La frégate Chevalier Paul et le porte-avions Charles de Gaulle ont tiré des missiles surface-air Aster

En octobre 2022, à l’occasion de sa Mise en condition opérationnelle [MECO], le porte-avions Charles de Gaulle avait effectué un tir de missile surface-air Aster 15 contre une cible aérienne, « sous menace missile et en environnement dédié ». La frégate de défense aérienne [FDA] Chevalier Paul en avait fait de même quelques heures plus tôt, en lançant un Aster 30.

Le tir de missiles Aster 15 et Aster 30 sont relativement rares. Pour autant, alors qu’ils viennent d’appareiller de Toulon pour la mission « Akila », le « Charles de Gaulle » et le « Chevalier Paul » ont effectué le même exercice qu’il y a deux ans.

« À quelques heures d’intervalle, peu après leur appareillage pour la mission Akila, la FDA Chevalier Paul et le porte-avions Charles de Gaulle ont respectivement tiré avec succès un missile Aster 30 et un missile Aster 15 », a en effet annoncé le ministère des Armées, ce 23 avril, via un communiqué. Et de préciser que cet entraînement, réalisé avec le concours de la Direction générale de l’armement [DGA], a été mené dans un « environnement reproduisant une situation aéronavale proche de celle pouvant être rencontrée en opérations ».

Plus précisément, grâce à son radar de veille tridimensionnel S-1850M lui permettant de suivre jusqu’à 2000 pistes [navires de surface, aéronefs, missiles], la FDA Chevalier Paul a « neutralisé une menace aérienne à grande distance dans un environnement non permissif » tandis que le porte-avions a atteint « sa cible aérienne » avec un Aster 15, lequel fonctionne avec le radar ARABEL [Antenne radar multifonctions à balayage électronique] et le module de lancement vertical Sylver.

En 2022, l’équipage de la FDA Chevalier Paul avait été confronté à une difficulté supplémentaire, le radar de conduite de tir du navire ayant été volontairement brouillé. Probablement qu’il en a été de même cette fois-ci.

« Ce type de tir entraîne les équipages à faire face à des situations de haute intensité, susceptibles d’être rencontrées par les bâtiments de combat de la Marine nationale. Il souligne l’exigence de réalisme apportée à l’entraînement des forces. Il démontre la pertinence et l’efficacité du système de défense en couches du groupe aéronaval », a fait valoir le ministère des Armées.

Lors de la mission Akila, qui doit durer six semaines, le groupe aéronaval [GAN] formé autour du porte-avions Charles de Gaulle passera pour la première fois sous le contrôle opérationnel de l’Otan, dans le cadre de Neptune Strike 24. L’objectif est de « renforcer la posture défensive et dissuasive de l’alliance en Méditerranée et sur le flanc Est ». Puis, il participera à l’exercice Mare Aperto 24.1, organisé par la Marina militare.

Durant cette séquence, le « Charles de Gaulle » sera accompagné par la FDA Chevalier Paul, une frégate multimissions [FREMM], un sous-marin nucléaire d’attaque, le Bâtiment ravitailleur de force [BRF] Jacques Chevallier [ce qui sera inédit] ainsi que par trois frégates alliées [grecque, italienne et portugaise].

À noter que ces tirs d’Aster 15 et 30 ont été réalisés quatre jours après que la FREMM Aquitaine et un SNA de type Barracuda [sans doute le Duguay-Trouin] ont chacun tiré simultanément un missile de croisière naval [MdCN].

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

95 contributions

  1. Titeuf dit :

    Dire qu’il y a 20 ans même pas,tirer un missile relever de l’exploit en exercice.
    Le monde change….et pas qu’en bien.

  2. Fralipolipi dit :

    On rappellera au passage que l’Aster 30 n’est pas le seul à devoir très vite arriver avec un upgrade très important (avec le standard Block1NT),
    L’Aster 15 va luis aussi bien s’améliorer, avec la version « EC », notamment (mais pas que) en passant d’une portée de 40kms+ à 60kms+ !
    Nouvel Aster 15EC qui devrait ensuite être armé sur le PA CDG, au même moment où celui-ci recevra aussi le radar SeaFire (idem à celui de la FDI).
    https://meta-defense.fr/2024/04/11/missile-aster-15-ec-mbda-pour-2030/
    https://www.meretmarine.com/fr/defense/aster-15-mbda-developpe-une-nouvelle-version-de-son-tueur-de-missiles
    https://www.meretmarine.com/fr/defense/avec-l-integration-du-radar-sea-fire-le-porte-avions-charles-de-gaulle-va-changer-de-tete
    .
    Comme depuis toujours, notre Groupe aéronaval ne cesse d’améliorer ses capacités, pas à pas.

    • lecoq dit :

      Reste le volume de missiles à augmenter sur les frégates (pas d’info sur les volumes sur le PA) et la protection multi couches avec soit/et RapidFire et le système de Thales je crois Multi lanceur equivalent au RAM
      Voir les nouvelles solutions à base de laser ou/et Rail Gun anti aérien …

      Et la protection sera Complete

      PS: j’espere que les fregattes en mer rouge qui nous ont abandonné (pas une grosse surprise), les Belges, les Danois et les Allemands reviendront avec des systèmes opérationnels …
      A Noter que ceux qui sont restés sont équipés d’Aster, à savoir : les Francais les Italiens et les Grecs (Grecs pas sur)

  3. Cortex, le gaulois dit :

    Est-il prévu qu’ils tirent des Obel ?

  4. Breton de Paris dit :

    Les grincheux diront au choix que ce sont des missiles gaspillés alors que nos stocks sont assez faibles ou que c’est un entraînement encore insuffisant, mais je choisis de regarder le verre à moitié plein et de féliciter la Marine Nationale qui fait des efforts pour maintenir les compétences de ses équipages !

    • PK dit :

      Il vaut mieux tirer tous nos stocks à l’entraînement : cela mettra au moins les politiques face à leurs responsabilités (si tant est que cela signifie quelque chose pour eux).

      Et au moins nos gars seront entraînés…

    • Themistocles dit :

      Les belges et les danois ont récemment démontré que ces tirs d’exercices etaient loin d’être inutiles.

    • Pétochard dit :

      ils ont tiré contre qui ? contre quoi? La France n’a donc pas le courage d’aller jusqu’au bout de ses engagements et de ses implications ? pourquoi cette frilosité des politiques, qui s’apparente à de la lâcheté, de la couardise, toujours cette politique du petit roquet qui aboie de loin, bien à l’abri de son protecteur et maître Yankee, celui qui tient la laisse !

      • Breton de Paris dit :

        Vous avez magnifiquement choisi votre pseudonyme !

      • Pascal, (l'autre) dit :

        « petit roquet qui aboie » Vous avez la technique quand il s’agit de vous………………………décrire!

      • Vert-de-gris dit :

        Oh là là, grincheux, ce matin, on dirait.
        Vous avez eu un petit accident cette nuit ? Mais à force de manger des pruneaux, aussi, ça devait arriver.

        • Pétochard dit :

          manger des pruneaux … vous auriez du éviter cette expression, qui me donne des idées …

          • Pascal, (l'autre) dit :

            « qui me donne des idées … » Et vantard en plus, décidement vous……………..cumulez!

    • Nexterience dit :

      Des missiles arrivent en obsolescence. Il vaut mieux les tirer pour s’entraîner que de payer pour leur retrofit.

    • Mic dit :

      Je rajouterais aussi aux grincheux, que les missiles possèdent des dates de « péremption », qui nécessite le remplacement de toutes les charges pyrotechniques y compris leur destruction (propulsion et explosive ), ainsi qu’une révision complète de l’ensemble du missile : mécanique, électronique, logiciels….. et que cela coute « un bras » ! de mémoire aux environs de 50 % du prix d’un missile neuf (le cout de la maintenance étant variable suivant le type missile concerné)
      Donc un tir en opération ou en « phase » d’entrainement coute le prix d’un missile neuf moins le cout de maintenance du missile tiré .

  5. Rakam dit :

    Entraînement, entraînement, il n’y a que ça de vrai pour la formation, et au final sauver sa vie et celle de l’équipage…

  6. Félix GARCIA dit :

    À propos de l’ASTER 15 : « MBDA prépare l’Aster 15 EC, deux fois plus performant que l’Aster 15 »
    https://meta-defense.fr/2024/04/11/missile-aster-15-ec-mbda-pour-2030/

    Une capacité de rechargement des missiles en mer rendrait moins nécessaire l’accroissement du nombre de missiles emportés :
    « Mobile Defense/Depot Platform (MODEP) Concept at Sea Air Space 2024 »
    Gibbs & Cox (a Leidos company) wants to convert surplus oil rigs into heavily armed mobile missile and resupply bases in its Mobile Defense/Depot Platform (MODEP) Concept at Sea Air Space 2024.
    https://www.youtube.com/watch?v=hvXU7Ow9OwY&t=10s

    • john dit :

      Premier article de mauvaise qualité…
      1. Montrer un lanceur terrestre en parlant de l’Aster 15… alors qu’il n’est utilisé que sur des navires.
      2. Parler de l’augmentation de portée nécessaire parce que le NASAMS, le Buk, l’IRIS-T ont une portée supérieure, qui eux sont des systèmes terrestres.
      3. Ne pas comprendre que la portée ne doit pas systématiquement augmenter, mais correspondre aux besoins. L’Aster 15 a perdu de son intérêt avec l’arrivée du CAMM-ER. Dans un Sylver A50, 2 CAMM-ER contre 1 Aster 15, ou alors, 4 CAMM contre 1 Aster 15. Est-ce que le meilleur choix est toujours 1 missile à très longue portée?

      • Mic dit :

        Pourquoi croyez-vous que MBDA va sortir le Aster 15 EC portée jusqu’à 60 km au moins !
        Toujours à cracher sur ce qui est Français et qui est opérationnel depuis 2002 !
        C’est comme si vous compariez le canon 75 de 1897 avec le 155 du Caesar !

      • Roland Desparte dit :

        Vous dites n’importe quoi !

      • Fralipolipi dit :

        Mon Jeannot,
        … toujours à nous raconter du grand n’importe quoi !
        .
        Aster15 et CAMM-ER, malgré des allonges similaires, ne boxent pas dans la même catégorie.
        Le système Pif-Paf, assez unique, des missiles Aster confère à cette famille de missile une réactivité, manoeuvrabilité, précision et donc une létalité qu’aucun autre missile ne peut égaler …
        Tu compares des incomparables, et tu prouves ici que tu n’y connais vraiment pas grand chose.
        .
        Encore une fois, que ce soit depuis le Sol ou en Mer, les US tirent régulièrement 2 missiles Patriot ou 2 ESSM en simultanée pour être sûrs de faire mouche sur une interception unique (les Allemands, eux, en mer Rouge ils ne tirent aucun missile, qui restent bloqués en silos, et se reposent sur leur canon, en priant que le mobile à intercepter soit un drone bien lent et pas un missile balistique rapide … les Danois, toujours avec des missiles US, pas mieux …)
        En France, avec les missiles Aster, pas de trouble ni de de crainte de problème qualité/fiabilité, 1 seul missile tiré suffit, le taux d’interception connu étant de 100% !
        .
        Mon Jeannot, gentil lapin suisse,
        tu ne devrais pas te donner autant de peine avec tes longs et continuels efforts de bashing trollesque anti-France … car tu es déjà complètement grillé ici !!! 😉

      • Nexterience dit :

        Comparer l’Aster 15 et l’iris-t slm n’est pas correct . L’iris-t est technologiquement semblable à un Mica VL.
        l’Aster 15 fait 310 kg optimisé en double étages. Vous pouvez baser vos jugements sur des chiffres de portée max ( quel profil de vol de la cible?) hasardeux, mais un missile de 310 kg a plus d’énergie embarquée qu’un missile de 110kg.
        La précision un missile à poussée vectorielle et d’un missile à poussée radiale est également très différente, ce qui en fait un missile d’ultime recours.
        Je suis d’accord sur l’évolution quantitative de la menace qui nous dirige vers des protections plus nombreuses. Le camm ne fait que d’y répondre, tout comme nos canon de 76 forts efficients ;))

      • Nexterience dit :

        L’iris-t s’est fait abattre par des munitions rodeuses en Ukraine. C’est tout de même embarrassant pour protéger l’Europe.

        https://www.derstandard.de/consent/tcf/story/3000000173825/russische-drohne-zerstoert-wichtiges-luftabwehrsystem-der-ukraine

    • farragut dit :

      Autre source :
      « The Navy has a warship problem… (And a solution) »
      https://www.youtube.com/watch?v=yjIe4haGfAg&t=9s

    • dambrugeac dit :

      Concept intéressant. Ces plateformes pétrolières transformées en dépôts de missiles pour recharger les frégates ou autres bâtiments seraient une solution pour ne pas trop alourdir les navires lanceurs. Elles pourraient même se mouvoir vers des zones tampons. Évidemment, bien que très protégées par leur propre système de défense elles doivent être quand même exposées aux menaces des sous marins. Je n’ai en revanche pas très bien compris le concept de cargos militaires livreurs d’engins car il faudrait un système de gruttage pour charger et installer les missiles sur les bâtiments lanceurs. Existe t’il une étude en France ?

      • HMX dit :

        @dambrugeac
        Le concept est en effet intéressant. S’agissant de la vulnérabilité de ces plateformes, il faut quand même souligner qu’il faudrait employer un grand nombre de missiles ou de torpilles pour réussir à les couler. Même si le concept illustré dans la vidéo semble n’évoque pas la protection contre les torpilles, il serait étonnant qu’une telle base soit dépourvue de moyens d’autodéfense contre les menaces sous-marines de toute nature (drones sous marins, torpilles…). On peut d’ailleurs imaginer qu’une telle structure mettrait en œuvre ses propres drones aériens, de surface et sous marins pour assurer son autoprotection.

        L’approche est donc intéressante, et montre un futur possible de la guerre navale avec de grandes bases mobiles « stations service » qui seraient déplacées en périphérie des zones de crise, et où viendraient se ravitailler en vivres, munitions et carburant les navires de combat.

        Une approche alternative (mais pas incompatible, voire complémentaire pour les forces qui en auront les moyens) pourrait consister à privilégier la construction en série de grands drones de surface (gabarit d’une petite corvette) équipés de radars, sonars, tubes verticaux, et d’une autodéfense minimale. Ces drones agiraient à la fois comme senseurs et comme effecteurs déportés au profit d’une frégate, qui coordonnerait leur action (à l’image des drones « loyal wingman » qui équiperont les chasseurs de 6ème génération).

    • Nexterience dit :

      Bien vu mais il y en aura pour bien plus d’1 milliard, étant donné sa protection propre.
      A ce prix, on peut se payer deux frégates de plus pour éviter les rechargements.

    • HMX dit :

      @Felix GARCIA
      le concept de bases mobiles basées sur des plateformes pétrolières spécialement adaptées à cet usage n’est pas réellement nouveau (cf. le concept de Mobile Offshore Base du début des années 2000, qui présentait des projets de bases mobiles géantes de 2km de long, capables d’accueillir des C17 !), mais il retrouve un intérêt tout particulier dans le contexte géopolitique actuel. On imagine en particulier l’intérêt pour l’US Navy dans l’Indopacifique de pouvoir disposer de bases mobiles fortement défendues, pour réapprovisionner ses navires sans nécessiter de retourner dans des ports parfois situés à plusieurs milliers de kilomètres (ports par ailleurs très vulnérables en cas de conflit de haute intensité).

      Par ailleurs, de telles plateformes seront particulièrement difficiles à atteindre du fait de leur mobilité, sans même parler de les couler (il faudrait pour cela un très grand nombre de missiles et/ou de torpilles).

      On notera que ce concept pourrait également intéresser la France, qui compte elle aussi des intérêts dans l’indopacifique.

      • Félix GARCIA dit :

        Bonjour HMX,

        « (cf. le concept de Mobile Offshore Base du début des années 2000, qui présentait des projets de bases mobiles géantes de 2km de long, capables d’accueillir des C17 !) »
        😮 Quand même !

        On peut aisément imaginer les synergies pour une force comme celles des États-Unis : Liberty Lifter, flottes de drones de surface/sous-marins/aériens, hélicos en pagaille, possibilité de venir en soutien des alliés …
        Complémentaire des ESB (Expeditionnary Sea Base) :
        —> « US Navy Expeditionary Sea Base USS John L. Canley (ESB 6) »
        https://www.youtube.com/watch?v=B1P5i2Blea0
        —> « Sea Air Space 2022 – Day 3: HII, EPF Flight II and new ESB variants »
        https://www.youtube.com/watch?v=_rh2tYoQCTo
        (10:00 – General Dyncamics NASSCO new ESB versions)

        PS : HMX, comme le nom de l’explosif ?

    • Robato dit :

      « L’île à hélice », Jules Verne, 1985.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27%C3%8Ele_%C3%A0_h%C3%A9lice

      • Franz dit :

        Concept obsolète depuis les inventions respectives de Robur le conquérant et du capitaine Nemo 🙂 .

        • Robato dit :

          Que nenni ! Tout cela est parfaitement complémentaire. L’ami Félix nous parle de bases flottantes capable d’accueillir navires, sous-marins et aéronefs.
          Il avait tout prévu, Monsieur Jules.

    • Robato dit :

      Erratum : 1885, bien sûr.

  7. Dominique Mathieu dit :

    Après les loupés allemand et danois, la marine nationale prouve ses compétences. Le prochain exercice avec des frégates grecque et italienne devrait être une réussite.

  8. Nexterience dit :

    Il nous manque de développer l’Aster block 2 et nous aurons tous le composants d’un bouclier antimissiles européen perforant.
    .
    Serons-nous assez sages pour se le financer à plusieurs plutôt que de participer au mercantile Essi?
    Les néerlandais vont prendre des sm3 pour leurs frégates AA.
    Ironie du sort, les anglais soutiennent l’évolution de l’Aster vers l’antiballistique, contrairement aux européens de l’UE !

    https://www.navylookout.com/royal-navy-to-be-the-first-european-force-to-field-maritime-ballistic-missile-defence-capability/

  9. Roland Desparte dit :

    En complément du post de Fralipolipi, si notre Groupe aéronaval ne cesse d’améliorer ses capacités, certains se demandent pourquoi les stocks de missiles Aster sont si faibles, et le réapprovisionnement si long…
    Dans un rapport budgétaire qui listait les commandes attendues en 2023, le député Mounir Belhamiti soulignait que le délai de production d’un missile prenait en 2021 « trois à quatre ans »… Un délai incompréhensible, ubuesque, conséquence des dividendes de la paix et d’une stratégie d’entreprise en rapport avec un étalement des logistiques, une façon de garantir l’emploi et un volant de trésorerie… Et jusqu’à récemment, aucun de nos députés ne s’en étaient émus… Et la “grande muette“ de se taire…
    De ce fait, sous la pression, MBDA développe un plan d’investissement de 2,4 milliards d’euros d’ici 2028 pour ses moyens de production. Et l’entreprise de 15.000 salariés, après avoir recruté 2 600 salariés en 2023, a présenté un plan d’embauche supplémentaire de 2 600 personnes cette année.
    Guerre d’Ukraine oblige, le missilier a réduit le temps de production des Aster de 26 % depuis le début du conflit. Le délai, de 42 mois entre la commande et la livraison, a chuté à environ 30 mois, et MBDA ambitionne de pouvoir fabriquer un Aster en moins de 18 mois… Toujours trop long lorsqu’on considère les Retex d’Ukraine, mais malgré les colères de Sébastien Lecornu il semble que rien n’y fasse (En mer Rouge, pour quelques “escarmouches“ notre Royale a déjà tiré plus de 20 Aster…).
    Pourquoi ce temps ? Selon MBDA, tout simplement parce que l’Aster est un missile complexe, en particulier l’Aster 30 qui représente le nec plus ultra en termes de défense antiaérienne. Et surtout, il est produit en coopération avec l’Italie, et que les accords interentreprises et la répartition du travail obligent le missile à franchir les Alpes à plusieurs reprises !
    De surcroît, jusqu’à peu, l’entreprise travaillait en flux tendu et ne constituait pas de stocks afin de réduire les délais de production. Soulignons que pour l’industriel, en règle générale, les approvisionnements représentent environ 50 % d’un cycle de production, l’autre moitié étant consacrée à l’assemblage final réalisé chez le maître d’œuvre. Avant la guerre en Ukraine, ces approvisionnements n’étaient lancés par les fabricants d’armement qu’une fois la commande en poche… Aujourd’hui, Eric Béranger, le patron de MBDA, a annoncé disposer à présent de 80 tonnes d’aciers spéciaux en stock « quand nos besoins annuels sont de 4 à 5 tonnes », ainsi que suffisamment de titane pour produire « plusieurs milliers de missiles », s’il n’y a « pas de pénuries »… Eric Béranger a toutefois noté une « grande tension de la chaîne de fournisseurs et nous voyons des délais s’allonger »…
    Enfin, en plus de la commande de 688 missiles pour la France et l’Italie (contrat évalué autour des 2 milliards), il faut aussi tenir compte du temps nécessaire pour la mise en œuvre d’un vaste transfert de technologies avec le groupe polonais “Polska Grupa Zbrojna“ (PGZ), MBDA devant fournir de nouveaux missiles surface-air qui apporteront à la Pologne un bouclier de défense antiaérienne (Ces contrats étant estimés à 4,6 milliards pour fabriquer en Pologne plus de 1 000 missiles de défense antiaérienne CAMM-ER).

    • vrai_chasseur dit :

      @Roland Desparte
      Les 2 facteurs limitants sont le facteur RH et la capacité de la sous-traitance.
      Un missile comme l’Aster est le fruit d’un assemblage final puis d’une validation d’intégration réalisés par des ouvriers et techniciens hautement spécialisés.
      Si vous voulez gagner 1% sur le taux de réussite de tir (passer, disons, de 98% à 99%) il vous faut doubler les tests finaux d’intégration, leur durée et le nombre de personnels impliqués.
      Les campagnes de recrutement sont très soutenues chez MBDA (2600 collaborateurs / an depuis déjà 2 ans et ça ne va pas ralentir) mais il faut de longs mois pour former des spécialistes missiles aptes à être « lâchés » dans les ateliers.
      MBDA double les surfaces sur ses 3 sites Fr, UK et It pour accueillir ces nouveaux personnels. Ils stockent tout ce qui peut être stocké – mais avec la limite de production des sous-traitants.
      In fine ce sont bien les techniciens humains qui déterminent la valeur absolue maximale de la productivité.
      NB c’est le même sous-traitant qui fournit les ébauches d’acier des tubes de canons Caesar, et les aciers spéciaux des missiles :
      https://www.aubertduval.com/fr/marches/piece-forgee-barres-toles-naval-arme-a-feux-vehicule-blinde-artillerie/missile-fusee-acier-titane-superalliage-tube-laminage-tole-barre/
      Il est donc sous « double pression » de Nexter et MBDA.
      Et ce sous-traitant a failli être vendu à un fond d’investissement étranger …

    • Vinz dit :

      Les lignes de production sont dimensionnées par rapport aux commandes. Ils vont pas produire 1000 missiles /mois pour faire plaisir à un ministre. Show me the money, as usual.

    • Ball trap dit :

      Très intéressant votre post, merci.

    • Franz dit :

      Merci M. Despartes pour ces infos très intéressantes.

  10. Boudloulou. dit :

    Bon, devant l’inspecteur OTAN, scrutant depuis Naples ?….. Le groupe naval -Rule Galica-a peut-être repassé le permis de conduire des ASTER. A la différence d’un pays ami partiellement Francophone et pour la même discipline, cela c’est bien passé…. Ma question en creux, par ailleurs peut-être inutile. Pour des raisons budgétaires et à l’image de ce qui se fait pour les torpilles, ne peut-on pas techniquement créer un type d’ ASTER 15/30″ d’exercice récupérable et réutilisable après révision. Objectif cherché : Multiplier les séances ou campagnes de tirs pour les équipages. Que peut-on en penser ?

    • Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? dit :

       
      Cela S’est bien passé…

  11. sonata dit :

    Je me demande quand même ce qui serait le plus pertinent entre un panachage Aster 15 et 30, ou Mica VL et Aster 30. Les Mica VL ont une portée moindre que la future version des Aster 15, mais on peut théoriquement en empaqueter 4 dans un VLS. A l’heure où l’on revient à des attaques de saturation, la taille de la salve est importante.
    Quelqu’un a une idée des performances comparées (autres que la portée) entre l’Aster 15 et le Mica VL ?

    • HMX dit :

      @sonata
      Pour le moment, le MICA VL n’est pas qualifié « quadpack ». Il faudra pour cela faire évoluer le lanceur Sylver (c’est en cours, Naval Group y travaille), et faire évoluer le missile lui même (ailettes repliables notamment). Rien d’insurmontable, et il est d’ailleurs urgent qu’on passe à l’action sur ces sujets.

    • Fralipolipi dit :

      @Sonata
      VL Mica actuel a une portée monidre de celle de l’Aster 15 actuel.
      Mais le VL Mica NG aura bien une portée très similaire à celle de l’Aster 15 actuel …
      … sauf que la nouvelle version de l’Aster 15 « EC » (Cf posts plus haut) va elle aussi gagner en portée (50% de + environ).
      Donc il faut déjà savoir de quelle version on parle (en lien avec le Planning d’équipement de chacun).
      .
      Et puis, pour le VL Mica, le quad-pack, pas plus que le tri-pack ou duo-pack, en silo n’a jamais encore été mis au point et encore moins proposé, quelle que soit la taille du silo (Sylver A43 ou A50). C’est bien dommage, mais par faute de budget de développement, et ceci n’ayant pas fait parti des priorités, nous avons désormais pris du retard face aux concurrents (ESSM ou CAMM).
      .
      Après, il faut savoir que portée et nombre de missiles ne font pas tout. La vitesse, la manouevrabilité et la qualité du guidage ne sont pas moins essentiels.
      Sur ces 3 points, l’Aster 15 (comme l’Aster 30 dans sa catégorie) est la Rolls Royce : très fortes accélérations et vitesse, manouevrabilité à l’extrême avec le système Pif-Paf assez unique, et un guidage EM qui a été sans faille jusqu’à présent, même en anti-missile (le plus complexe à intercepter) !
      Le VL Mica (comme tous les autres missiles Surface-Air) n’est pas aussi rapide ni agile que l’Aster. Mais par contre il dispose (comme pour les Mica sous les ailes de nos avions de l’AAE) d’une particularité très intéressante, et possiblement très complémentaire aux Aster 15 (et aussi Aster 30).
      Ces VL Mica (ou VL Mica NG dès 2027), peuvent disposer de guidages soit IR, soit EM.
      Dans le cas de guidage IR, ils seraient alors très complémentaires des Aster (à guidage EM).
      .
      Et puis ensuite tout dépend des budgets, nombre de missiles et missions que l’on spécifie au départ dans son CDC.
      Bref, il n’y a pas de réponse toute faite concernant la configuration ou l’équipement idéal.
      Et la bonne réponse peut elle-même évoluer au fil du temps.
      .
      Ce qui est important, c’est bien de pouvoir rapidement faire évoluer (et fiabiliser) nos propres capacités (de développement de nouveaux missiles, mais aussi de leurs silos, et également des radars qui vont les guider).
      Ce pourquoi, pour conserver célérité d’adaptation et fiabilité de mise au point, il est essentiel de faire les choses soi-même et dans leur ensemble,
      ce que nous faisons en France (avec un partenariat heureux avec l’Italie) avec les stés MBDA, Naval Group et Thalès.
      .
      Il n’y aura jamais rien de mieux que le « fait maison » !!! La preuve quand on voit les peines qu’ont les Allemands et Danois avec des missiles US, qui ne posent pourtant pas trop de problèmes à l’US Navy …
      .
      On n’est jamais mieux servi que par soi-même. Donc bravo à nos champions tricolores et espérons qu’il pourront bientôt envisager des duo, tri ou quad-pack en silos pour les VL-Mica … ce serait un plus extraordinaire pour notre MN, mais aussi pour l’Export.
      .
      A date, la marine de l’Egypte a déjà commandé des VL Mica « NG » (en évolution des VL Mica actuels) sur ses Gowind.
      Et j’imagine que la marine des EAU fera rapidement de même sur ses corvettes prochainement livrées par Naval Group (si ce n’est déjà prévu).
      .
      Et on rappellera ici l’intérêt des lanceur VL Mica qui permettent de prolonger l’utilisation des missiles Mica ayant dépassé leurs temps de vol possible (du fait des contraintes de l’emport sous voilure d’un avion de combat, contraintes que l’on ne retrouve ni au sol ni en mer).
      Aujourd’hui, nous rénovons largement nos missiles Mica pour leur re-donner du potentiel pour l’AAE.
      Mais demain nous pourrions avoir l’option de plutôt les ré-aiguiller vers les lanceurs VL Mica de surface de la Marine et ceux de l’AAE qui devraient commencer à être livrés cette année (tout bientôt).

      • Surprise-party dit :

        Le « parti des priorités » ne se présente pas aux prochaine élections européennes, pourtant, avec un tel nom, il pourrait engranger des voix.
        Faire partie des priorités.

      • sonata dit :

        merci pour votre réponse plus que complète !

  12. Le Corse dit :

    Sur quelles cibles, les deux Aster ont été tirés ?

  13. Félix GARCIA dit :

    Georges Malbrunot@Malbrunot
    L’ordre mondial bâti après 1945 est « au bord de la rupture », alerte la secrétaire générale d’Amnesty International, ONG qui publie son rapport annuel sur les droits humains, en critiquant en particulier Israël et les Etats-Unis d’un côté, la Russie et la Chine de l’autre (AFP).
    Du Proche-Orient à l’Ukraine en passant par la Birmanie, le Soudan ou l’Ethiopie, où ont lieu des conflits accompagnés de violations massives des droits humains, « tout ce à quoi nous avons assisté au cours des 12 derniers mois montre que le système international est au bord de la rupture », estime Agnès Callamard auprès de l’AFP.
    « Ces six derniers mois en particulier, les États-Unis ont protégé les autorités israéliennes de tout examen minutieux des multiples violations commises à Gaza », déclare-t-elle.
    « En utilisant leur veto contre un cessez-le-feu indispensable, ils ont vidé de son sens le Conseil de sécurité (des Nations Unies) », accuse la secrétaire générale de l’ONG basée à Londres.
    D’autant qu’en parallèle, « de puissants acteurs » tels que la Russie et la Chine « affichent leur volonté de mettre en péril l’intégralité des règles de 1948 », année charnière dans la construction du système international actuel, avertit-elle dans ce rapport.
    Il documente « les violations flagrantes de la part des forces russes lors de leur invasion à grande échelle de l’Ukraine, et l’usage de la torture et d’autres mauvais traitements envers des prisonniers de guerre ».
    En « protégeant l’armée birmane » en fermant les yeux sur des attaques contre la population en pleine guerre civile, la Chine a également agi à l’encontre du droit international, pointe l’ONG.
    https://twitter.com/Malbrunot/status/1783038806309949668

    Comme le disait le poète : « Monde de merde … »

    « Mes amis ! Je comprends votre colère. Je comprends votre haine. Mais de grâce : méfiez vous du cynisme … méfiez-vous des solutions hâtives ! Ô bien sûr … Je vois bien ce qui vous plait dans le nazisme … d’ailleurs qui pourrait vous jeter la pierre ? Moi-même parfois il m’arrive de me fâcher. Mais êtes-vous sûr qu’il n’y a pas d’autres solutions ? Êtes-vous sûr que les enfants que vous étiez rêvait d’un monde comme celui-là ?! »
    https://www.youtube.com/watch?v=TH8gKRDscyQ

    • Vinz dit :

      Est-ce que vous fâcher fait de vous un fâchiste ? Das ist hier die Frage.

    • Momo dit :

      Est-il question d’un seul pays islamiste dans le rapport d’amnesty?
      Il est de notoriété publique et démontrée par son histoire que c’est une ONG totalement financée et manipulée, notamment par Soros depuis très longtemps, pour casser l’Occident.
      On rappelle que Georges Soros a fait le gros de sa fortune en jouant contre la livre et l’euro dans les années 90 et a de fait généré nombre de faillites de sociétés et les licenciements par centaines de milliers qui en ont découlé. En Europe.
      Après il a été fort déconfit que son pays d’origine, la Hongrie, ne le réclame pas pour qu’il vienne éclairer les Magyars de sa lumière noire alors qu’il s’apprêtait à candidater pour satisfaire son orgueil vénalement boursouflé.
      Et donc il a depuis une sorte de rancoeur qui le tarabuste et le travaillera jusqu’à sa mort, où il n’emportera pas un kopeck.
      Tout en jouant les bons grands-pères auprès des ignares qui ne savent rien du bonhomme, ou seulement ce qu’en dise les média amie$.

      • Trompettes de la renommée, vous êtes bien mal embouchées dit :

        J’ai assisté à une session d’assises, il y a longtemps. Là aussi, un type a essayé de sortir l’argument de la « notoriété publique ». La Cour n’a pas apprécié.
        Pour le reste de votre intervention, Viktor Orban n’aurait pas dit différemment.

  14. Félix GARCIA dit :

    HS Nucléaire (rapport au « Charles ») : « Massive Electrical and Instrumentation Contract Awarded for Hinkley Point C Nuclear Power Project »
    […]
    « GE Steam Power will supply the two conventional power islands for HPC, which include Arabelle steam turbines, generators, and other critical equipment. The Arabelle design produces 2% more power output than a traditional configuration and has a 99.96% reliability rate, with each turbine-generator set capable of producing 1,770 MW of electrical power. »
    […]
    https://www.powermag.com/massive-electrical-and-instrumentation-contract-awarded-for-hinkley-point-c-nuclear-power-project/

    C’est n’est pas leur turbine ! RENDEZ-NOUS NOS TURBINES !!!
    Tant qu’ils ne nous les ont pas rendu, je ne les considère plus comme des alliés possibles (nous voler nos turbines ! c’est quasiment un casus belli !).
    Si ça n’avance pas et qu’on ne récupère pas nos turbines, il va nous falloir tout revoir. Tout. Absolument tout.

    • Vinz dit :

      Ils ont acheté ces turbines, pas volé. Cela signifie qu’il y a soit vendeur, soit vendu.

      • Félix GARCIA dit :

        M’en contrefous. C’est la propriété de la France et des Français. Un bien commun et public des Français. Pas d’Alstom, des politiciens français ou des Étasuniens.
        S’ils ne nous les rendent pas, alors nous devrons en prendre acte et agir en conséquence.
        Mais aussi, sortir de l’OMC afin d’exploiter sans vergogne NOS turbines, etc, etc … et envoyer voir ailleurs si on y est quiconque y trouverait à redire.

        • vrai_chasseur dit :

          @FG
          GE les rend à EDF.
          La présence du russe Rosatom comme plus gros client mondial de ces turbines et actionnaire de la JV sur Arabelle, complique encore plus ce dossier mal négocié où tout a été pris à l’envers dès le départ.

          cf article, d’opinion, mais très bien documenté sur le sujet :
          http://lvsl.fr/rachat-des-turbines-arabelle-la-soumission-francaise-aux-etats-unis-continue/

          • Roland Desparte dit :

            Merci pour le lien. Instructif !

          • Félix GARCIA dit :

            En l’état actuel des choses, ils vont surtout virer ROSATOM des clients tout en gardant les turbines !

            Il ne devrait y avoir que 3 sujets de discussions en France : nos turbines, les Crédits Carbone (et la « Neutralité Carbone »), et la poussée fédéraliste des européistes.
            Tout le reste est accessoire.

          • Humpfff dit :

            Félix et ses fixettes…

      • Fralipolipi dit :

        @Vinz
        « Ils ont acheté ces turbines, pas volé. »
        Pas volé, certes … Mais on peut aussi dire que la vente par Alstom à l’époque avait qd même été largement « forcée » par l’épée de Damoclès que faisait planer la justice US sur la tête des dirigeants d’Alstom de l’époque, justice US jouant à bon compte des ses prérogatives d’extra-territorialité … de manière très contestable (c’est un autre sujet).
        Donc Vol, non, vu qu’ils ont payé une certaine somme.
        Mais vente forcée, et avec prix de cession en partie calculé et imposé par l’acheteur, oui sans aucun doute.
        Sur ce coup là, les US n’ont pas été que de sympathiques alliés et camarades. Ils nous ont plutôt tordu le bras (pour rester poli).
        PS : pour tous les zèbres ici (et il y en a) qui taxent n’importe qui d’être anti US à la première critique ou au 1er constat peu élogieux envers les US, je précise que je suis, ai toujours été et resterait sans doute encore longtemps pro-US.
        … c’est juste que pour pouvoir continuer à se dire bons amis, il faut naturellement savoir éviter ce genre de « coup bas » (un peu comme celui d’AUKUS par ailleurs).

        • Momo dit :

          Les forces militaires US et Françaises ont réellement une base d’amitié et de respect mutuel depuis des dizaines d’années.
          Ce n’est absolument pas le cas des financiers et des politiciens, spécialement les démocrates, qui ont tendance à mépriser tout le monde et notamment ceux qui ne sont pas entièrement d’accord avec eux, en permanence.
          C’est évidemment la raison pour laquelle nos amis américains sont particulièrement aimés dans le monde et aussi une des premières raisons pour lesquelles nous constatons tous combien le monde est devenu meilleur depuis que Biden est au pouvoir (même s’il ne dirige plus le pays en réalité).
          Le réaliser et le dire n’empêche pas d’apprécier énormément les US et ne donne aucun point favorables à la Russie, la Chine, l’Iran, etc…

          • Mouais dit :

            Parce que vous pensez vraiment que le monde aurait tourné plus rond si Trump avait été réélu ?

        • PK dit :

          « Mais vente forcée, et avec prix de cession en partie calculé et imposé par l’acheteur, oui sans aucun doute. »

          Ça s’appelle du vol dans n’importe quel cour de justice. Sinon, je vous achète votre Ferrari 5 € en vous tenant par les c… et je qualifie cela en vente amicale, légèrement contrainte, sous l’effet d’un argument un peu persuasif.

          Au fait, quel est le génial ministre qui a autorisé cette ubuesque vente ? Je ne me souviens plus déjà… Cela doit être un grand génie, ou au moins un Mozart de la négociation pour avoir permis cela…

          • Tout cela reste entre nous dit :

            Vous aussi, vous lui donnez rendez-vous dans votre onirisme débridé ?

  15. Félix GARCIA dit :

    À moins qu’il y ait des percées en aérodynamique (hypersonique partout), les ACULEUS, MISTRAL, MICA, ASTER et AQUILA seront efficaces et pertinents durant l’ensemble du 21ème siècle.
    En avant toute !

  16. Vinz dit :

    Visiblement on veut s’épargner les déboires de la marine danoise.
    « Tout d’abord, ils n’attendent pas pour apprendre à faire usage de leurs armes que la guerre les y oblige : on ne les voit point se croiser les bras durant la paix pour ne les remuer qu’à l’heure du danger. Bien au contraire, comme s’ils étaient nés les armes à la main, ils ne cessent point de s’y exercer sans attendre l’occasion de s’en servir. »
     » On pourrait dire de leurs exercices que ce sont des combats sans effusion de sang, et de leurs combats que ce sont des exercices sanglants. »
    Elles semblent bénéficier d’une bonne configuration ces frégates Horizon. Mais. Pas de système AA courte portée hormis le 76mm ? j’espère donc qu’ils en ont profité aussi pour brûler une bonne quantité de munitions 76mm.
    Est-ce qu’elle a été équipée du Paseo ? (j’imagine que oui).

  17. Félix GARCIA dit :

    Marine nationale@MarineNationale
    GrandNord | Après 71 jours, la FREMM Normandie est de retour à quai. Au cours de son déploiement dans le Grand nord, elle s’est illustrée aux côtés de 9 nations partenaires notamment dans la lutte anti-sous-marine. 7 sous-marins et 1 porte-avions fictivement « accrochés ».
    https://twitter.com/MarineNationale/status/1783039423854117217/photo/1

    • Momo dit :

      Merci.
      Peut-être faudrait-il préciser aux marins d’eau douce comme « john » que non! ce n’est pas la Marne le PA accroché…
      Le pauvre risque d’être perdu.

  18. Carin dit :

    Nos gars ont l’habitude de pratiquer les séquences de tirs jusqu’au point feu, (qu’ils ne touchent jamais)…
    Le tir réel c’est voir ce qu’il se passe après, y compris le suivi du missile et les corrections a lui apporter en temps réel, avec le stress qui va avec… jusqu’à l’impact, qui peut se faire plusieurs minutes après le tir.
    Le tir réel c’est aussi un non fonctionnement de la séquence de tir (deja vu), ou le long feu du missile dans son logement, voire l’explosion des l’éjection (vu dernièrement sur les obus de 76mm d’un bateau ami), le tout sous ce stress très spécifique qui arrive en appuyant sur le bouton de mise à feu, et qui quelle que soit notre habitude à engager ces séquences, est très déstabilisant, et fait perdre une partie des réflexes conditionnés et largement révisés sur simulateurs.
    Le tir réel est en ce sens plus que nécessaire, et quelques marines alliées viennent d’en prendre presque dramatiquement conscience.
    Cela fait quelques années maintenant que nos armées pratiquent le tir réel de missiles divers, et autres grosses pièces telles les torpilles et les M51-3. (qu’à l’entraînement pour ces derniers produits), ce qui donne sur un vrai terrain, l’excellence des réflexes de nos gars, qui maîtrisent le stress du tir mieux que nos copains, et leurs permet même d’engager et détruire plusieurs cibles en même temps (vu dernièrement par l’équipage d’une FREMM). Et je ne doute pas que tout l’arsenal courte portée et les divers servants, était en batterie, prêt à ouvrir le feu en cas d’échec d’interception.
    Sans compter qu’une séquence feu, est précédée, par une apparition sur radar de divers produits, qu’il faut identifier, interroger (IFF), déterminer la vitesse et altitude avant de choisir le produit adapté pour chacun, le mettre en batterie, designer à chacun sa cible, et ouvrir le feu, puis suivre et renseigner (pour les missiles) jusqu’à l’impact… c’est assez long, complexe, et ne souffre aucun grain de sable.
    Je pense qu’au plaisir de faire partie de l’équipage d’une FREMM, il faut rajouter qu’aujourd’hui nos gars sont plein de fierté envers ces bateaux, (et eux-mêmes),et les divers matériels qui sont à bord, jusqu’à une 12,7mm qui a craché le feu et fait mouche sans problème.
    Comme l’a un jour dit le président actuel:
    « France is back ».

  19. Roland Desparte dit :

    Je n’ai pas trouvé de réelle étude concernant le système « SYLVER » (pour “SYstème de Lancement VERtical“).
    La littérature disponible à ce propos est maigre.
    Lors d’une Question écrite (N° 11512 du 07/10/2018) de M. Franck Marlin (Les Républicains – Essonne ) au Ministère des Armées, celui-ci note que « il n’est pas encore possible de recharger les silos à la mer, mais seulement au port ou sur un plan d’eau bien abrité. »
    Selon une note de la DGA (date ignorée) : “pour recharger un silo d’ASTER, il faut nécessairement repasser dans un port doté de moyens de levage idoines“ (Un ASTER 15 pèse 310kg et un ASTER 30 pèse 450kg).
    A Toulon, le retour de mission en mer Rouge de la Frégate multi-missions (FREMM) « Languedoc », le 7 mars 2024, après 7 mois de déploiement opérationnel et le tir de missiles ASTER, a permis de recharger les « SYLVER » (Source, Mer & Marine, je crois).
    Ceci car le lanceur SYLVER est aussi la soute à missiles. Il n’y a donc pas de recharge possible. Le navire n’a d’ailleurs pas de soute complémentaire pour le stockage des missiles adaptés au SYLVER.
    Pour ceux qui ne connaissent pas (les autres peuvent sauter 3 paragraphes…), le système « SYLVER » c’est comme une grosse boite métallique encastrée sous le pont du navire ; cette boite contient (4, 8, 16, 32) racks d’un même gabarit, et chaque rack forme un silo (ou tubes de lancement, cellule de lancement) dans lequel un missile a été positionné verticalement par une grue. Lors du tir d’un missile, sur le pont une trappe s’ouvre, et le missile sort de sa cellule ainsi que les gaz produits par la mise à feu. En cas d’attaque par saturation, lors d’un essai avec un SYLVER contenant 8 missiles, les 8 missiles ont été tirés en 10 secondes.
    Les silos (60 cm x 56 cm) ont une hauteur de 4,30m à 7m ((SYLVER A35, A43, A50, A70), selon la longueur du type de missile pouvant être accueilli : ASTER 15, ASTER 30, SCALP naval, MdCN (missile de croisière naval), CROTALE-NG, VL-MICA (« Vertical Launch-Missile d’Interception de Combat et d’Auto-défense ».
    Mer & Marine rapporte que dans un port étranger un missile de croisière naval (MdCN) a été “chargé“ à bord de la FREMM Normandie (en escale à La Sude, en Crète). « L’arme a été transportée depuis la France par un avion de transport militaire A400M puis conduite par convoi spécial jusqu’au quai où était amarré le bâtiment. De là, une grue a manutentionné le missile pour l’installer dans l’une des 16 cellules des deux lanceurs verticaux SYLVER A70 conçus pour accueillir des MdCN ».
    Les capacités de réplique des bâtiments de la marine française sont donc limitées et handicapées, surtout en cas d’une importante attaque par saturation.
    Cependant, NavalGroup étudierait un nouveau type de SYLVER, le SYLVER Mk2, qui devrait permettre d’accueillir indifféremment plusieurs types de missiles, dont le MICA-NG qui a à peu près les mêmes capacités que l’ASTER 15, mais avec la caractéristique d’être moins long et moins cher que l’ASTER 15. De ce fait, au lieu d’un SYLVER contenant 8 ASTER 15, celui-ci serait doté de 16 VL MICA-NG, pour un prix inférieur
    L’emploi d’un intercepteur à coût réduit, de type MICA-NG présente un intérêt certain, financier en particulier. En ce sens, les britanniques vont remplacer les ASTER 15 des frégates Type 23 et Type 26 de la Royal Navy, par un nouveau système dit « SEA CEPTOR » qui mettra en œuvre le missile « CAMM » (pour « Common Anti-Air Modular Missile ») qui est La version britannique du VL-MICA, et qui fonctionnera également à partir des lanceurs SYLVER. Les deux systèmes et missiles étant produits par MBDA.
    Cependant, la nouvelle version de l’ASTER 15 dite “EC“ (pour “Enhanced Capabilities“) reste supérieure, en particulier face aux nouvelles menaces de types hypersoniques et en raison de sa portée nettement accrue (>60km).
    Alors, en cas d’attaque par saturation, MICA-NG ou ASTER 15 EC ? ou tout simplement (vu nos moyens…) des Gatling avec acquisition de cibles et projectiles à fragmentation…

    • Fralipolipi dit :

      @Roland Departe
      « MICA-NG ou ASTER 15 EC ? »
      … de prime abord je dirais que ces 2 missiles sont un peu trop voisins pour avoir des chances de se retrouver tous deux à bord d’un même bâtiment.
      Je pense plutôt que soit on optera pour du Aster 30 (Block1 et Block1NT – bande Ku et band Ka, car c’est complémentaire) avec des VL Mica NG « IR », notamment à bord de nos frégates de Défense aérienne spécialisée (FDA Forbin et Fremm DA).
      et pour les 6 autres frégates Fremm (spécialisées ASM), on pourrait opter pour du Aster 15 EC + Mistral 3 (pour la bas de spectre), sachant que 2 d’entre elles ont déjà des Sylver A50 pour éventuellement embarquer des Aster 30 au lieu d’Aster 15.
      .
      Se pose alors la question pour la FDI, qui a trop peu de silos verticaux (16). Il lui en faudrait au moins le double, surtout qu’elle disposera du meilleur radar de toute la flotte … une telle plateforme totalement sous-armée, c’est un peu du gâchis … surtout qu’en cas de conflit symétrique, les FDI (du fait de leur radar) constitueront une cible importante.
      La bascule vers 32 silos est nécessaire …
      .
      Et pour toutes les frégates du canon Sea Fire de 40mm (sur hangar hélico) en plus du canon principal de 76mm en proue, les deux avec une conduite de tir aidée par le nouveau Paseo XLR de Safran
      https://meta-defense.fr/2024/03/13/paseo-xlr-fregate-alsace-drones-houthis/
      .
      En tous les cas, ce qui compte, c’est que nous restions concepteurs et fabricants de tous ces systèmes – missile, silos et radars (avec Naval Group MBDA et Thalès) sans avoir besoin de se fournir auprès des US, Israël ou autres.
      La maîtrise, la fiabilisation et l’optimisation de l’efficacité de ces armements n’en seront que meilleurs.

  20. Muffat dit :

    Commentaire d’un retraité qui a effectué, il y a 60 ans, 16 mois de service militaire…. :
    Je m’intéresse maintenant à toutes vos informations et à toutes vos discussions. Cela est normal compte tenu de la situation NATIONALE (dette faramineuse que la France, et nous tous, allons laisser à notre descendance) et INTERNATIONALE (guerres en Ukraine, au Moyen Orient, Gaza, Israël, Iran , ainsi que le « problème » de Formose/Taïwan, etc.).
    Si l’on considère l’état actuel del’Europe, celle de Bruxelles, et de l’OTAN, qui existent depuis plus de 25 ou 35 ans ! , il est absolument nécessaire MAINTENANT de nous préparer à la guerre. De nous y préparer nous, les français en priorité, et immédiatement, sans compter sur une protection américaine (Que vas décider Mr Trump s’il est élu ? Le sait-il lui même ?)
    Je souhaite donc que nous puissions dès que possible disposer de 6 sous-marins nucléaires, d’une aviation 3 à 4 fois plus nombreuse (qui tienne compte des possibilités des drones), de DEUX porte-avions opérationnels, etc., etc. Et de suffisamment de munitions : il parait que dans beaucoup de domaines nous avons pour 3 jours, ou pour une semaine de réserve, ce qui est RIDICULE. Même nos fusils sont étrangers !
    Il faut en ce moment ne compter que sur NOUS, que sur notre effort. Et notre actuel gouvernement ne fait pas OU NE V EUT PAS FAIRE ce qui est nécessaire face à cette nouvelle situation mondiale.

  21. Félix GARCIA dit :

    HS Porte-aéronefs turc : « New details about Turkiye’s future aircraft carrier »
    On April 25, 2024, Turkish Navy’s Istanbul Naval Shipyard opened its gates to inform the press about the latest developments in various naval projects. The most intriguing one is undoubtedly the future aircraft carrier.
    https://www.navalnews.com/naval-news/2024/04/new-details-about-turkiyes-future-aircraft-carrier/

    • Fralipolipi dit :

      @Felix
      Parler de « future aircraft carrier », c’est bien.
      Mais pour être plus précis, il faudrait parler ici de « VERY LIGHT aircraft carrier »,
      car un PA de si petite taille sans catapulte ne va pouvoir mettre en l’air que des drones assez légers ne pouvant transporter que du léger (surtout en armements) , et pas bien loin non plus (sauf si en mission kamizaze peut-être, sans prévoir de vol retour ?…).
      .
      La Turquie ne dominera pas les mers avec cela, mais c’est sans doute un outils pouvant apporter un certain niveau de nuisance à un adversaire potentiel … en conflit asymétrique.
      L’usage en serait donc assez limité s’il ne peut pas s’adosser à du plus costaud.

  22. Félix GARCIA dit :

    Direction générale de l’armement @DGA
    [ASTER ] Succès du double tir PA_CDG & FDA

    Le centre d’expertise et d’essais DGA Essais de missiles DGAEM a conduit un double tir d’entraînement de missile de défense aérienne au profit de la Marine Nationale —>
    https://twitter.com/DGA/status/1783446819856367874

  23. Boudloulou dit :

    Pour l’idéal notons ici, comme pour toute défense sol-air moderne, une noble activité s’il en est, qu’il existe des contre-mesures actives visant à effacer d’aimables et originales contestations pacifiques exprimées « au fil de l’eau » .