Furtivité : Les essais du radar passif aéroporté de l’armée de l’Air ont marqué une « avancée significative »

Les bases du radar passif ont été jetées lors de la Seconde Guerre Mondiale, par le groupe allemand Telefunken. Son principe consiste à utiliser les ondes de différents émetteurs [de radio, de télévision, de téléphonie mobile, etc.], lesquelles se réfléchissent dès qu’elles rencontrent un obstacle, comme, par exemple, un avion en mouvement.

En utilisant des bandes de fréquences basses, un tel dispositif permettrait de compléter la couverture aérienne, notamment dans les basses couches, les radars actifs – qui émettent des ondes électromagnétiques – couvrant essentiellement les zones de moyenne et haute altitudes. Parmi ses autres avantages, il est non seulement insensible au brouillage mais peut aussi – du moins en théorie – détecter des aéronefs furtifs.

Dans le Document de référence de l’orientation de l’innovation de Défense [DROID] qu’elle a publié en 2021, l’Agence de l’innovation de défense, qui relève de la Direction générale de l’armement [DGA], a fait connaître son intention de développer un « démonstrateur de radar passif pour la surveillance aérienne », sans livrer plus de détails.

Cela étant, plusieurs industriels ont lancé des travaux dans ce domaine. Tel est le cas du groupe tchèque ERA, passé sous pavillon américain dans les années 2000 après avoir développé les radars passifs Tamara et Vera NG. C’est aussi celui de l’électronicien Hensoldt, dont le système Twinvis doit être testé par la Bundeswehr, ou encore celui de Thales, qui planche sur le MSPR [Muti-static Silent Primary Radar].

Mais le Centre de recherche de l’École de l’air et de l’espace [CREA] et l’Office national d’études et de recherches aérospatiales [ONERA] conduisent, depuis 2013, un projet ambitieux visant à mettre au point un radar passif aéroporté. Les essais en vol de système ont débuté à Salon de Provence en octobre 2015, à bord d’un motoplaneur Busard.

Le développement de ce radar passif aéroporté s’est ensuite poursuivi discrètement, l’armée de l’Air & de l’Espace [AAE] n’ayant pas communiqué à son sujet. Du moins était-ce le cas jusqu’au 11 avril. Visiblement, ce projet a franchi une nouvelle étape importante.

« Il y a quelques jours, sur la base aérienne 701 de Salon-de-Provence, le CREA et l’ONERA ont conjointement réalisé un vol expérimental marquant une avancée significative dans le développement du projet de radar passif aéroporté », indique en effet l’AAE, précisant que Centre de formation aéronautique militaire initiale [CFAMI] avait été sollicité pour cet essai, en fournissant un motoplaneur Busard et un Cirrus SR20, qui a tenu le rôle de « cible ».

« Conçu pour détecter les menaces aériennes à basse altitude et à faible vitesse, ce système innovant se distingue par son caractère discret et son utilisation des émissions électromagnétiques ambiantes, telles que celles de la télévision numérique terrestre [TNT] », explique l’AAE, pour qui le passage d’une « configuration au sol à une version aéroporté représente un défi technologique complexe ».

Ces essais, réalisés en exploitant les émetteurs de TNT de Marseille Grande Étoile et du Mont Ventoux, ont donné des résultats suffisamment « prometteurs » pour ouvrir de « nouvelles perspectives de développement » et favoriser la « mise au point de traitements adaptés à l’environnement aéroporté », conclut l’AAE.

Cependant, la route est encore longue pour disposer d’une solution efficace. Pour qu’il puisse fonctionner, un radar passif a besoin de s’appuyer sur suffisamment d’émetteurs dans une zone données. Ensuite, il faut s’assurer de leurs caractéristiques et de leur localisation, ce qui suppose de disposer de systèmes permettant de collecter et de traiter de telles informations.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

109 contributions

  1. Félix GARCIA dit :

    Bravo !
    o7

  2. L’expert dit :

    Mais enfin pourquoi diable utiliser des radars passifs alors qu’on dispose d’excellents radars actifs !!
    C’est une régression inouïe. Une de plus dans un pays qui part à veau l’eau !
    Et demain quoi ?? Des chars Leclerc à pédales ??
    Pauvre France !

    • Marine dit :

      C’est plus discret car moins détectable (puisque ça n’émet pas d’ondes EM, au contraire d’un radar actif), donc son porteur est moins vulnérable.

      Il ne faut pas confondre « radar actif/passif » et « radar à balayage électronique actif/passif ». Là, on ne parle pas de la même chose.

      Un « radar actif », ça émet des ondes électromagnétique, donc c’est détectable et localisable.

      Un « radar passif », ça n’émet pas d’ondes électromagnétiques (ça marche différemment), donc ce n’est pas détectable.

      Après, pour les radars « actifs » à balayage électronique, ce balayage peut se faire de façon active ou passive. Dans ce cas, un balayage « actif » est en effet plus moderne et performant qu’un balayage « passif ».

    • RespectRobustesse dit :

      @L’expert

      Il n’aura pas échappé à votre grande expertise qu’il est possible et même souhaitable de faire les deux.

    • Trent dit :

      LOL toute ressemblance avec des habitués contributeurs de ce site est totalement fortuite

    • joe dit :

      … Parce qu’ils sont passifs ? Ne pas envoyer d’ondes permet au système de détection de rester invisible. Il est infiniment moins coûteux d’utiliser les réseaux d’émission déjà implantés (par exemple toutes les antennes téléphoniques) que de placer un système qui est visible comme un phare dans la nuit car il « illumine » le ciel d’ondes. Détruire des milliers de pylônes d’antennes est nettement plus compliqué que quelques dizaines de radars… Fabriquer et remplacer ces antennes est également infiniment moins coûteux.

    • Père Plexe dit :

      @l´expert, bien que je n´y connaisse rien du tout (je suis un pur littéraire, mes connaissances scientifiques se limitent à l´arithmétique élémentaire) j´ai quand-même compris l´utilité de ce système passif donc discret.
      Par conséquent je suis amené à me demander le but d´une intervention aussi stupide que la vôtre, car vous n´êtes certainement pas aussi idiot que vous vous en donnez l´air.
      Expliquez-nous : quel est le but de votre intervention ?

    • FNSEA dit :

      Dans nos belles campagnes françaises, l’hydratation convenable des jeunes bovidés peut en effet être problématique, mais nous veillons très scrupuleusement à ce que le veau ne manque pas d’eau.
      C’est une des bases du métier et l’éleveur qui ne s’en préoccuperait pas verrait rapidement les choses partir à vau-l’eau.

    • Quent dit :

      Quand on ne sait pas trop de quoi le sujet parle et évite le dénigrement…

      Un radar passif n’émet pas d’onde, il les capte seulement. Cela veut dire que la positon de l’antenne qui écoute est indétectable.

      Il existe de superbes missiles anti radar qui poursuivent et remontent les antennes actives qui sont de véritables phares dans la nuit…

      Bref l’antenne passive permet de voir sans être vu et sans que cela se sache

    • Gorgorbey dit :

      troll, troll, troll, tu nous fais rire. Ne change rien. Au fait quel temps fait-il à Königsberg.

      • Métallurgiste dit :

        Vous avez eu bien raison de rire, mais c’était justement l’effet recherché par l’Expert.

    • Vdunord dit :

      À cause du brouillage tout simplement. Lisez l’article c’est même expliqué

    • Olivier T. dit :

      Bonjour L’expert,
      Un radar passif reçoit uniquement. Un radar actif émet puis reçoit.
      A l’émission, le radar est détectable. Sans émission, le radar passif est beaucoup moins détectable par les ondes électromagnétiques.

    • popov dit :

      Quand on ne sait pas de quoi on parle on évite de parler. Le radar passif offre d’énormes avantages par rapport au radar actif traditionnel : cout, discrétion, performances sur certains types de cibles,… Effectivement, il existe la difficulté « technologique » de trier et poursuivre tous les échos remontés par le radar passif.

    • Lm dit :

      radar actif très facilement détectable et localisable. portée de quelques centaines de kilomètres max.
      donc relativement vulnérable quand allumé.

      radar passif : les émetteurs sont très en arrière (1000km ?).
      et les récepteurs complètement passif donc indétectable.

      l’idéal c’est les 2 !

      les recherches sur les radars passif sont primordiales pour compléter les radars actifs.
      dont les récepteurs auront idéalement les 2 modes dans un avenir proche.

    • Mike dit :

      Si vous voyez ici une régression et pas une avancée, vous avez raté quelque chose …

      • Métallurgiste dit :

        Vous aussi, vous avez raté quelque chose…
        Ca fait pourtant un moment que vous fréquentez ce site, vous devriez reconnaître l’humour très second degré de l’Expert.

    • sheilla dit :

      Parce que…

    • Elwin dit :

      Alors que des gentilhommes avec des longues-vues, perchés dans des montgolfières, font déjà un excellent travail ! Incompréhensible !

    • Math dit :

      Le radar passif n’émet pas de signal. Ça évite donc de signaler sa présence. Les radars, c’est top si tu peux voler vite et haut. Sinon, c’est quand même vachement dangereux. Dans un assaut de nuit, on préfère être celui qui détecte les ombres éclairées que celui qui porte la torche. Si tu porte la torche, tu as envie d’avoir le fusil qui tire le plus loins. Pour les avions de combat c’est pareil.

    • yo dit :

      le veau part dans l’eau ???? il faut le récupérer ……

    • Dts dit :

      1) parce que c’est discret.
      un radar actif donne sa position en émettant.

      2) un radar actif demande de l’énergie, donc un vecteur plus lourd que pour un radar passif aéroporté.

      3) une version aéroportée permet de boucher les trous dans la couverture radar.

      4) on peut aussi imaginer utiliser ces systèmes en zone densément peuplée, ou les habitants préfèrent probablement éviter de se faire illuminer de micro-ondes.

    • blondin dit :

      vous êtes sérieux ?? l’un ne remplace par l’autre, mais le complète, par exemple pour détecter certains « volatiles » à caractéristiques de vols douteux…

      • Presque anonyme dit :

        votre commentaire a fait ma journée merci

      • Métallurgiste dit :

        Non, justement, l’Expert n’est pas sérieux. Mais il faut un petit temps d’adaptation pour s’habituer à ses commentaires.

    • Anaxagore dit :

      Ils suffit de lire l’article : insensibles au brouillage et capables de détecter et suivre des aéronefs furtifs. Ce n’est pas une régression mais une énorme avancée si cela se concrétise.

    • Franck dit :

      C’est du Xème degré ou vous être aussi stupide?

      C’est en gros de la recherche que l’on pourrait situer entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée.
      Mettre au point un radar qui détecterait ce que les radars actifs ne détectent pas. Et cela grâce aux ondes émises par d’autres sources.

      En gros, on entre dans la science fiction.

      • Métallurgiste dit :

        Voilà, du ixième degré. Il est vrai qu’avec notre Expert, on est souvent au-delà du deuxième degré.

    • Breton de Paris dit :

      Nous allons espérer qu’il s’agit de second degré…

      • Métallurgiste dit :

        Voui, c’en est !
        Vous non plus, vous n’êtes pas un lapin de six semaines sur ce site. Pas encore familier de la forme d’humour un peu absconse de notre Expert ?

    • Renaud Callejon dit :

      Un radar actif peut déjà facilement se détecter et se faire détruire par un missile (ou autre) calé sur sa fréquence d’émission, ce qui n’est pas le cas du passif, de plus un radar passif a pas mal d’autres avantages que je vous laisse rechercher.

    • Oeil de Moscou dit :

      Un radar actif peut être la cible de missiles, car il se comporte comme un phare. Tandis que la multiplicité des émetteurs civils rend difficile sinon impossible leur destruction en une seule passe … et milite donc en une utilisation passive de leurs émissions

    • J'me fend la gueule quand je te lis.... dit :

      LOL t’es en train d’en prendre une belle…. l’ Expert!!
      Expert de la branlée!

      • 34... mais c'est pas le record... dit :

        Mais il fait ça pour se faire remarquer… pour faire réagir… faire des post…
        compter le nombre de repost… 34…

      • Métallurgiste dit :

        Il ne faut jamais perdre une occasion de rire. Remerciez plutôt notre Expert et son humour un peu particulier.

    • Dans le Bayou dit :

      Et demain des L’expert compétents ?

    • Métallurgiste dit :

      Votre second degré laisse beaucoup de monde au bord du chemin.

  3. Félix GARCIA dit :

    Le futurs avions et drones de combat furtifs de DASSAULT vont envoyer le pâté.
    À intégrer aussi dans des aéronefs divers et variés (drones classiques, hélicoptères, dirigeables, hydravions, avions …). Voire dans des satellites ?

    • john dit :

      Vous croyez vraiment que ces systèmes sont magiques?
      0 masse? 0 volume? 0 coût?
      Et vous n’avez toujours pas compris que le futur, c’est la décentralisation? Vous voulez des drones légers mais qui emportent 200 tonnes de capteurs?
      Ici, aucun lien direct avec un avion de chasse. Juste des données qui leur seront transmis, mais pas équipés sur les avions de chasse.
      Et totalement HS avec Dassault.

      • E-Faystos, hilare dit :

        et totalement HS avec Dassault.
        c’est vrai, il existe des marques supérieure ! donc les Français en retard vont donner leur technologie à la grande Allemagne et la Suisse pour stopper les missiles néo tsaristes de la Russie arrogante afin de les détecter sans se faire voir…
        Ah non, les Allemands ont déjà testé un système mobile, depuis un axe de piste pour voir si sa fonctionne contre un F35.
        ce système à t-il intérêt à être embarqué dans un chasseur ? un avion radar dédié pourrait très bien suffir et envoyer les marques d’intérêt aux chasseurs. chacun sa spécialité.

  4. Félix GARCIA dit :

    « GUERRE DE NAVIGATION, DRONES, OPTRONIQUE: je pars en mission avec SAFRAN »
    https://www.youtube.com/watch?v=QhW9QzcgzUU

  5. Lothringer dit :

    Une bonne nouvelle, assurément.

    Un futur bagage à emporter pour le future EuroDrone ?
    Le premier sera probablement prêt avant le second.
    Pour l’Aarok, alors ?

  6. Alfred dit :

    Conclusion: il faudra proteger les emetteurs de la TNT qui deviendront des cibles privilégiées en cas de conflit, non?….

    • Marine dit :

      De toute façon, il a été annoncé que la TNT va s’arrêter dans un avenir très proche. Tout le monde devra passer à autre chose, soit une box internet soit un abonnement satellite.

      • Pascal, (l'autre) dit :

        La T.N.T. « hertzienne » a comme problème d’être assez facilement perturbée par la météo, pluies intenses, neige, inversion de températures, perturbations électromagnétiques provoquées par les orages et aussi des installations humaines comme les éoliennes!

        • Mic dit :

          + la 5G à moins de mettre un filtre…. mais cela ne marche pas à tous les coups.

          Pour Marine : Quant à dire que TNT hertzienne va s’arrêter dans un avenir proche, je n’irai pas dans votre sens car ils émettent en TNT ultra haute définition depuis 2014/2024 suivant les chaines !
          Le problème majeur, s’il y a disparition de la TNT, tout le pays n’est pas raccordé avec la fibre, tout le monde n’a pas investi dans une parabole !
          « https://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/pourquoi-la-tnt-nest-pas-pres-de-seteindre-2029265 »

    • Lothringer dit :

      …Ou multiplier et disséminer les émetteurs sur une vaste zone. Une forme d’effet de saturation. Détruire 500 émetteurs FM/VHF/UHF, ça risque d’être difficile et fastidieux pour l’ennemi. Et très facile et peu onéreux à remplacer chaque émetteur détruit. Pour peu que ces émetteurs soient semi-mobiles , même le nouveau missile hypersonique de L-M sera inefficace. Ou mieux encore : disposer de 2000 émetteurs dont 500 allumés à la fois. Pendant ce temps-là les 1500 autres sont éteints et changent de position. 1/4 d’heure plus tard les 500 premiers s’éteignent et 500 autres s’allument. Et ainsi de suite. Synchronisation des allumage/extinction par horloge atomique. Les 2000 émetteurs mobiles n’ont pas besoin de communiquer entre eux pour coordonner leur allumage-extinction.

      • Félix GARCIA dit :

        +1000

      • PK dit :

        Il y a plus de 20 000 émetteurs pour la téléphonie : leur fragilité ne vient pas de leur possibilité à les détruire – leurs emplacements sont connus – mais de leur dépendances aux réseaux et à l’électricité. Taper les 50 centrales nucléaires françaises et la France est en PLS…

        En réalité, il suffit d’en taper une dizaine et le réseau part en black-out (hmmm… merci le « soft-power » américain). Si le réseau français part en black-out, le réseau européen aussi, puisqu’ils sont liés… Bref, taper au cœur la France sur son énergie – ce qui est « assez » facile, car elle est très vulnérable et mal défendue de ce point de vue-là – mettrait aussi à genoux l’Europe.

        La bonne nouvelle, c’est que cela couperait le sifflet à tous les médias de grand chemin. Un peu de silence ferait le plus grand bien…

        • Pascal, (l'autre) dit :

          « Taper les 50 centrales nucléaires françaises et la France est en PLS… » Quand ce niveau sera atteint le « bouquet final » du grand feu d’artifice ne sera plus loin!

    • Dts dit :

      tous les émetteurs peuvent être utilisés.
      la TNT, la radio, les antennes 3/4/5g, beaucoup sont exploitables.
      et si celà a un intérêt certain sur le territoire national, c’est surtout très intéressant là où nous ne disposons pas de radars, en utilisant les antennes des autres, sans leur demander leur avis.

      • Ceci cela dit :

        Ni le pronom démonstratif « cela » ni sa version familière « ça » ne prennent d’accent.

        Et si cela a un intérêt certain sur le territoire national.

        Cependant, le mot « çà » accentué existe bien, sous la forme d’un adverbe de lieu (comme dans l’expression « çà et là ») ou sous celle d’une interjection (comme dans « Ah çà ! »).

    • Oeil de Moscou dit :

      Pas que: téléphonie, et tout autre réseau de télécom civil

    • farragut dit :

      @Alfred
      Certes, mais je pense que les adversaires vise(ro)nt plus facilement les centrales électriques, comme le fait Poutine en ce moment.
      A moins que les émetteurs ne fonctionnent avec des batteries d’une capacité suffisante pour tenir plusieurs années. 😉

      • Géo l´ignare dit :

        Les émetteurs peuvent produire leur propre électricité par plaques photovoltaïques.
        Ça se fait déjà pour certains équipements isolés ( en mer, en montagne, dans l´espace).

      • Math dit :

        Généralement, on est plutôt sur de l’onduleur ++. On peut aussi avoir de la batterie pour optimiser les heures de consommation de l’électricité, la stocker aux heures creuses, déstocker aux heures pleines, mais ça reste très court.

  7. Math dit :

    La cartographie des émissions de signaux en territoire ennemi pourrait devenir clef. Si cela advient, l’ennemi n’aura pas de moyens autres que d’éteindre toutes les antennes à proximité de la ligne de front et de tirer de la fibre pour rester discret.
    En revanche, en territoire amis, on peut imaginer un changement de tilt des antennes pour mieux couvrir les approches d’une zone à défendre (et accroître la densité électromagnétique).

    • Marine dit :

      Il ne faut pas trop augmenter la densité électromagnétique, sinon les échos risquent d’être noyés dans le bruit de fond.

  8. v_atekor dit :

    Excellente nouvelle.

  9. Michel dit :

    oui tout tout va
    à vau-l’eau , à la dérive, ça suit le cours de l’eau ….. expression bien française…

  10. Momo dit :

    Ouh là!
    Que va dire l’arcom si un parti réclame l’arrêt de la TNT au nom du pacifisme, reconnu pour avoir sauvé de tous temps les peuples et les nations? Et cette fois pas seulement pour censurer CNews?
    Ou alors interdire les fréquences précises qui gênent le pouvoir et se mettre d’accord avec les ennemis pour qu’ils jouent réglo?
    Surement la meilleure option.

    Plus sérieusement (encore que) quelle est la parade du f35 turkey (dinde ou dindon s’il y a farce)?
    Mais john, le milka ka, a les slides en couleurs de LM pour expliquer comment tout ceci sera géré? Prochainement mais à une date indéterminée et à un cout trop indécent pour être révélé sauf aux responsable des clients/esclaves captifs?

    • Jojo dit :

      @Momo, oui quel sera la parade du SCAF et celui du nEUROn ?
      Pour les slides (les derniers que j’ai trouvé) :
      https://www.youtube.com/watch?v=zlqgbHVB0R4
      A 10 minutes sur la vidéo… d’un général Français… oui la furtivité, c’est une bonne chose.

      Turkey c’est le nom du F14, pas du F35.

      • Momo dit :

        Mais non, il faut réviser jojo avant de s’exprimer sur un sujet aussi grave que le f35 Turkey. Surnom donné extrêmement rapidement par les pilotes de l’USAF quand le bestiau est arrivé en dotation.
        Ces pilotes ont repris après avoir vérifié par eux-mêmes le petit nom donné par les testeurs de l’USAF quand ils l’ont eu en main.
        Depuis la Turkey, le pays, a officiellement demandé à ce que son nom soit modifié:
        https://www.theguardian.com/world/2022/jun/03/turkey-changes-name-to-turkiye-as-other-name-is-for-the-birds

        La planète entière rigole des deux ´ turkey’

        • Jojo dit :

          – Cette décision est considérée comme faisant partie d’une volonté d’Ankara de renommer le pays et de le dissocier de l’oiseau du même nom et des connotations négatives qui lui sont associées.

          A lire le lien dans son entier… C’est un problème bien plus grave !!

          Il n’y a aucun lien avec le F35. Juste aucun. Mais bien essayé !

          Par contre pour pouvez taper sur google le petit nom du F35 actuellement… c’est Panther.
          https://www.popularmechanics.com/military/aviation/a20789594/the-f-35s-new-much-better-nickname-is-panther/

          • Momo dit :

            HAHAHAHAHAHAHAHAHA
            Entre le premier degré et la naïveté vous vous posez-là…
            Ce n’est pas très grave
            🙂

        • Jojo dit :

          Et si l’envie vous vient de me dire qu’aux US, le F35 s’appelle aussi le pingouin… c’est Battle Penguins.

    • john dit :

      Haaaaa donc votre « logique », c’est que parce qu’une chose est visible d’une certaine manière, pas nécessaire de le rendre moins visible?
      Donc si je comprends bien, un char est visible à 3 km de toute manière, pas grave si on le quadruple de taille et qu’il est visible à 10 km? C’est cela?
      Mais alors… Pourquoi s’emmerder à avoir rendu le Rafale moins visible au radar si c’est inutile selon vous? Pourquoi TOUS les projets d’avions de chasse vont vers des avions plus furtifs que ceux qui existent?
      .
      Autre exemple… Le sous-marin nucléaire fait de toute manière du bruit avec ses pompes pour refroidir le réacteur, sa propulsion, et en plus des sonars plus performants sont développés?
      Bah faites donc des sous-marins ultra-bruyants, quel génie de ne pas y avoir pensé plus tôt…
      .
      Tout le monde est débile profond sauf vous?
      .
      Vous êtes conscient que la furtivité n’est qu’une partie du F-35? Le combat en réseau est à des années lumières du Rafale. Le partage des données qui lui donne une compréhension de son environnement incomparable au Rafale?
      .
      Vous n’avez toujours pas compris que les technologies de furtivité ont pour objectif d’être MOINS visible, et pas invisible?
      Que ces radars passifs n’ont pour intérêt (certes très important) que de détecter une menace, mais qu’ils sont incapables de guider quoi que ce soit sur ces menaces?
      A aucun moment personne n’a vendu l’invisibilité totale. Juste les simplets comme vous pensent que c’est cela la réalité. Vous êtes comme Trump, vous croyez que LM vend un avion qui disparaît totalement, et que tout le monde y croit?
      Si vous pensez que le seul intérêt du F-35 est sa furtivité… Vous êtes dans l’erreur.
      .
      Exemple, premier exercice de combat rapproché face au F-16, ils ont dit… Pas le droit d’utiliser le fait de voir au travers de l’appareil et de guider les AIM-9X ainsi.
      Le F-35 a logiquement perdu. Sauf qu’une fois que cette technologie a été mise en place, impossible de battre le F-35 en combat rapproché pour le F-16.
      Autre point toujours oublié…Les avions de 4e génération qui ont l’armement sous leurs ailes et sous leur fuselage ont une inertie énorme comparé au F-35. Alors oui, en solo-display, ça a l’air cool. Mais en combat, ils sont loin d’avoir cette manœuvrabilité. Le F-35 lui a l’armement et le carburant proche du centre de gravité, et donc une inertie de loin inférieure. Mais c’est pas cool de s’intéresser à ça, faire des vannes de frustré c’est mieux.

      • Slasher dit :

        Le F-35 est une enclume dès qu’il est chargé à plus de la moitié de carburant.

      • Math dit :

        Ça, c’est plutôt amusant. Mais pourquoi donc le bestiau se compare-t-il uniquement à la maison, avec des copains US? Ça sent plus la frousse que la confiance sur le F35. Mais bon, vous avez raison, il a des capacités magiques, à des années lumières, etc, etc, etc.
        Il a tout de même une qualité, il a été acheté en quantité significative. Le nombre est une force. Même si le F104 était pas terrible, le fait d’en avoir plein constituait une force. Pour le F35, hormis la très faible disponibilité, il faut le dire, beaucoup l’on acheté. En espérant une chose qu’ils n’auront finalement pas, une garantie de sécurité américaine et un parapluie nucléaire de Washington. Allez bonhomme, il est temps de siffler la fin de la récrée. Faisons avec ce que l’on a pour aller au carton et défendre l’Europe. Ton système de croyance est ébranlé, on peut le comprendre. Maintenant qu’être VRP de Lockeed ne sert plus en rien la défense de ton pays, il est peut-être temps de te réveiller? Et de te poser la vrai question: comment protéger la Suisse, y compris soir et Week-ends. On est voisin, peut-être qu’il est temps de commencer à réfléchir, d’autant que l’Armée Russe passera chez toi avant de faire face à nos forces.

        • Jojo dit :

          @Math… comment protéger la Suisse… Et bien avec le F35 connecté au système Patriot. On vous fait régulièrement la liste des avantages lorsque quelqu’un se permet des moqueries à propos de cet avion. Moquerie malheureusement apportée par un groupe de personne qui désire expliquer au monde entier que le Rafale est le meilleur avion qui a tout les avantages sans aucuns inconvénients pour caricaturer. Le F35 a des désavantages également bien évidemment.

          Ne vous inquiétez pas pour la Suisse… si vous avez un doute sur les capacités du F35, je vous propose d’appeler directement Armasuisse, ils vont vous expliquer les choses.

          Je vous propose évidement les vidéos de Até Chuet pour le côté éducatif.

      • et v'lan passe moi l'éponge dit :

        John notre millefeuille a nous…
        Tu abordes des sujets alors que tu ne les comprend pas.
        Dire que l’armement et le carburant sont proche du centre de gravité… Ne veut strictement rien dire, puisse ces deux éléments avec d’autre participent au positionnement du centre de gravité avec la cellule et le moteur.
        Il fût un temps ou l’on cherchait faire coïncider le centre de gravité et le foyer de portance ce qui était la garantie d’avoir un avion extrêmement stable et maniable.
        Sauf qu’un petit malin a associé des commande de vol électrique avec un calculateur ce qui a permit de créer des avions instables, avec un centre de gravité très éloigné du foyer de portance, permettant ainsi a des avions impilotables manuellement, d’avoir une maniabilité inégalée, génération F16/ Mirage2000.
        A noter que les calculateurs savent gérer l’armement et sa masse gréé et ce depuis bien avant les bleus du F35.
        Reste sur les sujet que tu maîtrises.
        Dis nous par exemple si la vache Milka est mauve ou violette là tu pourras briller.

        • Jojo dit :

          @Et v’lan… Il faut juste retenir que les charges sous les ailes sont un désavantage malgré des commandes de vol électriques. C’est pour cela que les 8 tonnes de carburant du F35 en réservoir interne sont mieux répartis que l’équivalent en tonnage sur le Rafale avec les bidons sous les ailes.
          Le résultat c’est que le F35 garde ces 9G alors que le Rafale passera au 5-6G (limite autorisée par le constructeur)
          Pour le Rafale je précises que la diminution du nombre de G est valable avec les réservoirs sous les ailes. Ce qui n’est pas le cas avec le réservoir central.

    • Math dit :

      Ça sera compliqué. Les appareils pilotés vont devoir s’éloigner de la ligne de front. Le F35 est mal conçu. Personne ne comprend vraiment à quoi il peut bien servir, ne volant ni très bas, ni créés vite, ni très loin, monomoteur à la signature infrarouge exécrable et dont la portée des armes est contrainte par une soute pas très grande. Bref, les clous du cercueil sont plantés les uns après les autres. Et vu les attentes autour du NGAD, on peut dire qu’une fois de plus le F35 paraît nettement plus éloigné de la 6G que le Rafale.

    • Dany40 dit :

      Incroyable de rien y comprendre à ce point …. Les radars passifs sont efficaces contre la basse altitude , vous pensez qu’un avion furtif est conçu pour faire du TBA entre les montagnes ?
      Le SCAF ou le F-35 ne sont pas concernés par cette nouvelle menace car eux par définition volent haut … grâce au fait qu’ils neutralisent la menace des radars actifs .
      Les radars passifs , par contre , c’est la fin des méthodes d’attaque en basse altitude que sont obligés d’utiliser les avions non furtifs (Rafale, F-16 etc ..). Car à cause de ces nouveaux radars ils ne sont plus abrité par les reliefs et vol près du sol

  11. Green dit :

    Une belle innovation. Ce que je me demande c’est qui va l’industrialiser? Et comment d’une façon plus générale, ces recherches appliquées passent de la recherche publique vers la sphère privée?

    • john dit :

      C’est une des plus grosses arnaques de notre temps.
      Les gros sauts technologiques ne sont JAMAIS du fait d’industriels. C’est un mensonge de croire que les industriels innovent massivement. Tout ou presque provient de la recherche publique, ou financée par le public.
      Et à ce niveau, tous les pays qui investissent dans ce domaine ont la même situation.

  12. Rakam dit :

    Et bien tant mieux…utile pour un job de FS…

  13. Vinz dit :

    Ondes radios/TV hertziennes, ça devient de plus en plus rare dans nos contrées.

    • DGT dit :

      Vous ne connaissez personne qui utilise un téléphone portable dans votre entourage ?

      • Vinz dit :

        Des téléphones portables qui utilisent du hertzien, j’avoue j’en connais pas un seul.
        Définition ANFR :
        Ondes radioélectriques ou ondes hertziennes : de 3 Hz à 300 MHz -> VHF
        Micro-ondes : de 300 MHz à 300 GHz UHF ->SHF/EHF
        On trouve quasi plus rien < VHF Peut-être deux trois radars transhorizon et Bretagne 5… Bref, ces dernières années on a démonté pas mal d'émetteurs.
        Les téléphones portables utilisent des fréquences bien plus élevées, mais d'une portée bien plus limitée comme chacun sait, et bien plus sensible aux obstacles ; par ailleurs les émetteurs sont concentrés surtout en zone dense, évidemment.

  14. Mic dit :

    Thales bosse sur les « radars passifs » terrestre depuis très longtemps, mais il communique très peu …..a part le « radar » HA 100 de ….2007
    Pour celui qui parle sans connaître, avant de sortir des âneries il ferait mieux de lire avec attention tous ceux qui sont intervenus précédemment !

    La spécificité du système décrit dans cette article par Mr Lagneau c’est que ce « capteur » passif est aéroporté et cela est une grande avancée !
    A ce jour je ne connais pas de pays qui développe dans ce domaine un système aéroporté, probablement les US , pour la France j’étais au courant depuis longtemps.
    Sinon Thales a implanté en métropole des systèmes passifs terrestre depuis 2008 2010 à la demande de la DGA donc de l’état français.

  15. JILI dit :

    Excellentes recherches qui amèneront une efficacité supplémentaire et unique à notre armée, que beaucoup d’autres n’auront pas en technologie, et nous permettra de nous maintenir dans les tous premiers au monde pour la conception des radars, donc de produire et vendre.

  16. Saucisson Furtif dit :

    Voici une technologie de plus à combiner sur des diri drônes. Nous avons tout ce qu’il faut en France https://www.hemeria-group.com/produit/drones-dirigeables/ il ne reste plus qu’à changer l’équipe dirigeante manifestement inapte à la fonction.

  17. et v'lan passe moi l'ponge dit :

    Petite précision, les performances sont optimales quand le prunier est breton, et le logiciel en provenance de Corée du Nord.

    • Poutonneux dit :

      et v’lan passe moi l’ponge : tout est faux dans votre commentaire :
      1 un prunier, c’est un arbre. On ne peut donc pas lui attribuer une  » nationalité » et de toutes façons j’ignore ce qu’est quelque chose ou quelqu »un affublé de l’adjectif  » breton » . Ne pas mettre du communautarisme partout, SVP
      2 les logiciels radio les plus courants sont anglo-saxons, tout comme la célèbre corde vendue par les capitalistes pour les pendre … c’est un régal de les espionner avec ce qu’ils ont fabriqué.