gaz / Archives

La version navale du système anti-roquettes Iron Dome est opérationnelle

Développé par Rafael pour intercepter les roquettes et les missiles de courte portée à une distance comprise entre 4 et 70 km, le système Iron Dome su rapidement faire preuve de son efficacité lors des dernières opérations menées par Israël dans la bande de Gaza. Doté d’un radar de détection et de suivi, d’un système

Paris veut « tirer les conséquences opérationnelles » du rapport de l’ONU sur l’attaque chimique de Khan Cheikhoun

Comme la commission d’enquête des Nations unies sur les droits de l’homme avant lui, le Joint Investigative Mechanism (JIM), c’est à dire le groupe d’experts de l’ONU et de l’OIAC (*) a conclu que le régime syrien était bel et bien responsable de l’attaque au gaz sarin ayant fait au moins 83 victimes, le 4

La France donnera la « preuve » que Damas est responsable de l’attaque chimique de Khan Cheikhoun

Quelques jours après la frappe américaine contre la base syrienne d’al-Shayrat en réponse à l’usage d’armes chimiques à Khan Cheikhoun au petit matin du 4 avril, dans la province d’Idleb, le chef du Pentagone, le général James Mattis, affirma n’avoir « pas de doute » que le régime de Bachar el-Assad » était « responsable de la décision d’attaquer

D’après Moscou, l’aviation syrienne aurait frappé un « entrepôt de produits toxiques »

La diffusion de gaz apparemment neuro-toxiques à Khan Cheikhoun, une localité de la province syrienne d’Idleb, contrôlée en très grande partie par des groupes rebelles et jihadistes, a suscité l’indignation de la communauté internationale, laquelle accuse le régime de Bachar el-Assad d’en être le responsable. Un dernier bilan fait état d’au moins 72 tués. « Cet

Le régime syrien à nouveau accusé d’être responsable d’une attaque chimique

La Coalition nationale, une composante de l’opposition syrienne, a accusé, ce 4 avril, le régime de Bachar el-Assad d’avoir mené une attaque chimique près de la localité de Khan Cheikhoun, située dans la province d’Idleb, contrôlée en grande partie par des groupes islamistes et jihadistes. Pour le moment, le bilan de cette attaque est d’au

La Russie accuse des rebelles syriens d’avoir utilisé des munitions chargées d’agents toxiques à Alep

Le 31 juillet, des groupes armés syriens, dont les salafistes d’Ahrar al-Cham et les jihadistes du Front Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra), ont lancé une contre-attaque au sud de la ville d’Alep pour tenter de briser le siège imposé par les forces loyalistes à Bachar el-Assad, appuyées par le Hezbollah libanais, d’autres milices chiites, comme le

Les combattants kurdes irakiens visés par une attaque chimique

L’on sait que l’État islamique a cherché – et cherche encore – à développer un arsenal d’armes chimiques. Des documents récupérés l’ont attesté, de même que le recrutement de spécialistes. Des attaques au chlore ont même été rapportées en Irak, où les jihadistes ont eu accès à l’usine Al-Muthanna, qui, du temps de Saddam Hussein,

L’État islamique aurait eu recours à des armes chimiques contre les milices kurdes en Syrie

Depuis des semaines, l’organisation État islamique (EI ou Daesh) tente de s’emparer du gouvernorat Hassaké, dont la capitale est contrôlée par des forces du régime syrien et des combattants des Unités de protections du peuple (YPG) kurdes. Et, visiblement, les jihadistes ne reculent devant aucun moyen pour arriver à leurs fins. Ainsi, le 28 juin,

L’État islamique cherche à développer son arsenal d’armes chimiques

Récemment, dans un article publié dans son magazine de propagande, l’État islamique (EI ou Daesh) a prétendu qu’il serait bientôt en mesure d’acquérir une arme nucléaire au Pakistan… Pour le moment, et de l’avis de nombreux experts, ce scénario est improbable dans la mesure où l’arsenal pakistanais est extrêmement sécurisé. Cela étant, cette annonce rappelle

L’État islamique soupçonné d’avoir mené des attaques au chlore en Irak

Le 10 septembre dernier, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a diffusé un rapport dans lequel il était fait état de l’utilisation de chlore par le régime de Damas lors d’attaques des villages de d’Al-Tamana’a , de Tal Minnis et de Kafr Zita, situés dans le nord de la Syrie. Cette accusation n’était pas