MINUSCA / Archives

Centrafrique : Deux Mirage 2000 français ont fourni un appui aérien à la mission des Nations unies à Bambari

Contrariés par le déploiement des Forces armées centrafricaines [FACa] dans des régions où ils tirent profit de l’exploitation des ressources naturelles, au moins deux groupes armés de l’ex-coalition rebelle de la Séléka, à savoir le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique [FPRC] et l’Union pour la paix en Centrafrique [UPC] sont passés à

Des combats entre les forces armées centrafricaines et des groupes armés de l’ex-Séléka signalés près d’une ville minière

En 2018, des unités des Forces armées centrafricaines [FACa], le plus souvent accompagnées par des instructeurs russes, ont été redéployées dans plusieurs localités du pays afin de contrer les groupes armés issus de l’ex-coalition rebelle de la Séléka et les mouvements anti-balaka. Évidemment, ces derniers voient d’un très mauvais oeil l’arrivée des FACa dans la

Le mandat de la mission des Nations unies en Centrafrique prolongé d’un mois seulement

Normalement, le 15 novembre, le mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation de la République centrafricaine [MINUSCA] aurait dû être prolongé d’un an supplémentaire par le Conseil de sécurité de l’ONU. Mais c’était sans compter sur les différends entre Paris et Moscou au sujet de ce dossier. Depuis qu’elle a

La Centrafrique et la Russie renforcent leur coopération militaire

Depuis qu’elle a obtenu une dérogation de la part du Conseil de sécurité des Nations unies à l’embargo sur les armes appliqué à la Centrafrique, la Russie ne cesse de renforcer son influence à Bangui, avec l’envoi de 170 instructeurs « militaires civils », dont la mission est de former les forces armées centrafricaines (FACa). En outre,

La France s’oppose à des livraisons d’armes chinoises à la Centrafrique

En décembre 2017, au Conseil de sécurité des Nations unies, la France ne s’était finalement pas opposée à une demande d’exemption sur l’embargo sur les armes appliqué à la Centrafrique formulée par la Russie. Toutefois, à l’instar des États-Unis et du Royaume-Uni, elle avait exprimé quelques réserves. Ces dernères furent levées quand la partie russe

Centrafrique : Deux Mirage 2000D ont survolé Kaga Bandoro pour dissuader des groupes armés

À nouveau, la Centrafrique est au bord de connaître des affrontements intercommunautaires, comme en 2013. Le 1er mai dernier, l’église de Fatima a été attaquée par des hommes armés venus du quartier du musulman PK5 alors qu’une messe y était célébrée. Bilan : un dizaine de tués, dont un abbé respecté par les communautés chrétiennes

La Russie cherche à étendre son influence en Centrafrique

Malgré la présence de près de 13.000 Casques bleus de la MINUSCA [Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation de la Répulique centrafricaine, ndlr], le contexte sécuritaire demeure tendu en Centrafrique. Ainsi, le 10 avril, et pour la première fois depuis 2016, une vingtaine de personnes ont été tuées lors d’affrontements entre une

La Mission des Nations unies en Centrafrique déplore un tué et plusieurs blessés lors d’une attaque à Tagbara

Parce que son contrôle permet de verrouiller la Centrafrique et d’exploiter les mines d’or et de diamant tout en prélevant une dîme sur le commerce, la région de Bambari est stratégique. Et c’est pour cela que plusieurs groupes armés, aux alliances mouvantes, y tentent d’imposer leur loi et que la MINUSCA [Mission multidimensionnelle intégrée des

Centrafrique : Le Haut-Commissariat aux réfugiés dénonce la dérive sectaire d’un groupe armé musulman

Le Mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC), dirigé par Mahamat al-Khatim, est un groupe armé qui fit partie de l’ex-coalition rebelle de la Séléka, avant de rejoindre le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) du chef de guerre Noureddine Adam, qu’il a récemment quitté. Composé essentiellement de combattants musulmans, le MPC affronte

La France veut plus d’informations sur le projet russe de livrer des armes aux forces centrafricaines

Visiblement, le sort de la Centrafrique préoccupe la Russie. Le 12 novembre, Moscou a en effet demandé au Conseil de sécurité des Nations unies une exemption à l’embargo sur les armes imposés à ce pays depuis 2013 afin d’équiper deux bataillons des Forces armées centrafricaines (FACa) en cours de formation. D’après le plan russe, une