ONU / Archives

La France lance un groupe d’enquête sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie

Depuis novembre, le Joint Investigative Mechanism (JIM), c’est à dire le groupe d’experts des Nations unies et de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) chargé d’enquêter sur l’usage d’armes chimiques en Syrie, n’a plus de mandat pour continuer ses activités, la Russie s’y étant opposée après la publication d’un rapport pointant la responsabilité de

Selon les Nations unies, l’Iran a bien violé l’embargo sur les armes au Yémen

Dans un rapport de près de 80 pages remis au Conseil de sécurité, les experts des Nations unies chargés de contrôler l’embargo sur les armes imposé depuis 2015 au Yémen ont conclu que l’Iran a bien fourni des équipements militaires aux rebelles Houthis, lesquels contestent l’autorité du président Abdrabbo Mansour Hadi, soutenu par une coalition

La diplomatie allemande veut un mandat pour une force de maintien de la paix de l’ONU en Ukraine d’ici mars

Depuis avril 2014, au moins 10.000 personnes ont perdu la vie dans la Donbass (sud-est de l’Ukraine), théâtre de combats opposants des séparatistes pro-russes aux forces gouvernementales ukrainiennes. Les accord de Minsk 2, négociés par l’Allemagne, la France, l’Ukraine et la Russie, devaient mettre un terme aux violences. Seulement, le cessez-le-feu a été maintes fois

Comment la Corée du Nord se joue des sanctions votées par les Nations unies

Cette année, après un essai nucléaire et des tirs de missiles balistiques intercontinentaux, le Conseil de sécurité des Nations unies a voté, à l’unanimité et à trois reprises, des sanctions visant les importations et les exportations de la Corée du Nord, en particulier celles concernant le pétrole et les produits pétroliers raffinés. Ainsi, la résolution

La défense saoudienne a encore intercepté un missile lancé vers Riyad depuis le Yémen

Peu avant une présentation du budget saoudien pour 2018, ce 19 décembre, une puissante explosion a été entendue à Riyad. Une explication n’a pas tardé à être donnée : une batterie de défense aérienne Patriot venait d’intercepter un missile balistique qualifié d' »irano-houthi » par les autorités saoudiennes. Dans le même temps, les rebelles Houthis qui, soutenus

La France veut plus d’informations sur le projet russe de livrer des armes aux forces centrafricaines

Visiblement, le sort de la Centrafrique préoccupe la Russie. Le 12 novembre, Moscou a en effet demandé au Conseil de sécurité des Nations unies une exemption à l’embargo sur les armes imposés à ce pays depuis 2013 afin d’équiper deux bataillons des Forces armées centrafricaines (FACa) en cours de formation. D’après le plan russe, une

Les missiles tirés depuis le Yémen ont une « origine commune »

Depuis le début de l’intervention du coalition arabe pour soutenir le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, plusieurs missiles balistiques (76 selon Riyad) ont été tirés en direction de l’Arabie Saoudite depuis le Yémen par les rebelles Houthis, soutenus par l’Iran. Pour les autorités saoudiennes (et américaines), il ne fait aucun doute que ces engins

La France va demander une aide logistique de l’ONU en faveur de la Force conjointe du G5 Sahel

En juin dernier, à la demande de la France, le Conseil de sécurité des Nations unies adopta une résolution pour affirmer son soutien à la Force conjointe du G5 Sahel (Niger, Mali, Tchad, Mauritanie et Burkina Faso), appelée à conduire des opérations anti-terroristes dans la bande sahélo-saharienne (BSS). Mais ce n’était qu’un minimum. En effet,

Le Brésil envisage d’envoyer 750 soldats en Centrafrique

Dans son dernier rapport sur la situation en Centrafrique, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, avait estimé qu’il fallait augmenter les effectifs militaires de la MINUSCA [Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation de la République centrafricaine, ndlr] à hauteur de 900 hommes supplémentaires. « Toutes les capacités militaires [de la MINUSCA] sont

Faute d’accord à l’ONU, les enquêtes sur l’usage d’armes chimiques en Syrie sont à l’arrêt

Le Joint Investigative Mechanism (JIM), c’est à dire le groupe d’experts des Nations unies et de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques chargé d’enquêter sur l’usage d’armes chimiques en Syrie, n’a plus de mandat pour continuer ses activités depuis quelques heures. Pourtant, deux projets de résolution pour permettre au JIM de poursuivre ses enquêtes étaient