coopération / Archives

Le futur char franco-allemand a encore de nombreux obstacles à surmonter

En février 1980, et après une première tentative infructueuse une vingtaine d’années plus tôt, la France et l’Allemagne signèrent un « accord de principe » pour développer, en commun, « l’Engin principal de combat » [EPC], c’est à dire un nouveau char destiné à remplacer l’AMX-30 et les Leopard 1/2, avec à la manoeuvre le Groupement industriel des armements

Berlin pourrait saborder le projet d’avion de combat franco-allemand de 6e génération

En apparence, le projet franco-allemand visant à mettre au point un Système de combat aérien futur [SCAF] est sur de bon rails. Une fiche commune d’expression des besoins a en effet été signée en avril, de même que, deux mois plus tard, une déclaration d’intention, laquelle précise que ce programme sera conduit par la France

Le général Lavigne envisage une coopération franco-allemande dans le domaine des hélicoptères de transport lourd

La Loi de programmation militaire [LPM] 2019-25 n’a pas donné la priorité au renouvellement des hélicoptères utilisés par les forces armées, étant donné que les livraisons prévues dans le cadre du programme HIL [Hélicoptère interarmées léger] ont été reportées à 2028. S’agissant de nouvelles capacités, il n’est pas question non plus d’acquérir des hélicoptères de

Frictions franco-allemandes au sujet du Système de combat aérien futur?

Ayant fait l’objet d’une lettre d’intention signée en juin dernier, la coopération franco-allemande au sujet du programme de Système de combat aérien futur [SCAF] traverserait une zone de turbulences, à en croire l’hebodmadaire Der Spiegel. Pour rappel, le SCAF  vise à développer un « système de systèmes » autour d’un avion de combat de nouvelle génération qui,

Pour le président Macron, l’Allemagne fait preuve de « démagogie » au sujet des ventes d’armes à l’Arabie Saoudite

« Le moine prêchait contre le vol quand il avait du boudin dans sa manche », dit un proverbe anglais. Ce qui donne une image de la politique allemande en matière de ventes d’armes. En décembre 2013, alors nouveau ministre allemand de l’Économie, le social-démocrate Sigmar Gabriel, s’était élevé contre toute exportation de matériels militaires en direction

Les principaux « piliers technologiques » du Système de combat aérien futur ont été identifiés

« Quand il y a coopération [industrielle], les nations doivent décider, il y a toujours une nation leader […] pour le SCAF [Système de combat aérien futur, ndlr], ce sera la France », avait déclaré, en avril, Ursula von der Leyen, la ministre allemande de la Défense. En échange, si l’on peut dire, l’Allemagne aura le premier

L’étude sur le futur porte-avions de la Marine nationale devra répondre à trois questions

À l’occasion de l’ouverture du salon Euronaval, ce 23 octobre, la ministre des Armées, Florence Parly, a donné le coup d’envoi officiel de la phase d’étude portant sur le prochain porte-avions de la Marine nationale, lequel succédera au Charles-de-Gaulle. Mais avant d’aborder ce sujet, la ministre a tenu à souligner que, désormais, « l’océan est plus

Cazaux : Sans tambour ni trompette, l’école franco-belge pour la formation des pilotes de chasse a été officiellement fermée

Alors que le président Macron ne cesse de plaider en faveur d’un renforcement de la défense européenne et que Paris a proposé à Bruxelles un partenariat stratégique reposant sur la livraison de 34 avions Rafale, la cérémonie devant marquer la fin, pourtant annoncée, de l' »Advanced Jet Training School » (AJeTs), l’école franco-belge qui, implantée à Cazaux,

La France et la Finlande renforcent leurs liens militaires

Ce 4 octobre, sur la base de Rovaniemi, les forces finlandaises ont célébré le 30e anniversaire de la mise en service de leur système de défense anti-aérienne courte portée Crotale Nouvelle Génération (NG), livré par le groupe français Thales. « Le système […] Crotale NG a démontré, au cours de nombreuses opérations menées sur les théâtres

Les États-Unis vont « très significativement » augmenter leur contribution à la force anti-jihadiste du G5 Sahel

À l’origine, la France souhaitait placer la Force conjointe du G5 Sahel sous un mandat des Nations unies afin de faciliter son financement et, donc, son déploiement. Seulement, les États-Unis s’y opposèrent et les diplomates durent revoir leur copie. Au plus obtinrent-ils, en décembre 2017, un soutien logistique de la part de la Mission de