Rafale / Archives

Mirage 2000D, Rafale et Atlantique 2 ont bombardé ensemble des positions de Daesh

Généralement, l’avion de patrouille maritime Atlantique 2 (ATL 2), basé tantôt aux Émirats arabes unis, tantôt en Jordanie, effectue des missions d’évaluation des frappes aériennes contre l’État islamique (Battle Damage Assesment), de renseignement et de coordination de l’action des appareils de la coalition (SCAR-C pour Strike coordination and reconnaissance – coordinator). Il est plus rare

Rafale/Inde : Safran serait prêt à investir 1 milliard d’euros pour le réacteur de l’avion HAL Tejas

Le 1er juillet, le No. 45 Squadron de l’Indian Air Force (les « Flying Daggers ») a reçu ses deux premiers exemplaires du HAL Tejas, un avion issu d’un programme lancé en 1983 par New Dehli pour remplacer, à terme, les MiG-21 d’origine soviétique. Selon les plans de l’état-major indien, 18 appareils supplémentaires seront livrés à cet

Pour tenir dans la durée, l’armée de l’Air revoit ses plots « chasse » au Sahel et au Moyen-Orient

Cette semaine, dans le cadre de l’opération Chammal et de la coalition anti-État islamique (EI ou Daesh), l’aviation française a assuré 40 sorties, dont 28 de bombardement et 12 de recueil de renseignement, et détruit 28 objectifs jihadistes. Les Mirage 2000 D et N de la base aérienne projetée (BAP) en Jordanie ont pris une

Rafale : Pour le Pdg de Dassault Aviation, la balle est dans le camp de l’Inde

Fin janvier, à l’occasion d’une visite officielle du président Hollande à New Delhi, un accord intergouvernemental portant sur la commande de 36 avions Rafale pour les besoins de l’Indian Air Force avait été conclu. Ne restait alors plus qu’à régler les détails financiers. Une affaire de 4 semaines d’après Dassault Aviation… Seulement, quatre mois plus

Rafale : Dassault Aviation ne veut pas jouer les « lièvres » au Canada

Quand, fin janvier, la France et l’Inde ont signé un accord gouvernemental portant sur l’acquisition de 36 avions Rafale pour les besoins de l’Indian Air Force, Dassault Aviation avait estimé que le contrat définitif allait être signé « dans les quatre semaines ». Or, les négociations sont toujours en cours. Pourtant, il y a deux semaines, la

Quatre F-22 Raptor pour commémorer le centenaire de la création de l’escadrille La Fayette

Entrée dans l’ordre de bataille de l’armée française le 21 mars 1916, l’escadrille La Fayette sera déployée à Luxeuil, avec ses pilotes américains (placés sous le commandement du capitaine Georges Thenault) ses Nieuport XI un mois plus tard, avec la mission de protéger les bombardiers français. Pour rappel, les États-Unis entreront officiellement en guerre un

Des Rafale M bientôt embarqués à bord d’un porte-avions américain?

À peine est-il revenu à Toulon après quatre mois d’opérations contre l’État islamique (EI ou Daesh) qu’il est déjà question de l’envoyer à nouveau en mission… Le contre-amiral René-Jean Crignola, qui a commandé le groupe aéronaval (GAN) français lors des ces derniers mois, a en effet indiqué que le porte-avions Charles de Gaulle sera de

Des moteurs plus puissants pour le Rafale?

Pendant longtemps, dans le cadre des négociations pour acquérir 60 Rafale (négociations qui durent encore), les Émirates arabes unis avaient demandé une motorisation plus puissante de l’avion de combat développé par Dassault Aviation. Afin de répondre à ce souhait, la Snecma, filiale du groupe Safran, avait lancé le programme M-88-X (puis M-88-9) pour porter la

Le remplacement des avions F-16 belges coûtera près de 15 milliards d’euros

Le 22 décembre dernier, le gouvernement belge a adopté un « plan stratégique » dont l’ambition est de porter les dépenses militaires du pays à 1,3% du PIB (contre 0,9% actuellement) d’ici 2030. Il prévoit, contre une nouvelle déflation des effectifs, l’acquisition de capacités nouvelles et le remplacement des 54 avions F-16 par 34 nouveaux appareils. Pour

Un drone en perdition a mis en alerte deux F-16 belges et un Rafale français

Dans l’après-midi du 29 février, un drone de 3,8 mètres d’envergure pour 3,4 mètres de long appartenant au VITO, un institut de recherche belge, a échappé au contrôle de ses opérateurs après avoir décollé de Weelde, dans la province d’Anvers. La Défense belge a alors activé la procédure « Renegade », qui vise à identifier tout aéronef