Afrique/ Archives

La France s’oppose à des livraisons d’armes chinoises à la Centrafrique

En décembre 2017, au Conseil de sécurité des Nations unies, la France ne s’était finalement pas opposée à une demande d’exemption sur l’embargo sur les armes appliqué à la Centrafrique formulée par la Russie. Toutefois, à l’instar des États-Unis et du Royaume-Uni, elle avait exprimé quelques réserves. Ces dernères furent levées quand la partie russe

Barkhane : L’arrivée au Mali de trois hélicoptères CH-47 Chinook de la Royal Air Force est imminente

Lors de l’opération Serval, lancée le 11 janvier 2013 au Mali, les Britanniques appuyèrent les militaires français en mettant à leur disposition un avion de transport C-17 ainsi que l’un de leurs cinq appareils de surveillance Sentinel R1 [opération Newcombe, ndlr]. En janvier dernier, peu avant le sommet franco-britannique de Sandhurst, Londres annonça le déploiement

Un commando des forces spéciales américaines tué lors d’une opération anti-jihadiste en Somalie

L’an passé, les forces américaines ont effectué 37 frappes ciblées contre les milices Shebab, liées à al-Qaïda, et la branche somalienne de l’État islamique (EI). Soit deux fois plus qu’en 2016. Et la tendance est identique cette année, avec déjà 16 raids conduits contre la mouvance jihadiste. Cependant, les États-Unis font plus que de réaliser

M. Macron presse les donateurs de la Force conjointe du G5-Sahel de débloquer les fonds promis

La Force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S), dont les 5.000 soldats sont fournis par le Mali, le Niger, le Burkina Faso, le Tchad et la Mauritanie, aurait dû être pleinement opérationnelle en mars dernier. Et les conférences de la Celle-Saint-Cloud (en décembre 2017) et de Bruxelles (en février) avaient permis de recueillir assez de promesses

Selon un sénateur, « il faut s’attendre à des conflits de type canal de Suez » à Djibouti

Malgré des accords de défense réaffirmés en 2011, la présence des forces françaises à Djibouti a été considérablement réduite au crous de ces dernières années, pour tomber actuellement à 1.450 militaires (contre 2.900 en 2010). Dans le même temps, d’autres pays s’y sont implantés militairement, comme les États-Unis, le Japon et, plus récemment, la Chine.

Pour l’ONU, la Force conjointe du G5 Sahel « tarde trop à devenir pleinement opérationnelle »

Normalement, la Force conjointe du G5 Sahel [FC-G5S], dont les effectifs sont fournis par le Mali, le Niger, le Burkina Faso, la Mauritanie et le Tchad, aurait dû être pleinement opérationnelle en mars 2018. Cette échéance passait alors pour ambitieuse. Et elle l’a finalement été, malgré les efforts des pays concernés et deux premières opérations

La mission de formation de l’UE au Mali endeuillée par la mort accidentelle d’un militaire espagnol

La mission de l’Union européenne chargée de former les soldats de l’armée malienne (EUTM Mali) depuis février 2013 a été endeuillée, ce 18 mai, par la mort accidentelle d’Antonio Carrero Jiménez, un militaire de la Tercio de Armada, c’est à dire l’infanterie de marine espagnole. Le faits se sont produits dans la région de Somadougou,

Centrafrique : Deux Mirage 2000D ont survolé Kaga Bandoro pour dissuader des groupes armés

À nouveau, la Centrafrique est au bord de connaître des affrontements intercommunautaires, comme en 2013. Le 1er mai dernier, l’église de Fatima a été attaquée par des hommes armés venus du quartier du musulman PK5 alors qu’une messe y était célébrée. Bilan : un dizaine de tués, dont un abbé respecté par les communautés chrétiennes

Le mandat de la mission européenne « EUTM Mali » prolongé de 2 ans et étendu à la force conjointe du G5 Sahel

Lancée en février 2013, dans la foulée de l’opération française Serval, à la demande du gouvernement malien et dans le cadre de la résolution 2085 du Conseil de sécurité des Nations unies, la mission militaire de l’Union européenne « EUTM Mali », chargée de former les soldats maliens, va durer au moins jusqu’au 18 mai 2020. En

Le manque de préparation et des négligences expliquent la mort de quatre commandos américains au Niger

Le 4 octobre 2017, une patrouille conjointe composée d’une dizaine de commandos des forces spéciales de l’US Army et soldats nigériens tombait dans une embuscade tendue par une centaine de combattants de l’État islamique au grand Sahara (EIGS) dans les environs immédiats du village de Tongo Tongo, près de la frontière séparant le Niger du