CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

La Direction générale de l’armement ne veut pas faire le drone MALE européen « à n’importe quel prix »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

57 contributions

  1. Ph52 dit :

    Le préalable à toute coopération fructueuse est un concept d’opérations commun. Quand les uns regardent à l’Est , les autres regardent vers le sud….

  2. Grosminet dit :

    Nom di diou !
    10T la baleine volante !!!

    Quand je pense que dans cette catégorie de poids, on peut faire voler un RBE2, 2x M88, 2x Meteor, 6x Mica, 3x 2000l de kérosène, 1 Thalios, EN MÊME TEMPS ET SUR LE MÊME VECTEUR et avec un pilote à bord!

    • Vroom dit :

      Sauf qu’à dix tonnes, vous n’avez que le Rafale et ses deux réacteurs, peut-être le pilote aussi, le tout à vide.
      Avec tout ce que vous voulez ajouter, soit près de 24 tonnes, je doute que le drone en fasse autant avec ses deux pauvres hélices !

      • Grosminet dit :

        Effectivement, encore sous le coup d’une émotion suite à la lecture, sur un autre blog, de commentaires affirmant que le Rafale était trop vieux, trop lent, incompatible avec les armes occidentales, en plus d’être plus gros qu’un F18, bientôt mort (et donc n’evoluerait plus) jusqu’à son remplacement en 2035 par le scaf (ça commence à faire beaucoup, non ? ), que je me suis « un peu » laissé emporter

        • FredericA dit :

          @Grosminet : « encore sous le coup d’une émotion suite à la lecture, sur un autre blog, de commentaires affirmant que le Rafale était trop vieux, trop lent… »
          .
          Vous parlez d’Avia News peut être 🙂 ?

  3. Blurb dit :

    Et pourquoi ne pas développer à partir du MALE un programme plus « stratégique » de drone HALE, pouvant compléter par l’observation de longue endurance ce qui est aujourd’hui assuré par les satellites Helios, SAR LUPE et autres ?
    Un drone à hte altitude pouvant être plus versatile et fournir une durée de vol sur zone dans commune mesure … et fournir ainsi aux Européens des services similaires à ceux que les US utilisent depuis longtemps avec l’U2R/S …
    Pour autant, les points limitants seraient la voilure et les moteurs, inadaptés à un aéronef à long rayon d’action si l’on en juge par la configuration proposée par Leonardo…

  4. Aymard de Ledonner dit :

    Espérons que nos chers (dans tous les sens du terme) indus puissent être ramenés à la raison.
    Le Falco en l’état actuel ne représente pas vraiment une alternative pour nous français. Avec 350kg de charge utile et 24heures d’autonomie il fait juste un poil mieux que le patroller de Safran et ses 250kg de charge utile pour 20heures d’autonomie. Acquérir un nouveau système pour gagner aussi peu, surtout au niveau de la charge utile, ne me parait pas rationnel.
    Il faudrait que Leonardo soit capable de faire une version agrandie avec au moins le double en charge utile pour que ça commence à devenir intéressant.

  5. ClémentF dit :

    Il est temps qu’on sorte de ce programme, ça donnera le ton.

    • NRJ dit :

      Vous avez raison. Comme ça on concurrencera les drones israéliens et américains qui sont déjà établis et développés depuis des années et en prime on fera concurrence au drone européen. Mais bon il y a le contribuable pour payer…

      • FredericA dit :

        Bien dit 😉 !

      • Wagdoox dit :

        C’est drôle vous mettez en avant le risque financier si on sort du programme alors que l’article parle d’une addition inacceptable. Vous avez vraiment l’art de tourner la réalité pour qu’elle serve votre idéologie mais ça ne fonctionne pas vraiment.

        • Posteur dit :

          Surtout qu’on parle d’un simple drone,c’est pas ce qui coûte le plus chère à faire et pas le plus dur et puis bon parler de concurrence entre le Drone israélien,américain et européen avec un hypothétique drone nationale si on sortez du programme c’est assez idiot et hypocrite venant de NRJ qui nous affirme que ce drone « européen » viserait d’autres marchés de drone plus lourd en gros et qui donc n’aurait rien à voir avec notre hypothétique drone nationale qui serait à un réacteur ou turbo-propulseur pour les besoins nationaux,plus léger et donc pas un « concurrent » au drone européen enfin pas totalement mais bon venant de lui rien d’étonnant de le voir se « contredire » ou faire du favoritisme à chaque fois que les allemands se foire en tentant de détourner ça par une idée révolutionnaire allemande alors qu’en faite ils se sont juste foirer et/ou ont pensée à leur propre pomme avant toute chose tout simplement au lieu de pensée coopératif.

          Pour éviter le fiasco qu’on s’est pris à cause de la guéguerre industriel il aurait fallu que la politique ou autre débarque et recadre les industriels mais bon ce sont des incapables et inactif pour la plupart et les industriels doivent bien en profiter parfois.
          Que la DGA désigne le maître d’oeuvre et que les autres se taisent et suivent sans discuter,si ça foire et que le responsable du programme est problématique alors l’industriel maître d’oeuvre rembourse et sert de sous-traitant pour le reste du programme et des autres à venir qui seraient semblable pour éviter à nouveau ce genre de problème,de quoi faire un tri.
          Ou chacun propose son prototype de drone et le meilleur sera pris,on appelle ça la concurrence.
          Le meilleur drone sera pris et utilisé comme base et les autres industriels feront de la sous-traitance ou seront réparti comme le voudra le maître d’oeuvre.

          On aurait actuellement pas à se poser de la question du Devis car le drone serait déjà en production et nous aurait coûter moins chère que le fiasco industriel qu’on a eu + ce drone mâle qui en plus ne correspond pas entièrement à nos besoins et à en plus de base une mauvaise image pour les typiques dispute et montée de coût qu’engendre les coopération européenne et qui doivent être mal perçu à l’extérieur en plus de nous faire passer pour des clowns incapable de se mettre d’accord.
          .
          Mais bon certains sont encore capable de dire pour prendre un exemple qu’il aurait fallu rester dans l’Eurofighter et ne pas faire l’A400M seul alors que le premier projet nous auraient affaiblis/détruit notre industrie aéronautique en partie et adieu la fameuse indépendance aéronautique européenne soit disant (car elle est assuré par la France,on va pas se le cacher,il y a que elle qui se bouge ou presque pour assurer une indépendance sur ce sujet là) et l’autre nous a fait raquer plusieurs milliards mais bon il montre ses preuves au moins c’est toujours ça,encore heureux d’ailleurs, reste à savoir si ça n’aurait été mieux et coûter moins chère de le faire seul et de vendre des droits de licence ensuite pour les pays qui le voudrait et souhaiterait faire leurs modifications propre à eux ou faire des versions à part pour certaines demandes trop poussé et incompatible avec d’autres caractéristiques. »
          Ha mais j’ai oublié que ça fait pas très européen tout ça.. bon ben du coup ça tombe à l’eau.. vus que nos élites ne seraient pas contente de ça… il faut toujours partager et coopérer même si ça part droit au fiasco pour eux.. quand l’idéologie parle avant la logique..

        • NRJ dit :

          Vous êtes sérieux Wagdox ?
          Il vous est quand même venu à l’esprit que les coûts de R&D ainsi qu’un partie des coûts de production (ça dépend si on fait plusieurs chaînes de montage ou une seule) étaient mutualisés entre les 4 participants. Pour nous ce programme coûterait dans les 2 milliards d’euros au pire. Ça fait 7 à 8 milliards puisqu’on est 4 participants payant plus ou moins pour le programme. Si vous connaissez le coût d’un programme de drone Male ça m’intéresse mais je doute que ce coût soit réduit miraculeusement de plus de 50%. On paierait dans ce cas 50% voire 100% de plus que le prix actuel. Après le drone serait plus adapté à nos besoins, c’est la problématique à laquelle font face les responsables.

           » Vous avez vraiment l’art de tourner la réalité pour qu’elle serve votre idéologie ». Aurez vous ce qu’il faut pour me dire ce qui vous pousse a dire ça ? Je suppose que la raison est simple : j’ai comme position que si on veut sauver notre souveraineté et notre indépendance, il faut s’appuyer sur la coopération car les programmes menés en solo par le passé comme le Rafale ne laissent présager aucun succès pour un programme en solo dans le futur. Cette position s’appuie sur des faits que personne ne contredit jusqu’à présent sur ces faits (sinon sur l’analyse à en tirer). Mais peut-être qu’il y a autre chose…

  6. diego48 dit :

    Encore les allemands pour foutre la merde ! Nous n’avons pas les mêmes valeurs qu’eux, ils ne recherchent que la suprématie enn Europe et nous veulent en « idiots utiles »

    • Carin dit :

      @diego 48
      Relisez l’article… ou Lisez-les tout court… c’est pas les allemands le problème… c’est le constructeur qui veut construire ce drone à prix d’Or!

      • Desty dit :

        L’article dit que c’est le cahier des charges allemand qui fait qu’il pèse 10 tonnes. Pour le même poids, le rafale peut emporter 1 pilote et 15 tonnes de charge utile.
        Est-ce vraiment utile de laisser un drone 24h en l’air sans qu’il puisse emporter d’arme pour frapper quoi que ce soit si on dispose déjà par ailleurs de drone à longue endurance pour faire de la surveillance ? Est-ce qu’on se retrouverait pas juste à payer pour financer les besoins Allemands en mettant les notre de coté et en continuant à acheter sur étagère ce qui nous manque aux USA ? Fromage ET dessert ?

      • Wagdoox dit :

        Non le prix d’or c’est les demandes allemandes et on va essayer de faire payer aux industriels.
        C’est clairement dit dans l’article.

  7. Phil dit :

    Il y a quelque chose qui doit m’échapper. On sait faire des avions de tous types, on a fait le démonstrateur Neuron, on sait faire des moteurs économiques, on sait faire de l’optronique de qualité, on sait faire des missiles et des bombes, etc..
    Alors pourquoi diable n’est on pas capables de faire en interne un drone MALE, simple, rustique et pas cher??? Contre des barbus en sandales, un truc simple et en nombre. Pourquoi vouloir absolument le dernier cri futuriste pour 3ème guerre mondiale, hors de prix, et donc en 3 exemplaires qui se courent après ??

    • Carin dit :

      @Phil
      C’est fait ça… il s’appelle patroller!

    • Wagdoox dit :

      Parce que l’armée française est trop petite pour rentabilisé le projet.
      Donc une fois de plus il faut exporter et pour éviter de faire de la concurrence entre européens, on fait ensemble
      Bref de la politique à la petite semaine pour des armes de nains qu’on réduira encore.

      • Posteur dit :

        Oui sauf qu’au final on se retrouve avec des appareils chère et des coûts qui dévie et explose et des pertes de savoir faire sur certains domaine ou même qu’on pourrait acquérir en le faisant seul.
        Je veux bien croire que la coopération parfois c’est bien mais il y a des limites qu’il faudrait poser car on se tape des résultats médiocres le plus souvent et certains ne se sentant plus nous font des proposition de folies du style le PA européen car personne ne met les « STOP » ou Arrêt à ce genre de chose et personne ne retient les échecs/défauts des précédent programme en faisant comme si tout allez bien,c’est l’Europe,on est tous copain et ami…
        De plus on parle de drone,même si l’armée française ne rentabilise pas,quelle est le soucis ? On parle d’un drone à 1 milliard voir moins à concevoir,vous allez pas me dire que la France est pas capable de le faire seul et d’assurer le coût alors qu’on a fait des tonnes de projets en coopérations qui sont censé nous avoir permis de dépenser moins d’argent non ? Ca compense je trouve..

        Ce truc ne se verra qu’a peine sur les finances,on parle d’un projet peu coûteux,il faut simplement désigner un maître d’oeuvre,avec les spécification requise et laisser faire et bien recadrer celui qui veut foutre le bazar.
        Et au pire comme à chaque fois il y a l’export,il y en n’a bien un qui va nous l’acheter et au pire si personne n’achète est-ce si grave pour autant surtout pour un tel projet qui ne coûtera que peu à l’état et nous rapportera en apport technologique et en main d’oeuvre,surtout que l’armée française est l’une des seuls à pouvoir rentabilisé un projet comme ça un minimum en Europe,si d’autres pays européens veulent l’acheter,ils pourront et si ils veulent le personnalisé ben ils pourront toujours faire un achat sous licence.

        Quant à la concurrence entre européen ce n’est pas trop légitime comme argument étant donné que certains ont des besoins différent donc des drones qui seront différent et permettrez une certaine diversité de drone,comme en France ou on souhaite un seul moteur, si d’autres veulent deux moteurs ben ils le font dans leur coin.
        Si ça veut coopérer hé bien on limite à des choses simples comme le corps de l’appareil,sa forme,certains équipements (les armements par exemple) ou la motorisation et chacun personnalise comme il souhaite,ça serait déjà moins chaotique et contraignant que d’accepter un seul appareil qui ne répond qu’au besoin que d’un seul pays alors qu’on est 4 dans le programme.
        De plus, peu de pays en Europe savent faire des drones ou des turbopropulseurs-turboréacteurs,donc la concurrence est proche de l’inexistence sur ce sujet là car ceux qui tenteront de faire leurs drones vont mettre du temps ou devront acheter sous licence de la motorisation.. et donc la certification « fabriquée en Europe » passe un peu à l’eau vus que des composants seront non européen.
        En France on n’a pas ce problème,Safran peut bien se débrouiller dessus et on a toute les capacités pour le faire.

        Donc encore une fois,ou est le problème à ce qu’on le fasse seul ? Moi je n’en vois quasiment pas et l’excuse des finances n’est pas acceptable pour un drone qui coûte 1 milliard à concevoir surtout qu’on a une petite base industriel là-dessus.

  8. FORABOSCO dit :

    Encore les allemands qui mettent la pagaille comme pour le SCAF. A croire qu’ils n’ont rien à faire des partenaires, juste bons à payer une partie du programme. En plus, l’Erodrone n’est pas adapté à nos besoins. Arrêtons de chercher à tout prix à faire l’Europe industrielle de la Défense, cela ne fonctionnera jamais! Retirons nous du programme Euromale et cherchons une solution, telle que le drome italien , cité dans l’article. Nous coopérons déjà avec eux en matière de marine (certes, cela n’est pas toujours facile mais rien à voir avec les allemands).

    • Carin dit :

      @FORABOSCO
      Vous avez l’air de penser que le cahier des charges est uniquement rempli par les Allemands!!! Il y a 4 pays embringués dans cette histoire, et ça fait presque 2 ans que le cahier des charges est arrivé à contenter les 4!!

    • NRJ dit :

      @FORABOSCO
      Nous coopérons déjà avec eux en matière de marine (certes, cela n’est pas toujours facile mais rien à voir avec les allemands).

      Ce n’est pas toujours facile effectivement. On a mené le programme fremm avec les italiens, programme qui n’est de l’avis même de la cour des comptes pas une coopération mais simplement une juxtaposition. Les seules mises en commun concernent du partage d’informations techniques.

      Par ailleurs on oubliera pas que Fincantieri font ce qu’ils peuvent pour saborder Naval Group avec le soutien au moins passif du gouvernement italien. On se rappelle aussi que l’Italie n’a pas participé au programme Tigre pourtant européen et qu’ils ont choisi le F-35. A partir de là, leurs intérêts ne sont peut-être pas les nôtres.

      Posez vous les bonnes questions. Si on A des problèmes avec les allemands c’est peut-être parce qu’on fait des programmes de bien plus grande importance avec eux. Des programmes qui ont des conséquences en termes d’emploi, de budget, et de souveraineté. Et donc des programmes où les accords sont beaucoup plus difficiles à faire.

      • raca dit :

        @NRJ
        Pourquoi ne pas coopérer avec anglais et italiens qui participent déjà au programme Tornado / Eurofighter / F35 donc pas démunis de technologies.. . de plus Leonardo participe au Male (avec Airbus et Dassault) et au Neuron (avec Dassault) la coopération semble bien fonctionner ??
        Les FREMM utilisés par notre marine sont excellents… . Quant au Tigre celui ci a eu pas mal d’ennuis et nos voisins ont choisi le A129, le AW 249 (en construction) etc… . Si nous avons des problèmes avec les allemands c’est parce que nous pensons qu’ils sont les meilleurs mais ce n’est plus le cas depuis bien longtemps d’autres pays européens sont aussi bon plus créatifs et plus inventifs … . Vous posez une mauvaise question car grand programme ou petit programme la méthodologie est semblable … . En fait je me répète cela devient monotone je pense que nous risquons de rester seul dans de nombreux projets car coopérer n’est pas notre point fort. Pour finir c’est dans notre pays que les politiques interviennent dans les décisions des entreprises; Naval Group et Fincantieri ont une stratégie bien huilée….. vérifiez vous même : partage des clients par zones géographiques avec propositions de produits semblables avec des prix différents selon les cas … et n’oubliez pas que dans certains pays vous êtes obligé de toujours faire une offre pour éviter de pouvoir encore faire des offres dans le futur.

        • raca dit :

          correction dernière phrase : ( j’ai écrit trop vite !) effacer « éviter de »

        • NRJ dit :

          @raca
          Pour plusieurs raisons : déjà nos industriels seraient en rivalité directe. Safran contre Rolls-Royce, BAE contre Dassault. Airbus quant à sont assez gros pour avoir d’autres objectifs: l’ essaim de drones. Thales est la seule autre entreprise qui a suffisamment de compétences techniques pour faire cela.

          Par ailleurs les anglais ont le F-35. Ils n’ont pas besoin d’avoir un avion polyvalent. Ils veulent juste un avion de supériorité aérienne pour remplacer l’Eurofighter. La différence parait minime, elle ne l’est pas. C’est la raison pour laquelle la France est sortie du programme Eurofighter dans les années 1980. Par ailleurs l’Angleterre n’a pas le même positionnement. Ils préfèrent suivre les USA. Ils ne recherchent pas la souveraineté comme une partie des allemands et nous. Par ailleurs le fait d’avoir le F-35 leur permet d’éviter de recourir à un cloud concurrent : comme tous les prochains systèmes, le F-35 combat en réseau, c’est sa plus grande force. Or, contrairement aux USA la France n’a pas la capacité matérielle et financière de combattre sans alliés. Or tous nos alliés potentiels (Asie et Europe) ont du F-35. A partir de là si nous voulons combattre avec eux, il faudra l’accord des américains qui le donneront… Que s’ils le veulent bien. En d’autres termes on part comme le petit poucet dans la négociation et les américains pourront nous faire payer n’importe quel prix. Et on n’aura pas d’autre choix que de s’incliner. Or si on est avec les allemands et que ceux-ci n’ont pas le F-35 (c’est probablement la raison pour laquelle Airbus a fait pression pour empêcher son achat pour le renouvellement du Tornado : tout sauf le F-35) on sera donc 2. Celle-ci sera donc beaucoup plus équitable car même les américains auraient du mal à se passer des 2 premières puissances européennes. Face aux russes ça ferait mal.

          Par ailleurs le Tigre a eu quelque problèmes … Financiers. Les pays qui l’ont financé ont réduit leur commande de 70%. L’hélicoptère est plus cher que prévu mais il n’en reste pas moins très compétitif par rapport à l’Apache (surtout en MCO. Son prix d’heure de vol est a priori moitié moins cher que l’Apache et cela se chiffre à plusieurs dizaines de millions au bout de quelques milliers d’heure d’utilisation). Et il est inadapté, mais ça les italiens n’avaient pas prévu qu’il le serait quand ils ont lancé leur programme en solo.

          Les fremm, c’est de l’avis de la cour des comptes plus une juxtaposition de programme qu’une vraie coopération. Les échanges ont été limité à des données techniques. Par ailleurs la coopération entre Naval Group et Fincantieri laisse à douter. Les italiens n’hésitent pas à tirer dans le dos de Naval Group a chaque occasion.

          Enfin on n’a pas d’autre choix que de coopérer. Pourquoi croyez vous que Airbus et Dassault qui étaient de longue date en rivalité et qui se tiraient dans le dos à chaque programme (dans les drones notamment) ont décidé d’avancer ensemble et de pousser chacun de leur côté leurs gouvernements respectifs ? Le successeur du Rafale coûtera une blinde : il suffit de voir le prix de R&D du F-35 qui est de 55 milliards soit plus que tout le programme Rafale (qui a failli finir au placard en 2015 faute de budget pour le financer). Par ailleurs il ne s’agit pas seulement de faire un autre avion furtif simili F-35 avec 20 ans de retard, dans quel cas notre industrie aurait pris trop de retard pour espérer concurrencer les USA d’ici la prochaine génération (et donc elle se fera balayer car obsolète). Ils s’agit d’investir dans le secteur de essaims de drones et de leur coopération avec les avions de chasse classique. C’est là la vraie plus value du SCAF. Et les anglais n’ont pas émis le souhait de lancer un tel programme, car de toute façon il leur faut un avion de supériorité (le F-35 est de toute façon trop limité en la matière).

          • raca dit :

            @ je vous remercie pour votre réponse que je ne cautionne pas (relire mon très bref commentaire) ; nous coopérons difficilement …. et dans les achats de produits militaire souvent nous nous lançons dans des développements alors que d’autres solutions existent exemple:
            1) six ans après son lancement 2013, la modernisation des avions de patrouille maritime Atlantique 2 n’est pas encore fini ( voir 2020) alors qu’il existe pour un prix équivalant sinon moindre un produit très récent comme le ATR 72 MP…
            2) nouvel hélicoptère pour les trois armes R&D donc temps et argent, alors qu’il existe un produit vendu a plus de 1000 exemplaires à un prix compétitif avec possibilité de le configurer comme nécessaire ….

          • Alpha dit :

            @raca
            « six ans après son lancement 2013, la modernisation des avions de patrouille maritime Atlantique 2 n’est pas encore fini »
            Elle respecte pourtant les délais qui étaient annoncés dans le contrat, donc voulus par la Marine…
            « …alors qu’il existe pour un prix équivalant sinon moindre un produit très récent comme le ATR 72 MP »
            Les capacités d’un ATR 72 MP n’ont strictement rien à voir avec celles d’un ATL 2… Elles sont même très en dessous ! Pour faire simple, ces deux appareils ne boxent pas dans la même catégorie…

  9. NRJ dit :

    La vraie question est : faut il développer un drone Male de l’ordre de tonnes dans un marché déjà saturé entre entre les drones américains, israéliens et chinois ? Si la réponse est non, ça vaut le coup de tenter de faire un drone bimoteur, donc plus fiable, et plus polyvalent (entre drone tactique et drone stratégique).

    Avant que certaines personnes critiquent la position de leader qu’a l’Allemagne dans cette affaire, qu’elles sachent que cette position de leader était issue d’une négociation de le Drian avec les allemands dans laquelle les allemands nous payaient les 2/3 de notre troisième satellite d’observation optique (200 millions d’euros sans contrepartie industrielle directe https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=2&ved=2ahUKEwis8sn137LlAhVYD2MBHZbQDpoQFjABegQIAxAH&url=http%3A%2F%2Fwww.opex360.com%2F2015%2F04%2F01%2Faccord-franco-allemand-sur-les-satellites-dobservation-la-prochaine-generation-de-drones-male%2F&usg=AOvVaw0mH6DxlEtWVFaOdeK1Tuxi) en échange de leur position de leader.

    Par ailleurs cette position de leader de l’Allemagne qui possède 31% du programme sera contestée par la présence de l’Italie et de l’Espagne qui possèdent comme nous 23% du programme (https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/drone-male-l-allemagne-sera-le-leader-du-programme-europeen-513982.html). La négociation ne semble pas être à notre désavantage.

    • Plusdepognon dit :

      @ NRJ
      Outre des questions d’éviter des crashs et de le rendre bien plus cher que ses concurrents, il se murmure que l’intérêt des allemands pour cet engin est de surveiller leur population :
      https://lemamouth.blogspot.com/2019/07/un-male-des-maux.html

      Le drone n’est du coup, peut-être pas l’engin le mieux adapté :
      http://www.rfi.fr/emission/20190810-etats-unis-pentagone-experimente-ballons-surveillance

    • Carin dit :

      @NRJ
      Sauf que l’Allemagne a en général l’Espagne dans sa poche…

      • NRJ dit :

        @Carin
        Ne prenez pas les espagnols pour des idiots. Ils suivent probablement les allemands dans plusieurs programmes aéronautiques car Airbus est fortement présent en Espagne. Mais ça n’implique pas des accords de principe sur les décisions allemandes. Par ailleurs l’ Espagne est le pays qui avait été le plus indécis quant à la possibilité de rejoindre le Rafale. Pendant un moment il y a eu une réelle possibilité d’avoir France/Espagne contre Allemagne/Italie/Angleterre.

      • Alpha dit :

        @Carin
        Pas tant que ça… L’Allemagne pensait que l’Espagne entrait dans le SCAF pour y faire participer Airbus, ce qui aurait donné plus d’influence à ce dernier sur le programme et réduit de facto celle des français.
        Mais « patatra  » !… Au grand dam des allemands, les espagnols ont choisi Indra, une société 100 % espagnole ! La réaction d’Airbus a été violente…
        (NDR : Ce qui n’empêche pas de s’interroger sur les capacités et les compétences d’Indra pour un tel programme…)

      • John dit :

        Absolument pas…
        Il y a plein de programmes où l’Espagne collabore avec d’autres pays.
        Dans l’aéronautique, l’Espagne profite beaucoup d’Airbus, donc c’est évident qu’ils défendent les intérêts de LEUR industrie…
        Si on regarde l’armée de terre espagnole, il y a certes des tanks allemands, mais il y a aussi:
        – IFV Pizarro (ASCOD développé avec l’Autriche)
        – B1 Centauro italien
        – LMV Iveco italien
        – Piranha V suisse

        Concernant les aéronefs, l’Espagne sélectionne ce qui est en son intérêt. Chaque pays fait la même chose.
        Il se trouve que la collaboration Royaume-Uni, Italie et Suède était déjà plus ou moins connue bien qu’officieuse. L’Espagne a sélectionné le programme qui correspondait à ses besoins et ses intérêts économiques.

    • intruder dit :

      ah oui, pour ne pas faire comme les autres on va développer un truc hors norme! 10t!!! , 2 moteurset hors de prix!, dont nous n avons aucun besoin, et qui n interressera personne a l export, laissons tomber ce machin et continuons a acheter des reapers!

      • NRJ dit :

        Vous parlez des drones qu’on ne peut même pas armer sans devoir payer la dime au gouvernement américain ? Sans compter qu’on ne peut piloter le Reaper que lorsqu’il est en vol. Lorsqu’il est au sol il faut payer des contractuels américains. C’est bien beau de critiquer le drone européen, mais n’oublions pas que la souveraineté a un prix.

    • Nico St-jean dit :

      @NRJ
      .
      Le seul hic, c’est que même avec 2 turboprop, vous ne pourrez pas atteindre les performances d’altitudes d’un gros HALE comme les RQ-4 Global Hawks ou MQ-4C Triton qui utilisent un réacteur. Et c’est grâce à cette altitude que ses mastodontes peuvent rester en l’air plus de 32 heures d’affilé (on parle de plus de 60 000 pieds quand même).
      .
      Je pense que ce programme RPAS es fait tout de travers. Vous êtes l’Europe, vous aviez (et avez toujours) les moyens de développer un MALE de combat type RQ-9 ainsi qu’un HALE type RQ-4 (on se fiche de l’export, votre marché intérieur est largement suffisant si vous vous montrez crédible avant que d’autre commencent à se tourner vers les américains car besoins trop urgent, exemple : UK)

      • NRJ dit :

        @Nico St Jean
        En soit le fait d’avoir des turbopropulseurs permet quand même d’utiliser le drone dans les milieux difficiles comme le désert, contrairement à des réacteur qui auraient une maintenance trop coûteuse. Après on peut supposer que la question s’est posée puisque le drone Talarion (le programme de drone Male qui a été arrêté en 2008) qui précédait l’eurodrone utilisait 2 réacteurs.

        Par ailleurs êtes vous certain que la présence de réacteurs change à ce point le plafond d’engagement ? Les plafonds du Reaper, du Triton et du Global Hawk sont sensiblement les mêmes (15000 pour le Reaper contre respectivement 17000 et 18000 m d’altitude selon Wikipedia).

        Après le but est aussi de pouvoir concurrencer à l’exportation. Le marché des drones est encore très large. Je suppose que les politiques et les industriels veulent une part du gâteau.

    • Desty dit :

      Pour la nouvelle constellation de satellite optique, les Allemands ont financé le budget à hauteur de 10%, et en échange ils ont obtenu un droit de retrait de la production équivalent à 10% de la bande passante disponible. Prix coutant !
      Le programme complet coute 2 milliards d’euros: 300 millions c’est le prix du satellite seul, avec les installations au sol et le cout des lanceurs, ça double !
      Si les appareils marchent moins bien qu’attendu (bande passante), la prise de risque (crash d’une ariane) et les coûts financiers induits seront pour notre pomme: on paiera pour partie les photos emportées par l’Allemagne de notre poche ! A moins que les Allemands acceptent de revoir à la baisse leur droit d’enlèvement, mais j’ai des doutes personnellement.
      A coté de ça, on a donné un droit de retrait misérable à la Suède qui coopère avec nous de bonne grâce et prête des installations qui permettront en théorie de quadrupler la bande-passante. Et les Suisses, intéressés par le projet et qui ont fait la démarche de se rapprocher de nous pour nous proposer de participer financièrement en comprenant que le budget était serré, se sont vus proposer un coût unitaire de la photo équivalent au double du prix coutant. Du coup les politiques suisses n’ont pas donné suite: ils ont tout de suite vu que c’était une arnaque !
      Désolé mais présenter la chose comme l’Allemagne qui nous fait encore une fleur, alors qu’ils ne disposent pas de la technologie pour fabriquer un appareil de cette qualité là et que l’offre qui leur a été faite est plus qu’honnête comparé à ce qui a été proposé à nos autres partenaires potentiels qui apportaient soit beaucoup plus soit autant que l’Allemagne à ce programme, c’est très largement abusif.
      Comme d’habitude, on fait un cadeau à l’Allemagne et on aura ni merci, ni échange de bon procédé en retour ! Tout le monde le sait comment ça marche dans le couple franco-allemand, qui porte la culotte, et qui a le plus intérêt à l’union, mais chaque fois il faut que quelqu’un monte au créneau pour défendre l’Allemagne. Si les Français faisaient autant d’effort pour défendre l’image et les intérêts de la France on en serait sans doute pas là.
      En matière de qualité des lentilles optiques, les boites françaises sont a minima dans le top 3 mondial et encore ça se discute du fait que les Russes et les Américains misent plus sur la quantité que la qualité dans ce domaine. Et le renseignement optique relève de la souveraineté exclusive au même rang que la dissuasion nucléaire, le rang de capacité militaire dans lequel la doctrine disait dans le temps qu’aucune puissance étrangère ne devaient mettre ses doigts. A la limite ils peuvent filer des sous et obtenir un droit d’utilisation sous notre contrôle. C’est ce qui a été fait parce que les politiques ont évidemment eu du mal à boucler le budget pour le renouvellement des satellites et comme d’habitude ça risque de finir par couter plus que ce que ça nous a fait économiser au départ.

      • Posteur dit :

        @Desty Vous avez assez bien résumé le cas Allemand,alors que d’autres voudraient travailler avec nous et apporter du savoir et leurs compétences,nos politiques s’obstine à voir l’Europe sous la forme suivante « France + Allemagne = Europe » même si c’est plutôt « France reste de l’Europe ».
        Ce qui fait qu’a cause de cette vision des choses,on y perd sur tout les points que ce soit économique,vision qu’on les pays sur nous,notre savoir faire et capacité et une fausse dépendance idéologique se forme comme quoi sans l’Allemagne on peut rien faire soit disant (assez répandu si on peut dire..).
        L’Allemagne devrait être mis de côté pour un bon moment dans les coopérations européenne,ses capacités de financements on s’en passera si c’est pour faire augmenter le prix du programme avec sa présence et perturber le programme et faire des pressions et bien elle achètera sur étagère,tans pis pour son industrie et si ils vont voir du côté des américains,ils ne seront pas mieux traité,au pire ils auront des restes comme avec l’Euro Hawk,dés que les allemands sont avec plus puissant/autoritaire qu’eux,ils restent à leur place et n’ose contredire,sur l’Eurojet 200 avec les anglais, MTU étrangement n’a rien dit et le Bundestag non plus ,par contre on y a droit sur le futur moteur du prochain avion de combat avec la France alors que la répartition est 50/50 même sur le moteur ou Safran est assez généreux contrairement à l’Eurojet ou les allemands devaient se partager le gâteau en 4 mais comme dit plus haut,ça n’avait pas l’air de bien les gêner… comme quoi.
        Mais ça les allemands savent bien que les politiciens français sont des faibles et en profite,en temps normal avec un dirigeant autoritaire ou pas de la classe politique actuel (en bref un qui rehausse le niveau),ça ne serait pas passer et ils se seraient fait remettre à leur place ce qui n’est pas dur car il suffit simplement de demander à MTU sur quel moteur ils ont travailler et fait seul ces dernières décennies pour faire valoir leur place ou plus de part sur le futur moteur et leurs rappelez les déboires du FADEC sur l’A400M.
        Réponse: Aucun.
        Forcément ça ferait mal,il ne faudrait pas contrarié les allemands,ils ont l’argent après tout… pour peu qu’ils souhaitent le dépenser dans une hypothétique défense européenne qui n’existe que dans les doux rêves politiques français..
        Pas pour rien que le Neuron à été un succès,ça c’était un vrai programme européen et bien coordonner car la politique n’y a pas mis son grain et deux pays à problème potentiel n’y était pas,cela à pu donc se faire paisiblement et tranquillement sans parler de la non présence d’Airbus qui a l’air aussi de poser problème sur certains programme.

  10. Carin dit :

    Perso, je trouve ce drone pas si mal pour nous, s’il y a moyen de couper un moteur en vol pour le faire durer plus longtemps, ( lorsqu’il atteint son altitude de croisière), même si je me doute que sur les dix tonnes il doit y avoir un sacré paquet de carburant. J’imagine qu’un tel drone pouvant rester sur place une dizaines d’heures de plus grâce à ce procédé serait un avantage indéniable! Beaucoup de gens pensent que les allemands imposent un double moteur parce qu’ils comptent ne s’en servir qu’au dessus de l’Allemagne… c’est faux … depuis quelques années l’Allemagne envoie des avions faire du renseignement sur de nombreux théâtres d’opérations (Afghanistan, Syrie, Libye, Irak), et remplacer tous ces avions par des drones les intéressent aussi!

    • John dit :

      Couper un moteur n’est absolument pas envisageable. 2 moteurs au bon régime consomment moins que 1 moteur dans ce cas précis.
      L’asymétrie dans la propulsion met l’avion dans une position qui augmente la traînée et donc la consommation. Une fois à l’altitude de croisière et à la vitesse désirée, la propulsion n’a pour rôle que de compenser la traînée (le frottement de l’air). Augmenter la traînée augmente la consommation.

  11. Guigoomber dit :

    Pourquoi les Allemands veulent ils surveiller leurs propres villes???

    • Plusdepognon dit :

      @ Guigoomber
      Pour le vivre ensemble et votre bien être mon enfant. 😉
      https://www.usinenouvelle.com/article/qu-est-ce-que-l-eurodrone-ce-drone-europeen-obese-pas-encore-developpe-et-deja-deteste.N861925

      Si nous étions en Chine, comme le rêve plus ou moins certains de nos oligarques :
      Message sur votre smartphone :
      « Pour avoir poser cette question, votre crédit social vient de baisser de 200 points. Vous ne pourrez plus voyager en dehors des frontières de votre pays d’origine et vous n’aurez plus le droit aux remboursements de vos frais médicaux.  »
      « Vous pouvez regagner du crédit en dénonçant des agissements non conformes de vos proches contre la glorieuse politique de la sainte et heureuse politique éclairée de notre grand leader ».

      Bientôt sur tous nos écrans ?

    • Czar dit :

      parce que dans les Etats modernes, le seul vrai ennemi est la population autochtone.

    • FredericA dit :

      @Guigoomber : Parce qu’en cas d’invasion par un grand pays se trouvant à l’Est ( 🙂 ), les troupes ennemies se trouveraient sur le territoire Allemand.

    • Aymard de Ledonner dit :

      Ce n’est pas uniquement pour l’Allemagne (voir le commentaire de Carin au dessus). Et la France a utilisé parfois ses reaper pour améliorer la sécurité lors de grands événements. Cela se fait rarement pourquoi? Parce que le reaper n’est pas homologué pour voler en France métropolitaine donc il faut des dérogations à chaque fois….Avoir un drone aux normes civiles est plus cher mais a des avantages pour nous aussi.

    • John dit :

      L’Allemagne a par définition une armée de défense.
      La France au contraire a une armée conçue pour l’offensive. La dissuasion nucléaire est elle le gage de défense.
      Avec une utilisation qui diffère, l’Allemagne a logiquement d’autres exigences. Les régulations aériennes sont assez claires vis-à-vis des drones, un niveau de sécurité minimum est nécessaire. Donc c’est logique d’avoir 2 moteurs.
      Ensuite, ce n’est pas un besoin quotidien de surveillance, c’est un besoin ponctuel. Et cela peut concerner:
      – les manifestations où de la violence peut-être attendues
      – un match de foot entre 2 clubs rivaux et des supporters violents qui détruisent la ville
      – la surveillance de ce qu’il se passe au sol lorsqu’un événement international se produit (type G7) ou lorsque des dirigeants de pays viennent en Allemagne.
      Bref, il y a beaucoup de contextes où l’intérêt pour ce type d’appareil sur sol allemand est pertinent, et la France et d’autres pays utiliseront probablement ces drones pour ce type de missions, même si ce besoin est considéré comme secondaire à la conception.

  12. Titi dit :

    Il vaudrait mieux trouver un partenaire comme l’Inde, le bresil, le Canada, ou l’Australie, avec lequel on garderait la conception et le développement en contrepartie dune chaine de montage concédée et d’une droit de vendre en propre sur certains marchés. L’avantage pour ces pays est de rentrer dans la course aux drones et nous de garder l’ascendant en plus de renforcer un partenariat militaire, la France pouvant être la petite épaule plus flexible que la grande américaine sur laquelle compter . Et la parole de la France vaut d’autant plus que les US sont instables avec Trump

    • Ah Ca! dit :

      Je ne pense pas que Trump soit instable, il est juste pas très lisible.
      je lui donne raison, rien contre un bon camouflage.

      • John dit :

        Titi dit que les USA de Trump ne sont pas stables sur la position internationale.
        Il ne dit pas que Trump est instable.
        Ensuite, il ne dit pas que Trump a raison ou tort, il dit juste qu’actuellement, la parole française a plus de valeur sur le scène internationale que la parole américaine. Ce qui est plutôt le cas…
        Ensuite, dire que Trump n’est pas lisible est absolument faux. Tout ce qu’il fait est pour aller dans le sens de SES intérêts personnels. Et parmi ses intérêts, il y a celui de rester président. Et donc, il satisfait son électorat !

  13. Nico St-jean dit :

    Mais si l’Allemagne veut un UAV Bi-propulseur pour surveiller son territoire, qu’elle en fasse un elle-même.. Pa besoin d’un monstre de 10 tonnes non plus, ni d’un drone extrêmement coûteux. Mais pour aller au combat, un mono-turboprop/monoréacteur est largement sécuritaire (lire les taux de crashs via heures de vols) et l’Allemagne pourrait tout autant être dans la partie.
    .
    L’Allemagne est entrain d’imposer à tous son caprice national …

  14. Deres dit :

    Ce qui m’afflige est que l’on va développer à grand frais une cellule toute neuve et pourtant complétement dépassée et hyper-classique …
    Quand on regarde sa configuration, on voit bien qu’il n’a strictement aucune furtivité (flanc verticaux, aile perpendiculaire, empennage en T perpendiculaire) sans même parler des moteurs à hélice qui sont eux même fixé avec des supports perpendiculaires. De toute évidence, il est prévu une antenne satellite classique d’où ce dôme non aérodynamique, aussi grand que si on prévoyait un poste de pilotage. Pas d’antenne plate ou conforme tel que l’on saurait faire maintenant.

    Pour moi, soit on fait du « classique » et dans ce cas, autant se baser sur une cellule existante et moins cher (cf. le Patroller de Sagem), soit si on en a le besoin, on développe quelque chose de spécifique.

    Pour le classique, il y aurait plein de choix … on voit que la masse se rapproche d’un ATR42 à vide … (11 t). Ou d’un CN235. Voir d’un CN-212 en plus petit mais il faudrait relancer la production. En encore plus petit, une version du TBM-900 en monomoteur avec une aile rallongée. Même si les cellules seraient un peu large, il suffit de développer des réservoirs intérieurs remplaçant le plus gros de la charge utile. Et il est possible de dissocier complétement les tests de pilotage de ceux du matériel embarqués puisqu’une version pilotée existe déjà. L’ATR 42 est même déjà capable de porter des armement sous les ailes, ce serait déjà cela de moins à développé ! Je suis certain que malgré une taille plus grande cela serait moins couteux à court et long terme, n serait-ce qu’avec els pièces détachées partagés avec d’autres utilisateurs. Reste à voir pour l’ITAR en particulier des moteurs.

    Et si on fait dans le moins classique, une forme furtive d’aile volante me semblerait indiqué avec une antenne satellite plate, histoire de justifier le développement d’une nouvelle cellule à partir de rien.