Ossétie du Sud / Archives

Le Premier ministre russe évoque une « guerre terrible » dans le cas où la Géorgie rejoindrait l’Otan

Il y a 10 ans, la Russie lançait une opération militaire contre la Géorgie, afin de soutenir les séparatistes pro-russe d’Ossétie du Sud face à Tbilissi. Au bout de plusieurs jours de combat, un accord de paix fut négocié sous la médiation du président français, Nicolas Sarkozy. Depuis, via la signature « d’accords stratégiques », Moscou a

Washington durcit le ton à l’égard de Moscou au sujet de la Géorgie

Les suspicions d’ingérences russes lors de la dernière course à la Maison Blanche causent quelques soucis au président Donald Trump. Et les choses ne se sont pas améliorées après sa décision de limoger le directeur du FBI, James Comey, officiellement pour sa gestion de l’affaire portant sur l’utilisation d’un serveur informatique insuffisamment sécurisé par Hillary

La Russie veut intégrer les forces d’Ossétie du Sud dans son armée

Après l’intervention militaire en Géorgie, en 2008, l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie firent sécession et leur indépendance fut immédiatement reconnue par la Russie et une poignée d’autres pays, comme le Venezuela et le Nicaragua. Par la suite, ces deux régions sécessionnistes n’ont cessé de se rapprocher de Moscou, d’abord en acceptant sur leur territoire la

La Cour pénale internationale s’intéresse à guerre russo-géorgienne d’août 2008

Le 7 août 2008, après des mois de tensions, la Russie lança une intervention militaire contre la Géorgie, en soutien à l’Ossétie du Sud, une région sécessioniste par rapport à Tbilissi. Les combats entre forces russes et géorgiennes durèrent pendant une semaine et tournèrent à l’avantage des premières. Le conflit fit une centaine de tués

La Russie accusée de vouloir mettre la main sur un oléoduc en grignotant le territoire géorgien

Depuis la guerre d’août 2008 menée – et planifiée – contre la Géorgie, la Russie a accru son emprise sur deux régions autrefois géorgiennes, à savoir l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud, lesquelles avaient proclamé leur indépendance à l’égard de Tbilissi. Indépendances immédiatement reconnues par Moscou. En novembre 2014 et en mars 2015, la Russie signa avec

La Russie et l’Ossétie du Sud ont signé un accord stratégique

À l’origine, l’Ossétie du Sud était une province géorgienne, tout comme l’Abkhazie. Seulement, après l’intervention militaire russe en Géorgie, en août 2008, ces deux territoires ont fait sécession et leur indépendance a immédiatement été reconnue par Moscou ainsi que par une poignée d’États (dont le Venezuela et le Nicaragua). Depuis, ces deux régions n’ont cessé

Moscou répondra si ses intérêts sont visés en Ukraine

L’on dira sans doute que le rapport commandé en 2009 par l’Union européenne à un groupe d’experts au sujet du conflit entre la Géorgie et la Russie manque d’objectivité… Toujours est-il que, selon ses conclusions, ce serait bel et bien la Géorgie qui aurait déclenché, en août 2008, les hostilités en Ossétie du Sud, ce

Des missiles anti-aériens S300 russes déployés en Abkhazie

Alors que ton territoire est ravagé par de gigantesques incendies, la Russie a estimé prioritaire le déploiement de missiles de défense anti-aérienne S-300 en Abkhazie, qui est, avec l’Ossétie du Sud, l’une des deux régions séparatistes géorgiennes et au sujet desquelles Moscou et Tblissi se sont affrontés militairement en août 2008. « Nous avons déployé des

Attentat contre un train en Géorgie

Depuis le mois de juin, les chemins de fer géorgiens sont la cible d’actes terroristes. Ainsi, et pour la troisième fois, une explosion a fait dérailler un train chargé de produits pétroliers, le 21 octobre, sur la ligne qui relie Senaki, dans l’ouest du pays, à la ville portuaire de Poti, situé sur la mer

Moscou a poussé Tbilissi à la faute, selon un rapport

Imaginez-vous en train de jouer au football. Durant la partie, un joueur de l’équipe adverse ne cesse pas de vous provoquez. Au bout d’un moment, vous craquez et commettez la faute à ne pas faire qui vous vaudra un carton rouge, à la grande satisfaction de votre adversaire qui n’attendait que cela. Cet exemple sportif