coopération / Archives

Le bilan industriel des coopérations européennes en matière d’armement est « contrasté »

La France dispose d’une industrie de défense solide qui lui permet, si elle le décide, de lancer ses propres programmes d’armement sans recourir à des coopérations industrielles au niveau européen. Évidemment, cela vaut pour tout ce qui touche à la dissuasion et aux sous-marins nucléaires d’attaque (SNA). Mais pas seulement puisque, par exemple, le programme

Les armées allemandes et néerlandaises sont passées de « la collaboration à l’intégration »

En matière de coopération dans le domaine de la défense, la France ne cesse de faire des appels du pied à l’Allemagne… Et l’Allemagne regarde du côte des Pays-Bas. Depuis maintenant plusieurs années, et au-delà des coopérations industrielles (comme au sein du consortium ARTEC, qui produit le blindé Boxer), ces deux pays n’ont cessé d’intensifier

Obtenir un consensus sur une doctrine stratégique commune à la France et l’Allemagne sera long et compliqué

Le président Macron fait de la coopération avec l’Allemagne une priorité, notamment en matière de défense. Il est ainsi question de programmes d’armement mener en commun (drone MALE RPAS, successeur des chars Leclerc et Leopard, futur avion de combat, etc). Mais pas seulement puisque le domaine opérationnel est aussi concerné, via l’initiative européenne d’intervention, qu’il

Brexit : Le général Lanata n’a aucune inquiétude sur l’avenir des relations entre l’armée de l’air et la Royal Air Force

Brexit ou pas, il n’est pas question pour le Royaume-Uni de se désintéresser de la sécurité européenne. Ainsi, en février, Theresa May, Mme le Premier ministre britannique, plaida pour un « partenariat intense et privilégié » avec l’Union européenne en matière de sécurité et de défense. Et lors de la conférence de Munich sur la sécurité, Mme

L’Inde aura désormais accès aux bases navales françaises dans l’océan Indien

La visite en Inde du président Macron aura été fructueuse pour le motoriste Safran. En effet, à cette occasion, ce dernier a conclu un contrat d’une valeur de 12 milliards d’euros avec la compagnie aérienne indienne SpiceJet pour la fourniture et la maintenance de moteurs d’avions. En outre, Safran espère également conclure rapidement des discussions

La France accroît l’aide militaire accordée au Liban

En novembre 2014, la France et l’Arabie Saoudite signèrent un contrat d’une valeur de 3 milliards de dollars afin de livrer des équipements militaires au Liban, alors confronté à la menace jihadiste venant de son voisin syrien. Appelé DONAS (Don Arabie Saoudite), ce contrat prévoyait la livraison de trois patrouilleurs, de véhicules blindés, de missiles

Avion franco-allemand : Dassault Aviation est ouvert à une coopération, à condition de diriger le projet

Quand il confia à Dassault Aviation le soin de mettre au point le démonstrateur de drone de combat furtif nEUROn, le gouvernement français souhaitait une coopération européenne. Plusieurs pays se joignirent ainsi à ce projet, dont la Suède (Saab), l’Italie (Alenia), la Suisse (Ruag), la Grèce et l’Espagne. Fort de sa légitimité dans le développement

Une coopération franco-allemande pour développer un nouvel avion de combat est loin d’être acquise

À l’horizon 2035, l’armée de l’Air devrait mettre en service le Système de combat aérien du futur (SCAF), qui combinera un ensemble de moyens, dont des avions de combat, des drones, des capteurs et des missiles. Ce programme est pour le moment scindé en deux parties. La première porte sur le développement d’un drone de

Armement : Mme Parly s’interroge au sujet des effets de l’accord gouvernemental allemand sur les coopérations industrielles

Selon plusieurs articles parus récemment dans la presse, et en vertu de leur réglementation ITAR (International trafic in arms regulations), les États-Unis bloqueraient actuellement la vente de missiles de croisières SCALP à l’Égypte, et donc celle d’un lot de 12 avions Rafale supplémentaires. En cause? Une puce électronique de facture américaine qui n’a pas été

En 2018, la mission « Jeanne d’Arc » va encore se concentrer sur la région Asie-Pacifique

Depuis maintenant plusieurs années, la mission « Jeanne d’Arc », qui, composée du BPC Dixmude et de la frégate légère furtive Surcouf, a quitté Toulon, le 26 février, se concentre systématiquement sur la région Asie-Pacifique, ce qui n’était pas forcément le cas auparavant. L’édition 2014 de ce stage d’application des futurs officiers de marine s’était limitée à