Défense européenne/ Archives

Édouard Philippe : « Si l’Europe ne s’intéresse pas à la guerre, la guerre ne manquera pas de s’intéresser à l’Europe »

Invité à s’exprimer, lors de la Conférence sur la sécurité de Munich, ce 17 février, le Premier ministre français, Édouard Philippe a appelé les pays membres de l’Union européenne à s’engager davantage dans les opérations militaires. « L’Europe se retrouve face à elle-même. Et, au pied du mur », a ainsi estimé le Premier ministre. « Disons les

Pour M. Tsipras, les « provocations » turques contre la Grèce concernent aussi l’Union européenne

Le 13 février, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a mis sur le même plan l’opération « Rameau d’olivier », menée par les forces armées de son pays contre les milices kurdes syriennes à Afrin (nord de la Syrie) ainsi que les différends qui opposent la Turquie à Chypre (exploitation de gisements gaziers au sud de l’île)

Pour l’Union européenne, la défense commune relève de l’Otan

Avec les dernières décisions prises par l’Union européenne en matière de défense (mise en place d’une coopération structurée permanente – ou PESCO – conformément à une disposition du Traité de Lisbonne et d’un Fonds européens de défense), plusieurs pays de l’Otan ne faisant pas partie de l’UE, comme la Norvège, l’Islande, l’Albanie ou encore les

L’Otan s’inquiète des initiatives de l’Union européenne en matière de défense

En décembre dernier, 25 pays membres de l’Union européenne (UE) ont convenu d’établir une « coopération structurée permanente » (CSP ou PESCO) en matière de politique de sécurité et de défense, conformément à une disposition du Traité de Lisbonne. En clair, il s’agit de permettre aux participants de « développer conjointement des capacités de défense, d’investir dans des

UE : La Coopération structurée permanente en matière de défense officiellement lancée avec 25 États membres

Le 13 novembre, les ministres des Affaires étrangères de 23 pays membres de l’Union européenne signèrent une « notification conjointe » en vue d’établir une Coopération structurée permanente (CSP ou PESCO pour Permanent Structured Cooperation) en matière de Défense. Un mois plus tard, cette initiative, « juridiquement contraignante », a été officiellement lancée à Bruxelles. Une « étape historique » pour

Plus de 20 pays européens vont signifier leur intention de s’engager dans une « coopération militaire renforcée »

Prévue par les articles 42 et 46 du traité sur l’Union européenne, la « coopération struturée permanente » (CSP) avait été délaissée jusqu’au conseil européen de décembre 2016, c’est à dire après une succession de crises (réfugiés, Ukraine), le vote du Brexit et l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche. Cette CSP donne la possibilité à

En liaison avec l’Otan, l’Union européenne veut faciliter les mouvements de troupes entre les États membres

L’anecdote a récemment été rapportée par le site spécialisé Defense One : lors de manoeuvres récentes, un escadron du 2nd Cavalry Regiment de l’US Army, parti de Roumanie, s’était retrouvé bloqué à la frontière bulgare pour une raison administrative. « Nous nous sommes assis dans nos Strykers pendant une heure et demie au soleil, attendant que

Le président Macron plaide pour une force d’intervention et un budget européens de la défense

Ce 26 septembre, le président Macron a donné le détail de ses « projets » pour « refonder l’Europe », à l’occasion d’un discours prononcé à la Sorbonne, à Paris. Considérant que la sécurité est l’une des « six clés de la souveraineté », le chef de l’État n’a pas été avare de propositions. Seront-elles réalisables? Pas sûr… « En matière de

UE : Les ministres de la Défense sollicités pour un exercice simulant une cyberattaque

En pointe en matière de risques d’attaques informatiques pour en avoir été la victime en 2007, l’Estonie, qui assure actuellement la présidence du Conseil de l’Union européenne, a organisé un exercice de cyberdéfense impliquant, pour la première fois, les ministres de la Défense des 28 pays membres. Organisé en partenariat avec l’Agence européenne de Défense

Le britannique BAE Systems ne veut pas rester à l’écart d’un nouveau projet d’avion de combat

L’idée de « développer un système de combat aérien européen, sous la direction » de la France et de l’Allemagne, « pour remplacer leurs flottes actuelles d’avions de combat sur le long terme, telle qu’elle a été annoncée le 13 juillet par le président Macron et la chancelière allemande, Angela Merkel, a de quoi rendre sceptique. Et les