Marine Nationale / Archives

Safran va développer un nouveau système de navigation pour les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins

Alors que, le mois dernier, le sous-marin nucléaire lanceur d’engins « Le Téméraire » est entré au bassin n°8 de la base navale de Brest pour y subir une IPER/Adaptation (*) au missile balistique mer-sol M-51, Safran Electronics & Defense a indiqué, ce 9 janvier, que la Direction générale de l’armement (DGA) lui a notifié un contrat

La Marine nationale va recevoir 29 nouveaux remorqueurs

Pour accompagner les navires de surface et les sous-marins au moment de leur appareillage ou de leur accostage, il faut des bâtiments spécialisés, comme les remorqueurs-pousseurs. D’où l’appel d’offres publié en décembre 2015 par la Direction générale de l’Armement (DGA) pour le compte de la Marine nationale. Plus d’un an plus tard, ce marché a

En 2016, les sous-marins nucléaires d’attaque français ont passé 1.000 jours en mer

Ces dernières années, la disponibilité des six sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) de la classe Rubis en service au sein de la Marine nationale, faisait débat, d’autant plus que ces navires commençaient alors à ressentir les effets de leur âge. « Si ces SNA ont été prévus pour durer 20 ans, le Rubis en aura 38 quand

La frégate de taille intermédiaire pourra évoluer afin de mettre en oeuvre des missiles de croisière

La Loi de programmation militaire 2014-2019 actualisée a réduit la commande de frégates multimissions (FREMM) à 8 exemplaires et prévu l’acquisition de 5 frégates de taille intermédiaire (FTI), qui seront des navires moins imposants (de l’ordre de 4.000 tonnes) et sans doute plus facilement exportables. Seulement, comme l’a souligné Patrick Boissier, le président du groupement

Première intervention pour le patrouilleur léger guyanais « La Confiance »

Le 22 novembre, le patrouilleur léger guyanais (PLG) « La Confiance », avec 24 marins à bord, a quitté Brest pour rejoindre son Dégrad des Cannes, son futur port-base, en Guayne. Mais le navire n’est pas encore arrivé à destination qu’il a déjà réalisé sa première mission. Vers 21h30, le 3 décembre, le Joint Rescue Coordination Center

Début des travaux visant à adapter le sous-marin nucléaire « Le Téméraire » au missile M-51

Après « Le Vigilant » et « Le Triomphant », c’est désormais au tour du sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) « Le Téméraire » de prendre le chemin du bassin 8 de la Base navale de Brest pour y subir une IPER/Adaptation (*) au missile M-51 pendant près d’un an et demi, sous la maîtrise d’ouvrage conjointe de la Direction générale

Le sous-marin nucléaire d’attaque « Rubis » jouera les prolongations au moins jusqu’en juillet 2017

Initialement, le sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) « Rubis » aurait dû rejoindre Cherbourg au début de l’année prochaine afin d’attendre d’y être « déconstruit ». Et cela, après 33 ans de service, ce qui est déjà important pour un navire de ce type. Dans le même temps, le SNA « Suffren » (ou classe Barracuda) aurait dû le remplacer étant donné

Amiral Prazuck : En envoyant des sous-marins près des côtes françaises, Moscou « affirme sa puissance »

Ce 5 décembre, le chef d’état-major de la Marine nationale (CEMM), l’amiral Christophe Prazuck, est revenu sur les propos récemment tenus par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, selon qui les incursions de sous-marins russes dans le golfe de Gascogne défiaient « nos capacité de patrouille maritime ». Ainsi, pour l’amiral Prazuck, ces incursions sont

La Marine veut faire preuve « d’inventivité administrative » en faveur de son personnel féminin

Les tenants de la « théorie » du genre (qui n’existe pas, selon les universitaires, qui parlent d’ »études sur le genre ») ne devraient pas apprécier les propos de l’amiral Christophe Prazuck, le chef d’état-major de la Marine nationale (CEMM). Interrogé sur le taux de féminisation de la Marine lors d’une audition devant la commission sénatoriale des Affaires

La Marine a passé un pacte de « non agression » avec le secteur privé pour garder ses spécialistes

Gérer le personnel de la Marine nationale est un exercice à la fois compliqué et délicat. Sur un navire, il faut « rassembler le plus grand nombre de compétences dans l’équipage le plus petit possible », a résumé l’amiral Christophe Prazuck, son chef d’état-major (CEMM), lors d’une audition au Sénat. En outre, et contrairement à la gestion