politique / Archives

L’industrie navale de défense française appelle à « ne pas baisser la garde »

Avant le premier tour de l’élection présidentielle, le Conseil des Industries de Défense Françaises (CIDEF) et le Groupement des industries aéronautiques et spatiales (GIFAS) avaient interpellé les candidats en plaidant en faveur d’une hausse significative du budget alloué aux forces armées en le portant à 2% du PIB d’ici 2022. À un peu plus d’une

Élysée 2017 : Le service militaire devrait donc être bientôt rétabli en France

C’est un aspect que peu d’observateurs ont relevé à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle. Mais il est vrai que d’autres considérations ont retenu l’attention des éditorialistes politiques. Ssur les quatre candidats qui pouvaient nourrir quelques espoirs au matin du 23 avril, trois proposaient de rétablir, sous une forme ou une autre, le service

Fort soutien de l’opinion publique aux opérations menées par les armées françaises

À l’heure où de nouvelles techniques basées sur le big data démontré leur pertinence (et on verra si ce sera encore le cas le 23 avril), toujours est-il que les sondages « classiques » permettent d’avoir une idée de ce pense l’opinion publique à un instant T et de dégager ainsi une tendance sur le long terme.

Le financement d’un second porte-avions ne coûterait que 0,02% du PIB par an

Disposer d’un porte-avions est essentiel pour une puissance qui prétend vouloir jouer les premiers rôles sur la scène internationale pour faire valoir ses intérêts. C’est d’ailleurs pour cette raison que la Chine et l’Inde entendent développer leur capacités aéronavales et que les États-Unis veulent préserver les leurs ou que le Royaume-Uni a l’intention de retrouver

Les forces armées canadiennes sont arrivées au point de rupture, selon un rapport

Quand, en 2008, il présenta sa stratégie en matière de défense, appelée « Le Canada d’abord« , le gouvernement canadien, alors conduit par le conservateur Stephen Harper, se voulait ambitieux. Afin de permettre aux forces armées du pays de relever les défis auxquels elles allaient être confrontées, il était prévu de revoir à la hausse leurs budgets.

L’industrie aéronautique et spatiale française veut un budget de 2% du PIB pour les armées d’ici 2022

Après le Conseil des Industries de Défense Françaises (CIDEF), qui, en mars, soutenu la nécessité de porter le budget de la Défense à 2% du PIB dès 2022, le Groupement des industries aéronautiques et spatiales (GIFAS), présidé par Marwan Lahoud, ancien dirigeant d’Airbus, s’est lui aussi invité dans les débats de l’élection présidentielle, ce 13

Pour Donald Trump, l’Otan n’est maintenant plus « obsolète »

Si, comme le soupçonne le renseignement américain, la Russie a effectivement cherché à influencer la course à la Maison Blanche en faveur de Donald Trump, le candidat du Parti républicain, alors l’opération n’a pas donné les résultats escomptés. Ainsi, après la frappe de l’US Navy contre la base syrienne d’Al-Shayrat, en réponse à une attaque

Général de Villiers : « La logique du toujours plus avec moins conduit tôt ou tard à la défaite »

Depuis quelques mois, le chef d’état-major des armées (CEMA), le général Pierre de Villiers, publie régulièrement des « lettres à un jeune engagé » dans lesquelles il défend les valeurs qui doivent animer chaque militaire. Dans sa dernière livraison, le CEMA aborde un sujet délicat en ces temps de campagne électorale. En effet, il a choisi de

Élysée 2017 : M. Mélenchon veut une défense « populaire » et une pause dans les opérations extérieures

Rendre compte des propositions de Jean-Luc Mélenchon en matière de défense est un exercice compliqué… tant le candidat de la « France insoumise » à l’élection présidentielle a fait le service minimum sur ce sujet. Cela étant, les quelques mesures que l’on trouve dans son programme ont le mérite d’être cohérentes avec sa vision du monde et

Élysée 2017 : Pour M. Hamon, la « défense de la France ne doit pas être une variable d’ajustement »

Candidat du Parti socialiste et des écologistes, Benoît Hamon, qui a songé à une carrière militaire dans sa jeunesse, est longuement revenu, le 23 mars, sur la politique de défense qu’il entend mener s’il est élu à l’Élysée en mai prochain. Une occasion, pour lui, de préciser certains points du programme [.pdf] qu’il avait proposé