DGA / Archives

M. Le Drian confirme la création d’un fonds d’investissement dédié aux entreprises innovantes

Pour le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, l’innovation n’est pas accessoire : elle est un « besoin existentiel » car elle sert quatre objectifs : la « protection du soldat et du citoyen », la « précision des armements sur les théâtres », la « décision finale pour les exportations » et la « compétitivité future » des entreprises françaises, et donc la

Quelles seront les priorités des armées avec un budget de la Défense porté à 2% du PIB?

  Porter le budget de la défense à 2% du Produit intérieur brut (PIB) fait désormais consensus au sein de la classe politique française. Mais encore faut-il s’entendre sur le périmètre de cet effort. Selon la norme V1 de l’Otan, ce dernier doit en effet prendre en compte les pensions, ce qui amoindrit évidemment sa

Le successeur du porte-avions Charles de Gaulle devrait coûter au moins 4 milliards d’euros

La semaine passée, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a estimé qu’il serait « sans doute souhaitable » de doter la Marine nationale d’un second porte-avions, avant d’ajouter que cette question pourrait être posée au moment de l’élaboration de la prochaine Loi de programmation militaire (LPM). Seulement, le porte-avions Charles de Gaulle devrait être retiré

Un « fonds de défense » pour empêcher le rachat des « pépites » technologiques françaises

Cet été, alors que la France profitait du beau temps et des vacances, deux informations sont passées relativement inaperçues. La première a concerné l’offre publique d’achat déposée par le groupe japonais d’électronique TDK pour prendre le contrôle de Tronic Microsystems, une PME française spécialiste des systèmes microélectromécaniques (MEMS, pour Micro-Electro-Mechanical Systems) destinés à des applications

Un « problème de qualité du travail » retarde la livraison du premier sous-marin nucléaire d’attaque Barracuda

Les plans se déroulement rarement sans accroc. Et cela ne sera pas démenti par le programme des sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) Barracuda, dont le premier exemplaire, le Suffren, devait être initialement livré à la Marine nationale en 2017, afin de pouvoir retirer du service le SNA Rubis, actif depuis 1983. En effet, les sous-marins de

Les hélicoptères NH-90 Caïman de la Marine nationale affichent un taux de disponibilité désastreux

Il a beaucoup été question des problèmes de Maintien en condition opérationnelle (MCO) des hélicoptères de la Marine nationale et de l’Aviation légère de l’armée de Terre (ALAT) lors de l’examen, en commission élargie, à l’Assemblée nationale, du budget qu’il est prévu d’allouer à la mission « Défense » en 2017. Le député Gwendal Rouillard, rapporteur pour

Les problèmes de l’avion de transport A400M exaspèrent M. Le Drian

Lors de son passage devant les députés de la commission de la Défense, le général André Lanata, le chef d’état-major de l’armée de l’Air (CEMAA) a fait part de ses deux préoccupations au sujet des 10 avions de transport A400M « Atlas » livrés par Airbus. La première est le faible taux de disponibilité de ces appareils

La DGA a lancé la déconstruction des sous-marins de la classe « Le Redoutable »

Le 1er décembre 1971, le premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) français, Le Redoutable, entrait en service au sein de la Force océanique stratégique (Fost), avec à son bord 16 missiles mer-sol balistiques M1. Au total, entre 1969 et 1982, cinq autres navires de ce type seront construits, dont Le Terrible (S612), Le Foudroyant (S-610),

L’armée de Terre et la DGA évoquent une accélération du programme SCORPION

Selon le député Jean-François Lamour, le 35e Régiment d’Artillerie Parachutiste (RAP) de Tarbes ne pourra plus utiliser que la moitié de ses véhicules de l’avant blindé (VAB) l’année prochaine, « à cause d’un problème d’extincteur moteur. » C’est dire si l’arrivée du véhicule blindé multi-rôles « Griffon » est attendue avec impatience. D’où l’idée, avancée par le général Jean-Pierre

La Direction générale de l’armement ne peut plus payer ses factures depuis le 12 octobre

L’an passé, à la mi-octobre, la Direction générale de l’armement (DGA), à qui il revient de gérer le programme 146, c’est à dire l’équipement des forces, n’avait plus que 217 millions de crédits de paiement et risquait donc, selon les mots de son responsable, Laurent Collet-Billon, une « rupture de trésorerie ». La raison de cette situation