porte-avions / Archives

Selon les propos de M. Macron, la construction d’un nouveau porte-avions n’est pas forcément garantie

Lors du dernier salon Euronaval, la ministre des Armées, Florence Parly, a annoncé le lancement des études relatives au futur porte-avions destiné à la Marine nationale, en précisant qu’elles devaient répondre à au moins trois questions à savoir les menaces que ce navire aura à affronter, les choix technologiques qu’il suppose et l’innovation qui devra

Président Macron : « Être allié, ce n’est pas être un vassal »

La semaine passée, lors d’un entretien accordé à Europe1, le président Macron a évoqué l’idée d’établir une « vrai armée européenne ». Mais il n’a pas eu le temps de préciser sa pensée. Parlait-il de l’Initiative européenne d’intervention qui, réunissant dix pays, vise à favoriser l’émergence d’une culture stratégique commune (en dehors du cadre de l’Union européenne)

Le chantier de refonte à mi-vie du porte-avions Charles de Gaulle est officiellement terminé

Entamé en février 2017, le chantier de refonte à mi-vie du porte-avions Charles de Gaulle est désormais officiellement terminé. Ses essais à quai et à la mer s’étant déroulés sans problème (ce qui n’avait pas été le cas lors de son premier arrêt technique majeur, en 2008), le navire vient en effet d’être remis à

Le porte-avions russe « Amiral Kouznetsov » endommagé par la chute d’une grue

Immobilisé depuis 2017 pour des travaux de maintenance et de modernisation, l’unique porte-avions russe, « l’Amiral Kouznetsov », a été endommagé ce 30 octobre, à Mourmansk, quand le dock flottant auquel il était amarré a coulé, provoquant la chute d’une grue de 15 mètres sur son pont. Selon l’entreprise Zvedotcha, filiale de l’entreprise publique russe United Shipbuilding

L’étude sur le futur porte-avions de la Marine nationale devra répondre à trois questions

À l’occasion de l’ouverture du salon Euronaval, ce 23 octobre, la ministre des Armées, Florence Parly, a donné le coup d’envoi officiel de la phase d’étude portant sur le prochain porte-avions de la Marine nationale, lequel succédera au Charles-de-Gaulle. Mais avant d’aborder ce sujet, la ministre a tenu à souligner que, désormais, « l’océan est plus

La prochaine mission du porte-avions Charles de Gaulle pourrait mettre l’accent sur la défense de la liberté de navigation

Avant d’être immobilisé pour son chantier de modernisation à mi-vie, le porte-avions Charles de Gaulle s’était surtout concentré sur les opérations menées contre l’État islamique (EI ou Daesh) au Levant. Alors qu’il est en phase de remontée en puissance, pour son prochain déploiement, le navire amiral de la Marine nationale devrait retrouver les eaux de

La DGA s’intéresse aux catapultes électro-magnétiques dans le cadre des études sur le futur porte-avions

Pour faire décoller les Rafale et autres E-2C Hawkeye, le porte-avions Charles de Gaulle utilise une catapulte à vapeur, constituée d’un sabot, d’une élingue (ou d’une barre métallique pour les avions les plus récents) et d’un tube situé sous le pont d’envol. Ainsi, pour « catapulter » un avion, on accroche son train avant par l’élingue au

La France affûte ses arguments pour convaincre la marine indienne d’acquérir 57 Rafale M

Curieusement, les questions posées par Comptroller and Auditor General » [CAG, l’équivalent indien de la Cour des comptes française] au sujet des conditions dans lesquels furent acquis des avions de patrouille maritime P8 Poseidon auprès de Boeing, alors qu’une coalition gouvernementale dont le Parti du Congrès faisait partie était au pouvoir, n’ont pas suscité la même

Après son second arrêt technique majeur, le porte-avions Charles de Gaulle entame une phase d’essais en mer

En mai dernier, soit après 15 mois passés en cale sèche pour son second arrêt technique majeur (ATM) mi-vie, le porte-avions Charles de Gaulle avait quitté le bassin Vauban, à Toulon, afin de permettre la poursuivre encore quelques travaux et vérifier le bon fonctionnement de ses installations. Ce qui aura pris quatre mois de plus.

La question de doter la Marine nationale d’un ou de deux porte-avions « reste ouverte » selon Mme Parly

Depuis la fin des années 1990 et le retrait du « Foch » et du « Clemenceau », la Marine nationale ne met plus en oeuvre qu’un seul porte-avions, avec le « Charles de Gaulle », à l’heure où des puissances comme la Chine et l’Inde investissent massivement dans leurs capacités aéronavales. La question de doter la Marine nationale de deux