France / Archives

Airbus salue l’engagement britannique pour le financement d’un futur avion de combat

Est-ce un coup de bluff pour s’inviter dans le programme « SCAF » [Système de combat aérien futur] franco-allemand, avec Dassault Aviation comme chef de file et Airbus Defence & Space? Ou bien s’agit-il d’une initiative concurrente dont la conséquence sera de reproduire les erreurs du passé? Toujours est-il que, lors du salon de Farnborough, le ministre

Voici à quoi pourrait ressembler le successeur du Rafale

Le 19 juin, le programme d’avion de combat franco-allemand, appelé à succéder au Rafale et à l’Eurofighter Typhoon, a franchi une nouvelle étape avec la signature d’une lettre d’intention concernant son développement. Pour le moment, on ne sait que très peu de choses sur ce futur appareil, qui constituera l’élément central du Système de combat

Le Royaume-Uni pourrait perdre sa place de plus proche allié des États-Unis au profit de la France

Un peu moins d’un mois avant le sommet de l’Otan, qui aura lieu les 11 et 12 juillet à Bruxelles, le président américain, Donald Trump, a envoyé une lettre à 9 membres de l’Alliance (Belgique, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, le Luxembourg, et les Pays-Bas, Norvège et Canada) pour leur demander d’augmenter leurs dépenses militaires,

L’Espagne est intéressée par le futur avion de combat franco-allemand

Le 19 juin, la France et l’Allemagne ont signé une lettre d’intention concernant le développement d’un futur avion de combat. Auparavant, Dassault Aviation et Airbus Defence & Space avait conclu un accord industriel afin de préciser leurs rôles respectifs dans ce programme – d’origine française – appelé SCAF [Système de combat aérien futur]. Cet appareil

Le futur char de combat franco-allemand devrait être opérationnel en 2035

En marge du sommet franco-allemand de Meseberg, près de Berlin, Florence Parly, la ministre des Armées, et Ursula von der Leyen, son homologue allemande, ont signé deux lettre d’intention concernant des projets communs d’armement, l’une sur le Système de combat aérien futur [SCAF], l’autre sur le char de combat du futur [Main Ground Combat System

Le projet d’avion de combat franco-allemand franchit une nouvelle étape

Après l’approbation d’une fiche d’expression des besoins commune [High level command operations requirements document – HLCORD] lors du salon aéronautique ILA de Berlin et d’un accord industriel entre Dassault Aviation et Airbus Defense & Space, en avril, Florence Parly, la ministre française des Armées, et son homologue allemande, Ursula von der Leyen, ont signé, le

Les arsenaux nucléaires se maintiennent ou se réduisent… sauf en Asie

Le 7 juillet 2017, l’Assemblée générale des Nations unies a voté le Traité sur l’intediction des armes nucléaires [122 pays sur 192 l’ont approuvé, ndlr]. Et, étant donné que plus de 50 États l’ont ratifié (dont le Vatican), ce texte, qui préconise une interdiction totale du développement, du stockage et de la menace d’utilisation d’armes

La France et le Canada vont créer un conseil ministériel conjoint de Défense

En février 2015, à l’occasion d’une visite à Paris du ministre canadien de la Défense, qui était à l’époque Rob Nicholson, la France et le Canada signèrent un accord portant sur la création d’un « Conseil franco-canadien de coopération en matière de Défense », avec l’objectif de renforcer le dialogue stratégique et opérationnel entre les deux pays,

Selon un sénateur, « il faut s’attendre à des conflits de type canal de Suez » à Djibouti

Malgré des accords de défense réaffirmés en 2011, la présence des forces françaises à Djibouti a été considérablement réduite au crous de ces dernières années, pour tomber actuellement à 1.450 militaires (contre 2.900 en 2010). Dans le même temps, d’autres pays s’y sont implantés militairement, comme les États-Unis, le Japon et, plus récemment, la Chine.

Pour un général américain, les militaires français sont des « partenaires très sûrs et fiables »

En décembre 2015, la CTF 50 de l’US Navy, déployée dans le golfe arabo-persique, fut emmenée pour la première par un navire non-américain, à savoir le porte-avions français Charles de Gaulle. « Atteindre ce niveau d’interopérabilité au point que le groupe aéronaval du Charles-de-Gaulle puisse prendre le commandement de la Task Force 50 […] illustre notre