Corée du Nord / Archives

Deux cargaisons nord-coréennes destinées à la Syrie auraient été interceptées

En septembre 2007, l’aviation israélienne mena un mystérieux raid contre le site d’Al-Khibar, près de Deir ez-Zor, en Syrie. Quelques mois plus tard, la raison de cette opération aérienne fut donnée : la zone bombardée abritait le chantier d’un réacteur nucléaire, construit selon les mêmes plans que celui de Yongbyon, en Corée du Nord. « Nous

Une usine ukrainienne soupçonnée d’avoir aidé la Corée du Nord dans le domaine des missiles

Le renforcement des sanctions voté par le Conseil de sécurité des Nations unies, l’attitude de Pékin et probablement les propos fermes tenus par le président Trump ont visiblement eu leur effet : le leader nord-coréen, Kim Jong-Un, a dit renoncer, du moins pour le moment, à son projet d’envoyer 4 missiles en direction des bases

Campagne médiatique pour appeler la Corée du Sud à se doter de l’arme nucléaire

Dans les années 1970, la coopération militaire entre la Corée du Sud et les États-Unis fut réduite, le président américain, Richard Nixon, ayant en effet décidé de revoir l’engagement de son pays dans cette partie du monde. D’où le lancement d’une politique cherchant à limiter la dépendance de Séoul à l’égard de Washington, avec la

Corée du Nord : Le président Trump assure que les « solutions militaires » sont en place

Beaucoup l’ont sans doute oublié mais la France est directement concernée par la situation de la péninsule coréenne : elle est en effet restée membre de la Commission militaire d’armistice (UNCMAC), chargée de surveiller le respect de l’accord d’armistice militaire coréen signé en juillet 1953 entre le Nord et le Sud. Lors de la séance

La Corée du Nord menace les installations militaires américaines de l’île de Guam

Après le renforcement des sanctions prises à l’égard de Pyongyang par un Conseil de sécurité des Nations unies unanime, l’on pouvait s’attendre à une accalmie sur le dossier nord-coréen. D’autant plus que la Chine avait rappelé à l’ordre la Corée du Nord, dont est la plus proche alliée, en l’appelant « à prendre une décision bonne

Les forces chinoises effectuent des manoeuvres au large de la péninsule coréenne

D’habitude, quand les forces américaines et sud-coréennes organisent des exercices au large de la péninsule coréenne, Pyongyang ne manque de réagir en promettant le feu de l’enfer et en tirant des salves de missiles. Reste à voir ce que dira le régime nord-coréen des manoeuvres à « grande échelle » que l’armée populaire de libération (APL) chinoise

Le Conseil de sécurité durcit (encore) les sanctions imposées à la Corée du Nord

En mars 2016, après le lancement d’une fusée et un quatrième essai nucléaire, la Corée du Nord fut l’objet de nouvelles sanctions votées à l’unanimité par le Conseil de sécurité des Nations unies, après de longues discussions avec la Chine et la Russie. Ces sanctions, qui promettaient de toucher sévèrement le régime nord-coréen, imposaient un

Les essais de missiles balistiques nord-coréens sont un danger pour le trafic aérien et maritime

Le 28 juillet, le vol 293 d’Air France assurant la liaison entre Tokyo et Paris avec un Boeing B-777 se trouvait à une centaine de kilomètres de la zone où le missile balistique intercontinental (ICBM) Hwasong-14 nord-coréen s’est abîmé, en mer du Japon. On n’ose imaginer ce qui se serait produit s’il avait décollé un

La Corée du Nord ne maîtriserait pas encore totalement la technologie des missiles intercontinentaux

La Corée du Nord a présenté son second tir d’un missile balistique intercontinental Hwasong-14 comme étant un succès. Et, au vu des données relatives au vol de cet engin, il est difficile de dire le contraire dans la mesure où il est allé plus haut et plus loin que celui lancé le 4 juillet dernier.

Washington juge inutile de réunir en urgence le Conseil de sécurité pour évoquer à nouveau la Corée du Nord

On en a pris désormais l’habitude : à chaque tir de missile ou essai nucléaire effectué par la Corée du Nord, le Conseil de sécurité des Nations unies se réunit en urgence pour discuter de l’attitude à prendre à l’égard de Pyongyang. Et il est alors question de durcir les sanctions qui frappent l’économie nord-coréenne.