politique / Archives

Général de Villiers : « Il n’y a plus de gras dans nos armées, on attaque le muscle. C’est mon devoir de vous le dire »

À trop tirer sur la corde, elle finit par casser… Et c’est ce que redoute, le général Pierre de Villiers, le chef d’état-major des armées (CEMA), d’après le compte-rendu de son audition [.pdf] devant les députés de la commission de la Défense, diffusé par la Saint-Cyrienne. Tout d’abord, pour le CEMA, l’actualité internationale de ces

Amiral Rogel : « Si nous ne prenons pas soin de notre zone économique exclusive, elle sera pillée »

La France dipose du second domaine maritime (ou zone économique exclusive, ZEE) du monde, avec 11 millions de km2 de surface. Et cela grâce à ses possessions outre-Mer. Et leurs fonds marins sont susceptibles de receler des ressources très intéressantes. Par exemple, les îles Eparses sont situées dans une zone (canal du Mozambique) qui pourrait

La Marine nationale est à « flux tendus » selon son chef d’état-major

Les zones de crise ne manquent pas actuellement. Et, au cours de ces derniers mois, les marins ont été à hue et à dia. Et les missions, qui vont du recueil de renseignement à la lutte contre la piraterie en passant par celles relevant de l’action de l’État en mer s’enchaînent. Méditerranée orientale, Golfe arabo-persique,

Restructurations : Vers une armée de Terre moins efficace?

Comment supprimer 23.500 postes supplémentaires au sein des armées tout en touchant le moins possible aux implantations militaires? C’est pourtant ce qu’avait demandé le président Hollande. C’est un « sujet  toujours sensible pour les personnels concernés, pour les élus des territoires. J’ai demandé qu’une attention particulière soit portée pour que nous puissions maintenir une présence partout

Le coût de la dissuasion nucléaire ne représente que 0,15% du PIB

L’on entend souvent dire que les crédits de la dissuasion nucléaire sont « sanctuarisés » car il s’agit de « l’assurance-vie » de la Nation. Certains s’en félicitent. D’autres, au contraire, le déplorent, estimant que l’on accorde trop d’importance aux forces stratégiques au détriment des troupes conventionnelles, en particulier terrestres, qui, régulièrement engagées dans les opérations extérieures, ne disposent

Sénat : Jean-Pierre Raffarin devient le nouveau président de la Commission des Affaires étrangères et de la Défense

Après les dernières élections sénatoriales, les diverses commissions du Palais du Luxembourg ont naturellement été renouvelées. C’est ainsi que le sénateur socialiste Jean-Louis Carrère sera remplacé par l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (UMP) à la présidence de la commission des Affaires étrangères et des Forces armées. Lors de son mandat à la tête de cette

L’hôpital d’instruction des armées du Val-de-Grâce menacé de fermeture

En 2010, la Cour des comptes avait épinglé le Service de santé des armées (SSA) pour le déficit d’exploitation jugé trop important de ses 9 hôpitaux d’instruction des armées ( (Bégin, Percy, Val-de-Grâce, Robert Picqué à Bordeaux, Toulon, Laveran à Marseille, Lyon, Brest et Metz). Et son premier président, Didier Migaud, avait estimé qu’il fallait

Le ministre de la Défense propose de créer des « sociétés de projets » pour financer les matériels des armées

En 2015, et afin de maintenir le montant du budget de la Défense à 31,4 milliards d’euros, il faudra trouver 2,3 milliards de recettes exceptionnelles (REX), soit le tiers de la somme prévue par la Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019. Ces ressources extra-budgétaires devaient être founies par la vente aux enchères de fréquences hertziennes

Parlement : Le débat sur l’intervention en Irak soulève la question du niveau du budget des armées

En juin dernier, le ministère de la Défense a dû consentir à une annulation de 350 millions d’euros de crédits dans le cadre de la dernière loi de finances rectificative. Ce montant est venu s’ajouter au 650 autres millions annulés en novembre dernier en fin d’exercice 2013. En théorie, des recettes exceptionnelles (REX), prélevées sur

Les Pays-Bas vont augmenter leurs dépenses militaires

En 2011, et afin de remettre à flot les finances publiques sur fond de crise de la dette et de l’euro, le gouvernement néerlandais décida de tailler à nouveau dans ses dépenses militaires, quitte à se priver ses forces armées de certaines capacités. Ainsi, il était question d’un plan d’économies d’un milliard d’euros d’ici 2014.