Corée du Nord / Archives

La Corée du Nord dit avoir testé une nouvelle arme tactique « ultramoderne »

Le 12 novembre, le Centre d’études stratégiques et internationales [CSIS], basé à Washington, a affirmé avoir découvert 13 bases de missiles qui n’avaient pas été déclarées par la Corée du Nord. Disséminées dans des zones montagneuses difficiles d’accès, ces dernières ne seraient pas des sites de lancement. « Si les missiles peuvent être tirés de là

Pour la première fois depuis juin, les forces américaines et sud-coréennes lancent un exercice militaire

Depuis le sommet de Singapour, le 12 juin dernier, les discussions entre la Corée du Nord et les États-Unis n’ont pas connu de progrès notables, même si le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, doit rencontrer prochainement le général Kim Yong Chol, le bras droit de Kim Jong-un, le chef du régime nord-coréen. « Nous

Pour les États-Unis, la Corée du Nord est toujours un État qui soutient le « terrorisme international »

Lors d’un nouveau sommet intercoréen, le 19 septembre, le chef du régime nord-coréen, organisé cette fois à Pyongyang, Kim Jung-un a fait plusieurs annonces afin d’amadouer Donald Trump, le président américain. La première est que la Corée du Nord serait prête à envisager le démantèlement de son complexe nucléaire de Yongbyon… mais à la condition

Le ministère japonais de la Défense demande un budget en hausse de 2,1%

Pour la septième année consécutive, le ministère japonais de la Défense a demandé un budget en hausse par rapport à celui qui lui a été accordé l’an passé. Ainsi, il espère obtenir une enveloppe de 5.298 milliards de yen (47,8 milliards de dollars (ou 41,1 milliards d’euros au cours actuel), soit un montant en hausse

Malgré la détente avec le Nord, la Corée du Sud envisage d’augmenter ses dépenses militaires de 8,2%

Détente avec Pyongyang ou pas, il n’est pas question pour le ministère sud-coréen de la Défense de baisser la garde. D’ailleurs, la décision annoncée par James Mattis, le secrétaire américain à la Défense, de mettre un terme à la suspension des exercices militaires conjoints entre les États-Unis et la Corée du Sud, montre que le

Pour le Japon, la Corée du Nord représente toujours une « menace grave et imminente »

Contrairement à l’an passé, cela fait maintenant plusieurs mois que la Corée du Nord n’a plus procédé au moindre tir de missile balistique. En outre, le chef du régime nord-coréen, Kim Jong-un, s’est engagé à oeuvrer à la dénucléarisation de la péninsule coréenne après avoir rencontré successivement, Moon Jae-in, le président sud-coréen, et Donald Trump,

Selon un rapport de l’ONU, la Corée du Nord poursuit ses activités nucléaires tout en contournant les sanctions

Ces dernières semaines, la presse d’outre-Atlantique a relayé des estimations du renseignement américain, qui, grâce à l’imagerie satellitaire, remettent en cause la volonté de la Corée du Nord à oeuvrer effectivement à la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Ce qu’un rapport d’un panel d’experts des Nations unies, transmis au Conseil de sécurité, vient de confirmer.

La Corée du Nord soupçonnée de continuer à assembler des missiles intercontinentaux

Le 30 juillet, le ministre japonais de la Défense, Itsunori Onodera, a annoncé que Tokyo allait investir au minimum 3,6 milliards d’euros pour renforcer sa défense antimissile. Il est notamment question de l’acquisition de deux systèmes AEGIS Ashore et d’autant de radars LRDR (Long Range Discrimination Radar), développés par Lockheed-Martin. « Notre capacité de défense antimissile

La Corée du Nord aurait commencé le démantèlement d’un site de lancement de satellites

À l’issue du sommet inédit de Singapour, le 12 juin dernier, le président américain, Donald Trump, avait assuré que le chef du régime nord-coréen, Kim Jong-un venait de lui promettre qu’un site utilisé pour la mise au point de moteurs pour des missiles allait être démantelé. Mais sans préciser lequel. Selon le site 38 North,

Corée du Sud : En annulant l’exercice Ulchi Freedom Guardian, le Pentagone va économiser 14 millions de dollars

Peu après avoir rencontré le chef du régime nord-coréen, Kim Jong-Un à Singapour, le 12 juin, le président américain, Donald Trump, avait annoncé la suspension des manoeuvres militaires ménées régulièrement par les États-Unis et la Corée du Sud. Ayant qualifié ces exercices de « très provocateurs » (surtout vus de Pyongyang), M. Trump avait également justifié cette