Dassault Aviation / Archives

Airbus menace de se retirer du projet de drone MALE européen en cas d’ingérence des gouvernements

Au cours de ces dernières années, deux projets de drones MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) européens ont été lancés avant d’être finalement abandonnés. Ainsi, le programme Talarion, associant au départ la France, l’Allemagne et l’Espagne, a été annulé en 2012 par Airbus (alors EADS), faute de soutien des États concernés. Deux ans plus tôt, Londres

Le ministre indien de la Défense dit ne pas envisager de commander plus de 36 Rafale… avant de se rétracter

En janvier 2012, le Rafale de Dassault Aviation remportait l’appel d’offre M-MRCA (Medium Multi-Role Combat Aircraft), aux dépens de l’Eurofighter Typhoon. Il s’agissait alors de livrer, à l’Indian Air Force, 126 appareils, dont 108 devaient être assemblés en Inde dans le cadre d’un vaste transfert de technologies. Au vu de la complexité des négociations, le

Premier tir guidé réussi d’un missile METEOR par un Rafale

La Direction générale de l’armement (DGA), Dassault Aviation et MBDA ont procédé avec succés, le 28 avril, au premier tir guidé un missile air-air longue portée Meteor à partir d’un avion Rafale contre une cible aérienne, dans une zone sécurisée de DGA Essais de missiles, à Biscarosse. « Dans la continuité des essais de séparation déjà

Le Qatar commande 24 avions Rafale

Décidément, l’année 2015 s’annonce faste pour les prises de commandes auprès des industriels de l’armement, et en particulier pour Dassault Aviation. En effet, après l’Égypte, l’Inde, le Qatar a décidé d’acquérir 24 avions Rafale. Une option a été mise sur 12 appareils supplémentaires. « Le président de la République s’est entretenu hier avec Cheikh Tamim ben

Dassault Aviation fournira des avions de surveillance maritime Falcon 2000 MSA à la garde côtière du Japon

Par un communiqué diffusé ce 22 avril, Dassault Aviation a indiqué que son appareil Falcon MSA (Maritime Surveillance Aircraft) venait d’être sélectionné pour renforcer les moyens aériens de la garde côtière du Japon, laquelle dépend du ministère du Territoire, des Infrastructures et des Transports. Le nombre d’avions commandés n’a pas été précisé. « Cette commande vient

Le ministre indien de la Défense sème le doute sur le contrat M-MRCA, négocié avec Dassault Aviation depuis 2012

La déclaration franco-indienne publiée à l’issue de la rencontre entre le président Hollande et le Premier ministre indien, Narendra Modi, le 10 avril, laissait entendre que l’intention de New Delhi de commander 36 avions Rafale « clés en main » n’allait pas remettre en cause les négociations du contrat M-MRCA (Medium Multi-Role Combat Aircraft), commencée en janvier

Quelques considérations sur la commande indienne portant sur 36 avions Rafale

« Si le Rafale était vendable, il serait vendu! », avait lancé, à l’antenne d’Europe1, le 7 décembre 2011, Michel Sapin, l’actuel ministre des Finances. C’est un « avion très sophistiqué et difficile à vendre », avait dit, en 2007, Hervé Morin, tout juste nommé ministre de la Défense… Mais pour un avion « invendable », le Rafale vient de trouver

L’Inde veut commander 36 avions Rafale

À l’issue d’une rencontre avec le président Hollande, ce 10 avril, à l’Élysée, le Premier ministre indien, Narendra Modi, a en effet confirmé l’intention de New Delhi de commander 36 avions Rafale. Plus tôt, des informations publiées par la presse indienne avait indiqué que l’Inde envisageait de revoir ses plans dans le cadre du programme

Rafale : L’Inde serait sur le point de changer ses plans

En 2012, l’avion de combat Rafale remportait l’appel d’offres lancé par New Delhi dans le cadre du programme M-MRCA (Medium Multi-Role Combat Aircraft) aux dépens de l’Eurofighter Typhoon, arrivé en finale de cette compétition. Depuis, Dassault Aviation a engagé des négociations exclusives portant sur la livraison de 126 appareils, dont 108 doivent être assemblés en

Vers un drone MALE européen de « troisième génération » à l’horizon 2025

Pendant longtemps, il a été réproché aux industriels européens de n’avoir pas su développer un drone MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) comme l’ont fait leurs homologues américains et israéliens. Il faut dire, à leur décharge, que les tergiversations politiques n’ont pas aidé à faire émerger une filière spécifique. Car des initiatives avaient été pourtant prises