Russie / Archives

La Lituanie veut ériger une clôture le long de l’enclave russe de Kaliningrad

Devenue soviétique au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, Kaliningrad est désormais une enclave russe au sein de l’Union européenne, coincé entre la Lituanie et la Pologne. Et ce territoire est actuellement l’un des plus militarisés au monde, avec l’organisation régulière de manoeuvres militaires russes. Alors que le pays baltes et la Pologne craignent les

Près de 300 militaires américains déployés en Norvège pendant au moins un an

En octobre 2016, il avait été question de déployer au moins 300 militaires américains à Vaernes, près de Trondheim, à environ 1.000 km, à vol d’oiseau, de la frontière que partagent la Norvège et la Russie. À l’époque, une porte-parole du ministère norvégien de la Défense avait expliqué qu’il s’agissait d’une demande adressée par Washington

Pour Donald Trump, l’Otan est « obsolète » mais reste à ses yeux « très importante »

Au cours des quatre prochaines années, il faudra s’habituer aux déclarations parfois contradictoires de Donald Trump, le président américain élu. Fin décembre, via Twitter, il avait plaidé pour un renforcement de l’arsenal nucléaire des États-Unis « tant que le monde n’aura pas retrouvé la raison dans le domaine des armes nucléaires. » Ce qui laissait supposer un

La Pologne ne veut pas faire les frais d’une éventuelle détente entre les États-Unis et la Russie

Parce qu’il a remis en cause le principe de défense collective défini par l’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord en affirmant qu’il déciderait éventuellement d’une intervention militaire après avoir vérifié qu’un pays membre de l’Otan agressé « a bien respecté ses obligations » vis-à-vis des États-Unis, le président américain élu, Donald Trump, suscite de l’inquiétude parmis

Le prochain chef du Pentagone n’est pas exactement sur la même longueur d’onde que M. Trump

Le général James Mattis n’a pas eu de difficulté pour gagner la confiance du Sénat américain qui, dominé par les Républicains, lui a témoigné un large soutien après son audition devant le comité des Forces armées en vue de la confirmation de sa nomination à la tête du Pentagone. Il faut dire que sur plusieurs

La Turquie et la Russie vont coordonner leurs frappes en Syrie

Il n’y a pas si longtemps, les relations entre Moscou et Ankara étaient extrêmement tendues, notamment à cause du dossier syrien et du bombardier tactique Su-24 Fencer russe abattu en novembre 2015 par l’aviation turque. Depuis, il n’est plus question d’invectives entre ces deux capitales. Par pragmatisme, la Russie et la Turquie, très critique à

Le chef de l’armée du gouvernement libyen non reconnu reçu à bord du porte-avions russe « Amiral Kouznetsov »

La situation politique en Libye est compliquée. En 2014, alors que les libéraux venaient de remporter les élections législatives organisées en juin, le Parlement sortant [le Congrès général national, ndlr], dominé par les islamistes, refusa les résultats du scrutin et apporta son soutien à un gouvernement installé à Tripoli. Dans le même temps, l’assemblée élue

Nommé à la tête de la diplomatie américaine, Rex Tillerson estime que la Russie est un « danger »

L’annonce, par Donald Trump, de la nomination de Rex Tillerson, l’ancien Pdg d’ExxonMobil, au poste de secrétaire d’État [ministre des Affaires étrangères, ndlr] a suscité de nombreux commentaires étant donné sa proximité avec Vladimir Poutine, le président russe. Et certains observateurs y ont vu la volonté du futur locataire de la Maison Blanche de « réchauffer »

Des missiles balistiques russes Iskander auraient été déployés en Syrie

En mars 2016, des images diffusées par la chaîne de télévision russe Zvezda ont suggéré la présence d’au moins un tracteur-érecteur-lanceur (TEL) MZKT-7930, capable de lancer des missiles balistiques de courte portée Iskander (SS-26 Stone), sur la base aérienne de Hmeimim, utilisée par la Russie pour ses opérations aériennes en Syrie. On en était resté là

Un sénateur visé par des sanctions russes nommé à la tête du renseignement américain

Le moins que l’on puisse dire est que Donald Trump, le prochain président des États-Unis, s’est montré sceptique face à l’ingérence présumée de la Russie dans l’élection présidentielle américaine, via le piratage informatique des serveurs du Parti démocrate et la diffusion de courriels susceptibles de déstabiliser la campagne d’Hillary Clinton. Le 4 janvier, via Twitter,