Guam / Archives

Une attaque nord-coréenne contre les bases américaines de l’île de Guam pourrait-elle concerner l’Otan?

Le mois dernier, Pyongyang a averti qu’elle était en mesure de viser, avec ses missiles balistiques, l’île de Guam, un territoire non incorporé des États-Unis, où sont affectés 6.000 militaires américains. Et, devant la perspective du renforcement des sanctions prises à son égard par le Conseil de sécurité des Nations unies, la Corée du Nord,

La Corée du Nord menace les installations militaires américaines de l’île de Guam

Après le renforcement des sanctions prises à l’égard de Pyongyang par un Conseil de sécurité des Nations unies unanime, l’on pouvait s’attendre à une accalmie sur le dossier nord-coréen. D’autant plus que la Chine avait rappelé à l’ordre la Corée du Nord, dont est la plus proche alliée, en l’appelant « à prendre une décision bonne

Le dernier missile tiré par la Corée du Nord serait un engin de portée intermédiaire

Le missile balistique lancée depuis la base militaire nord-coréenne de Kusong, dans la nuit du 13 au 14 mai, a volé pendant près de 30 minutes avant de s’abîmer en mer du Japon, à 500 km du territoire russe, selon Moscou, pour qui ce tir « ne présentait aucune menace pour la Russie ». L’agence officielle nord-coréenne

Un exercice avec le BPC Mistral a été « gelé » à cause d’un incident impliquant un chaland de débarquement

Depuis le 3 mai, dans le cadre de la Mission « Jeanne d’Arc », le Bâtiment de projection et de commandement (BPC) Mistral prend part à un exercice amphibie impliquant des unités japonaises, américaines et britanniques au niveau de l’île de Guam. Seulement, il y aura un léger contretemps dans le scénario de ces manoeuvres car, lors

Bombardiers américains envoyés en Corée du Sud : Pyongyang se dit au bord d’une « guerre nucléaire »

Escortés par des F-15K sud-coréens et des appareils du porte-avions USS Carl Vinson, deux bombardiers stratégiques américains B1-B « Lancer », affectés au 9th Expeditionary Bomb Squadron basé sur l’île de Guam, ont effectué une mission près de la péninsule coréenne, le 1er mai, dans le cadre d’un exercice bilatéral avec les forces sud-coréennes. L’envoi de ces

Le BPC Mistral pourrait participer à un exercice destiné à « envoyer un message » à la Chine

  En juin 2016, évoquant la mer de Chine méridionale, revendiquée dans sa quasi-totalité par Pékin, et la liberté de navigation dans cette partie du monde, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait plaidé pour le respect du droit maritime et des conventions tout en défendant la recherche permanente du dialogue, basée sur

Deux bombardiers américains ont survolé la Corée du Sud en réponse à l’essai nucléaire de Pyongyang

La Corée du Nord a balayé les condamnations (toujours fermes) internationales au sujet de son cinquième essai nucléaire, le plus puissant jamais effectué, en demandant aux États-Unis d’être reconnue comme une puissance militaire dotée d’armes stratégiques. « [Le président] Obama fait ce qu’il peut pour refuser [à la Corée du Nord] le statut stratégique d’État doté

Les trois types de bombardiers stratégiques américains ont volé ensemble au-dessus du Pacifique

D’un point de vue strictement opérationnel, la mission effectuée par trois bombardiers stratégiques américains de type différent (B-1 Lancer, B-2 Spirit et B-52 Stratofortress) n’apporte pas grand chose, même si, pour l’US Air Force, il s’agit d’un vol « historique ». En revanche, au niveau de la communication, le message se veut fort. Ainsi, le 17 août,

Un bombardier B-52 s’est écrasé sur l’île de Guam

Le bombardier stratégique B-52 Stratofortess, malgré son grand âge, passe pour être un avion sûr. Au cours de ces 25 dernières années, seulement trois exemplaires ont été perdus. Enfin pas tout à fait car un appareil de ce type s’est écrasé, le 18 mai, à 8h30 (heures locales), au moment de décoller de la base

Deux bombardiers B-52 américains ont pénétré dans la zone de défense aérienne chinoise

En instaurant, le 23 novembre, une zone d’identification de défense aérienne englobant les îles Senkaku/Diaoyu, pourtant sous souveraineté japonaise, la Chine a misé sur une politique du fait accompli et cherché l’épreuve de force. Dans un premier temps, et sans doute pour éviter un destin similaire à celui du Boeing 747 de la Korean Airlines,