné de brider la puissance de l’engin car il ne voulait pas (légende urbaine?) que toutes les vitres miroirs et fenêtres de Saint Pétersbourg et Moscou soient pulvérisés par l’onde de choc! En fait c’est fort probablement Andreï Sakharov le « père » de la bombe H soviétique qui aurait limité la puissance de la Tsar Bomba pour éviter de trop importantes retombées radioactives!
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Tsar_Bomba

  13. Nos politiques sont vraiment des nazes comme on en voit peu :
    imprévoyance, indiscrétion, mélange civil/militaire. ils ont oublié  » si vis pacem, para bellum » . Si tu veux la paix, prépare la guerre ?

    • Pascal, (l'autre) dit :

      Oui……………………………………….mais encore?

    • Frédéric dit :

      Ces bots sont incapable de comprendre un simple texte ? C’est tout le contraire de ses accusations qui est décrit dans l’article.

      • Mica X dit :

        Ils leur importent peu de comprendre, ils sont là pour dénigrer systématique, tout et son contraire, même pas certain que le crétin de service connaisse le texte…car il s’adresse à d’autres crétins.

        En fait la devise est : les crétins parlent aux crétins…pour la gloire de Vlad

  14. Gil dit :

    Ces missiles auront probablement des compteurs Linky.

  15. PK dit :

    Si l’on en a besoin pour faire fonctionner notre dissuasion, cela fait 15 ans qu’on n’en produit plus, donc toutes les réserves sont passés à moitié de leur concentration. Alors, soit on avait du rab et il n’y a pas de souci, soit on est mal…

    Mais chut, hein, tout va bien : cela se sent bien dans l’article de LL qui dépeint une situation sous contrôle. En 2025, tout devrait fonctionner, enfin, on espère, parce qu’on ne sait pas très bien comment va réagir le réacteur (et aussi l’autorité de sûreté, accessoirement).

    • Aymard de Ledonner dit :

      Recherchez le sens du mot « redondance », présent dans l’article mais dont vous n’avez manifestement pas saisi toutes les implications.

      • PK dit :

        Redondance : qui est en surplus.

        Manque de bol, tout ce qui est en plus subit aussi la loi de la radioactivité : donc au bout de 12 ans, pouf, reste plus que la moitié du produit…

        La redondance ne sert à rien dans ce cas : il faut produire perpétuellement. Or, on a arrêté depuis plus longtemps que la durée de demie-vie des produits !!!!

        • Aymard de Ledonner dit :

          « Ensuite, elle permet une redondance avec les moyens d’irradiation du CEA  »
          La redondance est dans les moyens. On n’a jamais arrêté de produire.

          Tout ce qui touche à la dissuasion est sanctuarisé. Je ne comprend pas comment vous avez pu croire que la France s’était privée de tout moyen de production de tritium.

        • Pierrot dit :

          redondance de capacité de production.

  16. Alfrex dit :

    Il existe peu de documentation sur le sujet, mais la quantité de tritium contenue dans une bombe H serait estimée a 4g, tandis que celle produite par un réacteur nucléaire civil en fonctionnement ordinaire serait de 3g/an. Les 2 reacteurs de la centrale de Civeaux produiraient donc sur la base de ces hypothèses, si leur fonctionnement n’etait modifié, l’equivalent du contenu de 3 ogives tous les 2 ans. ce qui semble peu au regard du nombre d’ogives et de la periode de demi vie de 12,3 ans du tritium qui n’autorise pas la conservation de stocks importants.

  17. SJacques dit :

    @Speedbird 101A,
    Tout comme le radium, le Tritium a également été abandonné (interdit) sur les montres.

    Il a été remplacé par le Luninova et actuellement le Super Luminova (non radioactif)

    • Nimbus - parfois cumulo dit :

      Abandonné ou interdit ? Je crois plutôt abandonné à cause du délai de 12 ans trop court pour les passionnés de montres de luxe. LumiNova et super-LumiNova sont des brevets déposés à partir de 1994 par une marque Suisse associée à une marque japonaise. Il s’agit d’une céramique à base d’aluminate de strontium, luminescente mais non radioactive. D’autres marques ont élaboré leur propre produit. L’article Wikipédia sur le tritium est assez bon, mais pas à jour sur les montres !

  18. Bloodasp dit :

    @v_atekor: exactement, si ça a fuite dans la presse c’était volontaire, de deux choses l’une: Il s’agit de MCO, mais j’ai de sérieux doute, ou on envoit message pour dire qu’on va relancer la fabrication de nouvelles ogives, on a donc besoin de tritium pour ce faire…

    • Correcteur orthographique dit :

      On envoie car du verbe envoyer – premier groupe. Vous avez raison il y a un message derrière ; sinon nous aurions préféré la confidentialité.

  19. Roland Desparte dit :

    Tout est dit dans cet excellent article, sauf… la bombe N !
    Je me fais peut-être tout un scenario dans ma petite tète mais, hormis le fait que nos forces ont besoin de renouveler et accroître le rendement de nos armes thermonucléaires (le tritium est un “consommable“), et que le tritium est une source envisagée pour le démarrage du tokamak ITER [ https://www.iter.org/fr/construction/construction ], je ne serais pas étonné que cette annonce soit également à double usage :
    Premièrement, faire comprendre aux russes (Poutine a brandi la menace nucléaire et clairement visé la France), que nous avons aussi les moyens de prendre le dessus en cas de conflit, et ce fonction du deuxièmement…
    Deuxièmement, mettre à niveau notre arme “secrète“ : la bombe à neutrons !
    Je dis “secrète“ car officiellement nos missiles Hadès auraient été détruits…(Chirac, 1997)
    La France est l’un des rares pays (avec les USA) ayant pu faire exploser une bombe à neutrons (Atoll de Moruroa juin 1980) et produire un vecteur ad hoc, le missile sol-sol nucléaire tactique (à courte portée) Hadès (120 missiles Hadès sur des semi-remorques “tracteurs-érecteurs-lanceurs“ avec une portée de 480 km).
    Hors, une bombe à neutrons a besoin d’une quantité très importante de tritium, estimée de 10 à 30 grammes, et le tritium ayant une demi-vie de 12 à 32 ans, il est impossible de stocker ces armes sur de longues durées…
    Par ailleurs, les USA ont également officiellement détruit leurs bombes N… Mais, selon le général de la Garde républicaine irakienne, Sayf ad-Din Rawi, lors de l’invasion de l’Irak (2003) les US auraient largué une bombe à neutrons sur l’aéroport international de Bagdad de façon à conserver intacts les infrastructures…
    Difficile de croire que cette arme tactique intermédiaire (arme nucléaire de puissance explosive réduite), qui par ailleurs ne fait pas l’objet de contrôles de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), ait été totalement jeté aux orties, alors que c’est un « ultime avertissement crédible » …
    Je rappelle que les neutrons traversent les blindages et les murs, pour s’attaquer à ce qui est organique, en particulier les molécules d’eau qui composent le corps humain (environ 70 % d’eau dans le corps humain).
    Concernant la bombe à neutrons, plus d’infos sur :
    https://www.diploweb.com/forum/nucleaire07064.htm#:~:text=Les%20deux%20autres%20documents%20d,la%20fin%20des%20ann%C3%A9es%201970.

    • Nimbus - parfois cumulo dit :

      Ou encore pour l’ambiguïté stratégique ? Troisième possibilité. Mais comme dit par un contributeur, l’ambiguïté stratégique n’est pertinente que si la menace peut être exécutée !

      • Roland Desparte dit :

        C’est exact Nimbus. Lors d’une interview à Franceinfo, Michel Goya (l’historien militaire ancien du 9e RIMa) a expliqué le concept d’ »ambiguïté stratégique ». Héritée des théories du général chinois Sun Tzu exposées dans “L’Art de la guerre au VIe siècle avant notre ère“, « l’ambiguïté stratégique » est un principe de base de toute confrontation avec une puissance étrangère. Elle consiste à entretenir le flou sur la nature de la riposte. « Concrètement, cela veut dire qu’on n’exclut rien, qu’on ne s’interdit pas d’utiliser certaines cartes ».
        Dans une moindre mesure, Emmanuel Macron a aussi joué avec ce concept pour justifier ses propos sur un éventuel envoi de troupes occidentales en soutien à Kiev… Mais le nucléaire tactique c’est d’un autre “gabarit“ et j’espère que nous sommes crédibles…

  20. Thierry le plus ancien dit :

    En parlant de coût raisonnable, c’est quand pour nos factures EDF ??? parce qu’il y a quand même un mystère sur la véritable raison de la hausse du coût d’électricité en France qui a grimpé avec tout le reste alors que précisément ça n’était pas sensé arriver étant donné la stabilité du marché de l’électricité non soumis aux aléas des autres secteurs (Délocalisation, coût de transport, prix du pétrole et des matières premières etc, etc). Même la crise du Covid et l’arrêt partiel d’un certain nombre de centrales nucléaire pour inspection n’avaient pas généré d’augmentation record.
    Et vu le peu d evoiture électrique ou borne de recharge ça n’est pas ça on plus.

    Comme d’habitude avec Macron y’en a qui se gavent comme des cochons pendant que la masse se prive de courant pour survivre à l’assaut des factures démentiels.

    Moi je bien une chaudière nucléaire dans ma cave même pour irradier du Lithium si ça permet d’éviter les sangsues qui sont dans le courant…

    • PK dit :

      « parce qu’il y a quand même un mystère sur la véritable raison de la hausse du coût d’électricité en France »

      Y’a aucun mystère : l’Europe (via les Teutons) ont voulu faire la peau à EDF en l’obligeant à rentrer dans un marché débile (vendre à 42 € le MW.h et les zozos le revendent à 400 €, comme cela, les énergies débiles incapables de s’aligner sur le nucléaire deviennent miraculeusement rentables… pour les vendeurs).

      On aurait pu s’en sortir, comme les Espagnols ou les Portugais, en sortant de ce marché de dupes. Mais notre vénéré fou furieux qui veut faire la troisième guerre mondiale n’a pas eu les « corones » pour aller faire ce qu’ont fait ses collègues espagnols et portugais…

      De là à dire qu’il est payé pour cela… Je n’oserais pas le dire : on n’a jamais vu un American Young Leader lutter contre les intérêts de son pays…

    • Pascal, (l'autre) dit :

      C’est vraiment terrible…………………………..la radioactivité!

  21. Bob dit :

    On ne devrait pas utiliser de sites nukes civils pour la bombe H car la sûreté est moindre avec la russification de la France. J’espère que le régime poutinien note que la France aura de belles bombes H prêtes à raser le Kremlin si des russes touchent à des soldats français en Ukraine ou bien que les russes menacent encore des rafales au Pont-Euxin ou menacent les élections libres en Europe.

    • Pascal, (l'autre) dit :

      Je persiste, c’est vraiment terrible…………………… la radioactivité!