frappe / Archives

La coalition anti-jihadiste a frappé un convoi du régime syrien près de la frontière jordanienne

Le 9 mai dernier, l’aviation syrienne a bombardé des positions de tenues par les rebelles du Front du Sud, une faction de l’Armée syrienne libre (ASL) près de la frontière syro-jordanienne. Ces derniers, soutenus par les États-Unis et la Jordanie, venaient alors de lancer une offensive contre l’État islamique (EI ou Daesh) à Bir Qassab.

Chammal : Un avion Atlantique 2 avec une capacité opérationnelle accrue déployé en Jordanie

L’avion de patrouille maritime Atlantique 2 (ATL-2) est en mesure d’effectuer un large spectre de missions : ses engagements au cours de ces dernières années le démontrent. Dès le début de l’opération Chammal, un exemplaire a été envoyé aux Émirats arabes unis, puis sur la base aérienne projetée (BAP) en Jordanie pour prendre part au

Syrie/Turquie : Une « frappe accidentelle » contre les soldats américains détachés auprès des milices kurdes n’est pas exclue

Le 25 avril, l’aviation turque a bombardé des positions tenues par les milices kurdes syriennes (YPG) près de la ville d’al-Malikiyah, dans le nord de la Syrie. « Afin de détruire ces foyers de terrorisme qui menacent la sécurité, l’unité et l’intégrité de notre pays et de notre nation, et dans le cadre de nos droits

Nouvelles tensions entre Israël et la Syrie

La Syrie a accusé Israël d’avoir bombardé, le 27 avril, une position militaire située à proximité de l’aéroport international de Damas, situé à 25 km au sud-est de la capitale syrienne. Une source militaire citée par l’agence officielle syrienne SANA a parlé d’une « agression israélienne avec plusieurs missiles tirés à partir des territoires occupés [Israël

Syrie : Une frappe aérienne a tué par erreur 18 combattants des Forces démocratiques syriennes

Pour éviter les méprises lors des missions d’appui aérien rapproché, l’on déploie au sol une équipe TCAP (Tactical Air Control Party), laquelle compte dans ses rangs un contrôleur aérien avancé dont la tâche est de guider la frappe que doit effectuer un chasseur-bombardier. Faute d’avoir une équipe TCAP expérimentée auprès des Forces démocratiques syriennes (FDS),

Selon le Pentagone, la frappe contre la base d’al-Shayrat a détruit 20% de l’aviation syrienne

Le secrétaire américain à la Défense, l’ex-général James Mattis, a affirmé que la frappe effectuée dans la nuit du 6 au 7 avril contre la base aérienne d’Al-Shayrat (ou Al-Chaayrate) près de la ville d’Homs, a détruit 20% des avions de combat syriens qui étaient alors encore opérationnels. Pour rappel, 59 missiles de croisière BGM-109

L’aviation française n’est pas impliquée dans la frappe qui a fait de nombreuses victimes civiles à Mossoul

Le 17 mars, un immeuble de la vieille ville de Mosssoul s’est effondré alors que des frappes aériennes venaient d’être effectuées à la demandes des forces irakiennes, alors au contact des jihadistes dans le quartier d’al-Jadidah. Un nombre encore indéterminé de civils – certaines sources parlent toutefois de plus d’une centaine – y ont laissé

Le numéro deux présumé d’al-Qaïda a été éliminé par une frappe américaine en Syrie

Gendre d’Oussama Ben Laden et bras droit présumé d’Ayman al-Zawahiri, l’actuel chef d’al-Qaïda, Abou al Kheir al Masri (alias Abdullah Muhammad Rajab Abd al-Rahman) a été tué le 26 février par un missile tiré par un drone américain, alors qu’il circulait en voiture près d’Idleb, dans la nord-ouest de la Syrie. D’abord donnée par un

La Mission de l’ONU en Centrafrique peine à contenir l’avancée de groupes armés vers Bambari

Depuis maintenant trois mois, dans la région de Bambari, des combats, parfois violents, opposent l’Unité du peuple centrafricain (UPC) du « général » Ali Darass au Front populaire pour la renaissance de Centrafrique (FPRC), dirigé par le chef de guerre Noureddine Adam, ainsi qu’au Mouvement Patriotique pour la Centrafrique (MPC) d’Al Katim. Ces trois formations sont issues

Le jihadiste français Rachid Kassim a été visé par une frappe américaine, près de Mossoul

L’assassinat d’un couple de fonctionnaires de la police, à Magnanville, et celui d’un prêtre à Saint-Étienne-du-Rouvray ont un point commun : ils ont tous les deux été inspirés par Rachid Kassim, un jihadiste français de l’État islamique (EI ou Daesh). On retrouve aussi son nom dans plusieurs autres affaires, comme celle de l’attentat à la