NBC/ Archives

Washington accuse Damas et Moscou d’avoir « mis en scène » l’attaque chimique présumée d’Alep

Le 24 novembre, les médias d’État syrien affirmèrent que plusieurs dizaines de personnes avaient été hospitalisées pour des troubles respiratoires après une attaque présumée chimique menée par des rebelles contre trois quartiers résidentiels de la ville d’Alep. Puis, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme [OSDH] évoqua à son tour « 94 cas de suffocation » ainsi qu’une

Syrie : Les États-Unis demandent une enquête « juste et transparente » sur l’attaque chimique présumée d’Alep

Le 24 novembre, plusieurs dizaines de personnes souffrant de troubles respiratoires ont été hospitalisées à Alep [Syrie] à la suite d’une attaque chimique présumée contre trois quartiers résidentiels de cette ville. Dans la foulée, les médias d’État syrien ont accusé les « groupes terroristes » présents dans la province d’Idleb d’en avoir été à l’origine. La Russie,

Suspicion d’une nouvelle attaque chimique en Syrie

Le 24 novembre, plusieurs dizaines de personnes atteintes de troubles respiratoires ont été hospitalisées après une attaque aux « gaz toxiques » contre trois quartiers de la ville d’Alep, contrôlée par le régime syrien depuis décembre 2016. Ainsi, les médias syriens d’État ont rapporté « 107 cas de suffocation », après avoir évoqué une cinquantaine de blessés. Une estimation

Le retrait des États-Unis du Traité sur les forces nucléaires intermédiaires vise surtout à répondre aux menaces chinoises

En 1987, le président américain, Donald Reagan, et son homologue soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, signèrent, à Paris, le Traité sur les forces nucléaires intermédiaires (FNI) afin d’interdire les missiles balistiques et de croisière sol-sol ayant une portée comprise entre 500 et 1.000 km ainsi que ceux dont la portée est comprise entre 1.000 et 5.500 km.

Son renseignement militaire mis en cause, la Russie riposte en accusant le Pentagone de mener des essais biologiques

En communication, pour se défaire d’une affaire embarrassante, on en sort généralement une seconde qui l’est davantage, afin de minimiser la portée de la première. C’est ce qu’on appelle allumer un contre-feu. Et c’est l’impression que l’on a après que la Russie a accusé le Pentagone de mener des essais d’armes biologiques en Géorgie, alors

« L’Allemagne ne pourra pas fermer les yeux » en cas d’attaque chimique en Syrie, estime Mme Merkel

Quelques jours après l’attaque chimique ayant eu lieu à Douma, dans la Ghouta orientale, en Syrie, un chaîne de télévision Russia1 diffusa des images suggérant qu’il s’était en réalité agi d’une mise en scène, avec les « Casques blancs » comme figurants. Or, il s’avéra que les séquences avaient été filmées lors du tournage du long-métrage syrien

Affaire Skripal : Londres lance deux mandats d’arrêt contre des agents du renseignement militaire russe

Le 4 mars, les corps inanimés du colonel Sergueï Skripal, un ancien officier du renseignement militaire russe, et de sa fille, Yulia, furent retrouvés sur un banc d’un centre commercial à Salisbury, dans le sud de l’Angleterre. Un policier présent sur les lieux fut également hospitalisé. Il apparut par la suite que ces personnes avaient

Deux britanniques ont été exposés au même poison utilisé contre le colonel russe Sergueï Skripal

Quel est le point commun entre, d’un côté, l’ex-colonel du renseignement militaire russe Sergueï Skripal et sa fille et, de l’autre, les deux personnes retrouvées dans un état critique, dans une habitation de la localité d’Amesbury, située à une quinzaine de kilomètres de celle de Salisbury [Angleterre]? A priori, aucun. Si ce n’est que ces

Le renseignement américain doute de la volonté de Pyongyang à renoncer à l’arme nucléaire

Le 12 juin, à l’issue d’une rencontre avec Donald Trump, le président américain, Kim Jong-un, le chef du régime nord-coréen, a réaffirmé « son engagement ferme et inébranlable en faveur d’une dénucléarisation complète de la péninsule coréenne. » Cependant, aucun calendrier n’a été fixé pour atteindre cet objectif. Pas plus qu’il n’a été prévu de mettre en

L’Europe exposée à une menace croissante d’attentat chimique, biologique et radiologique?

Selon le dernier rapport d’Europol sur le terrorisme, environ 5.000 ressortissants de l’Union européenne ont rejoint l’Irak et la Syrie pour s’enrôler dans une organisation jihadiste, à commencer par l’État islamique. Et toujours d’après cet office européen de police, 1.500 d’entre eux seraient déjà revenus dans leur pays d’origine et 1.000 auraient été tués. Reste