NBC/ Archives

La France lance un groupe d’enquête sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie

Depuis novembre, le Joint Investigative Mechanism (JIM), c’est à dire le groupe d’experts des Nations unies et de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) chargé d’enquêter sur l’usage d’armes chimiques en Syrie, n’a plus de mandat pour continuer ses activités, la Russie s’y étant opposée après la publication d’un rapport pointant la responsabilité de

L’Otan demande des explications à Moscou au sujet d’une possible violation du traité sur les Forces nucléaires intermédiaires

En février 2014, l’administration Obama fit savoir qu’elle s’inquiétait au sujet d’une possible violation par Moscou du traité sur les Forces nucléaires intermédiaires (FNI). En effet, la Russie était alors soupçonnée d’avoir développé un missile de croisière terrestre à capacité nucléaire en dépit de ce texte qui, signé en 1987 par Ronald Reagan et Mikhael

Washington est potentiellement à la portée des missiles nord-coréens

Depuis septembre, mois au cours duquel elle avait procédé à un tir de missile balistique ayant survolé le Japon ainsi qu’à un sixième essai nucléaire d’une puissance jusqu’alors inégalée, la Corée du Nord n’avait presque plus fait parler d’elle. Conséquence des sanctions sans cesse renforcée par le Conseil de sécurité des Nations unies? Pressions de

Faute d’accord à l’ONU, les enquêtes sur l’usage d’armes chimiques en Syrie sont à l’arrêt

Le Joint Investigative Mechanism (JIM), c’est à dire le groupe d’experts des Nations unies et de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques chargé d’enquêter sur l’usage d’armes chimiques en Syrie, n’a plus de mandat pour continuer ses activités depuis quelques heures. Pourtant, deux projets de résolution pour permettre au JIM de poursuivre ses enquêtes étaient

Pour le Pentagone, seule une intervention terrestre permettrait de localiser les sites nucléaires nord-coréens

Alors qu’il se trouve à Tokyo, dans le cadre d’une tournée diplomatique en Asie du Sud-Est, le président Trump a de nouveau mis en garde la Corée du Nord en affirmant que son programme nucléaire est une « menace pour le monde civilisé. » « Certains disent que ma rhétorique est forte mais regardez ce qui s’est passé

La Corée du Sud ne se dotera pas de l’arme nucléaire

En août, alors que la Corée du Nord venait de tester deux missiles balistiques intercontinentaux et s’apprêtait à réaliser son sixième essai nucléaire (lequel, d’une puissance inégalée, a été effectué le 3 septembre), des responsables politique et des journaux sud-coréens réclamèrent le redéploiement d’armes nucléaires tactiques américaines, voire à doter la Corée du Sud de

Paris veut « tirer les conséquences opérationnelles » du rapport de l’ONU sur l’attaque chimique de Khan Cheikhoun

Comme la commission d’enquête des Nations unies sur les droits de l’homme avant lui, le Joint Investigative Mechanism (JIM), c’est à dire le groupe d’experts de l’ONU et de l’OIAC (*) a conclu que le régime syrien était bel et bien responsable de l’attaque au gaz sarin ayant fait au moins 83 victimes, le 4

Syrie : Paris dénonce l’attitude de Moscou à l’égard du mandat des experts en armes chimiques

En juillet, Edmond Mulet, le rapporteur en chef de la commission conjointe ONU/OIAC [le JIM, pour Joint Investigative Mechanism, ndlr] chargée d’enquêter sur l’usage d’armes chimiques en Syrie, avait déploré des « pressions politiques » visant à orienter le travail de ses experts. « Nous recevons, malheureusement, des messages directs et indirects en permanence de plusieurs directions nous

Les armes chimiques nord-coréennes sont une « source d’inquiétude »

Si, ces derniers mois, les missiles et l’essai de bombes H nord-coréens focalisent l’attention de la communauté internationale, il ne faudrait pas perdre de vue que la Corée du Nord dispose également d’un important stock d’armes chimiques qu’elle pourrait utiliser dans le cas d’une intervention militaire contre ses installations nucléaires. Selon l’International Crisis Group (ICG),

Le chef d’état-major interarmées américain dit que l’Iran respecte l’accord sur le nucléaire

Lors de son discours prononcé lors de l’Assemblée général des Nations unies, le 19 septembre, le président américain, Donald Trump, avait dit pis que pendre sur l’accord sur le programme nucléaire iranien [appelé « Plan d’action conjoint », ndlr], conclu à Vienne le 14 juillet 2015 et encadré par la résolution 2231 du Conseil de sécurité de