Etats-Unis / Archives

Discussions en cours sur une éventuelle opération militaire en Syrie contre l’État islamique

Contrer les jihadistes de « l’État islamique » (EI) en Irak ne peut être efficace que s’ils sont aussi attaqués en Syrie, qui leur sert de base arrière. Faute de quoi, on se retrouvera dans une situation analogue à celle que l’on a connue en Afghanistan, où les rebelles (taliban et autres groupes proches de la mouvance

Échec de l’essai d’une arme hypersonique américaine

L’US Army Space & Missile Defense Command a annoncé, le 25 août, l’échec du lancement d’une arme hypersonique, l’Advanced Hypersonic Weapon, qu’il développe dans le cadre du programme Conventional Prompt Global Strike (CPGS, frappe conventionnelle globale rapide), mené par le Pentagone depuis au moins 2001. En fait, ce n’est pas l’AHW qui est en cause

Les forces spéciales américaines ont tenté une opération pour libérer des otages en Syrie

Le crâne rasé, vêtu d’une combinaison orange qui n’est pas sans rappeler la tenue portée à Guantanamo, le journaliste américain James Foley se tient debout, aux côtés d’un homme dont le visage est masqué. Sous la contrainte, il évoque les frappes aériennes menées en Irak par l’aviation américaine, contre les jihadistes de l’État islamique. Et

Le président Obama débloque 10 millions de dollars pour les opérations françaises au Sahel

Le président américain, Barack Obama, a signé un mémorandum, le 11 août, afin de débloquer 10 millions de dollars pour financer une partie des opérations militaires françaises dans la bande sahélo-saharienne (BSS). « En vertu des pouvoirs qui me sont conférés par l’article 506 du Foreign Assistance Act de 1961 (…), j’estime qu’il existe une urgence

Les États-Unis vont renforcer leur présence militaire en Australie

En novembre 2011, Canberra et Washington avaient convenus de renforcer leur coopération militaire, ce qui passait par l’installation de militaires américains (notamment de l’US Marine Corps) à Darwin, la capitale du Territoire du Nord, en Australie, ainsi que par des facilités accordés aux navires de l’US Navy. Jusqu’alors, l’Australie accueillait sur son sol un détachement

Irak : Deux avions F/A-18 américains ont bombardé une position jihadiste près d’Erbil

Pour la première fois depuis le retrait de leurs troupes, en décembre 2011, les États-Unis sont à nouveau intervenu militairement en Irak en bombardant une position tenue par les jihadistes de l’État islamique, dont les gains territoriaux dans le nord du pays ont provoqué l’exode de 200.000 personnes appartenant aux communautés chrétiennes et yazidis. Ainsi,

Washington va financer une force africaine d’action rapide

Même si leur stratégie est davantage orientée vers la région Asie-Pacifique, les États-Unis ne se désintéressent pas du continent africain. En 2007, le Pentagone a ainsi créé l’US Africom, un commandement en charge de l’Afrique. Auparavant, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, il avait établi une base à Djibouti qui est toujours

Le général Harold J. Greene est le plus haut gradé américain tué en mission depuis 1972

À plusieurs reprises, les rebelles afghans ont visé des généraux de la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF), déployée en Afghanistan sous l’autorité de l’Otan. En 2009, par exemple, des roquettes visèrent une réunion entre les chefs de village et le général Marcel Druart, alors chef de la brigade La Fayette, à Tagab. Les

Un général allemand nommé adjoint du chef des forces terrestres américaines en Europe

Le général  Markus Laubenthal a été nommé chef d’état-major de l’US Army Europe (USAEUR) et sera, à ce titre, le bras droit du commandant de ces dernières, qui est le général Donald Campbell. Cette information serait d’une banalité affligeante si le général Laubenthal n’était pas… allemand. Au cours de sa carrière, il a en effet

Washington accuse Moscou d’avoir enfreint le Traité sur les forces nucléaires portée intermédiaires

En 1987, le président américain, Ronald Reagan, et son homologue soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, signaient le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI). Ce document, ratifié l’année suivante, oblige les États-Unis et, désormais, à la Russie, « à détruire, trois ans au plus tard après l’entrée en vigueur du Traité, tous leurs missiles balistiques et