Irak / Archives

Le très mauvais état du barrage de Mossoul risque de compliquer les opérations contre Daesh

On le sait maintenant depuis plus de dix ans : le barrage le plus important d’Irak, situé à une quarantaine de kilomètres de Mossoul, est en mauvais état. Et, depuis 2014, sa situation a empiré étant donné que, avec l’offensive de Daesh dans la région, les opérations de maintenance ont été suspendues. Ainsi, un rapport américain

Le Canada va retirer ses avions CF-18 Hornet de la coalition anti-Daesh d’ici la fin du mois

Conformément à ses promesses électorales faites à l’automne, le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a annoncé, le 8 février, la fin de la participation de son pays aux frappes aériennes effectuées en Irak et en Syrie par la coalition anti-Daesh emmenée par les États-Unis. Le prédécesseur de M. Trudeau, le conservateur Stephen Harper, avait engagé

Coalition anti-Daesh : Les États-Unis ont renforcé leur contingent militaire en Irak

Il y a encore peu, le contingent américain engagé en Irak dans le cadre de la coalition anti-Daesh (État islamique ou EI) comptaient 3.500 militaires. Désormais, et conformément aux annonces faites à l’automne, cet effectif a été porté à 3.870 personnels. Ce chiffre a été précisé le 3 février par un porte-parole du Pentagone. La

L’efficacité discrète des instructeurs militaires français affectés auprès des forces irakiennes

Après Ramadi, où elles continuent de progresser en déjouant les engins explosifs improvisés laissés par les combattants de l’État islamique (EI ou Daesh), les forces irakiennes visent désormais la reconquête des villes de Falloujah, d’Haditha et de Hit, dans la province d’al-Anbar afin de réduire la liberté de mouvement de l’organisation jihadiste entre Raqqa (Syrie)

La cession d’une dizaine de Mirage 2000-9 à l’Irak par les Émirats arabes unis se précise

Avant de signer un contrat portant sur l’achat de 60 avions Rafale, les Émirats arabes unis souhaitent d’abord se séparer des Mirage 2000-9 acquis auprès de la France à la fin des années 1990. Depuis que les négociations – souvent mouvementées -  ont commencé entre Abou Dhabi et Paris, une piste revient régulièrement sur le

Le chef des forces spéciales américaines nommé à la tête du commandement pour le Moyen-Orient et l’Asie centrale

Que ce soit en Afghanistan, en Irak ou en Syrie, l’US Special Operations Command (USSOCOM) est actuellement très sollicité pour appuyer les forces terrestres locales contre les insurgés taliban et les jihadistes de l’État islamique. En Syrie, environ 50 opérateurs des forces spéciales américaines ont ainsi été déployés auprès des Forces démocratiques syriennes (FDS), une

Quelles perspectives pour Daesh dans les mois à venir?

Il a toujours été dit qu’éliminer Daesh (État islamique ou EI) en Syrie et en Irak prendrait du temps. Et cela, en raison de plusieurs difficultés rencontrées par la coalition internationale emmenée par les États-Unis. Au passage, l’intervention militaire russe en Syrie, n’a, pour le moment, pas eu de conséquence significative pour Daesh, qui n’a

Les militaires français ont formé 1.700 soldats irakiens engagés dans les combats à Ramadi

La communication du ministère de la Défense met surtout l’accent sur les missions aériennes et navales menées contre Daesh (État islamique ou EI) par les forces françaises engagées en Irak et en Syrie. Mais ce serait oublier que l’opération Chammal vise également à former et à conseiller les militaires irakiens et les combattants kurdes (Peshmergas),

Impliqué dans les attentats de Paris, un jihadiste français a été tué en Syrie par la coalition anti-Daesh

Dans son édition du 21 décembre, Le Parisien a révélé qu’un certain Charaffe el-Mouadan, alias « Souleymane », était soupçonné d’avoir coordonné les attentats commis à Paris et à Saint-Denis, le 13 novembre dernier. Ce nom, a avancé le quotidien, est « revenu à l’esprit des enquêteurs de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) après l’audition

Avec l’appui aérien de la coalition, les forces irakiennes ont repris Ramadi à Daesh

Après 7 mois de silence, Abu Bakr al-Baghdadi, le chef de l’État islamique (EI ou Daesh) a fait diffuser un enregistrement sonore de 24 minutes via les réseaux sociaux au lendemain de Noël pour lancer un appel à la révolte en Arabie Saoudite et à lancer des attaques contre Israël. Mais, surtout, il a assuré