Russie / Archives

Le déploiement éventuel d’une batterie antimissile THAAD en Corée du Sud préoccupe la Russie et la Chine

Comme le Japon, la Corée du Sud craint d’être la cible de missiles balistiques tirés par la Corée du Nord. Et cela d’autant plus qu’aucun traité de paix n’a été signé par les deux pays à la suite de l’armistice de Panmunjon qui, en 1953, mit un terme aux combats les ayant opposés. Pour contrer

L’incroyable menace russe contre le Danemark

Au début, on a peine à y croire tant les propos de Mikhaïl Vanin, l’ambassadeur de Russie au Danemark, tels qu’ils ont été rapportés par la presse danoise, sont peu diplomatiques. On pense alors à une erreur de traduction et l’on s’attend à ce qu’ils soient éventuellement démentis. Et l’on scrute les médias officiels russes…

La Russie et l’Ossétie du Sud ont signé un accord stratégique

À l’origine, l’Ossétie du Sud était une province géorgienne, tout comme l’Abkhazie. Seulement, après l’intervention militaire russe en Géorgie, en août 2008, ces deux territoires ont fait sécession et leur indépendance a immédiatement été reconnue par Moscou ainsi que par une poignée d’États (dont le Venezuela et le Nicaragua). Depuis, ces deux régions n’ont cessé

Le Pentagone va envoyer une batterie Patriot en Pologne tandis que la Russie déploie des missiles Iskander-M à Kaliningrad

En 2010, il avait été convenu entre Washington et Varsovie que les forces américaines déploieraient, pendant un mois et quatre fois par an, une batterie antimissile Patriot en Pologne, plus précisément à Morag, c’est à dire à environ 60 km de l’enclave russe de Kaliningrad, où Moscou avait indiqué vouloir envoyer des missiles balistiques Iskander

La Russie a lancé d’importantes manoeuvres militaires dans l’Arctique

Avec le changement climatique annoncé, l’Arctique va prendre une importance toute particulière dans la mesure où ses ressources naturelles, en particulier les hydrocarbures, pourront être exploitées et que de nouvelles routes maritimes permettant un gain de temps significatif par rapport à celles existantes entre l’Asie et l’Europe, seront ouvertes. Par ailleurs, les pays de la

Le BPC Sébastopol effectue sa première sortie en mer

Alors que le Bâtiment de projection et de commandement (BPC) « Vladivostok » est toujours en attente d’être livré à la marine russe, le second navire du même type commandé par la Russie en 2011, le BPC Sébastopol, en cours de construction au chantier naval STX de Saint-Nazaire, a appareillé, ce 16 mars, pour sa première sortie

M. Poutine affirme avoir envisagé l’option nucléaire en cas d’intervention occidentale en Crimée

Il y a un an, des hommes armés ne portant aucun signe distinctif s’emparaient des sites stratégiques de la Crimée. Peu après, cette république autonome ukrainienne, siège de la Flotte russe de la mer Noire, était annexée par la Russie, à l’issue d’un référendum. À aucun moment il n’a été envisagé une intervention militaire occidentale

La Russie réaffirme son droit de déployer des armes nucléaires en Crimée

En novembre 2014, le commandant en chef de l’Otan, le général américain Philip Breedlove, s’était inquiété du déploiement par les forces armées russes de missiles « capables d’avoir à leur portée la totalité de (la région) de la mer Noire ». Et il avait également indiqué « surveiller » de près la possible installation d’armes nucléaires. La Russie, depuis

Les États-Unis déploient 3.000 soldats dans les pays baltes

L’annexion de la Crimée – dont le président russe, Vladimir Poutine, a admis, lors d’une émission de la chaîne Rossia 1, qu’elle avait été planifiée dès la destitution du président ukrainien pro-russe Viktor Ianoukovitch le 22 février 2014 – et le soutien apporté aux séparatistes dans l’est de l’Ukraine par Moscou font que les trois

Exercice militaire russe surprise près des frontières avec l’Estonie et la Lettonie

C’est quasiment du tac au tac. Il y a quelques jours, le général britannique Adrian Bradshaw, le commandant adjoint de l’Otan, a estimé, devant Royal United Services Institute (RUSI), un groupe de réflexion londonien, que les trois pays baltes pouvaient être menacés par la Russie, laquelle, selon lui, serait susceptible de « croire que les forces