CEMA / Archives

Pour stimuler la réflexion autour de la guerre, le général Lecointre invite les militaires à prendre la plume

Pour le général François Lecointre, le chef d’état-major des armées (CEMA), la pensée sur l’action militaire a été délaissée depuis maintenant trop longtemps. Elle s’est même retrouvée « hors du champ de la réflexion et de l’étude, sans qu’en soient mesurées les conséquences à long terme », a-t-il souligné, dans une tribune publiée ce 18 janvier par

Le général Pierre de Villiers fait un tabac dans les librairies

Depuis sa sortie, début novembre, « Servir« , le livre du général Pierre de Villiers, ancien chef d’état-major des armées (CEMA), a rapidement fait son apparition dans les classements des meilleures ventes, même jusqu’à occuper la première place pendant plusieurs semaines dans la catégorie « Essais et références » (*). Cette « performance » est d’autant plus intéressante que le général

Le chef d’état-major des armées ne veut pas « lâcher un pouce de terrain » à Djibouti

Au cours de ces dix dernières années, les effectifs des Forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj) n’ont cessé d’être réduits, pour s’élever actuellement à 1.450 militaires. Et les moyens également, avec, à ce jour, la présence du 5e Régiment interarmes d’outre-mer (RIAOM), de 5 hélicoptères (dont 3 appartenant à l’Aviation légère de l’armée de Terre),

Le chef d’état-major des armées déplore les différences de traitement entre militaires et fonctionnaires civils

Lors de leur audition par les députés de la commission de la Défense, les représentants du Conseil supérieur de la Fonction militaire (CSFM) dénoncèrent l’écart de traitement avec la Fonction publique. « Tout en respectant les spécificités statutaires, le Conseil est sensible à la juste transposition des mesures appliquées à la Fonction publique », affirma le secrétaire

Avion de combat franco-allemand : Le chef d’état-major des armées évoque une coopération « déséquilibrée »

Depuis que le ministère allemand de la Défense a demandé des informations à Boeing et à Lockheed-Martin au sujet des avions F-15, F/A-18 Super Hornet et F-35A en vue de remplacer les Panavia Tornado de la Luftwaffe, le directeur d’Airbus Defense & Space, Dirk Hoke, ne compte pas ses efforts pour plaider la cause de

La France va revoir ses dispositifs militaires au Sahel et au Levant

Lors de l’Université d’été de la Défense, en septembre, le chef d’état-major des armées (CEMA), le général François Lecointre, avait prévenu qu’il faudrait « faire des choix entre la régénération nécessaire de nos armées qui sortent d’années très difficiles de contrainte budgétaire accompagnées par le surengagement » ainsi que des « choix de renouvellement et des choix de

L’offensive médiatique du général Pierre de Villiers, ex-chef d’état-major des armées

Alors que le Parlement débat actuellement des crédits de la mission Défense pour l’année 2018, le général (2S) Pierre de Villiers vient de lancer une offensive médiatique pour s’expliquer sur les raisons qui l’ont conduit à démissionner de ses fonctions de chef d’état-major des armées (CEMA) en juillet dernier. Pour rappel, lors d’une audition à

Budget : Déjà sous tension, le Service de Santé des Armées n’échappera pas à la réduction de ses effectifs

En 2015, la décision d’augmenter les effectifs de la Force opérationnelle terrestre (FOT) de 11.000 soldats a oublié un détail : le soutien nécessaire à ces renforts. Or, même si l’annulation, après les attentats de Paris et de Saint-Denis, des déflations de postes prévues au sein du ministère des Armées a donné un peu d’oxygène,

Le chef d’état-major des armées dit ne pas être un « otaniste forcené »

Si, lors de son audition, au début de ce mois, devant les députés de la commission de la Défense, le chef d’état-major des armées (CEMA), le général François Lecointre, a cité le général de Gaulle à deux reprises, ce n’était pas pour parler de l’Otan mais pour donner plus de force à son propos sur

Général Lecointre, sur les OPEX : « Nous sommes l’armée de la Nation et non celle du Ministère des Armées »

Comme le prévoit le projet de loi de programmation des finances publiques (PLFP) 2018-2022, la provision inscrite en loi de finances initiale (LFI) au titre des « opérations extérieures de l’État » [opex] augmentera de 200 millions d’euros chaque année pour atteindre 1,1 milliards en 2020, contre 450 millions actuellement. Un montant qui sera « en adéquation avec