Moyen-Orient/ Archives

Syrie : L’État islamique revendique un nouvel attentat suicide commis à Manbij contre la coalition anti-jihadiste

Ce 21 janvier, un convoi militaire américain, escorté par les Forces démocratiques syriennes [FDS, alliance arabo-kurde] a été la cible d’un attentat suicide alors qu’il circulait dans les environs de Manbij, ville syrienne qui focalise toutes les attentions. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme [OSDH], qui dispose d’un réseau d’informateurs en Syrie, une voiture

L’aviation israélienne frappe l’unité iranienne al-Qods et la défense anti-aérienne syrienne

Il est peu courant de voir l’état-major israélien communiquer au sujet de raids aériens en cours menés en territoire syrien, comme il l’a fait dans la nuit du 20 au 21 janvier. En général, cela se produit quand l’État hébreu riposte à une attaque lancée depuis la Syrie, pays avec lequel il est toujours techniquement

Selon Mme Parly, la coalition anti-jihadiste pourra toujours mener des opérations en Syrie depuis l’Irak

Invitée de l’émission « Questions politiques » [France Inter, Le Monde, France Télévisions], le 20 janvier, la ministre des Armées, Florence Parly, a évoqué les opérations actuellement en cours contre l’État islamique [EI ou Daesh] en Syrie. Lors de ses voeux aux Armées, quelques jours plus tôt, le président Macron avait assuré que la France resterait encore

En décembre 2018, les forces françaises ont détruit une centaine de positions jihadistes en Syrie

Le 14 décembre, et après avoir repoussé de vigoureuses contre-attaques lancées par l’État islamique [EI ou Daesh] à la faveur de mauvaises conditions météorologiques ayant perturbé les opérations aériennes de la coalition internationale dirigée par les États-Unis, les Forces démocratiques syriennes ont annoncé avoir chassé les jihadistes de la localité de Hajine, située sur la

M. Macron : La France restera engagée militairement au Levant « au cours de l’année qui vient »

« Nous ne faiblirons pas car il s’agit de l’avenir de l’Afrique et donc de notre propre avenir », a lancé le président Macron, lors de ses voeux aux Armées, le 17 janvier, en évoquant l’opération Barkhane, au Sahel. « Les résultats sont là : de nombreux chefs et membres des différents groupes terroristes ont été mis hors

Syrie : Des militaires américains ont été tués dans un attentat commis à Manbij et revendiqué par l’EI

Convoitée par la Turquie, qui ne veut plus y voir un seul milicien kurde des Unités de protection du peuple [YPG], la ville de Manbij, dans le nord de la Syrie, revêt une importance stratégique particulière. Actuellement, elle est sous le contrôle du « Conseil militaire de Manbij », une émanation des Forces démocratiques syriennes [FDS], et

Un influent groupe jihadiste syrien soutient une éventuelle offensive turque contre les Kurdes

En mars 2016, et en partie grâce aux succès militaires obtenus par les Unités de protection du peuple [YPG] face à l’État islamique [EI ou Daesh], les Kurdes syriens ont proclamé une « entité fédérale démocratique » dans les secteurs qui constituaient autrefois une zone « d’administration autonome » [soit les cantons d’Afrin, de Kobané et de Djézireh, qui

M. Trump menace de « dévaster » l’économie turque en cas d’offensive contre les milices kurdes syriennes

L’annonce, faite le 19 novembre dernier par Donald Trump, le chef de la Maison Blanche, au sujet du retrait de Syrie des troupes américaines, a été vue comme un feu vert implicite donné à l’opération militaire que promet le président turc, Recep Tayyip Erdogan, aux milices kurdes syriennes depuis des semaines. Depuis, et alors que

Israël admet officiellement être responsable des frappes aériennes ayant visé des positions iraniennes en Syrie

En règle générale, Israël ne confirme que très rarement sa responsabilité dans les différents raids aériens ayant visé des positions tenues par le Hezbollah [milice chiite libanaise] et l’unité iranienne al-Qods en Syrie. Et cela, même si l’origine de telles frappes ne fait guère de doute. Quoi qu’il en soit, le général Gadi Eisenkot, qui

Les forces américaines commencent à retirer des équipements de Syrie [MàJ]

Entre des déclarations péremptoires amendées quelques jours après et les explications alambiquées qui contredisent celles données précédemment, il est difficile de savoir exactement à quoi s’en tenir au sujet du retrait des forces américaines de Syrie. Pour justifier sa décision de retirer ses troupes du théâtre syrien, le président Trump avait assuré que Daesh [État