Etats-Unis / Archives

Deux officiers féminins en course pour intégrer les Bérets verts de l’US Army

En décembre 2015, le chef du Pentagone, Ashton Carter, avait annoncé que l’armée américaine allait permettre à ses personnels féminins d’intégrer des unités de combat, y compris celles des forces spéciales. Mais à la condition de remplir les mêmes critères physiques que les hommes pour y accéder. Les femmes « pourront piloter des chars », « tirer au

L’aviation russe a bombardé une base des forces spéciales américaines et britanniques en Syrie

Une semaine après un déplacement à Moscou de John Kerry, le chef de la diplomatie américaine, pour proposer au président Vladimir Poutine, une « coopération militaire » contre les jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh) et du Front al-Nosra [branche syrienne d'al-Qaïda, ndlr], le Wall Street Journal a révélé que l’aviation russe a bombardé un poste

Candidat à la Maison Blanche, Donald Trump remet en cause le principe de défense collective de l’Otan

Vainqueur des primaires du Parti républicain, Donald Trump n’est pas un homme à s’embarrasser avec les détails, quitte à multiplier les approximations, les promesses hasardeuses, les « solutions » simplistes et les invectives à l’égard de ceux qui le contestent. Et, visiblement, cela fonctionne puisqu’il sera candidat à la course présidentielle… En mars, Donald Trump avait évoqué

Pour un influent imam chiite irakien, les soldats américains sont des « cibles »

Lors d’un déplacement à Bagdad, le 11 juillet, le chef du Pentagone, Ashton Carter, a annoncé l’envoi en Irak de 560 soldats supplémentaires, ce qui portera les effectifs militaires américains dans le pays à 4.650 personnels. Ce contingent doit principalement être déployé sur la base aérienne de Qaayarah, située à 60 km au sud de

Washington a proposé à Moscou une coopération militaire contre les jihadistes en Syrie

Après avoir assisté au défilé militaire du 14-Juillet à Paris, le secrétaire d’État américain, John Kerry, s’est envolé vers Moscou pour y rencontrer le président Poutine et son homologue russe afin de leur proposer une copération militaire en Syrie contre l’֤État islamique et le Front al-Nosra, branche syrienne d’al-Qaïda. Ainsi, selon le Washington Post, dont

Les États-Unis vont encore renforcer leur présence militaire en Irak

L’éventualité avait été évoquée fin juin et elle vient d’être confirmée par Ashton Carter, le secrétaire américain à la Défense, à l’occasion d’un déplacement à Bagdad, ce 11 juillet, pour parler du combat contre l’État islamique (EI ou Daesh) : les États-Unis renforceront leur contingent déployé en Irak en y envoyant 560 militaires supplémentaires. Cette

Pyongyang ne décolère pas après l’annonce du déploiement d’un système antimissile en Corée du Sud

Le 8 juillet, Washington et Séoul ont officialisé le déploiement prochain d’une batterie du système antimissile THAAD (Terminal High Altitude Area Defence) en Corée du Sud. Cette annonce, qui est une réponse aux tirs de missiles régulièrement effectués par Pyongyang, a été immédiatement dénoncée par Moscou et Pékin, qui y voient une atteinte aux capacités

La Géorgie insiste pour intégrer l’Otan

Comme d’autres anciennes républiques de l’Union soviétique, la Géorgie craint les visées – réelles ou supposées – de la Russie. Et cela d’autant plus que ces deux pays se sont affrontés militairement en août 2008. Depuis, l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud, deux régions autrefois géorgiennes, ont proclamé leur indépendance et noué des accords stratégiques avec

Washington va déployer une batterie antimissile THAAD en Corée du Sud; Moscou et Pékin protestent

En octobre 2013, afin de contrer la menace balistique nord-coréenne, un rapport du ministère sud-coréen de la Défense avait plaidé pour le déploiement du système américain antimissile THAAD (Terminal High Altitude Area Defense). Ce qui donna ensuite lieu à des échanges d’informations entre Séoul et Washington au sujet de ce dernier. On en était là

Les États-Unis maintiendront 8.400 soldats en Afghanistan… au moins jusqu’en 2017

En raison des difficultés que rencontrent les forces de sécurité afghanes face aux taliban, le Pentagone souhaitait maintenir les effectifs de son contingent actuellement déployé en Afghanistan à leur niveau actuel, soit 9.800 militaires. Or, l’administration Obama prévoyait de n’en maintenir que 5.500 en 2017. Finalement, après les recommandations faites par le général John Nicholson,