Belgique / Archives

Les forces spéciales belges, néerlandaises et danoises placées sous un commandement unique

Le 7 juin, à l’occasion de la réunion des ministres de la Défense des pays membres de l’Otan, la Belgique, le Danemark et les Pays-Bas ont annoncé s’être mis d’accord sur un mémorandum d’entente (MoU – Memorandum of Understanding) pour créer un commandement conjoint pour leurs forces spéciales respectives. Appelée « Composite Special Operations Component Command

Rafale : Paris précise son offre pour le remplacement des F-16 belges

Le 14 février, la Belgique a reçu deux offres pour son programme ACCap [Air Combat Capability Program], qui vise à acquérir 34 nouveaux avions de combat destinés à remplacer les F-16 de sa force aérienne. Contrairement aux États-Unis et au Royaume-Uni, qui défendent respectivement la candidature du F-35A et de l’Eurofighter Typhoon, la France a

Belgique/F-16 : Un nouveau document suggère que le choix du F-35 aurait été arrêté dès 2015

En ce moment, les documents émanant de la Défense belge ont une fâcheuse tendance à s’égarer en direction des rédactions de plusieurs médias. Ainsi, la semaine passée, l’un d’entre-eux, suggérant que les F-16 de la force aérienne belge avait encore le potentiel nécessaire pour rester en service jusqu’en 2030 a mis le ministre de la

Remplacement des F-16 : 4 responsables de la force aérienne belge mis sur la touche

Le programme ACCap (Air Combat Capability) doit permettre à la force aérienne belge de remplacer ses 60 F-16 MLU à partir de 2023 par 34 nouveaux avions de combat. Un appel d’offres a été lancé à cette fin et deux concurrents sont en lice, à savoir Lockheed-Martin (F-35A) et le consortium Eurofighter (Typhoon). De son

Avions de combat : Une étude de Lockheed-Martin met le gouvernement belge dans l’embarras

Faut-il garder un téléviseur en noir et blanc et faire l’économie de passer à la couleur au motif que ce dernier fonctionne encore parfaitement et qu’il a encore du « potentiel »? Ou doit encore garder un vieux PC Amstrad 1512 pour les mêmes raisons parce que, en plus, on lui a intégré un disque dur de

Belgique : L’industrie belge de l’armement contrariée par l’achat de 477 blindés Scorpion auprès de la France

Ces derniers mois, l’industrie belge de l’armement a connu au moins deux désillusions avec la France. La première concerne l’armurier FN Herstal, qui espérait remplacer les FAMAS de l’armée française, dans le cadre du programme AIF (Arme individuelle future). Bien qu’ayant un recours, le choix de HK-416F de l’allemand Heckler & Koch GmbH, fut confirmé

La France pourrait proposer des Rafale Marine à la Belgique

Des Rafale Marine pour la Belgique qui n’a pas de porte-avions? Voilà une information qui, n’ayant rien d’une histoire belge, a été rapportée par Defense News, sur la base de ce qu’aurait affirmé le député Jean-Jacques Bridey, le président de la commission de la Défense nationale à l’Assemblée nationale. Seulement, il semblerait que le propos

Rafale : Dassault Aviation abat ses cartes en Belgique

Ce 14 février, l’appel d’offres « ACCap » (Air Combat Capability Program), qui vise à acquérir 34 nouveaux avions de combat pour remplacer les F-16 de la force aérienne belge, va entrer dans la dernière ligne droite, avec la remise des dernières et (meilleures) propositions finales des deux derniers concurrents en lice, à savoir Lockheed-Martin (F-35A, représenté

La Défense belge veut se doter de 4 drones MALE « armables » qui ne seront pas armés

Afin de remplacer ses 11 vieux drones B-Hunter du 80e Squadron UAV , la Défense belge envisage l’acquisition de quatre nouveaux appareils de type MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) susceptibles d’être armés pour 226 millions d’euros. Seraient en effet en lice le SkyGuardian du constructeur américain General Atomics Aeronautical Systems Inc (qui est une évolution

Une partie de la logistique de la Défense belge sera assurée par le secteur privé

Quand, pour trouver des marges de manoeuvre budgétaires afin de financer l’achat de nouveaux équipements, on réduit le format des forces armées tout en voulant en faire autant, si ce n’est plus, au niveau opérationnel, il arrive un moment où ça « coince ». D’où le recours aux externalisations. En clair, il s’agit de sous-traiter auprès du