aide militaire / Archives

Les États-Unis livrent des drones ScanEagle aux Philippines pour contrer les groupes jihadistes

En 2017, les forces armées philippines, peu rompues au combat urbain, ont eu du mal à venir à bout de la résistance que leur opposaient les jihadistes des groupes Maute et Abu Sayyaf – liés à l’État islamique – à Marawi, ville située sur l’île de Mindanao. Pour autant, la menace terroriste n’est pas totalement

Les États-Unis vont livrer des hélicoptères d’attaque légers et des drones à l’armée libanaise

La décision du président Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël (comme l’avaient promis Bill Clinton en 1992, George W. Bush et Barack Obama) a donné lieu à une violente manifestation, la semaine passée, devant l’ambassade américaine à Beyrouth. Pour autant, cela n’a pas entamé les relations militaires entre les États-Unis et le Liban. Ainsi,

Washington financera la défense israélienne à hauteur de 38 milliards de dollars sur 10 ans

L’accord sur le programme nucléaire iranien a été vivement critiqué par le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu. Aussi, il espérait de solides contreparties de la part de Washington, c’est à dire une hausse substantielle de l’aide militaire que fournit Washington à Israël. À première vue, l’on pourrait penser que le chef du gouvernement israélien a

Le gouvernement libyen d’union nationale veut une aide militaire américaine « renforcée »

Depuis le 1er août, les avions AV-8 Harrier et les hélicoptères d’attaque AH-1W SuperCobra du navire d’assaut amphibie USS Wasp effectuent des frappes contre les positions des jihadistes de l’État islamique à Syrte, en appui des forces loyales au gouvernement libyen d’union natinale (GNA). Désormais, les jihadistes ne tiennent plus qu’un seul quartier de cette

Le Tchad envoie 2.000 soldats au Niger pour « traquer » les jihadistes de Boko Haram

Quelques jours après l’attaque menée par le groupe jihadiste nigérian Boko Haram contre la ville nigérienne de Bosso (et où la situation demeure encore confuse), le Tchad a envoyé, le 8 juin, 2.000 soldats. Cette décision a été prise alors que le président nigérien, Mahamadou Issoufou, a, deux jours plus tôt, fait une brève visite

L’Arabie Saoudite suspend le contrat conclu avec la France pour équiper l’armée libanaise

En première ligne face à l’État islamique (EI ou Daesh) et d’autres organisations jihadistes comme le Front al-Nosra, le Liban attendait beaucoup du contrat DONAS, négocié entre la France et l’Arabie Saoudite à hauteur de 3 milliards de dollars. L’idée était alors d’équiper, grâce à un financement saoudien, les Forces armées libanaises (FAL) avec des

La force aérienne égyptienne reçoit 8 avions F-16 de plus

Une semaine après avoir reçu ses trois premiers Rafale, la force aérienne égyptienne vient de réceptionner 8 chasseurs bombardiers F-16 de plus dans le cadre de l’aide militaire consentie annuellement par Washington depuis les accords de Camp David, signés avec Israël, en 1978. « Les 30 et 31 juillet, les Etats-Unis livrent huit avions F-16 » block

Le gouvernement irakien demande une aide militaire à la Russie

Après le revers infligé aux forces irakiennes par le groupe État islamique (EI ou Daesh) à Ramadi, l’administration américaine s’interroge sur la stratégie actuellement menée par la coalition internationale en Irak. « On serait fou de ne pas tenir compte de quelque chose comme cela et de ne pas se demander ‘qu’est-ce qui a déraillé, comment

Les États-Unis ont livré 54 Humvees et 1 patrouilleur à la Tunisie

En mars, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait indiqué, lors d’une audition à l’Assemblée nationale, que la France et les Émirats arabes unis étudiaient la possibilité de fournir une aide militaire à la Tunisie en s’inspirant du contrat Donas, qui, conclu avec l’Arabie Saoudite, a permis de livrer du matériel au

Le président Obama lève totalement le gel sur les livraison d’armes à l’Égypte

Depuis les accords de Camp David, signés en 1979, Washington accordait alors au Caire une aide annuelle de 1,5 milliard de dollars, en grande partie pour financer l’acquisition d’équipements militaires pour les besoins des forces armées égyptiennes. Or, en octobre 2013, suite à la répression menée contre les partisans de l’ex-président Mohamed Morsi, qui, issu