Mené par Airbus, le projet de drone MALE européen vient de franchir une étape « cruciale »

Lancé après une proposition faite en 2013 par Airbus Defence & Space, Dassault Aviation et Leonardo, le projet de drone MALE [Moyenne Altitude Longue Endurance] européen, appelé EuroDrone [ou MALE RPAS] aurait pu se concrétiser en 2019. Seulement, faute d’un accord entre les industriels et les quatre pays clients [France, Italie, Espagne et Allemagne], il prit du retard… au point qu’il fallut attendre février 2022 pour le voir enfin décoller, avec la notification des contrats de développement et de production par l’Organisation Conjointe de Coopération en Matière d’Armement [OCCAr].

Seulement, dans un rapport publié en janvier dernier, le ministère allemand de la Défense évoqua des « problèmes persistants de coordination entre le maître d’œuvre allemand Airbus D&S et le sous-traitant français Dassault Aviation » lors de l’examen de conception préliminaire [PDR – Preliminary Design Review] de ce programme. Or, celle-ci devait être achevée en 2023, afin de pouvoir passer à la revue critique de conception [CDR – Critical Design Review] et à la construction d’un premier prototype.

Cependant, Éric Trappier, le PDG de Dassault Aviation, rejeta les allégations du rapport allemand. « Aujourd’hui, on attend beaucoup de la part d’Airbus, maître d’œuvre, de nous donner ces spécifications que nous n’avons pas toujours à l’heure. Donc ce qui a pu être écrit en Allemagne, n’est pas la vérité », fit-il valoir.

Quoi qu’il en soit, le ministère allemand de la Défense a sans doute « crié avant d’avoir mal ». En effet, le 15 mai, l’OCCAr a indiqué que les travaux relatifs à l’examen de conception préliminaire étaient achevés et que la revue critique de conception de l’EuroDrone allait commencer. Ce qu’a confirmé Airbus, via un communiqué séparé.

« Le PDR prouve que la conception du drone a constamment mûri, ouvrant ainsi la voie à la conception détaillée. C’est le produit de différentes évaluations techniques menées, comme les tests en soufflerie pour confirmer sa configuration aérodynamique », a expliqué l’industriel. Et celui de souligner que ces travaux ont permis de valider un « jumeau numérique » de ce futur appareil.

« La réalisation de la revue de conception préliminaire pour le développement de l’Eurodrone représente une étape importante pour ce programme clé de la défense européenne », a commenté Jean-Brice Dumont, un haut responsable d’Airbus Defence & Space. « Cela témoigne d’un véritable effort conjoint et d’un esprit de collaboration de la part de tous les partenaires industriels et de l’ensemble des clients pour garantir la souveraineté et l’indépendance européennes », a-t-il ajouté.

Pour rappel, d’après les détails disponibles, l’EuroDrone aura une masse d’environ 10 tonnes pour une envergure de 26 mètres, une longueur de 16 mètres et une hauteur de 6 mètres. Il sera équipé de deux turbopropulseurs « Catalyst », fournis par Avio Aero, la filiale italienne de l’américain General Electric [GE]. Selon un appel à propositions publié dans le cadre du « programme de travail » pour 2024 du Fonds européen de défense, ce projet pourrait bénéficier d’une seconde subvention de 100 millions d’euros.

Selon la Loi de programmation militaire [LPM] 2024-30 et à l’horizon 2035, l’armée de l’Air & de l’Espace [AAE] pourrait être dotée d’au moins six systèmes d’EuroDrone, chacun d’entre eux étant composé de trois vecteurs aériens et de deux stations au sol.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

75 contributions

  1. KOUDLANSKI Romain dit :

    Il y aura encore , un truc qui n’ira pas entre Dassault et Airbus .

    • WhatsTheFrites dit :

      C’est quoi la marque de votre boule de cristal 🙂 ?

      • KOUDLANSKI Romain dit :

        Aucune question d’habitude , quand on voit l’histoire du SCAF et les bisbilles sur ce programme , je doute que sur l’Eurodrone ça se passe bien .

      • Aruspice dit :

        Il ferait mieux de s’enquérir de l’adresse d’un excellent volailler et de passer me voir ensuite.
        Ne vous laissez pas séduire par tous les charlatans qui saturent le marché. Le seule art divinatoire qui fonctionne vraiment, c’est l’examen des viscères d’animaux offerts en sacrifice.
        Pour un avenir propice, consultez un aruspice.

  2. Ninox dit :

    Tout ça pour au final faire des patrouilles maritimes ou surveiller les feux de forêt… Ce type de machine ne peut pas être utilisée dans un conflit de haute intensité….

    • R2D2 dit :

      Vu la surface maritime que l’on a cela sera bienvenu.
      Mais oui cela sera du luxe de faire de la patmar avec ca vu le temps qu’il aura fallu pour l’avoir et le prix pour l’acquérir/maintenir…

    • Dodo dit :

      L’armée française est condamnée à faire uniquement des conflits de haute intensité ?
      L’éventualité d’un possible conflit de haute intensité ne doit pas faire oublier l’essentiel de nos opérations qu’on va continuer à faire en permanence.
      Des années qu’on voit des types qui disent qu’envoyer un Rafale c’est « trop » , qu’un drone serait suffisant, aujourd’hui sans doute les mêmes disent que les drones ne sont pas suffisants.
      Une armée c’est un panel de moyens pour pouvoir accomplir diverses missions, le drone y a toute sa place.
      Alors aujourd’hui, Ukraine oblige, on ne voit que la haute intensité, mais en vérité demain, y a plus de chances qu’on soit de nouveau engagé dans un conflit de basse intensité.

    • HMX dit :

      Lent et peu furtif, ce gros drone MALE n’a en effet pas sa place sur une zone de conflit de haute intensité. Il aurait été parfait en Afghanistan, ou au Sahel, mais il arrive trop tard… Difficile de s’enthousiasmer sur un tel programme, à la lecture de la fiche technique qui ne promet rien de révolutionnaire, pour des délais très longs et un coût prévisionnel très élevé. ça ne signifie pas que ce drone ne servira à rien, on peut imaginer qu’il aura toujours un rôle à jouer dans des missions telles que :
      – Surveillance/attaque au sol dans des conflits de basse intensité (adversaire dépourvu de moyens anti-aériens),
      – Plateforme de tir de munitions téléopérées et relais de transmissions pour drones/effecteurs déportés (en restant bien en retrait de la ligne de front),
      – Surveillance maritime, l’appareil étant potentiellement un des vecteurs possibles du programme de futur PATMAR français et/ou du MAWS que l’Allemagne souhaite ressusciter, en tant que capteur/effecteur déporté,
      – Missions de police (surveillance de frontière, lutte contre les trafics, sécurisation de grands évènements…)
      – Missions civiles : surveillance feux de forêt, mission de lutte contre la pollution

      Pour toutes ces missions, la grande endurance, la capacité d’emport, et la qualité des capteurs embarqués constitueront des atouts.

      Reste que ces atouts se payent au prix fort. A l’heure des choix budgétaires, il n’est pas certain que les armées, les douanes, la sécurité civile ou la gendarmerie auront les moyens de se payer la Rolls Royce des drones MALE, là où d’autres drones plus abordables pourront effectuer des missions à peu près équivalentes pour moins cher… on pense en particulier à l’arrivée prochaine de l’Aarok, qui risque à lui seul d’évaporer une bonne partie du marché adressable de l’Eurodrone. Si pour le prix d’1 Eurodrone, vous pouvez avoir 2 ou 3 Aarok, le choix sera vite fait…

      L’Eurodrone ayant été érigé au rang de totem européen, l’abandon du programme est désormais inenvisageable sur le plan politique. Pour autant, la France aurait sans doute tout intérêt à réduire drastiquement le volume de cette commande, en la limitant symboliquement à 2 ou 3 systèmes, et à utiliser l’argent pour commander en plus grand nombre des drones MALE de type Aarok (« more bang for your buck »…).

      Autre réflexion : on se focalise sur le vecteur en lui même, mais davantage que le drone, c’est l’armement embarqué qui fera la valeur ajoutée opérationnelle (ou son absence…). Or, sauf erreur, aucun programme spécifique n’a été lancé en Europe conjointement avec le lancement de l’Eurodrone (ou autres drones MALE) : mini-missiles de croisières, munitions téléopérées largables en vol, missiles low cost pour cibles terrestres… A ce stade, il est prévu d’utiliser des armements déjà existants, développés à la base pour des avions ou des hélicoptères de combat. Ce faisant, nous ne tirons pas le meilleur parti de ces drones MALE.

    • Aymard de Ledonner dit :

      Ce drone aura un emport important permettant des capteurs puissants et un plafond élevé. Donc je n’ai pas vos certitudes.
      Par ailleurs cet emport permettra probablement de lui faire emporter un panel d’armement sans commune mesure avec les reapers actuels le transformant pourquoi pas en bombardier avec des A2SM voire des missiles de croisière.
      Le Minarm parle de frappe d’opportunité, ainsi que des missions d’appui direct à des forces engagées au sol.
      Ce projet est lancé. Autant qu’il serve.

  3. olivier_M dit :

    Le comportement des Allemands vis à vis des industriels français sur tous les programmes est particulièrement choquant et inquiétant. Il y a une arrogance allemande que rien ne justifie qui vise à décrédibiliser tout ce qui vient de France.
    Sans oublier l’étroit rapprochement de Scholtz avec Aliev, l’Azerbaïdjanais …

    • R2D2 dit :

      « les autres n’ont que la force que l’on veut bien leur donner »
      Il y a un problème en Allemagne seulement parce qu’il y a un problème en France (et non cela ne date pas de Macron…).

    • T632 dit :

      Pour avoir travaillé avec eux sur un programme d’armement, je confirme votre jugement. Sur d’autres programmes les allemands n’ont pas hésité à imposer leurs matériels. La France qui a une turbine compatible aurait certainement pu le faire. Un bloquage aurait aussi été une manière de sortir d’un programme aux coûts excessifs et dont la pertinence ne paraît pas évidente au premier abord.

      • tschok dit :

        Oui, ici, de nombreux intervenants ont travaillé avec les Boches et leurs témoignages sont unanimes: se sont des enflures qui nous veulent du mal (ils veulent anéantir notre industrie, en gros).

        Pour une fois, l’unanimité se fait autour de cette affirmation fédératrice. Parce que sinon, sur ce blog, on se tape dessus. Mais dès qu’on cause des Boches, il y a un consensus qui émerge. C’est remarquable.

        On peut ainsi définir le Boche comme un personnage symbolique qui met fin à nos dissensions intestines, à nos éternels conflits et haines réciproques et provoque contre lui l’Union Sacrée de nos détestations communes de façon encore plus efficace que les Noirs, les Arabes, les musulmans et même les juifs, ce qui est assez étonnant.

        C’est donc une figure tout à fait indispensable à l’unité de la nation. Comme l’immigré, du reste. Sans eux, on s’entre-tuerait à longueur de journée pour des motifs complètement futiles.

        • Math dit :

          +1000
          Mais j’en connais quand même un qui a mangé mon goûter et qui avait en plus l’outre cuidance de penser à côté de moi.

  4. Robotech Macross dit :

    Dans les années 2010 c’était le match des drones MALE Talarion (EADS allemagne) contre Telemos (BAe / Dassault), on peut aussi citer aussi le Voltigeur (Dassault / IAI basé sur le Heron TP).
    Résultat des courses : Reaper acheté sur étagère, et Dassault qui se retrouve sous-traitant d’un projet allemand officieusement ITARISÉ, trop cher et lancé beaucoup trop tard. Pour la 2e industrie aéronautique du monde derrière les US et devant la Chine (source : etude Teal Group de 2017) Ça ressemble à une défaite pour notre industrie et notre indépendance.

    • SimLabeng dit :

      Et pourquoi Dassault ne pourrait pas, de temps en temps, etre sous-traitant pour certain programme « etranger »?

      • fab le vrai dit :

        A SimLabeng…. pas de souci à voir Dassault en sous-traitant sur un programme européen. C’est le choix de la motorisation que dénonce Robotech… je ne suis pas moin d’être d’accord avec lui : on pouvait faire une autre choix, en préservant plus d’autonomie vs US..

    • tschok dit :

      @Rob,

      Je pense que l’Allemagne est complètement étrangère au fait que la France ait loupé le coche des drones. On ne le dois qu’à notre seul talent.

      La deuxième industrie aéronautique du monde qui se vautre complètement sur les drones, alors que c’était le truc à pas manquer et que pour le comprendre il était inutile d’avoir un don de prescience particulier, vu que tout le monde s’en rendait compte, c’est nous qu’on l’a fait tout seuls. Personne ne peut nous enlever ça.

      Même les Turcs font mieux que nous, c’est dire.

      L’échec constant de la France depuis plus d’une génération dans le domaine des drones est un fait unique dans l’histoire de l’aéronautique mondiale. Dans ce domaine, plus cons que nous, ça existe pas. Maintenant, tout n’est pas perdu: ce n’est pas celui qui part le premier qui gagne toujours la course, donc on a encore nos chances. Mais une chose est sûre: l’Eurodrone ne nous fera pas gagner la course.

      Ou plutôt, je reformule: si on compte sur l’Eurodrone pour rattraper notre retard, alors on est encore plus con que je le croyais.

      • Math dit :

        Moui. Après, on regarde une simple bricole: le nombre d’ingénieurs disponibles et le nombre d’ingénieurs formés, le coût de l’énergie et le montant des retraites. On répond simplement à tout cela, juste ça, et après si vous le souhaitez, on reparle de à quel point on est nul, c’est la faute à untel, manque de leadership etc. Pour mémoire, on a été fort quand démographiquement on était fort. Et qu’on pouvait faire notre lois. Aujourd’hui, les Turcs sont plus nombreux et plus jeunes que nous. Ça se paie. Pour compenser, on accueil 50000 ingénieurs par an, soit autant que l’on en forme. C’est à ces personnes qui ne se sentent pas plus français que ça que vous voulez donner les clef du camion? Si oui, réponse 1, si non, réponse 2. Et après, sur ces bases à peu près saines, on se dit que on on est nul ou pas.
        Là, on est juste en train de gérer les conséquences directes de la destructuration des familles, voulues par les tenant de l’égalité. Plus de bébés = plus d’ingénieurs, de techniciens et d’ouvriers qui se définissent et se pensent comme français. Plus de bébé: source: des familles à fonder. Ni plus, ni moins, sauf si vous êtes tenant du commerce des enfants. Et donc: faciliter l’installation des familles, aider les jeunes à s’imaginer en couple, voilà la travail d’un ministère, celui de la culture, qui fait n’importe quoi à la place.

  5. cochon tirelire vide dit :

    bon finalement une grosse bouse trés couteuse, là où un un atr42 stol nettoyer de ses équipements cabine et de sa pressurisation aurait fait le job pour beaucoup moins cher avec une endurance plus grande une fois dronisé. (quitte à avoir des moteur US autant prendre sur étagère.) Des pièces dispo, pour un prix raisonnable et même une maintenance possiblement sous traitable.
    Donc tout le monde se goinfre et fait son spectacle pour entuber le contribuable.

    • Aymard de Ledonner dit :

      Oui enfin il ne faut pas exagérer non plus. L’ATR 42 vole peut-être 4 heures. Je ne voit pas comment il pourrait passer à 40 heures en le dronisant.

      • cochon tirelire vide dit :

        Le poids gagné sur les équipements est considérables et son volume peut largement embarquer du kero supplémentaires. l’appareil civil emmène déjà 7 tonnes donc avant d’avoir aussi lourd d’instrument cela laisse beaucoup de poids disponible, et monter une perche de ravitaillement n’est pas non plus insurmontable pour pouvoir maintenir l’appareil en vole 24 h. Reste à augmenter le volume des réservoirs d’huile. Quand à l’eurodrone avec ses 10t il volera pas 40 heures non plus.

  6. Kamelot dit :

    Une fausse joie, j’ai pensé naïvement en voyant le titre que c’était son premier vol… 🙂

  7. Félix GARCIA dit :

    « Il sera équipé de deux turbopropulseurs « Catalyst », fournis par Avio Aero, la filiale italienne de l’américain General Electric [GE]. »
    Quand on a aucune dignité, on accepte de se faire voler nos turbines et de se faire équiper en turbines par le voleur en question.
    N’avons-nous plus aucune dignité ?

    PS : Vincent Lamigeon@VincentLamigeon
    On apprend aussi que 15% des emplois de la BITD italienne sont consacrés à la production d’équipements militaires US
    https://twitter.com/VincentLamigeon/status/1790776062646813057

    • Aymard de Ledonner dit :

      GE est aussi le partenaire de Safran pour produire et vendre le CFM56 et le LEAP, les moteurs de loin les plus vendus au monde.
      Ce monde est complexe Félix.
      Je regrette la décision de choisir le catalyst (une décision Airbus) mais c’est une décision industrielle qui n’est pas aberrante, le catalyst étant moins récent que le moteur Safran. Airbus a choisi de minimiser le risque au détriment de plus de perfo.

    • Vissy dit :

      Ne confondons pas tout et laissons la dignité là où elle est.
      Alsthom n’a jamais eu la moindre compétence aéronautique.
      Safran était sur le coup, mais le moteur proposé (Ardiden), lui aussi développé pour l’occasion, a été jugé à la fois moins performant et plus cher que le Catalyst .
      Le développement de ce dernier est garanti 100% européen et ITAR free. Une condition imposée par les pays du consortium qui envisagent de l’exporter (France, Italie en particulier). Certes, Safran semble le contester, mais c’est de bonne guerre quand on perd un marché. Il lui faudrait en apporter la preuve.

      • Aymard de Ledonner dit :

        Le Catalyst est très loin d’être 100% européen même s’il sera fabriqué en Italie. Il faudra voir si 100% des pièces viendront d’Europe. Son caractère ITAR-free est également brumeux. Etant un moteur civil, peut-être que ce caractère ITAR-free va perdurer…ou pas.
        En tout cas il est relativement certain que des drones équipés de ces moteurs ne pourront être vendus sans l’accord au moins implicite des US. Si le gouvernement US demande à GE de ne pas fournir tel ou tel pays, même si le moteur est soi-disant « italien » GE ne passera certainement pas outre.

        • Vissy dit :

          Where is the beef ?
          Votre petit doigt vous dit sans doute des choses, mais les seuls points factuels disponibles sont à ce jour ces deux caractéristiques (ITAR-free et 100%UE) qui ont présidé au choix de ces moteurs.
          Tout le reste n’est que vagues suppositions. Encore une fois, seuls des éléments factuels permettent de trancher

  8. Olie dit :

    vraiment ces Allemands nous créent toujours des problèmes ils feraient mieux de s’occuper de leur téléphone pour éviter de donner des informations à l’ennemi…. ils sont anti européens

    • Xos dit :

      @Olie Le téléphone de notre Président a été écouté lors de son premier mandat. Thales à corrigé le tir depuis il me semble. Et c’est pas le seul président en Europe et dans le monde qui a connu ce genre de problème. Au final espionner ou écouter quelqu’un c’est relativement facile. Un ancien navy seal à dévoilé une petite anecdote à l’époque des téléphones ou l’on pouvait enlever la battrie. Il disait enlève la puce et la battrie et je peux quand même t’écouter…

    • wololo dit :

      la dette mon ami, qui a des dettes perds son independance.

    • tschok dit :

      @Olie,

      Et le mec de chez Dassault qui se fait piquer sa mallette dans un resto, avec plein de documents dedans, ça nous permet de nous foutre de la gueule des Boches?

      D’autant qu’il y a un précédent, déjà en 2012, et un autre en 2011:https://www.opex360.com/2012/02/24/des-documents-appartenant-a-un-cadre-de-dassault-aviation-ont-ete-voles-a-paris/

      Là encore, une histoire de mallette. Un bête vol à la détourne, j’te jure. On ferait aussi bien de confier le transport de documents confidentiels à Gaston Lagaffe pendant qu’on y est.

  9. jmarc G. dit :

    Quand l’EUroDrone sera confirmé opérationnel, il devrait équipé, en priorité, nos départements d’Outre-Mer.
    C’est une simple suggestion.

    • R2D2 dit :

      vu ses caractéristiques il est très probable qu’il fera de la patmar & co dans les DOM/TOM/POM.
      il aurait pu etre utile au Sahel mais bon comme on n’y est plus ^^’

  10. Lecoq dit :

    J’espere qu’on leur fera le coup aux allemands d’en commander beaucoup et une fois le partage acté finalement de diviser la commande par deux …
    Eux n’hésiteront pas

  11. Raphaël dit :

    EUROdrone, motorisé par GE, on n’est pas à une caguade près…

  12. Ingo dit :

    Je ne vois pas pourquoi on mettrait un pognon de dingue dans un machin inadapté et en retard de plusieurs guerres. Pourquoi s’entêter ? Tout n’est pas à jeter. Il y a eu de la R&D, des nouveaux concepts ont été analysés… Mais autant arrêter les frais plutôt que de se retrouver avec un appareil valant plus cher qu’un chasseur ou un patmar qui ne tiendrait pas une heure en environnement contesté. Autant garder l’argent pour passer à l’étape d’après et à la limite pourquoi pas en coopération avec les mêmes partenaires même si ça peut faire hurler. En fait, tout sauf continuer à foncer dans le mur.

    • tschok dit :

      Ca, dans l’analyse des concepts, on est hyper-forts, j’ai aucun doute là-dessus. Ce qui me fait un peu douter, c’est notre capacité à passer à l’application: mettre en service un truc opérationnel dans des délais raisonnables et moyennant un coût qui ne soit pas exorbitant.

  13. dambrugeac dit :

    Impasse absolue des programmes avec l’Allemagne impériale. On connaît ce pays créé dans la galerie des glaces de Versailles en 1870 pour nous humilier. Cela continue… en aéronautique comme en diplomatie.

  14. AlexS dit :

    Tout est tellement lent en Europe…

    • Macross Robotech dit :

      …avec l’Allemagne.
      …et avec l’OCCAR.
      Merci de préciser. Les coopérations « directes » sans structures intermédiaires inter-étatiques et où les industriels sont les vrais décideurs, fonctionnent très bien et très vite : SCALP / Storm Shadow, nEUROn.
      Plus d’europe c’est plus d’Allemagne, plus d’OCCAr…et bizarrement (on se demande encore pourquoi) plus de retards et moins de charge de travail pour nos champions nationaux qui savent tout faire seuls

  15. Bruno d'Agen dit :

    Depuis quelques semaines, c’est fou le nombre d’articles qui nous parlent d’Europe, de programmes commun européens, de coopération européenne; et patati, et patata ..

    il faudrait avoir vraiment mauvais esprit pour penser que tout cela est en lien direct avec la propagande étatique pour l’élection européenne qui approche …

    Tout cela est parfaitement fortuit donc , tout comme il est parfaitement fortuit qu’on ne puisse pas donner des faits et des informations à propos de la Nouvelle-Calédonie, qui montrent la forte implication récente de l’Australie notamment, mais aussi des États-Unis, dans une présence de plus en plus visible et militaire sur ce territoire …
    l’Azerbaïdjan par contre, un pays à peu près aussi puissant et influent que le Balouchistan oriental, qu’est-ce qu’il prend dans les gencives ! A un point tel que ça devient risible, un vrai gag … L

    • Bench dit :

      @B d’A : si ça vous gonfle, adressez vous directement à M. Lagneau pour discuter directement avec lui de ses choix éditoriaux, choix qui semble t’il vous dérangent, plutôt que de faire des hors sujets sur tout et n’importe quoi.
      Sinon, il y a aussi la solution simplissime qui serait de ne pas les lire puisqu’ils vous défrisent et, de fait, ne pas commenter.
      Pour le reste j’aimerai bien que vous nous expliquiez pourquoi « il est parfaitement fortuit qu’on ne puisse pas donner des faits et des informations à propos de la Nouvelle-Calédonie » en commentaire d’un article sur un drone européen? On vous a refusé un commentaire basé sur les faits, le réel, la vraie vie ????
      De même que viennent faire ici une supposée « présence de plus en plus visible et militaire sur ce territoire … » des Australiens et des USA. Car à part un exercice conjoint en mars dernier entre une section du RIMaP-NC et les Forces Armées Australiennes dans le Queensland, je ne vois pas (et nous ne sommes plus en 1943/1946)! Infos, liens , sources, photos, témoignages?

    • Vert-de-gris dit :

      Évitez de trop rire à vos propres saillies, on voit vos dents en cuivre.

  16. Gaulois78 dit :

    Je ne ferai aucun commentaire sur la bouse, j’ai déjà dit ce que j’en pense..que du mal..

  17. Holl dit :

    comme toujours des grands titres pour a la fin nous dire que la France et l’Allemagne ne sont pas d accord et pendant c temps les chinois font des drones a propulsion nucléaire c’est pathétique c Europe

  18. JILI dit :

    Malgré toutes ces discussions conflictuelles, la création de l’Eurodrone progresse et je suis persuadé qu’il sera innovant et performant. Par contre, il va rester un sérieux problème avec lui, à savoir que les 2 moteurs sont américains, et ce qui revient à dire que lorsqu’on desirera le vendre à un pays non apprécié ou estimé chasse gardée par les USA, ceux-ci ne se priveront pas de nous empêcher de le vendre car ils feront valoir leur propriété sur les moteurs. Donc, les allemands qui nous ont obligé à prendre une société italienne sous dominance américaine, donc en evincant anormalement une société française ultra compétente, nous créent encore un soucis de dépendance inacceptable, qu’il faut absolument résoudre en concevant un moteur français, q qui pourra le remplacer et servira dans d’autres projets.

    • Carin dit :

      @JILI……
      Apparemment vous n’avez pas compris que l’ArdidenTP3 de Safran est l’autre moteur correspondant à ce drone…
      Ses actuels moteurs émanant d’une entreprise italienne sous patronat américain, n’est donc pas le problème pour l’export…
      Par contre ces dernières années ce sont nos amis allemands qui ont posés le plus de problèmes pour exporter des produits comprenant de leurs technologies…. Quitte à
      « couler » un avion de combat tel
      l’EF2000 dont le très maigre carnet de commandes ne concerne plus que les 4 pays concepteurs, et plus aucun pays étranger.

    • FNSEA dit :

      Pourtant, les collègues horticulteurs vous le disent volontiers : le mot souci s’écrit sans s au singulier, qu’il s’agisse du tracas ou de la fleur.
      Un souci de dépendance, un plant de souci, le souci du détail, un souci jaune vif, un petit souci, un souci en fleur, le palais de Sans-Souci, une graine de souci, se faire du souci, un souci en pot, le souci de plaire, un souci à la boutonnière.

  19. Marine dit :

    M’enfin, ça fait 15 ans (au moins) qu’on nous vend des « étapes cruciales » dans cette histoire d’EuroMALE… Au final, ça va accoucher d’un truc qui sera moins performant qu’un Reaper, au moins quatre fois plus cher, et qui ne sera disponible que dans (au minimum) 10 à 15 ans. Une farce, comme d’habitude avec les projets impliquant l’Allemagne…

    • Herzog dit :

      JE ne suis pas sur que c’est, pour autant, faute d’Allemagne…
      Sachiez que, bien heuresment, la France eu achetee 12 MQ-9 « Reaper » (donc 2 etaient perdu au Sahel)
      Il faudrais en acheter plus de Reaper, soit Bayractar, Anca, j’en passe. Tant que on attends nEUROn, les ennemies auraient les drones hypersoniques intercontinentales.

      • O'Ftalmo dit :

        Ouille, ça picote sévère. Mais puisque vous faites un effort pour nous écrire dans notre langue, on ne vous en voudra pas.

    • Macross Robotech dit :

      Il y 15 ans le gouvernement de l’époque à refusé de financer coup sur coup le TELEMOS (bimoteur lui aussi mais 3 fois moins cher) et le Voltigeur (IAI / Dassault) Furent-ils financé On en serait déjà équipé et on en aurait peut-être vendus quelques exemplaires à l’export

  20. Gaulois78 dit :

    Macron ne sera plus là en 2035, sauf si 3 ème mandat (2032) il peut aussi décider anticiper le paiement de la facture avant 2027 pour réaffirmer sa vassalisation fédéraliste à l’UE.À mon humble avis de profane, je ne pense pas que ce projet ira à son terme, Neuron et ses dérivés low-coast, Aarok et autres projets ITAR FREE remplaceront ce très coûteux et néfaste projet collaborationiste..

    • MarreDesTrolls dit :

      Pffff… Faite un minimum d’effort pour vous renseigner svp 🙁

      Macron ne sera plus là en 2035, sauf si 3 ème mandat (2032) => En France, il est impossible de faire plus de 2 mandats présidentiels consécutifs

      réaffirmer sa vassalisation fédéraliste à l’UE => Ce projet réuni la France, l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne. Les 28 pays qui forment l’UE n’ont rien à voir dans cette histoire

      Neuron => Le Neuron est un prototype dont la mission n’a aucun rapport avec celle de l’Eurodrone

      et ses dérivés low-coast => Ah ? Lesquels ?

      Aarok => … Qui n’a pas encore volé et n’est pas dans la même catégorie que l’Eurodrone

      et autres projets ITAR FREE => Ah ? Lesquels ?

      très coûteux et néfaste projet collaborationiste => Définition de Collaborationniste : « Se dit d’une politique de collaboration active avec un ENNEMI OCCUPANT LE TERRITOIRE NATIONAL »

      • tschok dit :

        Gaulois78 va pas s’emmerder à lire la constitution. Pourquoi faire? Tenir pour vraie une légende urbaine inventée de toutes pièces, c’est bien plus marrant.

        Pour l’historique de la légende urbaine, cet article:https://www.liberation.fr/checknews/dou-vient-le-scenario-dun-possible-troisieme-mandat-demmanuel-macron-20221203_BE76QJHW5BF55P5O33KAEK5LWE/

        C’est l’histoire d’un mec qui a eu une idée lors d’un déjeuner qui s’est tenu le 22 novembre 2022. Le mec en question est un ex-ministre de la justice: Jean-Jacques Urvoas.

        D’après cet article de Libé, voilà le point de départ médiatique de la légende urbaine: https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-billet-politique/emmanuel-macron-pourrait-il-jouer-les-prolongations-8836015

        Ca date du 25 novembre 2022 et ç’a été propagé par… France Culture, chaîne radio du service public pourtant réputée sérieuse. Le truc s’est répandu comme une traînée de poudre et ça agite encore les esprits jusqu’à maintenant:https://www.lepoint.fr/politique/limitation-a-deux-mandats-presidentiels-emmanuel-macron-ne-compte-pas-changer-la-constitution-05-05-2024-2559468_20.php

        C’est une création journalistique, en fait. Du 25 novembre 2022 jusqu’au 5 mai 2024, vous en faites des épisodes. Faut bien meubler, les journalistes ont pas toujours des trucs intéressants à dire. Et puis il faut bien qu’ils gagnent leur vie.

        Bon, ce qui est un peu idiot, c’est qu’en bout de chaîne, les types comme Gaulois78 prennent le sujet au sérieux, quoi. Faudrait leur dire d’arrêter de s’exciter pour rien: c’est juste une poignée de journalistes qui ont lancé une rumeur sur la base d’une idée que leur a soufflé un ancien ministre qui, lui-même, l’a eue lors d’un déjeuner avec des potes d’une assosse.

        Ils l’ont fait pour se marrer, comme ça. Ils sont un peu cabotins parfois. Songeons à Boris Johnson: avant de devenir un homme politique de premier plan, il était journaliste et passait son temps à raconter que des conneries pour se marrer, ce dont il ne se cachait même pas. Ce sont des gens qui connaissent très bien les modes de fonctionnement de la société et qui en jouent. Ca les amusent. Et au bout du processus médiatique, le petit coeur de Gaulois78 bat plus fort… Le mec se met à flipper parce qu’il prend le truc au sérieux.

        Comme Félix avec la mutualisation de la dissuasion nucléaire française, alors que c’est exactement la même histoire: c’est parti de journalistes qui savaient pas quoi raconter, parce que la dissuasion est un sujet un peu austère malgré tout, et puis c’est très codifié donc c’est pas vendable, alors les mecs se sont dit: « et si on osait un truc gonflé? On va raconter aux gens que le président se prépare à mutualiser la dissuasion nucléaire française! ». Plus c’est gros, mieux ça passe. Et les mecs se tordent de rire.

        Des vrais gosses. Et après, ils se plaignent qu’il y a trop de fake news…

        Et, rebelote: d’autres journalistes font du fact checking. Donc, résumons: des journalistes un peu potaches lancent des rumeurs qui enflent et se propagent dans la société, ce qui leur permet de faire des papiers et de vivre des fausses nouvelles qu’ils ont eux-mêmes lancées pendant plusieurs années. Au bout d’un certain temps on se rend quand même compte que se sont de pures conneries, donc d’autres journalistes enquêtent sur ces fausses nouvelles, ce qui leur permet à eux aussi de faire des papiers et de se nourrir des rumeurs qu’ils prétendent combattre. En fait, c’est un système qui s’auto-alimente.

        Et nous on est là comme des cons et on prend toussa au sérieux… Quel cinoche. Je ne sais pas si Guy Debord, l’auteur de La Société du Spectacle, avait envisagé que des journalistes potaches s’empareraient des médias et qu’on atteindrait un tel degré dans le foutage de gueule. Parce que toussa revient quand même à se foutre joyeusement de la gueule du public.

        • Gaulois78 dit :

          @tschok

          Légende urbaine en êtes vous certain ?
          Je persiste à dire qu’il pourrait faire un 3 ème mandat.. à partir de 2032.. Lecture ci-dessous.

          https://fr.wikipedia.org/wiki/Article_6_de_la_Constitution_de_la_Cinqui%C3%A8me_R%C3%A9publique_fran%C3%A7aise#:~:text=Dans%2

          Vous savez Macron c’est celui qui souhaite offrir la co-gérance de la dissuasion nucléaire française à ses amis européens (contre quoi ?)
          Après avoir dit en 2010 lors de la commission Attali que la dissuasion nucléaire française était obsolète, trop coûteuse, une économie budgétaire de 4 milliards d’euros.En tant que secrétaire de la commission il suggérait de s’en débarrasser, aucun membre de la commission ne l’a suivi tellement sa proposition était idiote..Il est maintenant le président de la France..Pas grâce à moi..cherchez l’erreur..

      • PK dit :

        « En France, il est impossible de faire plus de 2 mandats présidentiels consécutifs »

        LOL. Suffit d’amender la Constitution, le truc qu’on peut changer en claquant des doigts. Et vu comment cela se démène tout doucement autour de la question, cela m’étonnerait pas que le poudré trouve un stratagème. Il y aussi d’autres moyens évoqués, comme de démissionner la dernière année du quinquennat courant, comme cela il peut se représenter… Vu les ambitions délirantes du fou aux commandes, on n’en est pas débarrassé comme cela.

      • Gaulois78 dit :

        @MarreDesTrolls
        2 mandats présidentiels de suite, il pourra faire la campagne de 2032 et être élu..donc être à l’Elysée en 2035.. voilà, voilà..

      • Toujours quelque chose dit :

        Il ne sert à rien d’expliquer à Gaulois78 que notre Constitution de permet pas un troisième mandat présidentiel consécutif, car il le sait parfaitement.
        Ce genre de propos tenu par les antimacronistes viscéraux vise uniquement à suggérer qu’E. Macron ourdirait le projet de circonvenir la Constitution pour se maintenir au pouvoir. C’est en adéquation avec leur théorie selon laquelle la France n’est plus une démocratie. Ils ne sont pas à une ineptie près dans le chapelet des outrances qu’ils débitent.

        • Gaulois78 dit :

          @Toujours quelque chose
          Non, pas ils ne sont pas.. je suis seul dans ma tête, vous je sais pas ??
          Je viens de répondre à Tchosk plus haut, prenez le temps de le lire, j’attends votre retour.. M’étonnerait que vous ayez quelque chose à y redire l’ami macroniste.

    • Robert Larousse dit :

      Si vous tenez absolument à employer un anglicisme, essayez au moins de le faire proprement.
      « Low-coast » signifierait « dont les côtes sont basses ». Pour dire « à bas coût », c’est « low-cost ».

  21. Dimitri dit :

    Tiens les turbopropulseur ont changés de sens. Ils étaient en propulsion et maintenant ils sont en traction.
    Sa fera donc 18 drones et 12 stations au sol. Ils faudrait diviser la commande par deux de ce « Global hawk européen »hors de prix et compenser par un nombre plus imposant de Aarok franco-français bien plus accessible et polyvalent.

  22. Mat49 dit :

    Ou comment réussir à sortir en 2030 un drone à qui il faudra trouver une utilité car il est complètement obsolète pour le conventionnel et surdimentionné pour la contre insurection. A part de la surveillance maritime je ne vois pas. C’est à la Marine qu’il faut les donner.

    De toute façon nous n’en aurons que 12 (4 systèmes). Il faudrait tous les concentrer en Meditérannée pour lutter contre l’immigration clandestine. En OM leur coût d’entretien serait trop élevé et ils sont bien trop peu nombreux pour tout couvrir.

    • tschok dit :

      @Mat49,

      Pour lutter contre l’immigration clandestine en Méditerranée?! Vous plaisantez, j’espère?

      Vous savez que sur ces drones il y a des caméras qui enregistrent tout?

      Réfléchissez deux secondes: qu’est-ce qui, d’après vous, nous rend supportable l’idée de laisser crever ces gens sans bouger le petit doigt pour les sauver? Voire en criminalisant ceux qui les sauvent? Ben, je vais vous le dire: on ne les voit pas se noyer. Donc on ne s’identifie pas à eux.

      Et vous, vous voulez faire tourner au-dessus de ces naufrages des drones bardés de caméra haute définition en voie jour/nuit qui seront capables de saisir les moindres détails, même les plus horribles, par une nuit sans lune à travers 20 km de brouillard?

      Qu’est-ce que vous allez faire de tous ces enregistrements vidéos que vous allez accumuler? Bon, vous allez les archiver. Mais si quelqu’un les rend publics? Est-ce que vous connaissez le film-documentaire Il n’y aura plus de nuit?

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Il_n'y_aura_plus_de_nuit

      Vous savez avec quoi il a été réalisé? Avec des vidéos qui n’étaient pas censées être vues par tout le monde et qui se sont retrouvées en open source. Faut dire que quand on voit des gens se faire éparpiller au canon de 20 mm, ne pas vouloir trop en voir se comprend. Mais le drone dont on parle aura des caméras encore meilleures. On pourra vraiment tout saisir.

      Nan, si vous mettez ces drones dans le ciel de la Méditerranée, vous serez obligé de mettre les secours qui vont avec. Et comme ce n’est pas du tout ce que vous voulez faire, alors ne mettez pas ces drones. Mettez que des trucs avec des caméras merdiques qui prennent des images floues et mal cadrées. Ce qu’il y a déjà, quoi. Et elles livrent déjà trop de détails, croyez-le.

  23. Expression libre dit :

    Pbs avec les Allemands, vous dites?
    https://investir.lesechos.fr/actu-des-valeurs/la-vie-des-actions/vw-renonce-a-partager-la-renault-twingo-pas-encore-dairbus-de-lauto-sources-2095490
    Après avoir tout misé sur le gaz russe et la Chine, ils essaient de se rattraper sur la France. On leur a laissé les clés du char futur, on verra bien avec le SCAF. Je fais confiance à Dassault

    • Bazdriver dit :

      @Expression libre. Dassault est responsable du NGF, pas du SCAF….

      • Goose dit :

        Oui, mais c’est la France qui mène le programme SCAF/NGF, comme le stipule la lettre d’intention du 19/06/2018.
        Et les Allemands, on leur a laissé les clés du char futur, on verra bien avec le SCAF s’ils essayent de nous barboter celle de ce programme. Dassault en tant qu’industriel français principal veille au grain.
        Ce que dit @Expression libre peut donc paraitre pertinent.
        Vous êtes de la famille à @john ?

  24. Kardaillac dit :

    L’article commence par « Lancé après une proposition faite en 2013 par Airbus Defence & Space, Dassault Aviation et Leonardo » et se termine par 18 drones pour l’AAE vers 2035…
    Alors que nous sommes des champions en aéronautique, l’encrassement des rouages de tous ordres de la BITD française est manifeste là. Il y a trop de monde sur l’épure.

  25. dambrugeac dit :

    Tout cela rend dubitatif. A t’on une vision cohérente sur le type de drônes que nous voulons (la France) ? On parle ici d’un projet qui visiblement pose question, lancé depuis plusieurs années et qui ne sera pas opérationnel avant plusieurs années, sans prise en compte des leçons des conflits actuels ni de l’avancée de certains pays constructeurs. Trois types de drônes semblent souhaitables en divers poids et vitesses : reconnaissance et surveillance, accompagnement et combat aérien, bombardement terrestre et marins. Notre pays a t’il défini clairement ses propres besoins et ses projets industriels où bien s’accroche-t’on à des programmes coopératifs confus plus ou moins pilotés par l’Allemagne ?