vente / Archives

Au risque de froisser Pékin, Washington autorise la vente de frégates à Taïwan

Après avoir reconnu la République populaire de Chine, les États-Unis ont adopté, en 1979, le Taïwan Relations Act, c’est à dire une loi définissant les relations entre Washington et Taipeh. Or, pour Pékin, Taïwan fait partie de son territoire, en vertu de sa politique d’une seule Chine. Et le gouvernement chinois fait du  soutien à

Le chiffre d’affaires des 100 premiers industriels de l’armement a encore baissé en 2014

La méthode utilisée depuis 1989 par l’Institut de recherche sur la paix internationale de Stockholm (Sipri) pour évaluer le niveau des ventes d’armes et de services à caractère militaire n’est probablement pas parfaite. Notamment parce que ne sont pris en compte que les résultats des 100 premiers industriels du secteur [.pdf] et que les groupes

Paris demande à Washington l’autorisation d’acquérir 4 avions de transport C-130J Hercules

L’avion de transport A400M « Atlas » n’étant pas en mesure de ravitailler en vol les hélicoptères, l’armée de l’Air, pour qui cette fonctionnalité tactique est importante, en particulier pour ses opérations au Sahel, doit se procurer 4 appareils de type C-130 Hercules supplémentaires. Lors de son passage devant la commission sénatoriale des Affaires étrangères et de

L’Arabie Saoudite veut se doter de 4 navires multi-missions auprès des États-Unis

Le département d’État a approuvé, le 20 octobre, la possible vente à l’Arabie Saoudite de quatre navires de type « multi-mission surface combatants  » (MMSC), une version dérivée de la classe Freedom, développée par Lockheed-Martin pour le programme « Littoral Combat Ship » (LCS) de l’US Navy. Selon la description faite par l’industriel américain [.pdf], le type navire

L’achat des deux anciens BPC russes coûtera 950 millions d’euros à l’Égypte

L’accord portant sur l’annulation de la livraison de 2 Bâtiments de projection et de commandement (BPC) de type Mistral destinés à la marine russe prévoyait le remboursement par la France des sommes avancées par la Russie, soit 949,7 millions d’euros. Pour rappel, quand Moscou a commandé ces deux navires, le montant du contrat était de

Vendu au Brésil, le TCD Siroco deviendra le NDM Bahia

Quand, en octobre 2014, fut annoncé le retrait du service actif et la revente du Transport de chalands de débarquement (TCD) Siroco, le Chili semblait être le client le plus probable étant donné qu’il s’était déjà porté acquéreur, en 2011, du TCD Foudre, désormais appelé le « Sargento Aldea ». Mais d’autres pays se manifestèrent, comme le

Le TCD Siroco pourrait finalement passer sous pavillon brésilien

On entend parfois, sur le ton de la plaisanterie, qu’il faut toujours attendre le contre-ordre avant d’exécuter un ordre… Le cas du le transport de chalands de débarquement (TCD) Siroco en donne un exemple… Ce navire, désarmé par la Marine nationale, doit en être revendu pour environ 80 millions d’euros alors qu’il a encore récemment

Le gouvernement portugais va négocier l’achat du TCD Siroco, bientôt désarmé par la Marine nationale

En octobre dernier, le couperet est tombé : dans le cadre des restructurations du ministère de la Défense, il a été décidé, pour la Marine nationale, de désarmer, en 2015, le transport de chalands de débarquement Siroco, le pétrolier-ravitailleur Meuse, le patrouilleur austral Albatros ainsi que les deux patrouilleurs de surveillance de site Athos et

Une ancienne base navale norvégienne accueille des navires russes

« Aujourd’hui, chacun sait le prix de toutes choses, et nul ne connaît la valeur de quoi que ce soit », a écrit Oscar Wilde. Et c’est la phrase qui vient à l’esprit quand on pense à la grossière erreur d’appréciation commise par le gouvernement norvégien il y a 7 ans. En 2008, le gouvernement norvégien, alors

La Chine s’affirme sur le marché mondial de l’armement

Dans le « Cercle des poètes disparus », le professeur Keating (Robin Williams) fait monter ses élèves sur son bureau pour leur faire comprendre que le monde peut sembler différent selon l’endroit où l’on se trouve. Pour les études sur les exportations d’armes, c’est à peu près la même chose : tout dépend des modes de calcul