SNLE 3G / Archives

Dissuasion : Depuis 1972, les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins français ont effectué plus de 500 patrouilles

En mars 1963, le gouvernement du général de Gaulle commanda le « Redoutable », le premier des six sous-marins nucléaires lanceurs d’engins [SNLE] devant permettre à la Marine nationale de mettre en oeuvre la dissuasion nucléaire françaises aux côtés des Forces aériennes stratégiques [FAS]. Deux ans plus tard, les travaux pour construire la base sous-marine de l’Île-Longue,

Thales va concevoir le système sonar des futurs sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de 3e génération

Le groupe français Thales a indiqué, ce 7 février, que la Direction générale de l’armement (DGA) venait de lui notifier un contrat de 42 mois pour mener à bien des études ainsi que des développements technologiques dans le cadre de la préparation du système sonar devant équiper les futurs sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de troisième

Dissuasion : Le renouvellement des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins se fera « sous contrainte de coût »

En octobre 2016, le coup d’envoi de la construction du premier des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de la classe Dreadnought fut donné au chantier naval de Barrow-in-Furness, sous l’égide de BAE Systems. Ces navires, destinés à remplacer ceux de la classe Vanguard, seront les sous-marins les « plus grands et les plus avancés » de

Les délais risquent d’être serrés pour le renouvellement de la composante océanique de la dissuasion

Le 4 juillet, le président Macron a embarqué à bord du sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) Le Terrible, le dernier de la classe « Le Triomphant » à avoir été mis en service. Alors que les trois autres bâtiments de ce type ont récemment été modernisés et adaptés pour emporter le missile balistique mer-sol M-51(ou sont en