Irak / Archives

Les forces irakiennes ont chassé Daesh de Qayyarah et se rapprochent un peu plus de Mossoul

C’est un succès militaire que le ministre irakien de la Défense, Khaled al Obeidi, n’aura pas l’occasion de savourer puisqu’il vient d’être destitué par le Parlement pour une affaire de corruption. Toujours est-il que, après Tikrit, Sinjar (*), Ramadi et Falloujah, l’État islamique (EI ou Daesh) vient de subir un nouveau revers après avoir perdu

Les effets des frappes aériennes contre l’EI ont été volontairement surestimés

Il y a près d’un an, l’on apprenait que l’Inspecteur général du Pentagone venait d’ouvrir une enquête pour vérifier les affirmations d’un analyste civil de la Defense Intelligence Agency (DIA), à qui il avait été demandé, entre 2014 et 2015, de manipuler les renseignements sur l’État islamique (EI ou Daesh) afin d’édulcorer la situation et

Les opérations de la coalition anti-État islamique entrent dans leur troisième année

Le 7 août, dans la province de Deir ez-Zor, près de la frontière irakienne, la coalition anti-État islamique (EI ou Daesh) dirigée par les États-Unis, a détruit 83 camions-citernes servant à transporter du pétrole pour le compte de l’organisation jihadites. Ces frappes, effectuées dans le cadre de l’opération Tidal Wave II, qui vise à s’attaquer

Irak/Syrie : Le général (air) Serge Cholley a pris le commandement de l’opération Chammal

Jusqu’à présent, l’opération Chammal (nom de la participation française à la coalition anti-État islamique dirigée par les États-Unis) était commandée par le général de Villiers, le chef d’état-major des armées (CEMA) depuis le Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO) et réalisée sous le contrôle opérationnel du contre-amiral Beaussant, amiral commandant la zone

L’Atlantique 2 de l’opération Chammal a franchi le seuil des 100 missions depuis la Jordanie

Depuis le début de l’opération Chammal, le 19 septembre 2014, la Marine nationale engage un avion Atlantique 2 (ATL2) aux côtés des Rafale et des Mirage 2000 de l’armée de l’Air. Conçu pour la patrouille maritime et la lutte anti-sous-marin, cet appareil, bardé de capteurs, peut aussi être utilisé pour des missions de renseignement. La

L’armée française enverra des « moyens d’artillerie » en Irak

La veille du 14-Juillet, soit avant l’attentat de Nice, le président Hollande avait annoncé que l’armée de Terre allait « intensifier » son « concours » pour « soutenir les Irakiens dans la perspective de la reconquête de Mossoul », l’un des fiefs de l’État islamique (EI ou Daesh) dans le nord de l’Irak. Une semaine plus tard, à l’issue d’un

Pour un influent imam chiite irakien, les soldats américains sont des « cibles »

Lors d’un déplacement à Bagdad, le 11 juillet, le chef du Pentagone, Ashton Carter, a annoncé l’envoi en Irak de 560 soldats supplémentaires, ce qui portera les effectifs militaires américains dans le pays à 4.650 personnels. Ce contingent doit principalement être déployé sur la base aérienne de Qaayarah, située à 60 km au sud de

Contre Daesh, la France va envoyer plus de conseillers militaires en Irak et redéployer son groupe aéronaval

Lors de son discours prononcé à l’occasion de la réception en l’honneur des armées, ce 13 juillet, le président Hollande a annoncé un renforcement significatif de l’engagement militaire français contre l’État islamique (EI ou Daesh). « Nous allons encore intensifier le concours de l’armée de Terre pour soutenir les Irakiens dans la perspective de la reconquête

Un rapport parlementaire plaide pour une intervention terrestre française contre l’État islamique

La semaine passée, à l’occasion d’un communiqué annonçant l’adoption d’un rapport résumant ses travaux, la commission d’enquête relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme a fait état de 40 propositions visant à améliorer l’efficacité de la politique menée en la matière. La commission a ainsi recommandé d’engager une « initiative

Les États-Unis vont encore renforcer leur présence militaire en Irak

L’éventualité avait été évoquée fin juin et elle vient d’être confirmée par Ashton Carter, le secrétaire américain à la Défense, à l’occasion d’un déplacement à Bagdad, ce 11 juillet, pour parler du combat contre l’État islamique (EI ou Daesh) : les États-Unis renforceront leur contingent déployé en Irak en y envoyant 560 militaires supplémentaires. Cette