Etats-Unis / Archives

Des armes chimiques ont bien été retrouvées lors de l’opération américaine Iraqi Freedom

Après les attentats du 11 septembre 2001, l’administration américaine avait justifié une opération militaire contre le régime de Saddam Hussein en avançant que ce dernier disposait d’armes de destruction massive et qu’il comptait en produire davantage. Et le risque mis en avant était de voir tomber cet arsenal aux mains de terroristes liés à al-Qaïda.

Bien que retiré du service en 2008, l’avion furtif F-117 vole encore

Développé dans le plus grand secret à partir de la fin des années 1970, le F-117A Nighthawk, un avion furtif aux lignes pour le moins inhabituelles, ne fut présenté au public qu’en novembre 1988, soit 7 ans après son premier vol et 2 ans après sa mise en service au sein du 37th Tactical Fighter,

Les États-Unis lèvent partiellement leur embargo sur la vente d’armes au Vietnam

Près de 40 ans après la chute de Saïgon et la victoire du Viet Cong (soutenu par la Chine et le bloc de l’Est) sur le Sud, appuyé par les États-Unis, la Thaïlande, les Philippines et l’Australie, Washington a décidé, le 2 octobre, de lever partiellement son embargo sur les ventes d’armes au Vietnam. Il

Les opérations militaires américaines contre l’EI pourraient coûter jusqu’à un milliard de dollars par mois

Le 26 septembre, le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, a indiqué que les opérations menées par les États-Unis contre l’État islamique (EI, ou Daesh) en Irak et en Syrie depuis le 8 août coûtaient entre 7 et 10 millions de dollars par jour. Ces missions sont financées par le budget dit « Overseas Contingency

L’Iran attaquera l’EI s’il s’approche de ses frontières

Contre les jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh), « il y a un rôle à jouer pour pratiquement chaque pays dans le monde, l’Iran y compris », a estimé, le 20 septembre, John Kerry, le chef de la diplomatie américaine. Quelques jours plus tôt, le même avait affirmé que la présence de Téhéran à la conférence

L’Irak aurait renoncé à acquérir 24 hélicoptères d’attaque AH-64 Apache

En janvier, et alors que les jihadistes de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL, devenu depuis État islamique, ou Daesh) venaient de s’emparer de Falloujah, Bagdad avait fait part de son intention d’acquérir 24 exemplaires de l’hélicoptère d’attaque américain AH-64E Apache pour 4,8 milliards de dollars (en comptant les équipements annexes et les

Washington dément avoir prévenu Damas de l’imminence des frappes aériennes contre l’EI

Quand on prévient que l’on considérera comme une agression tout raid aérien sur son territoire s’il n’est pas réalisé en concertation avec ses propres forces armées et que des frappes ont quand même eu lieu sans provoquer la moindre réaction desdites forces armées, on a l’air un tantinet ridicule, pour ne pas employer une autre

Premières frappes américaines contre les jihadistes de l’État islamique en Syrie

« Je suis déterminé à ce que nous traquions les terroristes qui menacent notre pays, où qu’ils soient. Je n’hésiterai pas à agir contre l’Etat islamique en Syrie, comme en Irak », avait prévenu le président Barack Obama, le 10 septembre dernier. Et il n’était alors pas question de demander à Damas une quelconque coordination. La Syrie

L’armée chinoise accusée d’espionner des sous-traitants du commandement militaire américain pour le transport

L’US Transportation Command (US Transcom) est un commandement militaire chargé d’assurer la logistique et la projection des forces américaines sur des théâtres d’opérations extérieurs via trois composantes, à savoir l’Air Mobility Command de l’US Air Force, le Military Sealift Command de l’US Navy et le Surface Deployment and Distribution Command de l’US Army. Bien qu’utilisant

Le Congrès autorise le président Obama à aider les rebelles syriens contre les jihadistes

Le président Hollande l’a répété ces dernières heures : l’action des forces françaises contre l’ »État islamique » (EI) portera uniquement en Irak dans la mesure où les autorités irakiennes ont demandé un  appui auprès de Paris. Ainsi, il n’est absolument question d’effectuer des frappes aériennes en Syrie, où les jihadistes ont conquis ont conquis de larges