Industrie/ Archives

Microsoft s’invite dans le « cloud de défense » proposé par Thales

Quelques jours après avoir annoncé le lancement de son système d’infrastructure de cloud privé hautement isolé « Nexium Defence Cloud », le groupe français Thales a annoncé, ce 12 juin, un partenariat privilégié avec Microsoft afin de développer une solution commune de « cloud de défense » destinée aux forces armées. Pour rappel, ce que l’on appelle le « cloud »

La DGA conduit un projet visant à accélérer la prise en charge des soldats blessés au combat

Quand un soldat est blessé au combat, les premiers soins qu’il recevra avant d’être évacué vers un hôpital de campagne sont cruciaux. Aussi, des entreprises ont mis au point des dispositifs visant, par exemple, à éviter les hemorragies ou à l’infection d’une plaie pouvant évoluer en septicémie. Mais cette course contre la montre ne concerne

Thales devient un partenaire « stratégique » de l’armée de Terre pour le soutien des systèmes électroniques

Déjà qu’il y a pas mal d’électronique embarquée à bord des véhicules de l’armée de Terre, il y en aura encore davantage à l’avenir avec le programme SCORPION [Synergie du contact renforcée par la polyvalence et l’infovalorisation], dont un des mots clés est « vétronique ». Ce terme désigne l’architecture (ou le réseau) des différents systèmes électroniques

ARQUUS dévoile le Scarabee, possible successeur du Véhicule blindé léger

Pour le moment, la succession du Véhicule blindé léger (VBL) n’est pas encore officiellement ouverte. La Loi de programmation militaire (LPM) 2019-25 prévoit la « régénération » de 730 exemplaires d’ici 2025. Cette opération va consister à améliorer leur moteur, leur boîte de vitesse, leur suspension et leur système de freinage, afin de prendre en compte leur

Nexter Robotics propose un robot terrestre armé d’un canon de 20 mm

Lors de la dernière parade militaire organisée à Moscou à l’occasion du « Jour de la Victoire », le 9 mai, l’armée russe a fait défiler pour la première des robots de combat de type « Uran », lesquels connurent leur baptême du feu en Syrie. Et cela avait « surpris tout le monde, y compris les Américains », a récemment

Nexter et KMW présentent l’Euro Main Battle Tank, le premier char de combat franco-allemand

À vrai dire, on ne l’attendait pas de sitôt, d’autant plus que le programme « Main Ground Combat System » [MGCS], c’est à dire le projet de char lourd franco-allemand qui vise à remplacer les Leclerc et les Leopard 2 à l’horizon 2030/2035, est encore en phase d’études préliminaires. Lors d’une audition parlementaire tenue en janvier 2015,

Thales va lancer une première offre de « Cloud de Défense » pour les forces armées

Pour faire simple, le « Cloud [computing} est un ensemble de services informatiques (applications, par exemple) fournis par différents prestataires et disponibles, via Internet, en permanence depuis n’impote quel type de teminal . Ce qui suppose à la fois des capacités importantes de stockage et de calcul. Cette technologie, qui n’est pas nouvelle, a l’avantage d’être

STX France seul à la barre pour assurer la maintenance des frégates de surveillance de type « Floréal »

Depuis 2012, le maintien en condition opérationnelle (MCO) des six frégates de surveillance de type « Floréal », basées outre-Mer, était assuré par un tandem constitué par STX France et Naval Group. Or, ce ne sera plus le cas pour les six prochaines années. En effet, STX France s’est vu notifier, le 29 mai dernier, par le

La marine américaine opte pour le Naval Strike Missile norvégien pour ses frégates légères polyvalentes

Le groupe norvégien Kongsberg a indiqué, le 4 juin, que son missile anti-navire longue portée « Naval Strike Missile » avait été retenu par la marine américaine dans le cadre d’un programme visant à doter ses frégates légères polyvalentes de type LCS [Littoral Combat Ship] d’une telle capacité. Ce marché était également disputé par Boeing, qui présentait

Google renonce à collaborer avec le Pentagone sur un projet d’intelligence artificielle pour les drones

Une pétition lancée en février et signée depuis par plus 4.000 de ses employés demandait à Google de renoncer au programme « Maven », mené dans le cadre d’un contrat d’une dizaine de millions de dollars que lui avait attribué le Pentagone. « Nous croyons que Google ne devrait pas intervenir dans le business de la guerre. […]