nations unies / Archives

ONU : Un projet de résolution réclame des « mesures » contre l’Iran pour la violation de l’embargo sur les armes au Yémen

Dans les années 2000, les forces armées yéménites disposaient d’au moins 18 missiles SS-1 Scud B et de 90 autres engins de type Hwasong-6 (Scud-C) acquis auprès de la Corée du Nord. Quand, en 2014, les rebelles chiites Houthis s’allièrent aux partisans du président déchu Ali Abdallah Saleh pour renverser le président en exercice, Abdrabbo

Un rapport prône une posture plus offensive pour les opérations de maintien de la paix de l’ONU

« Les Nations unies et les pays contributeurs de troupes [pour les opérations de maintien de la paix] doivent s’adapter à une nouvelle réalité : le casque bleu et le drapeau de l’ONU n’offrent plus de protection naturelle », constate un rapport publié le 15 janvier [.pdf]. Cela étant, lors des périodes 1960-1962 et 1992-1996 (avec 84

La France lance un groupe d’enquête sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie

Depuis novembre, le Joint Investigative Mechanism (JIM), c’est à dire le groupe d’experts des Nations unies et de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) chargé d’enquêter sur l’usage d’armes chimiques en Syrie, n’a plus de mandat pour continuer ses activités, la Russie s’y étant opposée après la publication d’un rapport pointant la responsabilité de

Selon les Nations unies, l’Iran a bien violé l’embargo sur les armes au Yémen

Dans un rapport de près de 80 pages remis au Conseil de sécurité, les experts des Nations unies chargés de contrôler l’embargo sur les armes imposé depuis 2015 au Yémen ont conclu que l’Iran a bien fourni des équipements militaires aux rebelles Houthis, lesquels contestent l’autorité du président Abdrabbo Mansour Hadi, soutenu par une coalition

La Russie a été autorisée par l’ONU à livrer des armes à la Centrafrique

Il y a quelques jours, au Conseil de sécurité des Nations unies, la Russie a renouvelé une demande d’exemption à l’embargo sur les armes imposé à la Centrafrique afin de pouvoir équiper deux bataillons des Forces armées centrafricaines (FACa). Cette requête russe avait été mise sous « procédure de silence », laquelle permet d’obtenir un avis favorable

Le Conseil de sécurité de l’ONU adopte une résolution pour appuyer la Force conjointe du G5 Sahel

Il y a encore quelques semaines, et pour des raisons essentiellement financières, les États-Unis s’opposaient à une implication de l’ONU dans la mise en place de la Force conjointe du G5 Sahel (Mauritanie, Tchad, Mali, Niger et Burkina Faso), soutenue par la France afin de traquer les groupes jihadistes dans la bande sahélo-saharienne (BSS). D’où

La France va demander une aide logistique de l’ONU en faveur de la Force conjointe du G5 Sahel

En juin dernier, à la demande de la France, le Conseil de sécurité des Nations unies adopta une résolution pour affirmer son soutien à la Force conjointe du G5 Sahel (Niger, Mali, Tchad, Mauritanie et Burkina Faso), appelée à conduire des opérations anti-terroristes dans la bande sahélo-saharienne (BSS). Mais ce n’était qu’un minimum. En effet,

Le Brésil envisage d’envoyer 750 soldats en Centrafrique

Dans son dernier rapport sur la situation en Centrafrique, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, avait estimé qu’il fallait augmenter les effectifs militaires de la MINUSCA [Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation de la République centrafricaine, ndlr] à hauteur de 900 hommes supplémentaires. « Toutes les capacités militaires [de la MINUSCA] sont

Le Canada va mettre une force de réaction rapide à la disposition des Nations unies

En août 2016, Ottawa annonçait un « Programme pour la stabilisation et les opérations de paix » (PSOP) qui, doté d’un budget de 450 millions de dollars canadiens sur trois ans, devait permettre d’affecter 600 soldats et des moyens militaires dans les opérations de maintien de la paix menée par les Nations unies. Il s’agissait aussi pour

Le secrétaire général de l’ONU plaide pour un soutien accru à la Force du G5 Sahel

Il y a quelques jours, N’Djamena a revu son dispositif militaire en retirant des troupes du Niger, où elles combattaient le groupe jihadiste nigérian Boko Haram, pour les redéployer dans le nord du Tchad, précisément dans la région de Wour (massif du Tibesti). « Nous avons déployé nos forces en profondeur dans le cadre du G5