Irak / Archives

Irak : Les milices chiites ne participent plus à la bataille de Tikrit

La coalition internationale, emmenée par les États-Unis, n’était pas intervenue jusqu’à ces denières heures pour appuyer les forces irakiennes dans leur tentative de reprendre la ville de Tikrit aux jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh). L’une des raisons généralement avancée était la présence d’éléments iraniens et de milices chiites soutenues par Téhéran dans cette

Irak : L’aviation française a participé à un raid aérien mené dans la région de Tikrit

Quand, le 2 mars, les forces irakiennes ont lancé une offensive pour tenter de reprendre la ville de Tikrit aux jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh), elles n’ont apparemment pas prévenu la coalition internationale emmenée par les États-Unis. Et cela en raison d’un appui fourni par la force al-Qods, une unité spéciale des pasdarans

Des vols de reconnaissance américains pour aider les forces irakiennes à Tikrit?

Le 2 mars, et sans coordination avec la coalition internationale emmenée par les États-Unis, les forces irakiennes, épaulées par des milices chiites soutenues par l’Iran, ont lancé une offensive pour tenter de reprendre la ville de Tikrit aux jihadistes de l’État islamique. Pour cette opération, Bagdad a donc misé sur l’aide de Téhéran. Des éléments

Le Canada veut frapper les jihadistes de l’État islamique en Syrie

L’opération Impact est le nom de la participation canadienne à la coalition internationale emmenée par les États-Unis pour combattre les jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh). Elle mobilise, depuis octobre dernier, environ 70 militaires des forces des opérations spéciales, dont la mission est de conseiller les troupes irakiennes et kurdes, 6 chasseurs-bombardiers CF-18 Hornet,

Irak : Un avion E3-F AWACS a de nouveau rejoint l’opération Chammal

Le dispositif de l’opération Chammal, qui le nom de la participation française à la coalition anti-État islamique (EI ou Daesh) emmenée par les États-Unis, ne cesse d’évoluer. Ainsi, après le déploiement de 6 Mirage 2000D en Jordanie, le retrait de 3 Rafale (sur 9) de la base d’al-Dhafra (Émirats arabes unis) et l’arrivée sur zone

Les forces irakiennes ont suspendu leur offensive contre l’État islamique à Tikrit

Deux semaines après son lancement, l’opération visant à reprendre la ville de Tikrit aux mains des jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh) est actuellement suspendue. Cette offensive mobilise plus de 30.000 combattants appartenant aux forces armées irakiennes et aux milices chiites soutenues par Téhéran ainsi que des conseillers militaires iraniens, dont le général Quassem

Pour le chef d’état-major interarmées américain, « larguer un tapis de bombes sur l’Irak n’est pas la solution »

Il est rare (si ce n’est inédit, c’est à vérifier, ndlr) de voir le chef d’état-major interarmées américain à bord d’un navire français. C’est pourtant ce qui est arrivé le 8 mars. En effet, le général Martin Dempsey a rendu une visite au porte-avions Charles-de-Gaulle, qui navigue actuellement dans les eaux du golfe arabo-persique, où

Irak : La coalition internationale affirme que les jihadistes ont été chassés de la ville d’Al-Baghdadi

Le mois dernier, les jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh) s’emparaient d’Al-Baghdadi, qui était alors la dernière ville de la province d’al-Anbar encore contrôlée par les autorités irakiennes. Cette prise pouvait inquiéter dans la mesure où l’importante base d’Ain Al-Assad, qui accueille 300 instructeurs militaires américains, est située dans les environs immédiats de cette

L’armée irakienne tente de reprendre Tikrit avec l’appui de l’Iran

Le 2 mars au matin, environ 30.000 soldats, volontaires et miliciens chiites irakiens ont lancé une offensive visant à reprendre la ville de Tikrit, qui, actuellement contrôlée par les jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh), est située à environ 160 km au nord de Bagdad. « Des chasseurs-bombardiers, des hélicoptères et l’artillerie visent Tikrit pour

58% des Français se disent favorables à une participation aux frappes aériennes contre l’EI en Syrie

La semaine passée, quatre parlementaires français – Jacques Myard,  Jean-Pierre Vial (UMP), François Zocchetto (UDI) et Gérard Bapt (PS) – ont fait le déplacement à Damas pour y rencontrer le président syrien, Bachar el-Assad. Pour eux, ce dernier fait partie de la solution dans la lutte contre l’État islamique (EI ou Daesh), qui a établi