coalition / Archives

Le Pentagone met en garde contre une « résurgence » de Daesh en Syrie

Même s’il a perdu 98% des territoires qu’il contrôlait depuis 2014, l’État islamique (EI ou Daesh), dont on a aucune certitude sur le sort de son chef, Abou Bakr al-Baghdadi, n’a pas encore été totalement éradiqué. Cela vaut pour l’Irak, où redevenu clandestin, il est passé en mode « insurrectionnel », comme pour la Syrie. Ainsi, d’après

Frappes en Syrie : La France a assuré la direction tactique des opérations aériennes

Lors de la conférence de presse qu’il a donnée, avec la ministre des Armées, Florence Parly, pour donner le bilan des frappes contre le programme chimique syrien [opération Hamilton], le chef d’état-major des armées, le général François Lecointre, a souligné le défi qu’il a fallu relever pour coordonner un raid à la fois inter-alliés (France,

Syrie/Kurdes : L’armée américaine aurait envoyé des renforts à Manbij

Libérée du joug de l’État islamique (EI ou Daesh) en 2016 par les Forces démocratiques syriennes (FDS), avec le soutien de la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis, la région de Manbij, située dans le nord de la Syrie, cristallise toutes les tensions. Dès que cette ville a été conquise par les FDS, dont font

La France n’entend pas lancer d’opération militaire dans le nord de la Syrie en dehors de la coalition anti-EI

Le communiqué diffusé par l’Élysée, après la rencontre du président Macron avec une délégation des Forces démocratiques syriennes (FDS) comprenant des représentants kurdes, arabes et chrétiens, n’évoque pas un renforcement militaire dans le nord de la Syrie à Manbij afin d’empêcher l’offensive que le président turc, Recep Tayyip Erdogan, ne cesse de promettre. Le texte

Syrie : Un nouvel accrochage entre la coalition anti-EI et les forces pro-Assad évité de justesse

En février, avec des frappes aériennes effectuées par des avions américains, la coalition anti-EI dirigée par les États-Unis est intervenue pour stopper l’avancée de forces pro-Assad (dont des mercenaires russes) vers la localité de Kusham qui, contrôlée par les Forces démocratiques syriennes (FDS), est située sur la rive orientale de l’Euphrate, dans la province de

Yémen : Les rebelles Houthis ont tiré une salve de 7 missiles en direction de l’Arabie Saoudite

Le 26 mars 2015, l’Arabie Saoudite prenait la tête d’une coalition arabe pour intervenir au Yémen, afin d’y soutenir les forces loyales au président Abdrabbo Mansour Hadi, alors aux prises avec les rebelles Houthis, soutenus par l’Iran et alliés aux partisans de l’ex-président Saleh. Trois ans plus tard, ce conflit a fait environ 10.000 tués

La Turquie demande aux États-Unis d’empêcher le redéploiement des forces kurdes vers Afrin

Récemment, le Pentagone a annoncé une « pause » dans les opérations terrestres menées en Syrie contre les dernières positions tenues par l’État islamique dans la vallée de l’Euphrate, près de la frontière avec l’Irak. Et cela en raison de l’offensive turque, appelée « Rameau d’Olivier », dans le canton d’Afrin, contrôlé par les milices kurdes syriennes (YPG), lesquelles

L’offensive turque à Afrin contraint les Forces démocratiques syriennes à suspendre leurs opérations contre l’EI

La résolution 2401 votée à l’unanimité par le Conseil de sécurité des Nations unies afin d’obtenir un cessez-le-feu en Syrie (trêve qui ne concerne pas les groupes jihadistes) n’a pas produit les effets espérés. En effet, le régime syrien, appuyé par l’Iran et la Russie, continue son offensive contre les rebelles qui conrôlent la région

Armement : Mme Parly s’interroge au sujet des effets de l’accord gouvernemental allemand sur les coopérations industrielles

Selon plusieurs articles parus récemment dans la presse, et en vertu de leur réglementation ITAR (International trafic in arms regulations), les États-Unis bloqueraient actuellement la vente de missiles de croisières SCALP à l’Égypte, et donc celle d’un lot de 12 avions Rafale supplémentaires. En cause? Une puce électronique de facture américaine qui n’a pas été

Des sénateurs américains veulent un débat sur l’implication militaire des États-Unis au Yémen

En 2017, les forces américaines ont effectué pas moins de 131 raids aériens au Yémen, notamment avec des drones MQ-9 Reaper. Et il faut y ajouter plusieurs opérations ponctuelles menées par des unités de l’USSOCOM (Special Operations Command) contre al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA). Et au cours de l’une d’entre-elles, l’un des leurs, un