porte-avions / Archives

Tokyo souhaite que le porte-avions Charles de Gaulle fasse une escale au Japon

En décembre, les États-Unis ont décidé de sanctionner trois dirigeants nord-coréens, dont Choe Ryong Hae, l’un des plus hauts responsables de Kim Jong-un, le maître de Pyongyang. « Les violations des droits humains en Corée du Nord demeurent parmi les pires au monde et incluent meurtres extrajudiciaires, travail forcé, torture, détention arbitraire prolongée, viols, avortements forcés

Le Japon confirme son intention d’acquérir 105 F-35 supplémentaires et de se doter de capacités aéronavales

Ce 18 décembre, le gouverment japonais a annoncé des mesures qui étaient dans l’air depuis quelques temps déjà. Ainsi, il a confirmé son intention de transformer les deux « destroyers porte-hélicoptères » de la classe Izumo de façon à ce qu’ils puissent accueillir des avions de combat, en l’occurence des F-35B, c’est à dire la version STOVL

Pour l’amiral Prazuck, Pékin raconte des carabistouilles au sujet de son missile balistique antinavire DF-21D

Depuis maintenant plusieurs années, il est fait grand cas du missile chinois Dong Feng 21 [DF-21], présenté comme étant un « tueur de porte-avions ». Selon les données disponibles, cet engin balistique anti-navire [ASBM], opérationnel depuis 2010, aurait une portée comprise entre 900 et 1.550 km. De quoi tenir théoriquement un groupe aéronaval à distance, voire de

Selon les propos de M. Macron, la construction d’un nouveau porte-avions n’est pas forcément garantie

Lors du dernier salon Euronaval, la ministre des Armées, Florence Parly, a annoncé le lancement des études relatives au futur porte-avions destiné à la Marine nationale, en précisant qu’elles devaient répondre à au moins trois questions à savoir les menaces que ce navire aura à affronter, les choix technologiques qu’il suppose et l’innovation qui devra

Président Macron : « Être allié, ce n’est pas être un vassal »

La semaine passée, lors d’un entretien accordé à Europe1, le président Macron a évoqué l’idée d’établir une « vraie armée européenne ». Mais il n’a pas eu le temps de préciser sa pensée. Parlait-il de l’Initiative européenne d’intervention qui, réunissant dix pays, vise à favoriser l’émergence d’une culture stratégique commune (en dehors du cadre de l’Union européenne)

Le chantier de refonte à mi-vie du porte-avions Charles de Gaulle est officiellement terminé

Entamé en février 2017, le chantier de refonte à mi-vie du porte-avions Charles de Gaulle est désormais officiellement terminé. Ses essais à quai et à la mer s’étant déroulés sans problème (ce qui n’avait pas été le cas lors de son premier arrêt technique majeur, en 2008), le navire vient en effet d’être remis à

Le porte-avions russe « Amiral Kouznetsov » endommagé par la chute d’une grue

Immobilisé depuis 2017 pour des travaux de maintenance et de modernisation, l’unique porte-avions russe, « l’Amiral Kouznetsov », a été endommagé ce 30 octobre, à Mourmansk, quand le dock flottant auquel il était amarré a coulé, provoquant la chute d’une grue de 15 mètres sur son pont. Selon l’entreprise Zvedotcha, filiale de l’entreprise publique russe United Shipbuilding

L’étude sur le futur porte-avions de la Marine nationale devra répondre à trois questions

À l’occasion de l’ouverture du salon Euronaval, ce 23 octobre, la ministre des Armées, Florence Parly, a donné le coup d’envoi officiel de la phase d’étude portant sur le prochain porte-avions de la Marine nationale, lequel succédera au Charles-de-Gaulle. Mais avant d’aborder ce sujet, la ministre a tenu à souligner que, désormais, « l’océan est plus

La prochaine mission du porte-avions Charles de Gaulle pourrait mettre l’accent sur la défense de la liberté de navigation

Avant d’être immobilisé pour son chantier de modernisation à mi-vie, le porte-avions Charles de Gaulle s’était surtout concentré sur les opérations menées contre l’État islamique (EI ou Daesh) au Levant. Alors qu’il est en phase de remontée en puissance, pour son prochain déploiement, le navire amiral de la Marine nationale devrait retrouver les eaux de

La DGA s’intéresse aux catapultes électro-magnétiques dans le cadre des études sur le futur porte-avions

Pour faire décoller les Rafale et autres E-2C Hawkeye, le porte-avions Charles de Gaulle utilise une catapulte à vapeur, constituée d’un sabot, d’une élingue (ou d’une barre métallique pour les avions les plus récents) et d’un tube situé sous le pont d’envol. Ainsi, pour « catapulter » un avion, on accroche son train avant par l’élingue au