Yemen / Archives

Après des tirs de missiles depuis le Yémen, l’Arabie Saoudite menace (encore) l’Iran d’une riposte

En novembre 2017, alors qu’un missile balistique Borkan 2H (dérivé d’un engin iranien) tiré depuis le Yémen par les rebelles Houthis venait de tomber dans une « zone inhabitée » de l’aéroport de Riyad, l’Arabie Saoudite évoqué une « agression militaire flagrante » commise par le régime de Téhéran. Et d’affirmer qu’elle se réservait le droit de « de répondre

Yémen : Les rebelles Houthis ont tiré une salve de 7 missiles en direction de l’Arabie Saoudite

Le 26 mars 2015, l’Arabie Saoudite prenait la tête d’une coalition arabe pour intervenir au Yémen, afin d’y soutenir les forces loyales au président Abdrabbo Mansour Hadi, alors aux prises avec les rebelles Houthis, soutenus par l’Iran et alliés aux partisans de l’ex-président Saleh. Trois ans plus tard, ce conflit a fait environ 10.000 tués

L’administration Trump autorise la vente de 6.600 missiles antichar TOW 2B à l’Arabie Saoudite

La Defense Security Cooperation Agency [DSCA], l’agence américaine chargée des exportations de matériels militaires, a recommandé au Congrès d’accepter la vente de 6.600 missiles antichar TOW 2B (Tubelaunched Optically-tracked Wire-guided) à l’Arabie Saoudite, pour un montant de 670 millions de dollars. La publication de cet avis a coïncidé avec la visite, à Washington, Mohammed ben

Des sénateurs américains veulent un débat sur l’implication militaire des États-Unis au Yémen

En 2017, les forces américaines ont effectué pas moins de 131 raids aériens au Yémen, notamment avec des drones MQ-9 Reaper. Et il faut y ajouter plusieurs opérations ponctuelles menées par des unités de l’USSOCOM (Special Operations Command) contre al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA). Et au cours de l’une d’entre-elles, l’un des leurs, un

Vaste remaniement à la tête des forces armées saoudiennes

Le 25 février, à Riyad, le chef de l’état-major saoudien, le général Abdel Rahmane ben Saleh al-Bunyan, a inauguré le salon AFED [Armed Forces Exhibition for Diversity of Requirements and Capabilities]. C’était sa dernière apparition publique dans le cadre de ses fonctions étant donné qu’il a été sèchement limogé le lendemain. En effet, le roi

Le Pakistan envoie 1.000 soldats en Arabie Saoudite pour une mission floue

La semaine passée, le Pakistan a annoncé qu’il enverrait un millier de soldats en Arabie Saoudite, sans donner de précisions sur leur mission. Et cela a provoqué une crise politique intérieure, le ministre pakistanais de la Défense, Khurram Dastgir Khan ayant été menacé de poursuites pour « outrage au Parlement », en raison de son refus de

ONU : Un projet de résolution réclame des « mesures » contre l’Iran pour la violation de l’embargo sur les armes au Yémen

Dans les années 2000, les forces armées yéménites disposaient d’au moins 18 missiles SS-1 Scud B et de 90 autres engins de type Hwasong-6 (Scud-C) acquis auprès de la Corée du Nord. Quand, en 2014, les rebelles chiites Houthis s’allièrent aux partisans du président déchu Ali Abdallah Saleh pour renverser le président en exercice, Abdrabbo

Selon les Nations unies, l’Iran a bien violé l’embargo sur les armes au Yémen

Dans un rapport de près de 80 pages remis au Conseil de sécurité, les experts des Nations unies chargés de contrôler l’embargo sur les armes imposé depuis 2015 au Yémen ont conclu que l’Iran a bien fourni des équipements militaires aux rebelles Houthis, lesquels contestent l’autorité du président Abdrabbo Mansour Hadi, soutenu par une coalition

Yémen : Le rebelles Houthis menacent de bloquer la navigation maritime en mer Rouge

En novembre, après le tir d’un missile balistique en direction de l’aéroport de Riyad, la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite accentua son blocus du Yémen, où elle mène une opération militaire pour soutenir les troupes du président Abdrabbo Mansour Hadi, aux prises avec des rebelles Houthis, liés à l’Iran. Si, depuis, il a été partiellement

Yémen : La coalition dirigée par l’Arabie Saoudite a encore perdu un avion de combat

Sans donner de détails, la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite a confirmé, le 7 janvier, avoir perdu un avion de combat lors d’une mission au Yémen, où elle intervient depuis mars 2015 contre les rebelles Houthis, en soutien aux forces loyales à Abdrabbo Mansour Hadi, le président yéménite. L’appareil en question serait un Panavia Tornado,