Rafale / Archives

L’administration américaine autorise la vente de 34 F-35A à la Belgique pour 6,53 milliards de dollars

Pour remplacer ses 54 avions de combat F-16, la Belgique a lancé un appel d’offres auquel participent l’américain Lockheed-Martin (F-35A) et le consortium européen Eurofighter, qui réunit Airbus, BAE Systems et Leonardo. La France a fait le choix de court-circuiter cette procédure en proposant, dans le cadre d’un acccord intergouvernemental, le Rafale de Dassault Aviation.

Coalition anti-jihadiste : La France réduit (un peu) son dispositif militaire au Levant

Avec le recul de l’État islamique en Syrie et en Irak et la fin des grandes offensives pour chasser les jihadistes de leurs bastions urbains, le nombre des opérations aériennes de la coalition dirigée par les États-Unis tend à se réduire. D’où le retrait annoncé récemment des F/A-18 Super Hornet australiens. Aussi, la France va

Pour le ministre belge de la Défense, la proposition française sur les Rafale est « trop belle pour être vraie »

« Le lobbying tourne à plein régime, c’est clair », a commenté Steven Vandeput, le ministre belge de la Défense, au sujet du programme ACCap (Air Combat Capability), qui vise à moderniser l’aviation de combat de la Belgique avec l’achat de 34 nouveaux avions. Deux constructeurs ont répondu à l’appel d’offres lancé par Bruxelles : Lockheed-Martin pour

Le Qatar commande 12 Rafale de plus et signe une lettre d’intention pour acquérir 490 VBCI

Le président Macron n’aura pas fait le déplacement au Qatar pour rien. Au soir de ce 7 septembre, il repartira de Doha après avoir signé plusieurs contrats d’un montant total dépassant les 10 milliards d’euros. Dans le détail, la vente de 50 Airbus A321 a été conclue et la concession du métro de Doha ainsi

Mme Parly défend avec vigueur le choix du Rafale pour la modernisation de l’aviation belge

Comme elle a déjà eu l’occasion de le dire plusieurs fois lors de ses interventions devant les parlementaires, Florence Parly, Mme le ministre des Armées, ne lâche rien. Cela lui a fait gagner un premier arbitrage budgétaire en novembre, avec la prise en charge par la solidarité ministérielle de 350 millions de surcoûts liés aux

Mme Parly a confirmé l’intérêt du Qatar pour l’achat de 12 avions Rafale supplémentaires

Quand, en mai 2015, le Qatar a signé un contrat portant sur l’acquisition de 24 avions Rafale auprès de Dassault Aviation, il était question d’un option sur 12 appareils supplémentaires. Depuis quelques semaines, l’on prête à Doha l’intention de lever cette dernière. Ce qu’a confirmé Mme le ministre des Armées, Florence Parly, sur les ondes

Avions de combat : Le directeur d’Airbus DS plaide en faveur d’une « collaboration intense » avec Dassault

L’avenir de l’aviation de combat en Allemagne et en France s’annonce confus car plusieurs priorités se chevauchent. Côté allemand, l’on cherche un successeur au Panavia Tornado, dont le début du retrait du service actif est prévu en 2025. Et, pour le moment, la préférence du chef d’état-major de la Luftwaffe, général Karl Müllner, va à

Le soutien à l’exportation du Rafale pèse trop lourdement sur l’activité de l’armée de l’Air

Contractuellement, l’État s’était engagé à acquérir 11 Rafale par an afin de pouvoir maintenir la ligne d’assemblage de cet appareil chez Dassault Aviation. Or, la Loi de programmation militaire 2014-2019, avant son actualisation, prévoyait une réduction des livraisons de cet avion à l’armée de l’Air. D’où la nécessité absolue de décrocher des contrats à l’exportation.

Pour le général Lanata, il n’est pas question pour l’armée de l’Air d’aligner moins de 215 avions de combat

Renouvellement des capacités de ravitaillement en vol par l’A330 MRTT « Phénix », modernisation de la composante aéroportée de la dissuasion nucléaire, remplacement des moyens de renseignement électronique, fortes tensions sur les ressources humaines, en particulier pour les fusiliers commandos et les spécialités de pointe, problèmes liés au transport aérien, manque de certains moyens indispensables (comme les

La région de Bruxelles ne veut pas de l’avion de combat F-35 pour la force aérienne belge

Le remplacement des F-16 de la composante « Air » de la Défense belge ne manque pas de rebondissements. Après les forfaits de Boeing (F/A-18 Super Hornet) et Saab (Gripen E/F), la France a décidé de ne pas prendre part à l’appel d’offres lancé par Bruxelles dans le cadre du programme ACCap (Air Combat Capability) pour proposer,