Opérations/ Archives

La force Sangaris mise en cause à Grimari

Depuis une semaine, la localité de Grimari, située à 250 km au nord-est de Bangui, est le théâtre d’affrontements entre miliciens « anti-balaka », armés de vieux fusils et de machettes, et de combattants de l’ex-Séléka, la coalition à dominante musulmane qui prit le pouvoir en Centrafrique en mars 2013. Les combats ont contraint un plus de

La difficile manoeuvre logistique des forces françaises en Centrafrique

Les militaires qui assurent des missions liés à la logistique et au soutien des forces ne font pas souvent la une des journaux, l’accent étant généralement mis sur les unités dites de « contact ». Et pourtant, sans eux, les opérations ne pourraient être menées comme elles l’ont été jusqu’ici. Au Mali, le Batlog (bataillon logistique) a

Mali : Les forces françaises ont libéré 5 travailleurs humanitaires retenus en otage par un groupe terroriste

Le 8 février dernier, 5 travailleurs humanitaires maliens, dont 4 appartenaient au Comité international de la Croix-Rouge (CICR), furent enlevés entre Kidal et Gao par des hommes armés. Plus tard, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), l’un des trois principaux groupes jihadistes qui occupèrent le nord du Mali jusqu’en

Incident entre les forces internationales et des combattants de l’ex-Séléka dans l’est de la Centrafrique

Des soldats de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA) et de l’opération française Sangaris ont été pris à partie, ce 11 avril, dans la région de Bria, à 400 km au nord-est de Bangui, par des combattants de l’ex-coalition rebelle de la Séléka., d’après des témoignages recueillis par l’AFP et la force

Dans un message aux Armées, M. Le Drian fait une mise au point sur le génocide rwandais

A l’occasion du 20e anniversaire du génocide rwandais, le président Paul Kagame s’en est une nouvelle fois pris à la France et à ses forces armées, les accusant d’avoir être complices des massacres, voire même d’y avoir participé. Bien évidemment, ce dernier se garde bien d’évoquer l’attitude du FPR, le mouvement rebelle qu’il dirigeait à

Le Conseil de sécurité de l’ONU autorise le déploiement de 12.000 casques bleus en Centrafrique

La décision était attendue avec impatience étant donné les menaces qui pèsent sur la Centrafrique, en proie au chaos depuis maintenant plus d’un an, avec la prise du pouvoir par la coalition rebelle de la Séléka et les violences inter-religieuses. Sur proposition française, le Conseil de sécurité des Nations unies a en effet autorisé à

Un nouveau système pour soigner les soldats blessés au combat

Quand un soldat est blessé lors d’un accrochage, souvent, les premiers soins prodigués avant son évacuation vers un hôpital de campagne sont cruciaux. Des progrès ont été faits au cours de ces dernières années. Ainsi, en Irak et en Afghanistan, le taux de survie des militaires américains touchés au combat a atteint un niveau de

Des combats entre miliciens anti-balaka et ex-rebelles de la Séléka ont fait 30 tués à 300 km au nord de Bangui

Les gendarmes mobiles français, destinés à intégrer, bientôt, l’opération de l’Union européenne EUFOR RCA, ont commencé à patrouiller dans les rues de Bangui encadrés par leurs camarades de la force Sangaris, ce 8 avril. Selon l’AFP, ils ont circulé à bord de 4×4 blancs. La mission de cette cinquantaine de gendarmes est d’assurer la sécurité

Quand le président Kagame cessera-t-il d’instrumentaliser le génocide rwandais?

En 2004, le président Kagame avait accusé la France d’être en partie responsable du génocide rwandais (800.000 tutsis et hutus modérés massacrés), commis 10 ans plus tôt. Idem deux ans plus tard quand le juge français Jean-Louis Bruguière pointa son rôle dans l’attentat contre son prédécesseur, Juvénal Habyarimana, qui fut l’élément déclencheur de la tragédie.

Le bug de Louvois concernant les soldats engagés en Centrafrique a été réglé

Les militaires qui, actuellement déployés en Centrafrique, allaient se voir priver de leur l’indemnité de sujétions pour service à l’étranger (ISSE), c’est à dire leur prime opex, en raison d’un nouveau dysfonctionnement du Logiciel unique à vocation interarmées de la solde (Louvois), devraient être soulagés après le communiqué laconique diffusé ce 4 avril par le