A400M / Archives

De nouvelles difficultés pour l’avion de transport A400M « Atlas »

Le programme d’avion de transport militaire A400M « Atlas », confié à Airbus Military, n’en finit pas de cumuler les déboires. À cause de problèmes rencontrés lors de la mise au point des moteurs TP-400, il avait fallut, en 2010, trouver un accord entre les pays clients et le constructeur pour financer une partie des 5,2 milliards

Des essais « non demandés » seraient à l’origine de certains problèmes de l’A400M Atlas

Extraction de charges lourdes par la rampe arrière, parachutage par les deux portes latérales, autoprotection contre les missiles de courte portée à guidage infrarouge, ravitaillement en vol des hélicoptères… Telle était la liste des problèmes rencontrés par l’avion de transport A400M « Atlas » dressée en mai dernier par Laurent Collet-Billon, le Délégué général pour l’armement (DGA),

Livraison d’un 8e avion de transport A400M Atlas destiné à l’armée de l’Air

Cette année, 2 exemplaires de l’A400M Atlas devaient être livrés à l’armée de l’Air. Un premier l’a été en juin dernier… Et le second vient d’être réceptionné le 22 décembre par la Direction générale de l’Armement (DGA). Et cela, alors qu’il y avait des doutes sur le calendrier des livraisons assurées par Airbus Military. « Concernant

Des moteurs d’A400M immobilisés faute d’une documentation technique à jour

Souvenez-vous, en octobre dernier, l’on s’étonnait du recours à un avion de transport Antonov AN-70 pour effectuer une « tournée logistique » au profit des forces armées françaises alors que ces derniers auraient pu tout aussi bien faire appel à l’un de ses sept A400M Atlas. Et l’étonnement pouvait être encore plus grand quand, justement, l’AN-70 se

Berlin exige d’Airbus une compensation financière pour les retards de l’A400M

En décembre 2014, l’armée allemande reçut son premier avion de transport A400M « Atlas », sur lequel elle constata « 875 manquements » par rapport à ce qu’elle en attendait. Depuis, plus aucune livraison de cet appareil n’a été faite à l’Allemagne. Du coup, pour compenser le retard pris pour la livraison de deux A400M cette année, Berlin a

La question du standard des avions A400M posée « avec rudesse » à Airbus par le ministre de la Défense

Actuellement, l’armée de l’Air compte 7 avions de transport A400M « Atlas » (un 8e est attendu d’ici la fin de cette année). Et aucun ne dipose de certaines capacités opérationnelles pourtant indispensables, comme l’autoprotection, le parachutage par les portes latérales ou encore le ravitaillement en vol des hélicoptères. En outre, sur 7 exemplaires livrés, seul le

Un concurrent de l’A400M a effectué une tournée logistique au profit des forces françaises

L’armée de l’Air dispose de 7 exemplaires de l’A400M « Atlas », l’avion de transport militaire développé par Airbus [ndlr, sur 50 commandés]. Cet appareil, d’une autonomie de 9.300 km, a été conçu pour transporter 37 tonnes de fret à une vitesse de croisière de Mach 0.68 à 0.72. Aussi, il peut paraître surprenant qu’un Antonov AN-70,

Pas d’avion A400M « Atlas » pour le Danemark

Actuellement, la force aérienne danoise met en oeuvre seulement 4 avions de transport tactique C-130J Hercules, conçus par le groupe américain Lockheed-Martin. Ces appareils, utilisé par le 421e escadron, volent en moyenne 2.000 heures par an, alors que les besoins en matière de transport aérien sont de l’ordre de 2.500 heures. Si, pour le moment,

Le 7e avion de transport A400M Atlas destiné à l’armée de l’Air a été livré

La Direction générale de l’armement (DGA) a indiqué, ce 19 juin, avoir réceptionné le septième exemplaire de série de l’avion de transport A400M Atlas. La dernière livraison de cet appareil, baptisé depuis « Ville de Colmar », avait été faite en décembre 2014. D’ici 2019, 15 appareils devront été livrés à l’armée de l’Air. Dans son communiqué,

Trois moteurs de l’A400M accidenté à Séville ont été affectés par un « gel de puissance »

Lors de son audition devant les députés de la commission de la Défense dans le cadre des débats portant sur l’actualisation de la Loi de programmation militaire (LPM), Laurent Collet-Billon, le délégué général pour l’armement (DGA), a indiqué, au sujet de l’accident d’un A400M « Atlas » à Séville, le 9 mai dernier, que « trois des quatre