Allemagne / Archives

Malgré ses engagements, le gouvernement allemand a autorisé des ventes d’armes à la coalition arabe engagée au Yémen

En 2009 et 2013, le gouvernement allemand, alors dominé par les chrétiens-démocrates de la CDU/CSU et les libéraux du FDP, eut une politique relativement décomplexée en matière de vente d’armes, semblant tourner le dos à la doctrine jusqu’alors suivie par Berlin, qui consistait à interdire de livrer du matériel militaire à des pays en proie

Mme von der Leyen plaide pour le maintien d’une présence militaire allemande en Irak

En Allemagne, les questions militaires donnent souvent lieu à des désaccords entre les chrétiens-démocrates de la CDU/CSU et les sociaux-démocrates du SPD, lesquels font partie de la coalition gouvernementale dirigée par la chancelière Angela Merkel. Et le maintien d’un contingent de la Bundeswehr en Irak pourrait être une nouvelle pomme de discorde. Ainsi, le 16

« L’Allemagne ne pourra pas fermer les yeux » en cas d’attaque chimique en Syrie, estime Mme Merkel

Quelques jours après l’attaque chimique ayant eu lieu à Douma, dans la Ghouta orientale, en Syrie, un chaîne de télévision Russia1 diffusa des images suggérant qu’il s’était en réalité agi d’une mise en scène, avec les « Casques blancs » comme figurants. Or, il s’avéra que les séquences avaient été filmées lors du tournage du long-métrage syrien

L’Allemagne envisagerait d’accélérer le remplacement de ses chasseurs-bombardiers Tornado

Depuis avril, le ministère allemand de la Défense a toutes les informations nécessaires pour choisir le type d’appareil qui remplacera les chasseurs-bombardiers Panavia Tornado de la Luftwaffe, lesquels, et c’est un détail important, sont en mesure d’emporter des bombes nucléaires tactiques B-61 mises à la disposition de l’Otan par les États-Unis. Quatre avions sont en

Berlin discute avec ses alliés d’une possible action militaire en Syrie en cas de nouvelle attaque chimique

Alors que la Russie disculpe par avance le régime syrien de toute nouvelle attaque chimique en affirmant que les rebelles de la province d’Idleb seraient sur le point d’en commettre une [la même ficelle a été utilisée peu avant celle, au chlore, de Douma, ndlr], l’Allemagne s’interroge. En effet, d’après le quotidien Bild, Berlin envisagerait

Otan : L’US Army va renforcer ses unités d’artillerie en Allemagne

Fin juin, il fut rapporté par le Washington Post que le Pentagone évaluait le coût d’un hypothétique départ de ses troupes d’Allemagne, où étaient alors affectés plus de 30.000 militaires américains. « Les scénarios de redéploiement étudiés comprennent un retour à grande échelle des troupes américaines stationnées en Allemagne vers les États-Unis ainsi qu’un redéploiement total

Pour améliorer son image et son recrutement, la Bundeswehr se tourne vers les jeunes de moins de 18 ans

L’an passé, la ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen a annoncé que les effectifs de la Bundeswehr passeraient de 179.000 à 198.000 militaires d’ici 2024. En terme de recrutement, le défi est immense, sachant que, outre-Rhin, le métier de soldat n’a pas forcément bonne presse. Ainsi, en 2017, 21.000 postes étaient vacants

L’Allemagne douche les espoirs de la Géorgie d’intégrer « rapidement » l’Otan

Cela fait maintenant un moment que la Géorgie toque à la porte de l’Union européenne et de l’Otan. Sans succès pour le moment, même si elle a envoyé des troupes en République centrafricaine pour démontrer ses bonnes dispositions quand la plupart des pays membres de l’UE regardaient ailleurs quand il était question de lancer l’opération

L’Allemagne relance la procédure pour se doter du système de défense aérienne MEADS

Le ministère allemand de la Défense va-t-il (enfin) aller de l’avant pour remplacer les systèmes de défense aérienne Patriot actuellement en service au sein de la Bundeswehr? C’est possible… du moins pas avant 2019. Il y a trois ans, dans le cadre du programme TLVS [Taktisches Luftverteidigungssystem, ndlr], Berlin avait annoncé son choix en faveur

Le président russe donne le nom de régions et de villes d’Europe de l’Est à des unités blindées

Le 30 juillet, le président Poutine a signé un décret visant à réactiver le contrôle politique des forces armées russes, via la réactivation de la « direction politico-militaire », créée un siècle plus tôt par le pouvoir bolchevik et disparue lors de l’implosion de l’Union soviétique, en 1991. Mais telle n’est pas le seule décision prise par