Arabie Saoudite / Archives

La défense saoudienne a encore intercepté un missile lancé vers Riyad depuis le Yémen

Peu avant une présentation du budget saoudien pour 2018, ce 19 décembre, une puissante explosion a été entendue à Riyad. Une explication n’a pas tardé à être donnée : une batterie de défense aérienne Patriot venait d’intercepter un missile balistique qualifié d' »irano-houthi » par les autorités saoudiennes. Dans le même temps, les rebelles Houthis qui, soutenus

Les missiles tirés depuis le Yémen ont une « origine commune »

Depuis le début de l’intervention du coalition arabe pour soutenir le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, plusieurs missiles balistiques (76 selon Riyad) ont été tirés en direction de l’Arabie Saoudite depuis le Yémen par les rebelles Houthis, soutenus par l’Iran. Pour les autorités saoudiennes (et américaines), il ne fait aucun doute que ces engins

Lancement officiel d’une coalition antiterroriste rassemblant une quarantaine de pays musulmans

En décembre 2015, les autorités saoudiennes annoncèrent le projet de créer une coalition militaire islamique avec une trentaine de pays afin de lutter contre le terrorisme. À l’époque, il fut expliqué que cette coalition aurait pour mission de « soutenir les opérations militaires dans la lutte contre le terrorisme » et qu’elle allait marquer la volonté du

Le chef d’état-major israélien ouvert à l’idée de partager des renseignements avec les pays arabes

À plusieurs reprises, les autorités israéliennes ont mis en garde contre l’influence grandissante de l’Iran en Syrie, à la faveur de son soutien au régime de Bachar el-Assad. Qui plus est, le Hezbollah, décrit comme étant la menace la plus importante pour Israël, en a également profité pour pousser ses pions, tout en renforçant ses

Le ton monte à nouveau entre l’Arabie Saoudite et l’Iran

Démission du Premier ministre libanais, Saad Hariri, annoncée depuis Riyad, pour dénoncer la main-mise de l’Iran et du Hezbollah sur le pays du Cèdre et éviter le même sort que son père, Rafic Hariri, « purge » au sommet du pouvoir saoudien, initiée par le prince héritier, Mohammed Ben Salman, missile balistique tiré depuis le Yémen en

Pour sa défense aérienne, l’Arabie Saoudite se tourne vers les États-Unis et la Russie

Traditionnellement, le marché saoudien de l’armement est une chasse gardée des industriels occidentaux, en particulier américains. L’une des raisons tient au fait que d’autres fournisseurs potentiels, comme la Russie, la Chine, voire la Corée du Nord, entretiennent des relations étroites avec l’Iran chiite, pays rival de l’Arabie Saoudite au Moyen Orient. Cela étant, dans le

Téhéran accuse les gardes-côtes saoudiens d’avoir tué un pêcheur iranien

Déjà que les relations entre l’Arabie Saoudite et l’Iran sont très tendues, cet incident n’arrangera évidemment pas les choses : le 17 juin, les gardes-côtes saoudiens ont ouvert le feu sur au moins un bateau de pêche iranien, accusé d’être entré dans les eaux territoriales saoudiennes, et tué un des membres de l’équipage. A priori,

Plusieurs pays arabes annoncent la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar

Fin mai, le Qatar affirma que son agence de presse officielle, QNA, avait été victime d’une attaque informatique ayant eu pour objectif de diffuser de « faux propos » prêtés à son émir, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani. Et l’émirat, qui abrite une importante base aérienne américaine sur son sol, de dénoncer une « cyberattaque honteuse », s’inscrivant dans

L’Arabie Saoudite et les États-Unis ont signé pour près de 110 milliards de dollars de contrats d’armement

Alors que l’administration Obama avait adopté une attitude plus souple à l’égard de l’Iran, au risque d’inquiéter l’Arabie Saoudite, celle de Donald Trump entend revenir aux fondamentaux de la politique étrangère américaine, lesquels remontent au Pacte de Quincy, conclu en février 1945 par le président Roosevelt et le roi Ibn Saoud, fondateur du royaume saoudien.

L’Arabie Saoudite veut développer son industrie de l’armement

Pour équiper ses forces armées, l’Arabie Saoudite doit s’approvisionner à l’étranger, essentiellement auprès des États-Unis, de la France et du Royaume-Uni. Selon le gouvernement saoudien, la part des dépenses militaires du pays en faveur de l’industrie locale ne représente que 2%. Aussi, son objectif est d’atteindre les 50% d’ici 2030. Pour cela, encore faut-il que