Airbus / Archives

Les Airbus A340 de l’armée de l’Air pas assez « confortables » pour le Premier ministre?

Le voyage du Premier ministre, Édouard Philippe, en Nouvelle-Calédonie aurait dû être sans histoire. Sauf que, pour le retour en métropole, 350.000 euros ont été dépensés afin d’affréter un Airbus A340 de la compagnie Aero Vision pour effectuer la liaison entre Tokyo et Paris, alors qu’un avion du même type de l’escadron de transport 03.060

Avion de combat franco-allemand : Le chef d’état-major des armées évoque une coopération « déséquilibrée »

Depuis que le ministère allemand de la Défense a demandé des informations à Boeing et à Lockheed-Martin au sujet des avions F-15, F/A-18 Super Hornet et F-35A en vue de remplacer les Panavia Tornado de la Luftwaffe, le directeur d’Airbus Defense & Space, Dirk Hoke, ne compte pas ses efforts pour plaider la cause de

Avions de combat : Le directeur d’Airbus DS plaide en faveur d’une « collaboration intense » avec Dassault

L’avenir de l’aviation de combat en Allemagne et en France s’annonce confus car plusieurs priorités se chevauchent. Côté allemand, l’on cherche un successeur au Panavia Tornado, dont le début du retrait du service actif est prévu en 2025. Et, pour le moment, la préférence du chef d’état-major de la Luftwaffe, général Karl Müllner, va à

Airbus avait été prévenu d’une « faiblesse logicielle » avant l’accident d’un A400M à Séville

Le 9 mai 2015, un avion de transport A400M « Atlas » (le MSN023), destiné à la force aérienne turque, s’écrasa près de Séville, peu de temps après avoir décollé de l’aéroport San Pablo pour un vol d’essai. Quatre des six membres de l’équipage y laissèrent la vie. Selon les premiers éléments, il apparut que trois des quatre

Airbus veut diriger le programme d’avion de combat franco-allemand

En juillet, le président Emmanuel Macron et la chancelière allemande, Angela Merkel, ont créé la surprise en annonçant pour 2018 une « feuille de route » visant à développer un « système de combat aérien » franco-allemand afin de remplacer les flottes d’avions de combat à long terme. Pour l’Allemagne, il s’agit de trouver un successeur aux Panavia Tornado,

Pour Airbus, la mise au point des capacités tactiques de l’A400M est un « défi extrêmement complexe »

En juillet, le chef d’état-major de l’armée de l’Air (CEMAA), le général André Lanata, estimait que les problèmes de boîtes de transmission moteur (Propeller Gear Box) de l’avion de transport A400M « Atlats » semblait « plutôt derrière nous ». Et, la disponibilité s’était améliorée, passant de 0/1 à 5/6 avions disponibles sur les 11 livrés par Airbus. Pour

Le futur drone MALE européen va-t-il correspondre aux besoins des forces françaises?

Les Européens ont toujours eu du mal à s’entendre pour développer, en commun, un drone MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance). Ces derniers années, plusieurs initiatives furent lancées, comme le Talarion et le Telemos (coopération franco-britannique). Toutes ont échoué, à l’exception, peut-être, de l’HammerHead, un appareil qui, développé par Piaggio sur la base de l’avion P-180

Première mission opérationnelle tactique au Niger pour un avion A400M de l’armée de l’Air

Voir un avion C-160 Transall décoller d’une piste sommaire, enveloppé dans un nuage de sable soulevé par ses hélices, ne sera bientôt plus qu’un souvenir. Il faudra désormais s’habituer à voir l’A400M « Atlas » dans cette situation. Déjà, il y a tout juste un an, des essais avaient été effectués dans la bande sahélo-saharienne afin d’évaluer

Le premier avion ravitailleur A330 MRTT Phénix destiné à l’armée de l’Air a pris son envol

Le renouvellement de la flotte des avions ravitailleurs des Forces aériennes stratégiques (FAS), ne devrait pas souffrir d’un retard qui pourrait être extrêmement préjudiciable, comme l’avait souligné le général André Lanata, le chef d’état-major de l’armée de l’Air (CEMAA), lors de son dernier passage devant la commission de la Défense, à l’Assemblée nationale. « J’estime que

Airbus met en garde les utilisateurs de l’hélicoptère Tigre après un accident au Mali

S’il est encore trop tôt pour connaître les causes qui ont provoqué la chute d’un hélicoptère d’attaque Tigre UHT allemand au Mali, en juillet, Airbus joue la carte de la prudence. En effet, le groupe européen a diffusé une note dans laquelle il met en garde ses clients contre des « conditions potentiellement risquées de navigabilité »