Nexter prépare une version du char Leclerc capable de mettre en oeuvre des drones aériens

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

37 contributions

  1. Stoltenberg dit :

    Il serait peut-être intéressant de les armer également, et de les doter de vision IR afin de pouvoir détecter et détruire des menaces cachées ou difficilement atteignables. Ceci pourrait augmenter la survie du char sur le champ de bataille.

    • Weld dit :

      Le problème c’est que ce sont de petits drones. Le deuxième dans l’article a une charge utile qui n’n’excède pas 2kg. C’est juste assez pour une caméra performante, si en plus vous voulez les armer (et avec quoi, c’est une question aussi), c’est beaucoup trop lourd pour un petit drone embarqué

      • Stoltenberg dit :

        On pourrait utiliser par exemple des missiles tirés depuis le char et qui sont guidés grâce aux informations recueillies par la drone, ce serait une véritable révolution. Et armer peut etre ce drone d’un armement léger pour lutter contre des fantassins cachés.

  2. Thibault dit :

    J’aurai plutôt vu ce système sur les VBAE qui accompagnerai les futur jaguar et leclerc rénover dans les escadrons de combat et également dans les escadrons de reconnaissance et d’intervention

    • dolgan dit :

      Idem. Je ne suis pas sur qu’il soit indispensable de les mettre sur le MBT. Et comme sur les MBT, le poids et la place sont comptés, …
      .

    • Lame dit :

      Thibault, pourquoi réservé ce système à un type de véhicules? Le mettre sur différent type de véhicules, dont les Leclerc, ne permet-il pas de créer une surprise tactique au détriment de ceux qui prendraient les drones en filature?

      • Thibault dit :

        Car 1 plate forme c’est simplification logistique et sachant que le VBAE sera le futur cheval de bataille de la cavalerie en étant le seul enggin capable de se progeter rapidement

  3. Carin dit :

    J’ai du mal à voir l’utilite de tels drones… il me semble que le système SCORPION est justement basé sur l’interconnexion entre tout les acteurs sur le terrain, (Terre,air, voir mer)… donc les renseignements que seraient amenés à fournir ces drones seront déjà exploitables par chacun des acteurs à travers SCORPION… mais peut-être que ce système est destiné à l’export?

    • Weld dit :

      Je pense qu’ils sont destiné à être utilisé à proximité du char. Pour vérifier qu’il n’y a pas un gars au coin de la rue qui vous attend avec un rpg, ça a sont utilité. Surtout pour le combat urbain, ou la visibilité est très mauvaise, ça peut empêcher des embuscades

    • Lame dit :

      Carin, comme indiqué à la fin de l’article, ce drone n’a pas été développé dans le cadre du programme Scorpion mais en réponse à un effet de mode. Le Leclerc a fait bonne figure dans les dernières opération au Yémen et l’on peut gager que certains des acquéreurs étrangers (golfiques sans doute) seront intéressés par la version à drones, qui paraît plus moderne, donc confère plus de prestige. Je pense que les renseignements fournis au chef de char pourront être relayé sans problème dans les intranets tactiques de Scorpion… si c’est vraiment pertinent.

      • Carin dit :

        À @ lame
        Votre version paraît logique, mais souffre d’un tout petit problème… le Leclerc n’est plus fabriqué! Les saoudiens au vu du résultat de ce char au Yémen voulaient en acheter quelques 200 et ils leurs a été répondu que la chaîne de fabrication avait été démontée!

    • NRJ dit :

      L’utilisation de ces drones sera complémentaire à Scorpion. On a toujours besoin de renseignement. Et si la menace peut-être traitée par un MMP avant que le char se dévoile, ça reste une bonne affaire.

    • dolgan dit :

      L’article n’en parle pas, mais il est aussi question de remettre au gout du jour l’obus guidé Polygène qui permettrait au char d’engager des cibles au delà de la vue. Le drone captif pourrait alors permettre de voir la cible et de la désigner.

  4. Thaurac dit :

    Mauvais temps pour les éclaireurs, et on va en arriver à des drones qui se regarderont face à face, à celui qui dégainera le premier 😉

  5. nexterience dit :

    J’avais imaginé ces drones filoguidés plutôt pour porter les radars de frégate : il y a moins d’obstacles et de la puissance électrique est dispo pour faire voler cette sorte de périscope aérien.

    • Lame dit :

      Moi, le drone filoguidé, je l’aurais plutôt vu en drone terrestre pour faciliter la visée déportée. Comme dit Stoltenberg, on peut difficilement se passer de la vision de nuit en particulier pour cet emploi.

  6. LM dit :

    Super voie de développement pour voir plus loin, et au final tirer avant l’autre.
    Mais pour moi, c’est une surcharge pour le chef de char qui sera trop accaparé par ces nouveaux capteurs lointains, et ne sera plus disponible pour surveiller l’environnement proche + direction de l’équipage + coordination avec escadron + coordination avec soutien…
    C’est super d’avoir plus d’infos pertinentes et autres possibilités de communications, mais il va manqué 1 cerveau dans la boite de conserve pour pouvoir tout traiter efficacement en situation de combat à 50 km/h en tout terrain. (tireur et conducteur devant se concentrer sur leurs taches).

    • Stoltenberg dit :

      C’est pour cela qu’il faut utiliser l’IA.

    • NRJ dit :

      Il faudra peut-être remettre en cause le choix d’un chargeur automatique pour le MGCS. Avoir un 4ème homme deviendra précieux en effet.

    • Vince dit :

       » il va manqué 1 cerveau dans la boite de conserve »
      .
      Ca pourrait être couplé avec de l’IA/Traitement de l’image pour le repérage et l’identification automatique de menaces potentielles.

    • Lame dit :

      C’est bien vu LM mais sans doute faut-il mettre ce développement en parallèle avec le programme Artémis? Je pense que le véritable objectif de Nexter est de développer une version avec des drones autonomes télésupervisés qui préviennent le chef de char quand ils découvrent quelque chose d’intéressant…

    • Biffin d'assaut dit :

      @ LM, la solution sera d’ajouter un cerveau « dans la boîte de conserve ».
      C’est à dire qu’il faudra un équipage à 4 (et donc un nouveau modèle de « boîte de conserve » ou une redistribution des tâches à bord).
      .
      Par conséquent on est paradoxalement dans une impasse qui offre des perspectives.
      .
      Si les cavaliers de la bazane lourde sont encore aujourd’hui aussi bourrins que ceux dont je me souviens autrefois, on est dans l’impasse pour longtemps.

      • Contribuable dit :

        J’entends dire par ailleurs que les avions de chasse (avec deux hommes à bord) seront accompagnés par des essaims de drones. A bord du Leclerc ils sont trois ou quatre et n’arriveraient pas à faire aussi bien que les aviateurs ?
        J’aimerais que l’on m’explique.

    • Clément dit :

      « est censé fournir au seul chef de char que les informations pertinentes afin d’éviter la « surcharge cognitive ». »
      Dans l’idée le cerveau de plus est informatique. Reste à voir l’usage dans la réalité. Mais par exemple, ça y est : les programmes font de meilleurs conducteurs où de meilleurs radiologues que les humains.

    • FNG dit :

      @ LM
      Tout à fait d’accord avec votre raisonnement, le chef de char va être surchargé d’informations et de tâches à effectuer.
      Ce n’est malheureusement pas nouveau pour un blindé français, ceux de 40 avaient une tourelle monoplace, erreur de conception malheureuse….

  7. Niko dit :

    Vue la charge de travail de l’opérateur il va falloir revenir à un 4e membre d’équipage!

  8. mr cracou dit :

    Donc en pratique cela serait la justification pour avoir une 4eme personne dans le char: un opérateur drone qui serait chargé exclusivement de la recco et de trier les informations pertinentes pour le chef de char.
    Là je ne vois pas trop comment le chef de bord pourrait ne pas surcharger entre observation / commandement / gestion des drones.

  9. Loncle dit :

    La prochaine étape c’est l’IA.

  10. nexterience dit :

    @Stolenberg
    Ca ne sert à rien de déporter un missile sur un drone. Il peut très bien partir du char pour suivre le guidage du drone juqu’à sa cible . Mettre un MMP sur un drone, c’est presque 30kg de charge utile.
    @LM
    Le drone ISOS XX ne peut se déplacer à la vitesse maxi du char. Il est fait pour détecter lorsque le char est en mission de reconnaissance à faible vitesse.
    @Carin
    Scorpion ne rend pas inutile les capteurs propres des chars.
    Un drone type Patroller voit certes loin mais est facilement détectable donc vulnérable. Il sera toujours complémentaire, selon sa dispo, aux capteurs terrestres. Ce couple de drone n’est qu’une optimisation des capteurs du véhicule. Et leur discrétion les rend difficiles à détecter.

  11. Affreux Jojo dit :

    Et tous les développements que l’on imagine ensuite, connectés à ces engins. Dont les munitions intelligentes et agiles, tirées depuis le canon traditionnel.

    D’où aussi, l’intérêt de développer des tubes plus gros, comme le 140mm, pour munir les obus d’ogives bourrées d’électronique, de propulsion additionnelle comme de gouvernes intégrées pour atteindre leur but.

  12. Richard dit :

    C’est bien beau toutes ces nouvelles technologie, mais il faufrait peut-être cibler l’efficassité réelle.
    Dans le cas présent, je doute qu’un chef de char puisse mener sa mission correctement dans un combat de fortes intensité, ou le temps de réaction est compté.

  13. Vince dit :

     » il va manqué 1 cerveau dans la boite de conserve »
    .
    Ca pourrait être couplé avec de l’IA/Traitement de l’image pour le repérage et l’identification automatique de menaces potentielles.

  14. mr cracou dit :

    Juste au passage: les IA puisque je connais un peu plus ‘réseaux de neurone depuis le perceptron de base jusqu’aux trucs exotiques)… Soyons bien clair, on est TRES TRES TRES loing d’en faire un truc utilisable sur le terrain. De l’ordre de 20? 30? ans Et encore. Pour plein de raisons et en particulier pour une raison très simple mais stupidement logique: une IA n’a aucune intelligence. Elle réagit et classe des éléments en fonction d’une fonction d’apprentissage et de données. Sauf que la réalité du terrain est tellement loin de ce qu’elle aura à gérer que c’est clairement impossible. Déjà dans des environnements d’une simplicité totale (air/mer par rapport à la terre), ça marche pas alors compter sur les IA dans un délai raisonnable… non.

    • Lechavenois dit :

      à cracou :
      .
      « …De l’ordre de 20? 30? ans .. »
      .
      Vous faites bien de le rappeler.
      .
      Il y a un très grand écart entre l’aide à la décision suite à une programmation préalable des solutions pré déterminées, et l’IA. ( l’ordinateur ne fait qu’appliquer des procédure que l’on lui a enseigner, il ne sait pas réfléchir et donc apprendre par lui même à construire de nouvelles procédures)
      .
      l’IA n’est qu »à ses balbutiements, et les premiers résultats concrets ne sont pas attendus avant plusieurs décennies.

  15. sentinelle dit :

    On voit que ça fait longtemps que vous n’avez pas été dans une tourelle, moi non plus, je crois que l’on ne parle pas de phases dynamiques mais de préparation a l’engagement ou d’observation , vous voyez en fonction du terrain à 1000, 2000, 3000m en Europe rarement au delà aussi le Cdt d’escadron peut répartir la mission d’observation rien de neuf sauf que le drones est programmé pour aller voir au delà dans un secteur défini soit on déclenche un tir par le moyen le plus approprié soit on renseigne sur la situation le drone revient se pose sur son support c’est un +

    • Affreux Jojo dit :

      On est tout à fait d’accord (voir mon com supra). Mais ces possibilités d’observation, couplées à des tubes ad hoc, comme le 140mm que l’on projette, avec des munitions intelligentes, pourraient permettre de tirer des munitions dirigées, les images renvoyées en tourelle, permettant de diriger les munitions et de tirer tout simplement en indirect.

  16. Carin dit :

    Après la lecture de toutes les réponses à mes questions, ce dont je remercie les contributeurs, il me semble que l’utilité de cette technologie est alors destinée au nouveau char Allemano/Français… nexter se positionnant pour les futurs recrutements de sociétés par les allemands. Et tente de faire coup double pour la rénovation des Leclerc en France et aux EAU.