En 2018, 164 millions d’euros économisés par les Armées sur des contrats d’armement ont servi à payer les surcoûts OPEX

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

20 contributions

  1. Czar dit :

    Bon, j’imagine bien le choeur indigné que va susciter un tel article, sur le mode « on sacrifie l’avenir de notre pays » mais, au fond, qu’est-ce que ça change ?

    L’an dernier a vu l’installation sur notre sol de QUARANTE-CINQ MILLE pseudo réfugiés, soit l’équivalent de trois divisions blindées allemandes. Pseudo-réfugiés qui altèrent encore un peu plus l’idée même d’une société française.

    J’ai pas le souvenir que nos forces armées aient fait quoi que ce soit pour empêcher ou même simplement freiner cette invasion lente, larvée mais indéniable (je sais, elles obéissent aux politiques mais ça ne change strictement rien au constat)

    donc quelques centaines de millions de moins, prélevés au profit d’opérations sur place, histoire de donner un peu moins de prétexte aux « réfugiés » pour venir squatter chez nous, je ne vais pas pleurer

    • Anonymous dit :

      45 000 sur 67 millions d’habitants c’est pas la mer à boire quand en Allemagne il y en a 1 million et demi et en Turquie 4 millions. Il ne faut pas jeter la pierre aux migrants, ils sont victimes des troubles commis par leur dictateur et les puissances étrangères impliquées, les peuples européens payent la connerie de leurs dirigeants.

      • Czar dit :

        Ahhh ! point de « débat » possible sans le quota nécessaire de petite pleureuse ethno-maso qui vient nous pondre que dès que deux canaques s’entr-égorgent quelque part dans le monde, c’est évidemment la faute du vilain Blanc, de ses ancêtres, de sa philosophie ou de sa pharmacopée.

        j’espère que t’es assistante sociale et pas bidasse, parce que sinon, je me fais quelques soucis de confier ma « défense » à de tels peintres sympathisants larmoyants de toutes les invasions.

        @rico, j’allais t’en prier. Au moins quand tu bouffes, tu ne fais pas profession de penser.

        Et c’est déjà ça.

      • gwen ha du dit :

        Avec un tel commentaire il est préférable que vous restiez anonyme, 45.000 l’allée dernière, cela me parait peu vu la pression à toutes nos frontières, sans compter les passoires de Mayotte, la Guyane et maintenant la Réunion. Chaque centime utilisé pour ces gens serait mieux utilisé en France, vous n’avez certainement jamais mis les pieds dans un de ces mouroirs que sont nos HPAD.

    • ricojaneiro dit :

      Tiens, je vais reprendre des moules, moi.

    • alexandre dit :

      Personne n’a dit que tous les migrants étaient des demandeurs d’asile, arretez de prendre les gens pour des cons, on le sait qu’une bonne partie sont là pour des raisons économiques, mais on ne fera pas un état d’urgence de l’immigration juste parceque vous avez l’impression de voir trop de noir dans la rue… il y a déjà des lois, des moyens alloués contre l’immigration illégale et comme pour un peu tout les domaines on essaie de faire attention de plus en plus aux fond alloués et à leur utilisation ( et tant mieux).

      • Czar dit :

        les lois ? Petit drôle, 97% des déboutés restent sur notre sol en toute illégalité et sans guère plus de réaction des pouvoirs publics

        Je ne sais ou vous vivez mais je vais vous donner certaines adresses où vous verrez si vous « avez l’impression de voir »

        j’en reviens à mon propos initial, ça geint toute l’année sur « la posture » et « la place » de notre pays qui seraient obérées par des moyens amputés, mais dans les faits, ça n’a strictement AUCUN IMPACT sur la réalité des menaces

        @ERic, quand on est incapable de saisir une métaphore, on évite de la commenter. En tous cas, j’admire cette souplesse gymnique vous permettant de continuer à commenter la tête enfouie dans un endroit assurant un douillet isolement vis-à-vis de la lumière et du bruit (mais sans doute pas de quelques effluves malséantes)

        D’abord, regardez les images : il y a très peu de femmes et d’enfants et quand bien même cela serait : en quoi cela change-t-il leur nature et le problème posé (et surtout son absence de réponse de la part des pouvoirs publics)

        D’ailleurs pour les myopes enthousiastes qui fleurissent ici : ça entre aussi dans l’équation budgétaire qui est justement le sujet de cet article. Les moyens ne sont pas extensibles et ce qui doit être assuré mal à propos et dans l’urgence, sera invariablement financé avec des choses qui « peuvent attendre » ce qui, dans la logique politique court-termiste, inclut les programmes d’équipement militaire, dès lors qu’on n’a plus l’option de l’endettement.

    • Eric dit :

      45000 réfugiés, dont probablement au moins un tiers de femmes et d’enfants, ça peut se comparer à trois panzerdivisionen en effet… Qu’est-ce qu’il ne faut pas lire !

      • JF dit :

        Entre l’immigration illégale, le regroupement familiale, et ceux qui sont restés après la fin de leurs visas étudiant, touristiques, c’est 400 000 personnes pour 2018. Et ceux que la justice déboute (assez rare vu nos juges rouges) seulement (plus au moins) 10% sont reconduit hors de nos frontières. 400 000 C’est à peu près la population de la métropole de clermont ferrand . Mais tout va bien madame la marquise, tout va bien. La france et son peuple autochtone a un grand avenir.

  2. Edouard dit :

    Les seuls ministères dont on cherche perpétuellement des économies, la défense et la santé…. Au profit indirect de la territoriale qui a l’air de pouvoir dépenser sans compter et sans que Bercy n’y puisse rien, sf combler le trou avec ce qui compte réellement actuellement.

    • Eric dit :

      Par pitié, lisez donc les articles avant de vous précipiter pour commenter !!! On parle ici d’économies négociées sur le coût des programmes d’armement, c’est-à-dire sur le montant de la facture présentée par les industriels au contribuable. Ca devrait vous réjouir, non ?

  3. Parabellum dit :

    Marge de manœuvre parce que les armées en fait ne recrutent pas assez et ne gardent pas assez de gens…on est en dessous des effectifs et les spécialistes se font débaucher…pas d argent…pas de suisses! On finira avec deux ou trois régiments de forces spéciales …pas grave..benalla nous montera un blackwater à la française…je suis helas maintenant trop vieux pour re empiler et améliorer Ma retraite deglingee notamment par son « patron »! Rions jaune car cela traduit une crise latente …

  4. Frédéric dit :

    Je m’étonne du fait que les opérations au Levant représente un tel % alors qu’au Sahel il y a 3 fois plus de monde déployé.

    • Thomas dit :

      N’omettez simplement pas le cout de notre porte-avion qui participe la Task Force locale, il doit compter pour pas mal (…)

    • dolgan dit :

      Au Sahel, c’est relativement calme. On est sur du maintien de la paix un peu musclé.
      .
      Au levant, c’est la guerre, avec fort recours à l’aviation et bombardement.
      .
      Forcément, ça chiffre vite.

  5. LAKOLO dit :

    Je note que ces dites économies concernent une nouvelle fois des programmes terrestres. Les priorités de la DGA sont clairement affichées pour financer les avancements de programmes navals ( FTI) ou du 2eme PA…pardon…du PA ng…

  6. Jm dit :

    Déshabiller Pierre pour habiller Paul !!!!
    On va faire un parallèle ; 164 millions économisés par les facultés au profit des lycées !!!
    J’attends le mai 68 de 2019 !!!!!

  7. Kellermann dit :

    La défense ( pardon les Armées) n’a pas à financer l’opération Sentinelle, opération de police s’il en est (surtout pour que ladite police laisse brûler à l’occasion les véhicules des militaires pffff!!). Les gains éventuels sur les opérations d’armement (sur lesquels il est permis de s’interroger, car face à des fournisseurs uniques, la perte se rattrape tôt ou tard (entretien, rechanges etc..)) doivent être ré affectés au seul profit de l’équipement. Quant à la condition militaire, madame Parly fait financer pour l’essentiel le plan familles par le fond de prévoyance, lui même alimenté par les soldes des militaires.