CEMA / Archives

Le général Lecointre s’oppose à l’idée de faire supporter aux seules armées la totalité du coût des opérations extérieures

Lors d’une étape du Tour de France, juste après l’annonce de la démission du général Pierre de Villiers, le président Macron avait dit ceci, à propos du général François Lecointre, le nouveau chef d’état-major des armées (CEMA) : « Il aura non pas un budget à défendre, parce que ce n’est pas le rôle du chef

Pour le général Lecointre, il est « impératif » de redonner de la marge aux armées françaises

Le premier discours public du général François Lecointre, le chef d’état-major des armées (CEMA) était très attendu, surtout après le « recadrage » par le président Macron de son prédécesseur, le général Pierre de Villiers, lequel a fini par démissionner de ses fonctions. Un fait sans précédent dans l’histoire de la Ve République. Après avoir décidé d’annuler

Voilà ce qu’a dit le général de Villiers lors de son audition par les députés de la commission de la Défense

Que n’a-t-on pas lu et entendu après le « recadrage » du général de Villiers, alors chef d’état-major des armées (CEMA) par le président Macron! On a vu des éditorialistes, prendre l’air docte en rappelant que, dans notre République, les « armes cèdent à la toge » (sans pour autant le dire en latin – Cedant arma togae –

Le nouveau chef d’état-major des armées rend un hommage appuyé au général Pierre de Villiers

Un jour avant l’annonce faite par Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des Comptes publics, au sujet de l’effort de 850 millions d’euros demandé aux Armées, le général Pierre de Villiers, alors chef d’état-major des armées, avait donné un entretien au magazine spécialisé DSI. Après avoir longuement évoqué la nature des menaces (terrorisme et

M. Bridey recadre les députés de la commission de la Défense après la démission du général de Villiers

Il aura suffi d’une seule phrase prononcée par le général Pierre de Villiers, alors chef d’état-major des armées (CEMA), lors de sa première audition devant les députés de la commission de la Défense pour mettre le feu aux poudres. Commentant la coupe de 850 millions d’euros dans le budget des armées annoncée la veille, il

Le porte-parole du gouvernement charge encore le général de Villiers, qu’il qualifie de « poète revendicatif »

À Istres, le 20 juillet, on eu droit au côté pile. Évoquant le général Pierre de Villiers, qui vient de démissionner de ses fonctions de chef d’état-major des Armées (CEMA), lors de son allocution prononcée devant les militaires de la base aérienne 125, le président Macron a tenu à lui rendre « un chaleureux hommage car

Après la démission du général de Villiers, députés et sénateurs s’inquiètent pour le pouvoir de contrôle du Parlement

La démission du chef d’état-major des armées (CEMA), le général Pierre de Villiers, due à un désaccord avec le président Macron (ou, est-il murmuré, avec le secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler) a suscité de nombreux commentaires. Et le Sénat a été le plus prompt à réagir. Cette affaire, exceptionnelle pour la Ve République, est

Le général François Lecointre sera le prochain chef d’état-major des armées

Pour espérer devenir chef d’état-major des armées (CEMA), il faut avoir été chef d’état-major d’une armée (comme les généraux Schmitt et Douin), ou chef de l’état-major particulier du président de la République (comme les amiraux Lanxade et Guillaud ainsi que les généraux Georgelin et Bentégeat) ou encore major général de l’état-major des armées (comme les

Le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, annonce sa démission

« Quand on veut faire quelque chose, on trouve les moyens. Quand on ne veut pas, on trouve des excuses », dit un proverbe arabe. Et lors de sa visite aux aviateurs déployés sur la base H5, en Jordanie, dans le cadre de la coalition anti-jihadiste, la ministre des Armées, Florence Parly, a donné le sentiment de

Il sera encore beaucoup question du budget des Armées cette semaine…

Les 850 millions d’euros demandés aux ministère des Armées par celui de l’Action et des Comptes publics, n’en finissent pas de faire des vagues. Déjà, la réaction du général de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA) lors d’une audition devant la commission de la Défense, à l’Assemblée nationale, n’a pas été appréciée par le président